Le programme santé non abouti de Marine Le Pen

Retour sur le programme santé de Marine Le Pen. Plusieurs éléments montrent des lacunes qui mériteraient d’être corrigées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marine Le Pen by Global Panorama(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le programme santé non abouti de Marine Le Pen

Publié le 13 avril 2022
- A +

J’ai analysé les programmes santé d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Lequel propose les solutions les plus crédibles pour restaurer le système de soins qui a reculé à la 24e place ?

Dans sa Lettre aux Français du 3 mars, le candidat Macron écrivait vouloir « préserver et même améliorer ce modèle social auquel nous tenons tant et qui a fait ses preuves. Davantage de solidarité entre les générations, de préventions, de démocratie sanitaire, telles sont ses orientations.

Comment ferait-il après sa réélection ? L’histoire reste à écrire. En effet, j’ai analysé les obstacles qu’il a lui-même dressés. Ils sont nombreux car la voie choisie par l’ancien président est par trop étatiste avec le Ségur inefficace et la Grande Sécu.

Celui de Marine Le Pen ressemble par de nombreux aspects à celui d’Éric Zemmour mais il n’est pas abouti.

Protéger la complémentarité du double système de santé public et libéral en insistant sur le maillage territorial des acteurs indépendants de la santé (médecins, pharmaciens, laboratoires d’analyses…) serait une bonne chose mais c’est vague.

Voyons avec plus de détails ses propositions.

Sécurité sociale

Garantir la Sécurité sociale pour tous les Français et le remboursement de l’ensemble des quatre risques : maladies, accidents du travail, vieillesse et famille.

Ils sont déjà pris en charge par l’assurance maladie, donc jusque là rien de nouveau. Elle ne précise pas quelles tarifications seraient actualisées, ni le taux des remboursements.

Créer un cinquième risque de Sécurité sociale consacré à la dépendance liée à l’âge, à la perte d’autonomie ou au handicap.

Avec quels financements ?

Déserts médicaux

Numerus clausus

Elle souhaite le relever « Pour éviter le recours massif aux médecins étrangers et permettre le remplacement des trop nombreux départs à la retraite prévus ».

Il faudrait le doubler mais cela n’aurait d’effet que dans dix ans. Empêcher ou limiter le nombre de médecins étrangers aggraverait les déserts médicaux et paralyserait l’hôpital.

Tarification 

Marine Le Pen propose de moduler la rémunération des consultations en fonction du lieu d’installation du médecin.

C’est typiquement le genre de mesures qui est inapplicable.

Il y a pénurie de médecins dans tous les départements et dans toutes les spécialités. Payer davantage les consultations de ceux qui sont installés à tel ou tel endroit dans telle ou telle spécialité se révèlerait effroyablement complexe.

Stage d’internat

Il serait instauré dans les zones en déficit de médecins. C’est de la pure utopie, l’internat étant une formation.

Maintenir les hôpitaux de proximité

Plutôt que d’organiser des groupements hospitaliers de territoire (GHT) et augmenter les effectifs de la fonction publique hospitalière. Avec quels personnels ?

Lutter contre les déficits et les fraudes

Supprimer l’aide médicale d’État et la remplacer par une aide restreinte aux urgences vitales

L’AME s’adresse aux ressortissants étrangers en situation irrégulière et précaire. Chaque année des dizaines de milliers d’interventions sont pratiquées pour des ressortissants extras-européens sans caractère d’urgence et les règlements ne sont pas toujours exécutés.

Lutter contre les diverses fraudes à l’Assurance maladie

Notamment par la création d’une carte vitale biométrique fusionnée avec la carte nationale d’identité. Les fraudes seraient de l’ordre de 15 à 45 milliards d’euros selon Charles Prats.

Vendre les médicaments à l’unité 

Afin de faire des économies, lutter contre le trafic et la revente à l’international. Cette gestion serait complexe et source d’erreurs pour certains malades.

Accélérer et faciliter la mise en place des médicaments génériques

Certes ils sont moins chers que les médicaments princeps. Mais certains n’ont pas la même efficacité, ce qui pourrait être dangereux, en particulier pour les traitements hormonaux et cardiovasculaires.

Augmenter les financements de la recherche scientifique

Notamment biomédicale, pour valoriser les technologies françaises sur la scène internationale et soutenir les startups françaises.

Les études médicales

La réforme des études médicales et la réorganisation générale du système sont abordés. Ce sont  les seules mesures qui pourraient sauver le système.

Le retour à la sélection et à l’élitisme est à peine esquissé. Rétablir le concours républicain créé par Napoléon en 1802 et supprimé en 2002 serait un bon signal.

Il faudrait actuellement former 12 000 internes chaque année. Moins de 9000 sont admis en première année d’internat car 18 % manquaient cette année à l’appel obligeant à inscrire plus de 200 internes étrangers.

Les Agences de santé et l’organisation générale

Marine Le Pen entend supprimer les Agences régionales de santé et confier la tutelle des hôpitaux aux préfets de région. Ce serait une mesure salutaire pour libérer les soins. Quel serait le rôle des maires des grandes métropoles ?

Pour faire face à la pénurie de personnel soignant à l’hôpital public, elle souhaite recruter en masse des personnels soignants, affirmant que 30 % des postes ne sont pas pourvus. C’est exact mais elle ne dit pas comment les former et les recruter. Repasser au 39 heures au lieu de 35 faciliterait cette transition.

L’ensemble de ces mesures ne sera pas suffisant pour restaurer le système de santé, faute d’une réorganisation générale simplifiant les administrations et faute de revoir la formation des médecins et des internes.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je pense que capitaine pédalo, avec marisol touraine, et macron, avec buzin et véran, ont totalement dézingué l’hôpital. Il ne se passe pas un jour sans que j’entends que telle personne ou telle autre a quitté l’hôpital à cause de leur ras-le-bol de l’inorganisation et d’une administration, tatillonne, surdimensionnée et totalement inadéquate.
    Mon épouse va se faire opérer de la cataracte. Elle a dû remplir 25 formulaires PAPIER !!! Ce n’est pas la peine de chercher plus loin les causes du désastre.
    Un ami, grand professeur dans un hôpital civil, m’a dit que l’hôpital n’avait jamais aussi bien marché que lors du début de la pandémie où le personnel hospitalier avait été déchargé de toutes les procédures administratives.
    Conclusion : La première mesure est de faire réaliser un audit sur tous les dysfonctionnements et de virer tous ceux qui créent des dépenses inutiles et compliquent le travail journalier du personnel. Pour exemplifier mon propos, je me réfère aux systèmes hospitaliers allemands et suisses dont le personnel administratif est de 30 à 35% inférieur à celui de la France. CQFD.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture

Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris reconnaît enfin que l’Hôpital est en crise, ce que nous dénonçons et abordons depuis plus de 20 années années dans la revue des anciens internes des hôpitaux de Paris. Celle-ci est adressée chaque trimestre à l’AP-HP. Son directeur devrait s’en inspirer car 40 % d’entre nous sont encore en activité, les mains dans le cambouis et les autres ont participé à la réussite du système de soins qui avait hissé le pays au premier rang des pays de l'OCDE.

L’Internat de... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le vote Mélenchon est révélateur d’un symptôme propre à la France : l’extrême gauche est plus forte dans notre pays que dans les autres.

Pourquoi ? Il existe plusieurs réponses.

La première est conjoncturelle : Mélenchon a du talent, c’est un politicien cultivé qui s’exprime avec conviction et éloquence, il entraîne les foules et son islamo-gauchisme lui a attiré les suffrages du monde musulman, en particulier ceux des musulmans en rupture avec la civilisation française. Le vote utile a aussi joué pour lui.

Mais ce sont l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles