Variole du singe : pas de panique !

Il y a peu de raisons de penser que la variole du singe fera des ravages comme l’a fait le Covid-19.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Jamie Haughton on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Variole du singe : pas de panique !

Publié le 25 mai 2022
- A +

Par

 

Ce n’est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d’alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu’en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume-Uni.

Au total, 92 cas confirmés et 28 cas suspects ont été recensés hier, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

D’un point de vue positif, il y a peu de raisons de penser que la variole du singe fera des ravages comme l’a fait le Covid-19. Elle ne se propage pas aussi facilement et ne provoque pas de symptômes graves chez la plupart des gens. Et ce n’est pas une nouveauté : nous savons déjà ce qu’est la variole du singe et comment la combattre.

Selon le magazine U.S. News & World Report :

Bien que la maladie appartienne à la même famille de virus que la variole, ses symptômes sont plus légers et les personnes atteintes se rétablissent généralement en deux à quatre semaines sans avoir besoin d’être hospitalisées.

Anne Rimoin, épidémiologiste spécialisée dans les maladies infectieuses à l’Université de Californie à Los Angeles, a déclaré à Vox que la variole du singe n’est « pas aussi hautement transmissible que la variole, ou la rougeole, et certainement pas le Covid ».

En outre, nous disposons déjà d’un vaccin qui offre une certaine protection contre la variole du singe : le vaccin antivariolique. Et les États-Unis en ont « suffisamment pour faire face à la probabilité d’un problème« , a déclaré le président Joe Biden à Tokyo cette semaine.

« Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un problème aussi grave que celui du Covid-19″, a déclaré M. Biden. Il a ajouté qu’il ne s’attendait pas à ce que des mesures de quarantaine soient imposées, même pour les personnes infectées.

 

En revanche, les gouvernements du monde entier – et les personnes qu’ils contrôlent – ont pris l’habitude d’adopter des mesures extrêmes pour atténuer les effets de la maladie.

Nous pourrions donc assister à une réaction rapide et excessive face à la variole du singe de la part de dirigeants craignant une nouvelle pandémie ou la répétition des erreurs commises avec le coronavirus. Et nous disposons maintenant d’un précédent récent qui considère les confinements et autres restrictions comme des moyens appropriés de contenir les menaces pour la santé publique.

La Suède a classé la variole du singe comme une « maladie dangereuse pour la santé publique« , ce qui signifie que les autorités de ce pays pourraient imposer des mesures similaires à celles imposées pour le Covid-19. Mais elles ne l’ont pas encore fait, et elles affirment que des restrictions généralisées sont peu probables. La Suède, bien sûr, a réagi au covid avec une main relativement légère.

De quoi s’agit-il ?

La variole du singe est une maladie virale pouvant provoquer des lésions, de la fièvre, un gonflement des ganglions lymphatiques, des maux de tête, des douleurs musculaires, des douleurs dorsales et de la fatigue. L’OMS explique qu’elle peut être transmise par « un contact étroit avec des lésions, des fluides corporels, des gouttelettes respiratoires et des matériaux contaminés tels que la literie. La période d’incubation de la variole du singe est généralement de 6 à 13 jours mais peut aller de 5 à 21 jours. »

Il existe deux types de variole du singe : le clade ouest-africain et le clade du bassin du Congo. Les cas actuellement observés sont du type ouest-africain, qui se propagent moins facilement.

Selon l’OMS :

« La variole du singe est généralement autolimitée mais peut être grave chez certaines personnes, comme les enfants, les femmes enceintes ou les personnes dont le système immunitaire est affaibli par d’autres problèmes de santé. »

La maladie a un taux de létalité de 3,6 pour le clade ouest-africaine et de 10,6 % pour la clade du bassin du Congo. Vox rapporte que le taux de létalité peut être plus faible « dans les pays à ressources élevées comme les États-Unis, car les personnes qui y vivent ont généralement un meilleur accès aux soins de soutien qui permettent de résoudre la plupart des infections par la variole du singe. […]En 2003, au moins 53 personnes dans le Midwest des États-Unis ont contracté l’infection par des chiens de prairie de compagnie qui avaient été infectés lorsqu’ils étaient hébergés près de rongeurs importés du Ghana ; aucune des personnes infectées n’est décédée« .

Dans la flambée actuelle, selon l’OMS,  « les cas signalés jusqu’à présent n’ont pas de liens de voyage établis avec une zone endémique […] Les cas ont été principalement, mais pas exclusivement, identifiés parmi des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) qui consultent dans des centres de soins primaires et de santé sexuelle. »

L’agence ajoute :

« L’identification de cas confirmés et suspects de variole du singe sans lien direct de voyage avec une zone d’endémie représente un événement très inhabituel […] L’OMS s’attend à ce que d’autres cas dans des zones non endémiques soient signalés. »

Sur le web

Traduction Contrepoints

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Nos gouvernements occidentaux rêvent d’appliquer le modèle de crédit social à la chinoise. Le seul moyen pour eux de parvenir à imposer ce changement de civilisation (et la fin définitive de la démocratie), c’est à travers des crises. Donc il faut s’attendre à un emballement aussi important pour la variole du singe que pour le COVID ou la guerre en Ukraine.

    • Les gouvernements, occidentaux ou non, ne rêvent que de perdurer. Les peuples n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes s’ils leur en fournissent les moyens par des crises qu’ils suivent avec délectation à la télé ou sur les réseaux sociaux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Chine
2
Sauvegarder cet article

La Chine se voit bientôt la première puissance économique mondiale et en avance dans de nombreux domaines. Elle semble même penser ne plus avoir besoin du reste du monde pour son développement. C’est probablement une erreur, comme l’a montré l’épisode maoïste.

 

Pourquoi la Chine choisit d’être seule ?

Dans mes derniers articles, j’évoquais les faiblesses à long terme de la Chine, principalement sa crise démographique ou la démotivation des jeunes qui, n’ayant pas connu la misère de leurs parents, rechignaient à travailler ... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

OMS (Organisation Mondiale de la Santé)
4
Sauvegarder cet article

Ouf, une nouvelle panique arrive ! Il était temps et le timing est particulièrement serré.

En effet, la guerre russo-ukrainienne semble marquer le pas, à mesure que Zelensky et Poutine commencent à émettre des velléités de vouloir négocier.

En outre, le covid n'intéresse plus personne. Il ne reste plus guère que quelques petits pétochards qui tremblent encore d'une douzième vague (ou treizième ? on perd le fil, que voulez-vous), mais qui ont baien du mal à mobiliser les plateaux télé avec leurs poulains experts largement tombés ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles