Sanctions contre la Russie : ça passe ou ça casse

Les sanctions ne marchent jamais. Mais celles contre la Russie pourraient constituer une exception vues les circonstances très particulières.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Russian President Attends 70th General Assembly Debate by United Nations Photo (Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sanctions contre la Russie : ça passe ou ça casse

Publié le 2 mars 2022
- A +

Les sanctions ne marchent jamais. Mais celles contre la Russie pourraient constituer une exception vues les circonstances très particulières.

L’Histoire est pourtant sans appel. Les sanctions diplomatiques et surtout économiques n’ont jamais quasiment atteint leurs objectifs. Les régimes africains sanctionnés pour cause de coup d’État ou prolongement inconstitutionnel de mandat présidentiel n’ont quasiment jamais cédé, et des décennies de sanctions occidentales, voire de l’ONU, n’ont pas eu raison de celui de Saddam Hussein, ou des ambitions nucléaires de l’Iran ou de la Corée du Nord. On peut citer, certes, la Libye de Kadhafi, qui a renoncé à ses armes de destruction massives, mais au bout de 18 ans, ou l’Afrique du Sud, dont l’abandon de l’apartheid a sans doute davantage à voir avec l’absurdité économique et sociale de ce régime qu’avec son isolement international.

Une inefficacité des sanctions assez facile à expliquer

D’abord, les sanctions économiques visent à un effondrement du niveau de vie de la population assez immoral dans le cas de dictature, donc contre-productif sur le plan international. Elles espèrent déclencher de ce fait un soulèvement qui n’arrive jamais car, contrairement à une idée reçue, la pauvreté provoque rarement les révolutions : quand on passe son temps à chercher de quoi manger on n’a plus trop le temps ni l’énergie de fomenter une insurrection. Les sanctions provoquent aussi un ralliement autour du drapeau, comme l’a montré l’embargo américain à Cuba.

D’où l’idée de sanctions ciblées, visant les plus fortunés du pays en misant sur un coup d’État. Là encore, ça n’a jamais vraiment marché dans l’Histoire, car le nationalisme se révèle souvent plus puissant que le goût de l’immobilier à Londres chez les satrapes. Vladimir Poutine est suprêmement indifférent à la fortune des oligarques, même proches de lui, si son projet géopolitique est en jeu. Ce n’est pas la confiscation du yacht ou de la villa sur la côte d’Azur d’un proche qui fera changer le Kremlin d’avis. Enfin, les sanctions mettent beaucoup de temps à mordre, alors que la guerre en Ukraine se joue en quelques jours…

Toutefois…

Toutefois, les choses pourraient tourner différemment, pour une fois.

D’une part, les sanctions occidentales ont un effet immédiat et massif. Si l’exclusion d’à peine trois banques du système swift de paiements internationaux ne constitue pour l’instant qu’un coup de semonce, le gel des réserves à l’étranger de la banque centrale est dévastateur : cette dernière ne pourra plus renflouer des banques commerciales en difficulté, ou défendre le rouble, qui a dévissé de 30 % en deux jours, alimentant d’autant l’inflation via les importations. La banque centrale a dû relever en urgence son taux directeur à 20 %, ce qui rend hors de prix tout emprunt et donc tout investissement. La Bourse de Moscou est devenue non investissable.

D’autre part et surtout, les sanctions occidentales ont un volet pas économique, stricto sensu, mais tout aussi dévastateur sur le ressenti des Russes : leur pays devient un paria international. En raison de la fermeture de l’espace aérien occidental aux compagnies russes, et des représailles de la même eau du Kremlin, plus de vacances ni d’emplettes en Occident pour la classe moyenne russe, soutien clé de Vladimir Poutine, sauf à passer par l’Afrique, ou la Chine (comme toujours, les sanctions ont une forte composant jeu du chat et de la souris). La Russie est aussi exclue de tous les évènements sportifs et culturels mondiaux (adieu coupe du Monde au Qatar, Eurovision, etc), ce qui est sans précédent.

De quoi susciter un sentiment de colère et d’humiliation en Russie, qui pourrait, certes, susciter le classique ralliement autour du drapeau… ou pas, car la société russe est embarrassée par l’invasion de l’Ukraine.

Beaucoup ne comprennent pas que leur armée attaque un peuple frère, avec qui beaucoup ont des relations familiales, ou culturelles et commerciales. Enfin, à l’inverse des sanctions instaurées par le passé contre d’autres pays, celles contre la Russie n’ont pas pour objectif d’obliger un régime à changer de nature, ou de politique, mais simplement à stopper une invasion. D’autant plus que cette dernière ne se déroule pas aussi bien que prévue. In fine, les sanctions ne représentent qu’un supplétif de l’élément central de la guerre, la capacité de résistance des Ukrainiens, missile antichar en main. Jusqu’à pousser les plus hauts dirigeants russes, dont l’embarras était palpable lors du Conseil national de sécurité du 21 février, à débrancher Poutine si l’aventure militaire tourne au fiasco sanglant ?

Un bémol 

Si la guerre est « généralement la continuation de la politique d’État par d’autres moyens », comme disait Clausewitz, les sanctions économiques peuvent aussi être considérées par ceux qu’elles visent comme la « continuation de la guerre » par d’autres moyens. Si c’est évidemment le cas pour un blocus maritime ou aérien, cela peut aussi être le cas pour saisie d’actifs et embargo.

C’est ainsi que le Japon avait estimé être poussé à l’attaque de Pearl Harbor par le gel de ses actifs et l’embargo sur pétrole et acier décidé par Roosevelt à l’été 1941 en représailles à son invasion de la Chine.

Vladimir Poutine pourrait donc prendre pour une agression de type militaire les mesures hors du commun édictées par les Occidentaux. D’où, sans doute, son évocation explicite de la dissuasion nucléaire, pour la première fois, dimanche. En faisant semblant d’oublier que la dissuasion nucléaire est comme le tango : ça se danse à deux. Keep calm and carry on.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • On note qu’une partie des sanctions prises par l’Europe rejoignent les demandes du président de l’Ukraine (ex le réseau Swift).
    Quand bien même elles seraient intrinsèquement inefficaces, elles montrent à Poutine que l’Europe est totalement derrière l’Ukraine.

    -1
    • L’Europe est le valet des USA. Comme le clown mis à la tête de l’Ukraine par la CIA. C’est l’unique raison de la guerre actuelle.

  • Gazprom et financement des ONG écolos…
    1. Confirmation des affirmations de Reynié ?
    2. De quelles ONG s’agit-il ?
    3. Attention au raccourci, on parle d’ONG, pas de partis politiques…
    4. Gazprom, comme d’autres, ont financé des programmes environnementaux, par exemple la conservation de forêts tropicales. Et si c’était juste du green-washing ?
    L’accusation de Reynié est grave. Avant de lui accorder du crédit, des précisions s’imposent.

  • Encore un papier pour rien, hier un avion Russe a livré la Slovaquie en combustible nucléaire, je n’entre pas dans le détail pour le SWIFT. Si l’inflation est haute, le prix du gaz et des matières premières suivront, la différence entre le Japon est la Russie, le Japon n’avait pas de matières premières

    • Les matieres premieres brutes, ca ne sert pas a grand chose. C est d ailleurs tout le drame de la russie : malgre un peuple intelligent et bien eduqué, la russie ne produit rien d autres que des matieres premieres (a part des armes). C est une grosse arabie seoudite

      Je ne pense pas que les sanctions soient efficace car Poutine a bien consolidé son pouvoir et est quasi indeboulonnable (et aucun leader russe peut pretendre le remplacer). La classe moyenne ralera mais se soumettra. Les oligache sont mantenant des obliges de poutine: ils n ont pas le choix. s ils se rebellent il finiront comme kodhorkovski : en prison

      • Avatar
        franc.clemente@gmail.com
        2 mars 2022 at 9 h 19 min

        On oublie que la cause de cette guerre est le traité de Minsk ? On en parle pas beaucoup…..
        La Russie envoie le gaz à l’Ukraine et à l’Allemagne dont la vie économique en dépend !

        • Oui, la Russie ne respecte pas exagérément le traité de Minsk en envahissant l’Ukraine, on ne le rappellera jamais assez.

  • « Vladimir Poutine est suprêmement indifférent à la fortune des oligarques ». Je pense qu’il aime sa tête, donc non il n’est pas indifférent à leur fortune. Les tyrans restent au pouvoir en alimentant les tyranneaux sous eux pour les maintenir sous leur contrôle.
    Mais les sources de revenus des oligarques ne sont pas les yachts et hotels/appartements en Europe. Ce sont des mines, des puits de pétrole/gaz, des conglomérats d’entreprises etc…
    Je pense que taper dans le gaz serait le plus efficace, car on ne trouve pas de nouveaux clients « comme ça », car c’est un gaz justement… Le pétrole et les matières premières peuvent se transporter par bateau, pour le gaz il faut le liquéfier, et il n’y a pas assez de capacité. Évidemment, vu notre dépendance, ça ne va pas être évident…

    -5
    • « car on ne trouve pas de nouveaux clients « comme ça », car c’est un gaz justement… »
      Poutine peut construire un pipe vers la chine. La géographie le lui permets. On pourrait même imaginer qu’en proposant un contrat avantageux, il soit payé d’avance…

      Et comme vous l’écrivez vous même, on ne trouve pas de quoi remplacer 50% de la conso de l’europe comme ça. Factuellement, il faut faire les forages, construire les méthaniers ,les stations de liquéfaction, les terminaux de déchargement… ça se fait pas en 15 jours… ni en un an…

  • et si Poutine coupe le gaz et le Pétrole aux occidentaux l’hiver prochain sera rude surtout pour les Allemands

  • Les sanctions sont considérable.. Ment médiatiques. A se demander si tout ça a été prévu de longue date… Ils sont en train de détruire l’Europe, phase 2 du big reset.. Et il n’en resta que 4, usa, Angleterre, Chine et… Russie…. Si on fait taire lemaire ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles