Après la précarité énergétique, la précarité alimentaire

La combinaison de Farm to Fork et de la guerre en Ukraine, condamne l’Europe à renouer avec les pages sordides et poisseuses d’une histoire qu’on croyait révolue : la faim.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
EU budget debate ahead of crucial summit - with Ursula von der Leyen (European Commission) By: European Parliament - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la précarité énergétique, la précarité alimentaire

Publié le 27 mars 2022
- A +

Après avoir détruit l’indépendance énergétique européenne, les écologistes se concentrent à présent sur leur prochain objectif : la destruction de votre supermarché.

C’est le programme Farm to Fork (FTF) de la Commission européenne, sous la férule du Commissaire Frans Timmermans.

Le programme Farm to Fork et la précarité alimentaire

Génies de la communication politique à l’usage des simples et des bourgeoises bien nourries, les écologistes ont nimbé leur nouveau Plan d’objectifs enchanteurs : réduire la chimie dans l’agriculture, limiter les émissions de CO2, favoriser le local contre les horribles multinationales agro-alimentaires (dont la seule appellation suscite la colère des chaumières à toilettes sèches).

En réalité, le programme FTF prend le contrepied exact de ce qu’on appelait en Inde, dans les années 1960, la Révolution verte. En améliorant les semences, par la mise en œuvre d’engrais intelligents et de pesticides sélectifs, les Indiens ont augmenté leur production agricole. Ce faisant, l’Inde a sorti des centaines de millions d’enfants, de femmes et d’hommes de la famine dans laquelle ils croupissaient. Le vrai est que la Révolution verte a scindé l’histoire de l’Inde : famines avant, plus aucune famine depuis. Pas la moindre. Bêtement, les Indiens semblent considérer que l’absence de famine est préférable au spectacle d’enfants qui meurent — littéralement — la bouche ouverte dans la rue.

Plus généralement, l’agriculture moderne a réduit le pourcentage de nos frères humains qui souffrent de la faim à son plus faible niveau historique — dans le même temps que nous n’avons jamais été aussi nombreux, démentant superbement les sombres pronostics des malthusiens de tous les partis et credos idéologiques (je renvoie aux chiffres des Nations unies que j’analyse dans L’écologisme, nouveau totalitarisme ?, Texquis, 2019).

Le programme FTF visionnaire de la Commission européenne nous propose, terme à terme, le voyage inverse à la Révolution verte :

  • imposer d’autorité 25 % d’agriculture dite biologique, c’est-à-dire à l’ancienne, avec des rendements dérisoires, toujours à la merci de la voracité des insectes et autres vermines,
  • réduire de 50 % les pesticides et antibiotiques dans l’élevage,
  • réduire de 20 % les engrais dits chimiques, imposer d’autorité la mise en jachère de 10 % de toutes les terres agricoles.

 

Avec les écologistes, ce qui commence par une incitation sympa — « tiens, je vais acheter des œufs bio ! » — termine toujours par une schlague en travers du visage.

Les accents de ce Plan ultra-autoritaire constellé de menaces et sanctions sont nettement soviétiques, me direz-vous. Oui et non. Oui sur la méthode, qui est purement top-down, arbitraire et tyrannique. Pas du tout sur le fond, car les Soviétiques n’ont jamais visé qu’à augmenter leur production agricole, là où les écologistes visent à la détruire. Énième illustration du caractère trompeur de l’image de la pastèque — verts à l’extérieur, rouges à l’intérieur — souvent utilisé pour désigner la réalité idéologique écologiste. Le marxisme voulait l’abondance ; l’écologisme n’a jamais promis que la misère (en chantant).

L’agriculture européenne n’étant pas un détail dans le monde, le ministère fédéral américain de l’Agriculture s’est évertué à chiffrer les conséquences concrètes — par-delà les aimables slogans écologistes à l’usage des gogos — de Farm to Fork, alias le Moyen Âge dans vos assiettes. Elles sont simples, directes, et même arithmétiques : si le Plan européen FTF est mis en œuvre, la production agricole européenne s’affaissera —12 %, les prix vont exploser +17 %, le CA des agriculteurs va chuter —16 %, enfin les exportations agricoles de l’UE vont s’effondrer : —20 % !

Un cinquième des exportations agricoles européennes serait ainsi vaporisé par pure idéologie. Une étude de l’UE — mais pourquoi diable l’UE tiendrait-elle compte de ses études ? — indique que les émissions de CO2 qui seront réduites en Europe par la destruction de pans entiers de l’agriculture seront essentiellement transférées vers d’autres pays et continents, selon le mécanisme du refoulement bien connu des psychiatres.

Écologisme alimentaire et écologisme énergétique

Ainsi le parallélisme entre l’écologisme alimentaire et l’écologisme énergétique est-il parfait : la sécurité d’approvisionnement est détruite, la souveraineté alimentaire n’existe plus, la dépendance à l’étranger — son bon vouloir, son invasion de l’Ukraine — devient totale, les émissions de CO2 ne sont en rien réduites, seulement déplacées. Au final, ce seront les citoyens européens, à commencer par les plus fragiles, qui souffriront dans leur chair — littéralement — la réalisation de la férocité écologiste.

Selon l’étude fédérale américaine, si le monde s’inspirait du programme FTF, pas moins de 185 millions de nos frères humains seront précipités dans la précarité alimentaire par le nouveau fanatisme écologiste, celui qui plonge sa fourchette dans votre assiette pour en écarter furieusement tout ce qui disconvient à ses pulsions mortifères.

Le révélateur ultime des fanatismes, ce sont les situations de crise — les vraies crises, non celles qui sont fabriquées de toutes pièces par des idéologues fous. L’Ukraine aux terres si fertiles reste l’un des plus beaux greniers non seulement de l’Europe, mais du monde. Ainsi l’Ukraine produit-elle pas moins de 20 % du blé consommé en Union européenne, et 13 % des oléagineux (entre autres). Il est trop tôt pour déterminer la part de cette production qui sera détruite par l’invasion russe.

Ce qui est certain, en revanche, est que la combinaison de Farm to Fork et de la guerre en Ukraine, si rien n’est fait pour arrêter la politique criminelle du Gosplan européen, condamne l’Europe à renouer avec les pages sordides et poisseuses d’une histoire qu’on croyait révolue : la faim.

 

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Ce ne sont pourtant pas les partis écologiques qui sont à la manoeuvre mais bien les dirigeants d’organisations internationales dont l’UE n’est pas la moindre. C’est ainsi que ces beaux champs d’éoliennes se prélassant par monts et par vaux de nos belles campagnes ont été plantés non pas sur l’injonction d’écologistes purs et durs (qui jouent en la matière le rôle d’idiots utiles) mais bien en conformité avec une politique fixée à Bruxelles. Et même si un ministre en exercice constate que le marché du gaz et de l’électricité qui finance entre autres ces beaux moulins, est une aberration, il ne peut plus que le constater. Aberration, le mot est d’ailleurs faible. Il s’agit bel et bien d’une escroquerie pure et dure dont nos dirigeants actuels, et non Monsieur Jadot, tirent les ficelles. Pour info : https://www.youtube.com/watch?v=OaEi9b84lxg

  • Désormais tous les politichiens l’ont appris, pour faire adopter n’importe quelle mesure scélérate, il suffit de la peindre en vert.

  • Merci à Drieu Godefridi pour cet article qui remet les pendules à l’heure. Il est hélas très juste: le plan de la ferme à la fourchette est un désastre annoncé. Ses promoteurs le savent parfaitement. Toutes les études sur le sujet sont concordantes. Certains essaient de sonner l’alarme, en vain jusqu’à présent. Le lobby écolo est pour l’instant beaucoup plus puissant que les autres.

  • Beau programme….mais comme l’a dit quelqu’un dont j’ai oublié le nom: « en cas de famine, les gros maigrissent, et les maigres crèvent »

    • « Quand les gros maigrissent
      les maigres périssent. »

      老子 (Lao Tseu)

      • Pas si sûr que les gros maigriront, ils pourront toujours compter sur leurs voitures au lithium et autres carburants verdâtres hors de prix .

  • Avatar
    jacques lemiere
    27 mars 2022 at 9 h 52 min

    il faut arrêter de parler d’écologisme..car tout le monde ou personne n’eest écologiste..

    et les écologistes politiques sont des nains électoraux..

    non des étatistes..des planificateurs.. des aristocrates..

    Vous vous souvenez de ces touristes revenant de quelque pays se plaignant du tourisme  » de masse »..
    ce sont les anciens » anti société de consommation » devenus bourgeois qui se font vendre de l’anticonsummérisme pour se donner une façade de cohérence..

    ils achètent à prix fort une image de pauvreté et sobriété!!!!
    et ça marche!!!

    • Oui mais les écologistes ont une influence qui va bien au delà de leurs résultats électoraux. Quasiment tous les partis politiques adhérent à leurs délires. Normal, l’écologisme étant un excellent (pour les imbéciles) prétexte à toutes sortes de restrictions, de transferts forcés et du renforcement du contrôle de l’État sur l’économie. En bref, même si les objectifs affichés des marxistes différent effectivement des objectifs affichés des écologistes, l’écologisme n’en est pas moins l’une des nouvelles justifications du soci

  • Les écolos n’ont jamais autant mérité la dénomination de « Khmers verts ».

    Leurs délires se paieront chez nous à la marge par une récession et quelques suicides. Mais les ressources mondiales étant globalisées par les mécanismes économiques, ce seront des famines qui en résulteront dans d’autres pays à cause du renchérissement des denrées alimentaires, puis des instabilités politiques et des révoltes réprimées brutalement. Au final, tout cela nous reviendra dans la figure sous forme d’exode et d’immigration.

    Premier round en cours avec l’incendie du grenier à blé !

  • Un seul objectif devrait nous préoccuper: le frexit
    (même si ce sujet capital est occulté dans une campagne électorale fatale)
    Les Anglais l’ont compris, ils ont toujours su où étaient leurs intérêts

    • Oui, comment en arrive-t’on à avoir une Ursula ou un Macron (pour les autres et pour nous dans le contexte) qui décident de la politique de toute l’Europe sans avoir été élus et devoir répondre de leurs décisions devant les électeurs ?

  • On ne comprends plus rien à la politique menée par l’ue, j’hésite entre corruption et corruption(des traîtres) . Les ecolos semblent être des boucs émissaires fastoches… En fait, peu à peu on se retrouve n’être qu’entre les mâchoires voraces des états unis. On aurait pu dominer le monde a quatre, ils ne sont plus que 2…. Peut être.

  • Après avoir rêvassé à une agriculture « poétique », la réalité un peu plus prosaïque nous pète à la gueule.
    Comment croire qu’on peut se passer d’engrais chimique ? En le remplaçant par du fumier de bovin, à raison de 30 tonnes par hectare !
    Si le véganisme gagne encore du terrain, il n’y aura d’ailleurs plus de bovins, donc plus de fumier.
    Ce ne sont pas les écolos qui sont responsables de cette gabegie, puisqu’ils ne sont pas au pouvoir en France, sauf à considérer que Barbara Pompili le pot de fleurs serait réellement ministre…
    Si on en est là, c ‘est à cause de cette culture, soi disant élitiste, qui fabrique des responsables qui ne connaissent rien aux réalités de terrain et qui n’ont surtout pas envie de les connaitre.
    Il suffit de regarder le déplacement de Mame Pécresse à la campagne, qui ignore complètement un agriculteur qui lui dit pourtant des choses fort intéressantes, à savoir qu’il faudrait rapprocher les céréaliers des éleveurs.
    Cette goujaterie en dit long sur le peu d’estime qu’elle porte au monde agricole. Elle qui est sortie 2ème de l’ENA ne va quand même pas se laisser impressionner par un péquenot !
    Souvenons nous du passage de Bruno Le Maire à l’agriculture alors qu’il n’était même pas capable de convertir un ha en m² et qu’il ne savait pas à quoi sert un enjambeur.
    Notre système de sélection a complètement déconsidéré les autodidactes et encouragé des responsables hors sol.
    Le réveil sera brutal et les jacqueries sanglantes !

  • C’est tellement et tellement désespérant aussi ! Les ONGs tout comme le GIEC alimentent les écolos et nous promettent tout simplement un retour vers la disette et la misère. Ce n’est pas l’avenir que je souhaite. Si l’Homme a réussi à prospérer depuis des millions d’années dans des conditions souvent insupportables, c’est grâce à son adaptabilité et à son intelligence. Il serait quand même surprenant qu’il tourne le dos à ces facultés pour retomber dans l’ignoranceet la guerre du feu.

  • Donc il faut souhaiter que l’Ukraine n’entre jamais dans l’UE, y appliquer le programme FtF aggraverait encore plus la précarité alimentaire (une fois la paix revenue, car elle reviendra forcément un jour)

  • nous devons donc accepter de
    s empoisonner en.mangeant des aliments remplis de produits chimiques ?
    les aliments biologiques doivent etre
    augmentés au maximum . une autre façon de produire est possible .l auteur de l article a des actions chez bayer ou autres empoisonneur ?
    article du monde (mon dieu de gauche)…

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/14/une-agriculture-100-biologique-pourrait-nourrir-la-planete-en-2050_5214822_3244.html
    contrepoint ne doit pas etre un journalisme de droite pur et dur mais qui accepte les points de vies contradictoires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Après la grande distribution, les stades de football ? Invitée ce mardi de nos confrères de France Info, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a annoncé que les événements sportifs pourraient incessamment sous peu se dérouler plus tôt qu’à l’habitude afin de limiter la consommation électrique des éclairages. Incessamment sous peu car cela pourrait s’appliquer dès cet hiver. Plus tôt qu’à l’habitude car la ministre souhaite réduire la consommation énergétique du secteur dont elle a la garde.

En cause : un plan d’économie d’énergie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles