Le mythe de la discrimination

La préface de la traduction française du livre de Frank Karsten : Le mythe de la discrimination.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le mythe discrmination

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le mythe de la discrimination

Publié le 17 février 2022
- A +

La société occidentale est-elle caractérisée par l’inégalité raciale et l’injustice ? Faut-il mettre fin à toutes les inégalités et à toutes les discriminations ? Sommes-nous coupables d’oppression à l’égard des minorités ? Les politiques étatiques réduisent-elles la discrimination ?

Telles sont les questions posées dans Le mythe de la discrimination. Et la réponse de l’auteur est chaque fois : non. Avec un style simple et une argumentation solide, Frank Karsten réfute les mythes qui envahissent désormais la plupart des débats : seuls les hommes blancs seraient racistes et sexistes, les entreprises discrimineraient volontairement, l’écart salarial entre les femmes et les hommes serait l’effet de la misogynie etc.

Écartons toutefois un malentendu. Le titre de cet ouvrage pourrait faire penser que la discrimination n’existe pas. Rassurez-vous, tel n’est pas le propos de Frank Karsten. Il s’agit d’autre chose.

Une critique des discriminations à la sauce du post modernisme

Avez-vous déjà entendu parler de « privilège blanc », de « racisme systémique », de « racisme structurel ou institutionnel » ?

Il s’agirait d’une forme de discrimination qui serait inscrite dans l’organisation sociale et qui serait inhérente à la culture occidentale. Il y aurait, nous dit-on, un système organisé de domination des blancs sur les noirs, des hommes sur les femmes, des hétérosexuels sur les homosexuels. Les adeptes de cette théorie sont des militants de la « justice sociale », plus connus sous l’appellation woke, terme anglo-saxon dérivé de awake (éveillé). Ils luttent pour l’égalité et la défense des minorités contre toutes les formes de discriminations. Ces inquisiteurs et leurs partisans opèrent par le biais des tribunaux et de l’intimidation morale. Mais loin de nous rapprocher d’une société plus tolérante, ils ne font que la polariser davantage.

L’auteur de ce livre ne s’attaque donc pas à la discrimination comme telle, mais à l’idéologie de la discrimination, une nouvelle forme de lutte des classes, qui divise le monde entre exploités et exploiteurs. Elle racialise les rapports sociaux et enferme les individus dans des identités de groupes. Ce marxisme culturel n’est pas nouveau. Il prend sa source dans les années 1960, avec Derrida, Deleuze, Foucault et ce qu’il est convenu de nommer le « postmodernisme », une philosophie nourrie de relativisme et de déconstruction du langage. Mais désormais il est de bon ton de se poser publiquement en victime et de réclamer de l’État de nouveaux droits dits positifs.

De l’égalité en droits à l’égalité de résultats

Frank Karsten décrit le glissement progressif de l’égalité en droits à l’égalité des chances puis à l’égalité de résultats.

De l’idée suivante : « il serait bon d’avoir tous les mêmes droits », on passe à l’idée : « il faudrait que l’État redistribue les richesses », puis on arrive à l’idée de parité forcée ou de discrimination positive. Cherchez l’erreur… Le fait qu’une fin soit bonne n’implique pas que les moyens pour l’atteindre soient justifiés. Ne faut-il pas se demander si ces moyens sont les seuls, les plus justes mais aussi les plus efficaces ? Et la fin est-elle toujours aussi bonne qu’on le croit ?

Ajoutons qu’avec Le mythe de la discrimination Frank Karsten poursuit une réflexion commencée en 2013 dans un précédent livre, Dépasser la démocratie. Il y montrait que la démocratie est devenue une arène démagogique dans laquelle des groupes organisés s’emparent de la machine législative pour imposer leurs choix aux autres et justifier la coercition envers les récalcitrants. Cette logique d’interventionnisme étatique conduit à l’accroissement indéfini de l’État et mine graduellement toutes les libertés individuelles.

Frédéric Bastiat l’avait déjà compris il y a bientôt deux siècles. Comme lui, Frank Karsten défend un certain nombre de principes fondamentaux : la liberté d’association, la liberté des individus de déterminer eux-mêmes avec qui ils s’associent. Et il soutient que la loi ne devrait pas interdire aux citoyens d’exclure des personnes, premièrement parce que cela porte atteinte à la liberté de l’individu, et deuxièmement parce que c’est contre-productif. Comme Frédéric Bastiat en son temps, et avec un style similaire, il combine avec brio moralité et bon sens.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • je vais redire ce que k=je dis..

    les prejudices racistes individuels ou sexistes ou anticoiffeurs sont un droit…

    agir en fonction de ces préjudices est aussi un droit…le droit de faire ce qu’onveut de son pognon..

    un raciste est un innocent..
    une personne qui vote des lois discriminatoires bafoue par contre l’égalité en droit des individus..

    une personne qui tape un raciste authentique qui n’a commis aucun crime commet un crime.

    nous avons franchi la limite avec les lois contre le racisme le sexisme ou l’homophobie..
    la police de la pensée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philbert Carbon.

Un article de l'Iref-Europe

En décembre 2016, à Deauville, au Women’s Forum, à l’aube de sa campagne électorale, Emmanuel Macron déclare :

Les progressistes sont ceux qui croient en l’innovation, l’égalité entre les genres, à l’environnement, au numérique, à l’équité et à l’égalité des chances dans notre société et en Europe.

Une fois élu, il affirme – en novembre 2017 – qu’il sera « personnellement attentif » à ce que l’égalité entre les femmes et les hommes, la « grande cause » de son quinqu... Poursuivre la lecture

Maroc
0
Sauvegarder cet article

par h16

Pour le gouvernement, une chose est claire : couvre-feu ou pas, qu'on confine un peu, moyennement ou beaucoup, ce n'est pas pour ça qu'il faut se laisser aller au vague à l'âme. Après un début d'année qui a vu débouler en fanfare un nouvel indice de réparabilité dont on se demandait comment les entreprises pouvaient se passer jusqu'à présent, c'est le moment de frapper fort, une nouvelle fois.

C'est probablement mû de cette vivifiante pulsion que le gouvernement a décidé de se lancer avec gourmandise dans la création d'u... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Intéressante controverse, il y a quelques jours, sur Twitter.

Premier acte : l’ancien policier et dramaturge belge Ismaël Saidi, musulman d’origine marocaine, estime sur France Inter au micro d’une Léa Salamé totalement estomaquée que la discrimination à l’embauche à raison de l’origine maghrébine ou subsaharienne des candidats existe en France, mais comme exception, en aucun cas comme norme :

« Vous voulez que je vous les montre, moi, les légions de Mohamed, Rachid, Fatima qui ont des boulots de di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles