1Jeune1solution : une solution pour qui ?

Capture d'écran YouTube Europe 1 ""L’objectif, c’est aucun jeune sans solution à la rentrée", assure Elisabeth Borne" — Europe 1,

Le gouvernement a lancé un nouveau site « 1jeune1solution », sorte de LinkedIn pour jeunes. Une plateforme qui créera au moins des emplois pour les bureaucrates.

Par Laurent Sailly.

Jeudi 19 novembre dernier, le gouvernement a lancé un nouveau site « 1jeune1solution », sorte de LinkedIn pour jeunes. L’objectif de celui-ci est de mettre en relation cette population avec des employeurs potentiels.

Reconnaissons, à ce niveau de notre réflexion, l’honnêteté et le réalisme gouvernemental qui ne s’engage pas à offrir aux jeunes un emploi mais seulement une solution ! Une solution, mais pour qui exactement ?

Le confinement et le chômage des jeunes : un sujet économique, social et… électoral

Les jeunes subissent de plein fouet l’impact économique de la pandémie de Covid-19. Pendant le premier confinement de mars à mai 2020, le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans a bondi de 29 %.

En effet, lors d’une crise économique, les jeunes sont particulièrement vulnérables. Les primo-accédants au marché du travail subissent de plein fouet l’arrêt ou le gel des embauches car la hausse du chômage n’est pas due à des licenciements massifs mais à l’absence de création d’emplois.

De plus, pour les postes créés, ils se trouvent en concurrence avec des personnes expérimentées. L’étouffement de l’économie par le confinement a réduit en cendres les politiques visant à réduire le chômage des jeunes : politique de l’apprentissage votée en 2018 ; aides aux entreprises et CFA…

En moyenne six millions annuels, dépensés sous les présidences Hollande et Macron partent ainsi en fumée : dispositifs axés sur la formation, aide à l’emploi avec versement d’allocations, aide à la création d’entreprise, contrats aidés…

En parallèle à cette crise économique, une crise sociale se profile. Dans une enquête publiée en juin dernier auprès de 24 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans suivis par les missions locales en France, un tiers d’entre eux se disent inquiets ou très inquiets pour leur avenir. L’interruption des formations professionnalisantes et/ou diplômantes en cours fait craindre une vague massive de décrochages de milliers de jeunes.

Cette crise sociale se mêle à une crise psychologique. Les témoignages de jeunes ayant mal vécu le premier confinement ou vivant mal le confinement actuel se multiplient dans des familles déjà rudement mises en difficulté.

Pour Emmanuel Macron, il est temps d’agir et de se mettre en marche. C’est-à-dire, pour ce novice de la politique qui n’a plus rien à apprendre de Machiavel, à gesticuler ; d’autant plus urgent que notre président de la République a bien l’intention de se représenter en 2022, ce dont personne ne doute.

Or, n’ayant pas convaincu le vote ouvrier en 2017, renforcé par la crise des Gilets jaunes, et se coupant peu à peu de la classe moyenne, Emmanuel Macron ne peut compter que sur les retraités et les cadres pour assurer sa réélection et contrer une crise électorale qui pourrait se mesurer lors des élections régionales de 2021.

1jeune1solution et des jeunes de moins en moins jeunes…

En présentant jeudi dernier le nouveau site du gouvernement « 1jeune1solution.gouv.fr », Elisabeth Borne traduit en numérique (M. Castex, le Premier ministre du travail à distance, va être content) un plan présenté en juillet, un plan à 6,5 milliards d’euros !

 

Selon le communiqué de presse du ministère du Travail (Direction de l’Information Légale et Administrative), afin de « faciliter l’entrée dans la vie professionnelle des jeunes particulièrement touchés par la crise sanitaire […] le plan « 1jeune1solution » va accompagner les 16-25 ans pour les aider à construire leur avenir. » (service-public.fr).

Imperceptiblement, lors de la présentation de la nouvelle plate-forme, la ministre du Travail a rappelé l’objectif du nouveau site : mettre en relation les jeunes de 16 à… 30 ans avec de potentiels employeurs.

Ainsi en quatre mois, les jeunes ont pris 5 ans. Et ce nouveau tour de passe-passe gouvernemental est bien compréhensible : électoralement, les électeurs de 25 à 30 ans ont un comportement proche des moins de 25 ans (abstention et appétence au vote lepéniste).

1jeune1solution… Et Pôle Emploi dans tout ça ?

En France, le chômage touche essentiellement les moins de 25 ans (excusez-moi, les moins de 30 ans) et les seniors dont l’âge plancher est toujours de 50 ans. Ni les uns ni les autres n’ont « qu’à traverser la rue pour trouver un travail ».

Si Pôle Emploi délègue au nouveau site la gestion des chômeurs de moins de 30 ans, alors que les seniors se voient de plus en plus écartés du marché du travail, un budget de cinq millions d’euros annuel pour faire fonctionner cette institution déjà inefficace ne se justifie plus !

Dans un précédent article, nous avions défendu la privatisation de Pôle Emploi. Cette solution est plus que jamais d’actualité.

La lutte contre le chômage des jeunes doit changer de paradigme

Il faut libérer l’économie de l’État : pression et insécurité fiscale, charges, droit du travail, déconfinement total et immédiat (ce qui n’empêche pas le respect des gestes barrières)…

Il est nécessaire de responsabiliser les jeunes et les inciter à travailler : le work first, principe selon lequel les jeunes qui n’ont jamais travaillé ne peuvent recevoir aucune allocation.

Il est nécessaire d’encourager les entreprises à embaucher des jeunes sans expérience ni qualification par un allègement des charges salariales et en rendant l’embauche plus flexible (allègement du droit du travail et des conditions de licenciement).

Il faut assouplir les règles de l’apprentissage par un désengagement total des pouvoirs publics, la prise en charge du dispositif étant assurée par les entreprises.

Bref, ce n’est pas en laissant mourir l’économie nationale, les commerces, les artisans, les professions libérales que l’on réduira la chômage des jeunes. Ce qui est certain, c’est que cette nouvelle plateforme a créé des emplois pour nos bureaucrates.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.