Faut-il créer un ministère de l’innovation ?

Valérie Pécresse, candidate à l’élection présidentielle, indiquait vouloir créer un « grand ministère de l’Industrie et de l’Innovation ». beaucoup d’énergie et d’argent consommés pour rien en perspective.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
innovation source https://unsplash.com/photos/fmTde1Fe23A

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il créer un ministère de l’innovation ?

Publié le 16 février 2022
- A +

Il faut se pincer pour le croire. Dans une interview récente, Valérie Pécresse, candidate à l’élection présidentielle, indiquait vouloir créer un « grand ministère de l’Industrie et de l’Innovation ». La situation est en effet préoccupante : notre pays n’a créé aucun acteur mondial dans les nouvelles industries et le fiasco du vaccin covid français reste dans toutes les têtes.

Le retard de nos PME, notamment en matière de digital, est évident. S’il veut rester une grande puissance, notre pays doit réagir. La solution est-elle pour autant un grand ministère ? Loin s’en faut…

Un ministère de l’Innovation pour résoudre l’innovation française ?

Cela a toutes les apparences de la logique. À grand problème, grande solution ! Et pourtant, si on veut mesurer les limites de cette fausse bonne idée, il suffit de considérer le MITI, le fameux ministère japonais de l’industrie et de l’innovation. Durant les années 1980, les experts et les politiciens nous en ont vanté les mérites. Selon eux, le miracle économique du Japon après la guerre s’expliquait par sa main experte et sa vision.

J’ai encore une pile de livres publiés à cette époque appelant à s’en inspirer. Le sommet fut atteint avec la présentation du plan japonais pour les ordinateurs dits « de cinquième génération ». Il était clair que le Japon allait prendre le leadership de l’informatique, et l’Occident était tétanisé. Nombre d’experts reprochaient à ce dernier son manque de vision, son absence de volontarisme, le chaos de multiples petites initiatives alors qu’il fallait voir grand, et la myopie du marché alors qu’il fallait voir loin.

Les jeux semblaient faits et une fameuse émission de télévision américaine concluait, en 1991, dans un parallèle cruel avec la victoire de 1945 : « Nous avons perdu la guerre économique avec le Japon ».

Las, au moment même où cette conclusion était tirée, le Japon entrait dans une récession dont il ne s’est jamais vraiment remis. Le fameux plan de cinquième génération ne sera resté qu’un plan produit par des technocrates qui avaient fini par croire leur propre verbiage. Le pays a depuis raté à peu près toutes les grandes révolutions. On sait aujourd’hui que le MITI avait au mieux accompagné, et sans doute freiné, le miracle d’après-guerre. À quoi a-t-il servi ? À rien, ou presque. En tout cas, ni à éviter la récession, ni à préparer le pays à tirer parti des nouvelles ruptures. Le seul hit japonais majeur des 20 dernières années est la Playstation de Sony, et elle ne lui doit strictement rien.

Euh, laissez-moi vous expliquer comment on innove…

Le modèle mental du « grand ministère qui résoudra tout » est une chimère

S’il fallait un seul exemple de l’inanité du modèle mental selon lequel le manque d’innovation sera résolu par la création d’un ministère de l’Innovation, le MITI convient parfaitement.

En avons-nous tiré la leçon ?

Apparemment pas, comme n’a pas été tirée la leçon du désastre que fut l’action de Colbert, et de tous les grands plans qui se sont succédé, fiasco après fiasco, et qui sont habilement cachés derrière quelques rares succès. On continue à penser que les solutions viendront d’en haut, de machins, d’agences, de commissions, de délégations, en croyant que des technocrates seront capables de bâtir le futur.

Au nom de quoi ? Mystère.

Ce sont eux, pour ne prendre qu’un exemple, qui ont estimé en 1994 qu’Internet n’était pas conçu pour permettre des transactions commerciales, au moment même où se créaient Amazon et Netscape.

Un modèle mental alternatif : l’esprit entrepreneurial

Il y a une seconde leçon au fiasco japonais, et elle est américaine.

Durant les années 1970, alors que le Japon vole de succès en succès vers la domination mondiale, l’Amérique va mal. La période est sombre. Le pays sort d’une guerre perdue, est rongé par les divisions, et son économie est en déclin.

Ce qu’on voit, c’est l’ancienne industrie péricliter (sidérurgie, automobile, etc.) mais ce que personne ne voit, ce sont les garages de la Silicon Valley où se prépare la prochaine vague, celle qui permettra dix ans plus tard à l’Amérique de dominer tous, absolument tous, les secteurs nouveaux de l’innovation aujourd’hui, de l’informatique à la biotechnologie, en passant par la téléphonie mobile, l’automobile ou encore l’espace. Il n’y a pas un secteur nouveau où l’Amérique ne soit pas présente en force. Pas plus que celle du Japon après 1945, cette renaissance industrielle ne doit quelque chose à un quelconque ministère de l’Innovation.

Car la clé de la réussite américaine, c’est l’esprit entrepreneurial, présent aussi bien dans la rue que dans les universités, un modèle mental consistant à croire que tout est possible, parfois jusqu’à l’absurde, que l’individu a la capacité de créer le futur. Ce modèle déconcerte notre clérisie désabusée. Le capitalisme américain est court-termiste, nous dit-elle, contre toute évidence, lui qui finance à perte vingt ans à l’avance les prochaines révolutions.

Il n’a pas de vision, prétendent ceux qui ont la nostalgie du Minitel. Il est chaotique, il n’y a pas d’action concertée, rôle que seul l’État peut assurer, ajoutent ceux qui pensent qu’il vaut mieux une direction claire, mais fausse, à un bordel créatif d’où a plus de chance de sortir le ticket gagnant, et qui supposent qu’un technocrate sorti de l’ENA saura mieux de quoi l’avenir est fait qu’un ingénieur qui code le prochain Facebook dans sa chambre. L’un parle de l’avenir, l’autre le construit.

En bref, c’est là encore une question de modèle mental, et en la matière, la France est servie. En plus du mépris aristocratique bien connu de notre élite pour l’entrepreneuriat considéré comme quelque chose de vulgaire alors que l’innovation, elle, est aristocratique, notre pays souffre d’un mal plus terrible encore : la crainte de l’avenir.

En effet, à nombre de nos concitoyens les problèmes actuels semblent insurmontables, et ils sont tentés par la décroissance et le repli autarcique. Du vaccin à la 5G, ils voient les technologies au mieux comme des gadgets, au pire comme des dangers, et jamais comme des opportunités. Ils sont hostiles à l’idée de progrès.

Difficile d’être innovant dans ces conditions, surtout lorsque ce pessimisme a été officialisé par l’inscription du principe de précaution dans la Constitution. Et contre cela, un ministère ne pourra rien.

Un espoir sans ministère

Heureusement, ce pessimisme n’est pas partagé par tous, et l’esprit entrepreneurial s’est considérablement développé dans notre pays ces vingt dernières années.

Nombreux sont désormais ceux qui pensent que c’est précisément par l’innovation qu’on peut résoudre les problèmes et que cela ouvre d’immenses opportunités. C’est cet esprit qu’il faut nourrir, et les idées ne manquent pas. Mais plutôt que de s’y intéresser, on continue de croire à une baguette magique fournie par l’État.

Pourtant, comme le soulignait Wilhelm Röpke, l’économiste qui a (véritablement) inspiré le miracle économique allemand d’après-guerre :

« La valeur pratique de tous les programmes et propositions fondés sur une telle croyance est presque nulle, mais les dommages qu’ils causent sont immenses, même s’ils ne restent que sur le papier, parce qu’ils détournent l’attention des hommes de tâches essentielles et urgentes – bien que peu visibles – et suscitent des espoirs dont la non-réalisation conduit à la léthargie du désespoir. »

Si le ministère de l’Innovation voit le jour, on sait par avance comment il se terminera : beaucoup d’énergie et d’argent consommés pour rien, des opportunités ratées, y compris celles d’une action intelligente de l’État, et une dissolution à la faveur d’un remaniement. Les véritables causes de notre manque d’innovation perdureront, et ce sont d’autres pays qui créeront le futur. L’innovation française mérite mieux que cela.

 

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • On peut imaginer un Ministère de l’Innovation à budget négatif qui se contenterait de saper tous les obstacles administratifs, bureaucratiques, cognitifs et juridiques au libre exercice de l’innovation technique et scientifique. Les ressources de ce ministère serait extraites de 1% des économies ainsi réalisées, le reste étant rendu aux contribuables.
    Et, mission accomplie, il n’aurait plus qu’à se saborder.

    • Oui, créer des anticorps d’état. Mais gare au maladies auto-immunes !

      Sinon, on peut tenter des créer un vaccin anti-administration malgré l’échec patent de la vaccination contre les virus qui mutent rapidement. Car dans le cas de l’administration cela ne devrait pas poser de problème.

  • Il faut voir le bon coté des choses, au moins cela va créer un emploi, et à aux revenus…

  • Excellente analyse. J’ajouterais toutefois que s’il n’y a rien à attendre de l’État en matière d’innovation, il a un rôle clé à jouer dans le domaine de l’Énergie afin de la rendre disponible à coût compétitif pour les agents économiques. De gros investissements et une certaine coordination sont nécessaires en ce domaine.
    Pour cela il faut d’abord rattacher l’Énergie au ministère de l’Industrie, ne serait-ce que pour en retirer le contrôle aux Ecologistes qui ont complètement noyauté le Ministère de l’Environnement et les agences qui s’y rattachent.

  • Le rôle de l’état c’est la recherche fondamentale, pas l’invention qui relève plus de l’art que d’un moulage .

    L’innovation c’est souvent le fruit de l’inventeur, une espèce rare de gens qui doivent avoir à la fois le 6e sens de l’invention, une fibre de commerce pour inventer des trucs qui se vendent et une fibre technique pour que l’invention ne soit pas irréaliste (pas trop pour ne pas se décourager à l’avance) . Ensuite il faut concrétiser, faire des compromis, ça aussi demande un engagement énorme, incompatible avec un status de fonctionnaire.

    La meilleure chose que l’état puisse faire est de faciliter la vie des inventeurs en leur donnant accès à des compléments dont ils ont besoin (domaine des brevets, aides techniques via des fablabs ou des écoles…). Il conviendrait aussi de ne pas les assassiner par une gabegie de taxes et de règlementations ou encore de démarches administratives…. Et de ne surtout pas les aider en créant des débouchés factices via la subvention de n’importe quoi n’importe comment!

    Factuellement, les aident d’état à l’innovation et la recherche se transforment généralement en l’apparition d’une nouvelle espèce de chercheur / inventeur: le chasseur de primes. Il n’invente rien d’utile, il collecte seulement les subventions…

  • « un bordel créatif  »

    Toute la vie sur terre est issue d’un « bordel créatif » : des cellules qui ont appris à se répliquer de façon opportuniste. Il faut être totalement détaché du réel comme un Enarque pour ne pas le savoir.

    La conséquence est que les modèles non performants finissent par être étouffés par ceux qui le sont. Avis à ceux qui pensent que la Frrrance a une destinée…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-troisième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont George Hitchings et Gertrude Elion, les deux scientifiques américains qui ont initié le développement de la conception rationnelle des médicaments.

Jusqu’alors, la méthode classique employée pour les découvrir reposait sur un... Poursuivre la lecture

fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles