Face à la Russie, le tournant stratégique allemand

Le nouveau chancelier, Olaf Scholz, en fonction depuis décembre 2021, a annoncé au Bundestag le 27 février, un tournant stratégique de l’Allemagne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Olaf Scholz by SPD Schleswig-Holstein (Creative Commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face à la Russie, le tournant stratégique allemand

Publié le 11 mars 2022
- A +

L’Allemagne est une grande puissance économique, mais jusqu’à présent, elle n’avait pas voulu être un acteur géopolitique.

La réaction antinazie après 1945 a été institutionnalisée par les alliés, et a touché tous les domaines, y compris l’enseignement. Plus d’armée, plus de politique étrangère, des partis de gauche profondément pacifistes : l’Allemagne s’est concentrée sur les questions économiques et commerciales.

Mais l’invasion de l’Ukraine a bouleversé tout cela et a poussé l’Allemagne à sortir de ses visées purement économiques, et pas seulement dans le domaine militaire.

75 ans d’histoire : un « nain politique » centré sur l’économie

Au sortir de la guerre, l’Allemagne est idéologiquement traumatisée et profondément culpabilisée. Elle accepte donc l’interdiction de posséder une armée et de développer des armes atomiques, chimiques et biologiques.

Les choses changent à partir de 1955. Avec le soutien des États-Unis, la Bundeswehr (Armée fédérale) est créée afin de contrer la menace soviétique. Cette décision provoqua de nombreux débats en Europe, et je me souviens de la virulente campagne du parti communiste français, alors très puissant, sur ce « réarmement de l’Allemagne », campagne bien entendu lancée sur l’ordre de l’URSS.

Tout au long de la Guerre froide, la Bundeswehr va voir ses effectifs augmenter, mais après la chute du mur de Berlin, l’Allemagne estime la menace soviétique disparue et prend la décision de réduire ses effectifs pour se placer sous le parapluie nucléaire américain.

C’est donc sur les entreprises que l’Allemagne va s’appuyer, et réciproquement, pour s’imposer comme une grande puissance économique. Pari réussi qui fait de l’Allemagne la première économie européenne et la première contributrice au budget de l’Union avec 30 milliards en 2020. Elle est devenue un acteur économique de premier plan à l’échelle européenne et mondiale.

Mais cette priorité à l’économie s’oppose de plus en plus à la réalité géopolitique. On pourrait résumer la position du patronat et donc des autorités par : « Ne compliquez pas par des considérations politiques nos relations avec la Russie et la Chine qui sont de grands fournisseurs et, pour la Chine, un immense marché ».

Cela a généré des conflits avec ses alliés, notamment avec la France qui a toujours poussé l’Allemagne à prendre une part plus active dans la défense européenne. En particulier, la France souligne qu’elle est la seule à supporter les coûts d’une « véritable » armée et de son dispositif nucléaire. À ce titre elle estime contribuer à la protection de l’Union européenne.

Parallèlement, l’administration Trump a accusé l’Allemagne de profiter de la présence militaire américaine (34 500 soldats en 2020) sans remplir ses engagements envers l’OTAN. D’où la décision en 2020 de retirer 12 000 soldats de son territoire afin de forcer la main au gouvernement allemand.

Tout cela a fortement inquiété les alliés de l’Allemagne au début de l’escalade militaire de la Russie contre l’Ukraine. Mais l’invasion russe a déclenché un tournant fondamental.

Le choc du conflit sur la politique allemande

Dès 2014, avec l’annexion de la Crimée par la Russie l’Allemagne commence à se soucier de sa défense. Elle augmente ses effectifs de 20 % entre 2017 et 2024, passant de 166 000 à 198 000 militaires.

Néanmoins, pendant la préparation pourtant évidente de l’invasion de l’Ukraine, l’Allemagne a continué à hésiter à s’opposer à la Russie et a notamment refusé de livrer des armes anti-chars modernes à l’Ukraine.

La reconnaissance par le Kremlin des régions séparatistes de Lougansk et de Donetsk et l’invasion de l’Ukraine le mardi 22 février 2022 a brusquement déclenché un changement d’état d’esprit de la classe dirigeante allemande.

Ce jour là, l’Allemagne a décidé d’arrêter le projet North Stream 2, malgré sa forte dépendance au gaz russe du fait de la fermeture progressive de ses centrales nucléaires.

Dans un deuxième temps, en réaction à l’invasion, l’Allemagne a décidé le samedi 26 février, d’envoyer à l’Ukraine des lance-roquettes, des missiles sol-air et des obusiers, mettant ainsi fin à sa pratique de ne pas livrer d’armes létales à des pays en guerre.

Le jeudi 3 mars, elle décide d’accroître ses livraisons d’armes à l’Ukraine avec 2700 missiles antiaériens supplémentaires… des missiles de l’ancienne RDA, des armes russes qui serviront contre des Russes !

À cette occasion l’Allemagne a constaté le délabrement de son armée, qui est passée de 500 000 militaires à la fin des années 1980, à 200 000 de nos jours. Ses interventions s’effectuant uniquement sous mandat de l’ONU ou de l’OTAN, la Bundeswehr est très mal équipée et manque cruellement d’expérience sur le terrain.

Le nouveau chancelier, Olaf Scholz, en fonction depuis décembre 2021, a annoncé au Bundestag le 27 février, un changement stratégique de l’Allemagne. Avec notamment l’augmentation des dépenses militaires à plus de 2 % du PIB et le déblocage immédiat d’une enveloppe de 100 milliards pour moderniser l’armée.

C’est un virage total du nouveau chancelier socialiste et des partis de gauche, traditionnellement pacifistes. Cette décision a été approuvée à l’unanimité, de l’extrême gauche à la droite nationaliste.

Les conséquences au niveau européen

Cette nouvelle politique allemande relance l’idée d’une défense commune européenne.

L’Ukraine ne faisant pas partie de l’OTAN, et les pays européens ne voulant pas déclencher une guerre nucléaire, les Occidentaux ont riposté sur le plan économique. Les sanctions directes envers la Russie et ses oligarques s’ajoutent au soutien financier et en matériel militaire à l’Ukraine.

Les conséquences économiques ne seront probablement pas suffisamment rapides et brutales pour stopper l’offensive russe, mais certains espèrent que leurs premiers effets vont faire réagir l’environnement du président russe… et tout le monde se demande si ce dernier ne finira pas par être menacé.

Le choix du réarmement européen permettrait de renforcer le poids diplomatique de l’Union européenne. Il est beaucoup trop tôt savoir si cela entraînerait une certaine autonomie par rapport à l’OTAN, mais en attendant, cela ne peut que soulager les Américains qui sont d’abord préoccupés par l’action de la Chine en Indopacifique.

Emmanuel Macron peut se féliciter de voir Olaf Scholz qualifier de « priorité absolue » la construction de la « prochaine générations d’avions et de chars de combat avec nos partenaires européens, et en particulier la France ».

Indirectement, l’Europe a constaté à cette occasion la puissance de l’armée française, avec sa composante nucléaire, son industrie de défense et son expertise dans le domaine de l’armement, puissance concrétisée par sa capacité de projection à l’occasion nombreuses opérations extérieures.

Cela relativement aux autres armées européennes, mais à condition de ne pas oublier que l’armée française est également victime d’un sous financement très ancien qui n’a été en partie comblée que depuis 2018 sous l’impulsion d’Emmanuel Macron. Et comme il faut un certain temps pour passer de l’augmentation des crédits au déploiement du matériel dans les unités, l’armée française pourrait aujourd’hui manquer de munitions assez rapidement, selon Christian Cambon, président de la commission des affaires étrangères et de la défense au Sénat (Public sénat, 3 mars 2022)

Rappelons que depuis le 1er janvier et jusqu’au 30 juin 2022, Emmanuel Macron préside le Conseil de l’Union européenne. Ce rôle n’est pas celui d’un « président de l’Europe » comme c’est trop souvent compris, car ce poste n’existe pas.

Ce Conseil réunit les présidents et les chefs de gouvernement des 27 États membres, et a pour objectif de définir les grands axes politiques de l’Union européenne, « la commission » présidée par madame von der Leyen étant l’exécutif européen.

Il est probable qu’Emmanuel Macron y rappellera sa volonté de créer une « Europe de la défense », notamment lors du prochain Conseil européen des 24 et 25 mars 2022.

Finalement la Russie a renforcé ses adversaires

En 7 jours de guerre, Vladimir Poutine a réussi à redonner vie à l’OTAN, à unifier l’Europe, à mettre fin à trente ans de pacifisme allemand, à anéantir tout le capital d’image qu’il avait mis vingt années à développer parmi l’intelligentsia et la classe politique européenne.

Il a poussé la Suède et la Finlande à envisager de rejoindre l’OTAN et, pire que tout, à redonner un sens et une raison d’être à une Europe engluée dans des problèmes secondaires.

Vladimir Poutine a aussi montré les faiblesses de son armée. Il a unifié l’Ukraine derrière un président supposé amateur, un pays dont il niait encore l’identité quelques jours avant l’invasion.

Parallèlement c’est enfin la prise de conscience par les Allemands, écologistes compris, de l’impasse de leur stratégie de sortie du nucléaire. Cette stratégie, imitée par la Belgique et l’Espagne a plongé tout notre continent, dans une dépendance énergétique préoccupante à l’égard de Moscou.

Certes, tout cela ne permettra vraisemblablement pas de changer le cours de la guerre, puisque l’Ukraine ne fait pas partie de l’OTAN.

Mais ce tournant allemand s’ajoutant aux autres déboires de Vladimir Poutine pourrait renverser la situation à moyen terme, et même plus rapidement en cas de remous internes à Moscou.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • C’est un peu étonnant en parlant de l’allemagne de supputer que les « méchants » vont renverser leur dictateur à cause de la guerre …

  • Dans la vraie réalité, les premières menace de déconnexion de Swift datent du président Obama en 2014 et la Russie s’est patiemment préparée pendant 8 ans à cette menace de guerre économique totale contre 144 millions de Russes (et 447 millions d’Européens, puisque ça pourrait conduire à une « crise 2008 » puissance 10 selon Charles Gave).
    .
    Toujours selon Charles Gave, la Russie est excédentaire partout (nourriture, matière, énergie, économie) et dispose de 2 ans de réserve de changes même sans rien vendre à une Chine avide d’énergie et de matière première.
    .
    L’Europe déjà gravement affaiblie par les politiques monétaire, les dettes et la planification de plus en plus évidente de nos économies sous couvert de « sauvegarde de la planète » dépend entre 10% et 40% de l’énergie russe suivant les pays, or « l’économie ce n’est que de l’énergie transformée » comme le rappel encore Charles Gave.
    .
    Côté russe, les blocages de Mastercard ne change rien, le système est indépendant, la seule conséquence et qu’ils ne reversent plus les commissions… à Mastercard et que les opposants qui sont dans d’autres pays ne peuvent plus retirer leur argent. Le blocage des avoirs des oligarques à l’étranger n’a pas d’impact non plus, ils achetaient des richesses produites en occident et le pouvoir russe qui fustigeait cette « fuite des capitaux » y est plutôt favorables. Les politiques ont de par la loi l’interdiction formelle d’avoir des richesses à l’étranger et ces blocages vont juste couper les avoirs des corrompus ce qui arrange encore le pouvoir russe.
    .
    .
    En bref, les Européens vont être poussés dans la misère par les « sanctions » de l’UE qui n’auront qu’un impact modéré pour les Russes et ce serait l’occasion d’une répression et d’un contrôle encore plus dur des populations qu’avec le Covid.
    On ne peut que s’interroger sur les motivations de dirigeants comme von der Leyen; monstrueuse et criminelle imbécilité ou politique délibérée pour achever la planification économique de nos pays avec le gosplan de « la sauvegarde de la planète » en vue au prix de la vie et de la misère de millions d’Européens ?
    Cerise sur le gâteau, ils pourraient coller une crise majeure qui était de leur propre responsabilité (BCE, FED, dette, Covid) sur le dos de la Russie.
    Ça a déjà commencé d’ailleurs.

  • Avatar
    jbb.bichon@gmail.com
    11 mars 2022 at 17 h 50 min

    De jolies chimères dans un doux rêve, le premier geste fort de l’Allemagne vers l’Union européenne à été d’acheter des avions américains, mettant fin au développement du chasseur commun. L’Allemagne, et les pays de l’est n’ont jamais cru en la défense européenne, ils veulent rester dans giron américain et ce n’est pas les gesticulations de France qui les fera changer. L’Allemagne ne pense d’abord à ses intérêts et c’est encore la France qui va payer le prix de l’embargo. Au nom des fantasmes écologiques allemands nous avons réduit notre production nucléaire et l’Allemagne continue à se faire livrer du gaz russe etc etc Comme eux, devenons pragmatiques et cessons de prendre nos rêves d’Europe pour des réalités

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles