Ça gaze toujours pour la propagande du vent

La situation vis-à-vis de l’énergie renouvelable reste globalement préjudiciable aux consommateurs et aux contribuables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ça gaze toujours pour la propagande du vent

Publié le 22 avril 2022
- A +

Par Serge Houdbine et Michel Gay.

Un article publié le 13 avril 2022 dans le journal régional, Le courrier de l’Ouest, (appartenant au groupe Ouest France) relaie le discours du Syndicat France énergie éolienne (FEE) représentant les promoteurs et exploitants des éoliennes.

D’où vient l’argent magique ?

Selon eux, « le solaire et l’éolien c’est du pouvoir d’achat » et les énergies dites vertes grossiraient désormais le budget de la France.

Sans vergogne, en ces temps de campagne électorale, ils appellent l’État à en faire profiter les Français et en déduisent qu’il faut accélérer le déploiement des renouvelables…

Selon la FEE, entre 2021 et 2022, le solaire et l’éolien devraient permettre aux finances nationales d’économiser ou d’engranger plus de 14 milliards d’euros : 3,3 milliards représenteraient le trop-perçu des aides de l’État en 2021, 5,1 milliards n’auraient pas à être financés (?!) en 2022, et les exploitants d’énergies renouvelables intermittentes (EnRi) ajouteraient 6 milliards (dont 3,7 milliards pour l’éolien).

Pourquoi une telle générosité ?

Le soutien au développement des EnRi a conduit l’État à engager environ 150 milliards d’euros, dont 30 milliards ont déjà été dépensés… aux frais des clients et des contribuables.

Cette aide financière au développement des EnRi s’effectue notamment par le biais de juteux contrats d’achat garanti de leur production.

À partir de 2017 un système de « complément de rémunération » entre le prix de marché et un prix cible est mis en place pour les nouveaux projets malgré l’opposition des promoteurs.

Pourtant, jusqu’en 2021, ils ont été encore grassement rémunérés, même si rien ne laissait prévoir le jackpot actuel à la faveur de la hausse importante du prix de l’électricité résultant de celui du gaz en Europe.

Depuis plusieurs mois, les prix de marché de l’électricité sont très supérieurs aux prix cibles fixés pour la rémunération des producteurs. Ils ont atteint 231 euros par mégawattheure (€/MWh) au premier trimestre 2022, en passant par 108 €/MWh en 2021, alors qu’il était de 50 €/MWh jusqu’à la pandémie de Covid-19.

Ces prix de l’électricité sont sans rapport avec ceux du marché européen par le passé et en complet décalage avec le coût de production moyen pondéré du mix électrique français.

En quoi les EnRi sont-elles à l’origine de cette manne ?

Les promoteurs et exploitants des EnRi exaltent les vertus de leur industrie parce que c’est leur métier. Mais ils oublient de dire que le recours au gaz pour la production d’électricité résulte en grande partie de la réduction des capacités de production nucléaire, en Allemagne notamment, car les EnRI sont incapables de garantir la fourniture permanente d’électricité à la hauteur des besoins.

C’est ainsi qu’à défaut de nucléaire et d’hydraulique suffisants afin de limiter les émissions de CO2, les centrales à gaz sont devenues incontournables pour garantir la stabilité de l’équilibre production-consommation.

Quant à la compétitivité des EnRi, elle ne se mesure pas à l’aune d’un coût « brut » de production, mais par le coût du service qu’elles rendent au système électrique.

Il faut tenir compte des surcoûts qu’imposent leur raccordement aux réseaux (à cause de leur capacité de production maximale très supérieure à leur production moyenne), des moyens de production conventionnels supplétifs (gaz, charbon…), et du coût énorme du stockage-déstockage (hydrogène et/ou batteries électrochimiques de capacité suffisante pour écrêter leurs pointes de production).

À ces mesures s’ajoutent encore le coût des effacements et/ou reports de consommation qui peuvent atteindre des coûts vertigineux.

Faut-il se réjouir ?

Les promoteurs d’EnRi peuvent se réjouir de bénéficier d’une opportunité financière exceptionnellement favorable à leurs intérêts. Mais la situation reste globalement préjudiciable aux consommateurs et aux contribuables.

Que les promoteurs des énergies renouvelables prennent leur part du fardeau des EnRi ne leur permet pas de s’en attribuer les mérites et surtout de conclure qu’il faudrait aller encore plus vite vers un mythique « 100 % renouvelables éolien et solaire ».

L’augmentation du prix de l’électricité et du gaz reflète l’incomplétude de l’offre inadaptée aux besoins nationaux des productions des EnRI qui ne sont pas les chevaliers blancs de l’économie et du climat.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Dans la profession de foi du deuxième tour du président Macron, Il est dit que MLP, si elle est élue va construire des centrales au Charbon. (Je l’ignorais jusqu’a ce jour) Il eut été judicieux que dans le débat il nous précisat si ce serait avec du Charbon Russe ! ?
    Le niveau de Médiocritude de cette campagne est effrayant.

  • Encore un fois, pourquoi un tel poids de l’Allemagne sur l’Europe ? Choquant à force. France et Allemagne forment-t-elles un vrai tandem ? Qui aide l’Allemagne au sein des institutions européennes ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

La guerre en Ukraine révèle avec douleur plusieurs échecs de l’Union européenne (UE). Mais elle met aussi en évidence la grandeur de la nation polonaise. Les Européens sont en admiration pour le sens de responsabilité des autorités et de la population de Pologne, notamment dans l’accueil généreux des Ukrainiens qui fuient la mort et la destruction de l’injuste guerre conduite par la Russie. Mais comme toujours, il est possible dans les malheurs de tirer des solutions pour éviter que l’avenir ne fournisse les mêmes difficultés.

Objectiv... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles