Les va-t-en guerre ont gagné au détriment des populations

La guerre en Ukraine montre des dirigeants va-t-en guerre qui n’ont que faire des populations pour atteindre leurs objectifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 9
Photo by Hasan Almasi on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les va-t-en guerre ont gagné au détriment des populations

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 mars 2022
- A +

On entend dans les médias que les Européens, les Français en particulier, vont subir les conséquences de la guerre en Ukraine. Ce n’est pas exact. Ils vont subir les conséquences des décisions prises par leurs gouvernants suite à la guerre en Ukraine.

Nous avons eu le même abus de langage avec la crise dite sanitaire prétendument due au coronavirus. En réalité cette crise dite est due aux mesures de coercition sociale, aussi aberrantes que dangereuses, prises par ces mêmes gouvernants.

Les politiciens sont nocifs

Ce sont les États, donc les politiciens, qui déclenchent les guerres, pas les individus qui aspirent à vivre en paix.

Le conflit que nous vivons aujourd’hui entre la Russie et l’Ukraine est dû à une succession de décisions prises, au fil de l’Histoire, par les dirigeants de ces pays, et ceux d’autres pays ayant un intérêt géopolitique, économique, stratégique à intervenir dans cette région.

Le débat chez les politiciens, dans les médias et sur les réseaux sociaux, tourne depuis le début de la crise, sur qui a tort et qui a raison, qui est le gentil qui est le méchant. Chaque camp appelle à la rescousse l’Histoire et la présente à son avantage pour justifier son action. Les images terribles diabolisent l’ennemi. La manipulation et la propagande battent leur plein. Le but étant que son camp soit reconnu dans son bon droit et que l’opinion publique bascule de son côté.

Les politiciens doivent toujours faire quelque chose. Leur grand problème est d’être accusé de ne rien faire. C’est la pire des insultes. Ils sont en place pour faire. L’État ne sais pas ne rien faire.

À partir de là les politiciens et leurs affidés font n’importe quoi, perdent leur sang froid, succombent à l’émotionnel, s’agitent, l’œil rivé sur les réseaux sociaux, les médias, leur popularité. Ils sont dans leur monde. Ils se tirent la bourre. Il n’y en a pas un pour calmer l’autre. Ils suivent leurs propres intérêts : asseoir leur pouvoir, obtenir la gloire, être réélu, assouvir leur soif de puissance. Sans oublier les profits mutuels que tirent l’État et le capitalisme de connivence de leur collaboration.

Les sanctions économiques

Les sanctions économiques ce n’est pas du courage, c’est de la lâcheté. C’est l’absence du courage nécessaire pour mettre sa peau au bout de ses convictions.

La guerre est une spoliation et les sanctions économiques sont une spoliation légale. Elles privent des gens, qui n’y sont pour rien, de leur projet de vie, de leurs libertés, de leur propriété, de leur personnalité. « Personnalité, Liberté, Propriété, — voilà l’homme. » Frédéric Bastiat, La Loi (1850)

Les sanctions économiques sont un moyen de coercition, comme les armes. Elles sont un véritable acte de guerre. Mais les gouvernants ont peur de la vérité et mentent à leurs populations. « Nous ne sommes pas en guerre avec la Russie », comme s’ils étaient effrayés et refusaient d’assumer les conséquences possibles, ultimes, eschatologiques de leurs décisions. C’est une tentative d’exorciser le caractère belliqueux de leurs actes hostiles.

« Nous devons tous, tous, faire un effort. Nous devons tous prendre conscience que nous entrons dans un monde nouveau, » a dit Bruno Le Maire. Un sacrifice contraint est une spoliation, ce n’est pas de la solidarité. La véritable solidarité ne peut être que libre.

Les sanctions ont des conséquences néfastes sur toutes les populations des pays concernés. Ce sont elles qui trinquent. Les sanctions économiques ajoutent du malheur au malheur. Faire crever de froid les Européens, ruiner les Français, les Européens, les Russes ne sauvera pas un seul Ukrainien, ni un seul Russe d’ailleurs. Plonger les gens dans la misère ne mettra pas fin à la misère, ni aux souffrances dans les pays en guerre.

Au final, il n’y a pas de différence entre une usine détruite par des bombes ou des obus ennemis et une usine détruite par les sanctions économiques prises par son gouvernement prises contre ses ennemis. Dans les deux cas l’usine est détruite.

Dans le premier cas c’est un acte de guerre commis par l’ennemi. Il y a une logique, il vous veut du mal. Dans le second cas c’est aussi un acte de guerre, mais de votre propre gouvernement. Officiellement contre l’ennemi, mais surtout contre sa propre population. En vérité c’est elle qui est sanctionnée.

Dans les faits le gouvernement qui prétend vous protéger fait davantage de mal que l’ennemi supposé vouloir vous détruire. Votre gouvernement est plus nocif que vos ennemis. Avec un protecteur pareil vous n’avez pas besoins d’ennemis. Votre gouvernement vous prend pour des imbéciles.

Par pitié ne nous protégez plus !

Protéger les Français relève de la propagande, comme lors la crise dite sanitaire. C’est le leitmotiv du gouvernement. « Nous avons débloqué 17 milliards d’euros de dépenses publiques pour protéger les Français » dit Bruno Le Maire. 17 milliards que nous n’avons pas, pas plus que nous n’avions les 460 milliards du « quoi qu’il en coûte ». La vérité est qu’il prétend protéger les Français contre les conséquences des mesures nocives qu’il prend à leur encontre. Le mieux aurait été qu’il ne prenne pas ces mesures.

Des conséquences imprévisibles 

L’Europe est dans la morale, c’est sa spécificité. Partant de là, elle est en pointe dans les sanctions mais elle n’en a pas les moyens.

Les gouvernements ont désarmé, dépensé des centaines de milliards pour « sauver la planète », rendu l’énergie rare et chère, arrêté l’économie et dépensé encore des centaines de milliards au prétexte du coronavirus. La France est l’un des pays européens les plus mal en point. Elle est complètement ruinée, croule sous les déficits, la dette, le chômage, son secteur marchand est faible, son industrie moribonde, une grande partie de sa population est misérable ou pas loin, sa société se délite. La France est en état de faillite totale économique, sociale et culturelle.

Le reste du monde, États-Unis en tête, est très en retrait parce qu’il est dans la réalité géostratégique. Gouverner à la moraline a des conséquences finales bien plus dramatiques que de gouverner géo-stratégiquement.

Les conséquences des sanctions économiques sur les populations iront bien au-delà que de les faire avoir froid, d’augmenter le prix des carburants ou de la nourriture. Les conséquences des sanctions économiques sont inconnues. Elles ne sont jamais circonscrites. Elles sont d’emblée mondiales. Toute l’économie risque de s’effondrer. L’Europe sera en première ligne si cela arrive. Elle est le maillon faible de ce conflit.

Il ne faut pas oublier que la Deuxième guerre mondiale fut une conséquence du repli sur soi, de l’autarcie et de l’effondrement des échanges internationaux.

Épargner les populations

De toute façon combats il y a, combats il y aura. Autant limiter les dégâts. Autant épargner le plus possible les populations. Les sanctions économiques n’ont pas d’efficacité sur les combats, elles ne mettent pas fin à la guerre non plus. Le moindre mal est de circonscrire le champ de bataille. Il est bien plus cohérent une fois que l’on a choisi son camp, de lui envoyer des armes, des volontaires, des troupes, et de préserver la liberté économique. (l’Histoire le montre en Corée, au Vietnam, en Afghanistan…) tout en ne cessant jamais de discuter. D’autant qu’existent des médiateurs sérieux et discrets qui existent : Chine, Turquie, Israël, Allemagne…

La guerre c’est atroce. Mettre en jeu la vie d’un homme est une acte grave. Le seul sacrifice qui vaille est volontaire.

« Or, quand la force intervient légitimement, ce n’est pas pour sacrifier la liberté, mais pour la faire respecter. Dans quel cas l’emploi de la force est-il légitime ? Il y en a un, et je crois qu’il n’y en a qu’un : le cas de légitime défense. […] Le droit de celui dont on attaque la liberté, ou, ce qui revient au même, la propriété, les facultés, le travail, est de les défendre même par la force » Services privés, service public. (1850)

Pour se battre il faut une motivation personnelle, défendre sa patrie, sa terre, sa famille. C’est pourquoi les Ukrainiens nationalistes se battent bien. Les russophones en font autant.

Les politiciens changent, leur politique change avec le vent ou leur intérêt propre. Ils considèrent les individus comme des pions. Se battre pour des politiciens ne viendrait à l’idée de personne. Pourtant c’est ce qui se passe. Par patriotisme, pour défendre leur terre ou leur famille, ceux qui se défendent se battent pour les politiciens et sauveront peut-être leur régime.

Les politiciens ne supportent jamais les conséquences de leurs actes. Ce sont toujours les populations qui subissent les répercussions de décisions qui leur échappent et à laquelle ils n’ont aucune part. Ce sont les individus qui paient la facture des fautes des politiciens. Ce sont les populations qui morflent, soit directement de la guerre, soit des sanctions économiques.

C’est pourquoi quand les gens subissent la première cause, il faut ne pas aggraver leur sort en ajoutant la seconde.

Trop de « grands hommes »

Ces dernières années ont été néfastes pour les libertés individuelles. L’État gouverne par la peur. Plus les gens ont peur, plus l’État les manipule comme des marionnettes et plus il s’étend.

Pour créer et accroître l’effroi il a fabriqué trois puissants leviers afin d’accentuer son emprise sur les individus. Ces puissants leviers sont : le réchauffement climatique, les covid, et maintenant la guerre, la vraie.

Tous reposent sur une doxa, tous impliquent la suppression de la liberté d’expression, tous entraînent une destruction des droits naturels individuels universels, tous anéantissent le projet de vie des individus, tous entraînent la destruction de l’économie, en particulier du secteur marchand spécifiquement visé. Ces leviers sont complémentaires et synergiques. La peur engendrée par l’un nourrit la peur créée par l’autre. Le résultat est la soumission des populations. Le résultat est le totalitarisme.

Pour s’en sortir il faut que chacun recouvre la responsabilité de sa vie et sa liberté d’échanger.

« Il faut le dire : il y a trop de grands hommes dans le monde ; il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent au-dessus de l’humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s’occuper d’elle. » Frédéric Bastiat La Loi. (1850)

 

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Tres bien. Merci.

  • Avatar
    jacques lemiere
    17 mars 2022 at 7 h 03 min

    l’état ne sais pas..au lieu de ne sait pas

  • Avatar
    Laurent Lenormand
    17 mars 2022 at 7 h 39 min

    Parfaitement d’accord. Le simple fait de voir toute la classe politique « de gouvernement », qui a mené le pays à la ruine, se mettre au garde à vous devant cette stratégie d’escalade et de sanctions extrêmes devrait faire réfléchir…
    Quand ces gens parlent de « ruiner l’économie russe », pour une fois, j’ai envie de les croire. En la matière, ils ont une réelle expérience.

  • Un texte fondamental, supprimons les états et laissons faire le capitalisme.

  • Super article. Merci.

  • « La France est l’un des pays européens les plus mal en point. Elle est complètement ruinée, croule sous les déficits, la dette, le chômage, son secteur marchand est faible, son industrie moribonde, une grande partie de sa population est misérable ou pas loin, sa société se délite. La France est en état de faillite totale économique, sociale et culturelle. »
    J’adhère mais la déclaration « trop de grands hommes » est pour moi fausse. Le dernier remonte aux années 60…
    Justement il nous manque un « grand homme » car si l’on demande la population elle sera pour le maintien de ce système, voir de son aggravation !
    Les raisons ne manquent pas : pour sauver la planète par exemple…

    Donc il nous manque un grand homme politique qui déciderait de faire cesser cette emprise de l’état de plus en plus généralisée et de plus en plus délétère.
    Un politicien qui déciderait de ne pas se mêler de tout, de ne s’intéresser qu’au régalien (avec d’importantes économies sur le budget de l’état/impôts à la clef).
    Cela ne peut venir du peuple…du moins en France.

    Le poudré pense que sa « pensée complexe » est inégalable et nécessaire à notre pays (ou plutôt à sa dissolution dans l’europe faute de savoir traiter les problèmes de la France, et puis… « il le vaut bien »).
    Il s’autorise à se mêler de tout comme un intermédiaire obligatoire en se mettant en scène dans des débats propre à satisfaire son narcissisme exacerbé. Toute occasion de se mettre en scène est bonne.
    Rien ne doit se faire sans lui…quitte à ce qu’il s’adapte successivement à plusieurs auditoires antagonistes en se reniant en conséquence de manière itérative, tel un caméléon de la pensée.
    Il crée la peur, la rend permanente (COVID,Guerre) et propose ensuite comme programme (c’est d’actualité) de « protéger les français »…et il sera manifestement réélu.

    Le « en même temps » est une idée mortifère qui génère l’incohérence (tout électrique mais en diminuant la consommation, écologique mais pour le nucléaire (ce qui est par ailleurs logique) …mais hélas à dose congrue, vraiment insuffisante, après avoir fermé Fessenheim et surtout, surtout, trop tard etc…)

    Quant au conflit ukrainien, comme pour le nucléaire, après avoir sanctionné le général De Villiers qui était le messager de mauvaises nouvelles (l’insuffisance de la capacité réelle des forces armées faute de budget depuis >30 ans), il s’est finalement rangé à accepter une augmentation du budget de la défense…mais à nouveau : trop peu et à cette heure trop tard.

    Reste à espérer que Poutine ne soit pas aussi méchant que cela et n’attaque pas l’europe (car les allemands, qui doivent fournir la composante blindée de la force d’intervention rapide de l’OTAN avec une brigade de 44 blindés n’en a que…9 fonctionnels !). Heureusement que le reste de l’OTAN pèse encore.

    Trop peu…trop tard…

  • Amen !
    Libérons nous des clowns « à seringue » ou « à fusil » ou « à éolienne » ou autre, virons les politiciens et les bureaucraties, et très vite les guerres s’éteindrons. Il n’y a pas beaucoup de gens qui soient vraiment près à tuer ou à se faire tuer pour autre chose que leurs propres familles proches si on ne leur lave pas le cerveau. Les gens en général aiment qu’on les laissent en paix, et laissent les autres en paix.

    Il n’y a que quelques cas minoritaires qui veulent prendre, contrôler etc. ce qui n’est pas à eux et le font vraiment. Jadis ils étaient bandits de grand chemin, dans la mafia… Aujourd’hui ils sont tous politiciens ou presque !

  • Analyse très intéressante et juste. Merci.

  • Entièrement d’accord.
    Nous avons notre petit père des peuples, El Manuelito…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles