Devant son bilan catastrophique, Darmanin perd son sang froid

Les bobards gouvernementaux s’empilent et ne permettront pas de calmer l’agacement qui monte de tout le pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Screenshot_2021-03-18 Gérald Darmanin, émission spéciale - C à Vous - 17 02 2021 - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Devant son bilan catastrophique, Darmanin perd son sang froid

Publié le 9 février 2022
- A +

Décidément, comme je l’évoquais il y a quelques jours, ce qui se passe actuellement au Canada mérite mieux que les petits entrefilets de plus en plus nerveux d’une presse française toujours à son meilleur niveau en termes de propagande : non seulement le mouvement ne faiblit pas outre-Atlantique, mais on voit même frémir quelque chose du côté européen.

Comme le relate assez discrètement Libération, des mouvements s’organiseraient donc au moins en France, en Belgique et dans d’autres pays européens pour tenter de reproduire ce qui se passe actuellement au Canada.

Sans grande surprise, le quotidien insiste bien vite sur la différence de situation française par rapport à la canadienne : il ne faudrait pas qu’on puisse imaginer une seule seconde le moindre soutien ou la plus petite sympathie du journal des apparatchiks pour quelque chose qui ressemble à un mouvement du peuple, cette engeance un peu sale (qui « pue des pieds » comme le dirait un certain chroniqueur). Malgré tout, l’observation des plumitifs de l’épave sur-subventionnée n’en reste pas moins assez exacte : il y a bien une différence assez forte entre les camionneurs français et leurs homologues canadiens ; ces derniers sont très souvent propriétaires de leurs véhicules et indépendants, là où les Français sont souvent salariés et simples conducteurs de camions, ce qui signifie que pas ou peu de camions prendront part aux manifestations.

Mais en tout cas rassurez-vous : il y a bien peu de chance (de risque ?) que ce qui s’est passé au Canada se reproduise en France.

Pas seulement parce que les propriétaires de véhicules ne sont pas les mêmes et pas seulement parce que l’esprit français qu’on a pu évaluer lors du mouvement des Gilets jaunes n’est pas tout à fait de même nature que l’esprit canadien qui motive actuellement ce qu’on observe à Ottawa – pour le dire sobrement – mais aussi et surtout parce qu’en France, les manifestations populaires ne sont pas du tout encadrées de la même façon selon qu’elles peuvent ou non servir l’agenda du pouvoir.

Autant au Canada, les forces de l’ordre doivent composer avec le droit constitutionnel à exprimer un désaccord, surtout si cette expression se fait sans violence et sans destruction, autant il n’en va pas de même en France : alors que les mouvements de camionneurs ont toujours été synonymes de blocages tendus et de soupe à la grimace pour les gouvernements qui y furent confrontés, le ministre de l’Intérieur, un certain Gérald Dardmalin Darmanin, a clairement et immédiatement appelé à la plus grande fermeté. Pour lui, c’est très clair :

Nous mettons les moyens de renseignement et d’action si jamais des gens voulaient bloquer la liberté des uns et des autres, surtout un accès à la capitale. […] Les gendarmes sont très mobilisés, nous prendrons nos responsabilités pour ne jamais laisser entraver la liberté de circulation.

Eh oui : s’il n’était clairement encadré comme il se doit, ce genre de mouvement pourrait devenir subitement visible pour une bonne partie des Français, au contraire des manifestations du samedi, facilement occultables par des médias serviles qui n’ont pas eu trop d’efforts à faire pour ne pas les évoquer. Et donner de la publicité, même involontairement, à un mouvement de protestation, ce serait risquer de montrer qu’il n’y a plus du tout d’assentiment majoritaire des Français à l’ensemble des interdictions, vexations et autres avanies que le gouvernement leur fait inutilement subir.

C’est donc sans surprise que le miniministre entend écraser toute mobilisation dans l’œuf : subitement, la liberté de circulation devient importante pour lui qui se montrera extrêmement ferme face aux possibles manifestations… Liberté de circulation qu’il a pourtant largement contribué à saboter et à réduire à sa plus simple expression  chaque fois que possible ces dernières années, depuis les confinements à base de cerfas auto-vexatoires jusqu’aux restrictions de déplacements plus ou moins débiles empilées aux frontières en fonction du vent politique du moment.

De façon intéressante, la fébrilité du ministre de l’Intérieur est d’autant plus palpable qu’à mesure que se rapproche l’élection présidentielle, le bilan de sa politique se fait plus pressant : en réalité, les petits marquis du pouvoir actuel ont une trouille bleue d’une redite des Gilets jaunes à quelques semaines du premier tour.

Non seulement, tout dérapage ou toute gêne serait immédiatement la démonstration de l’impotence réelle du ministre de l’Intérieur et des clowns à seringue qui sévissent au pouvoir actuellement, mais en plus, au-delà de ce fichu bilan sécuritaire évident que ces mouvements vont rappeler – bilan dont tout le monde sait qu’il est très mauvais, pour le dire aimablement – cela pourrait servir de plateforme à tous les autres mécontentements…

Et ils sont nombreux : finances du pays dans un trou abyssal, services publics en berne, pouvoir d’achat détruit, déclassements divers du pays avec des rangs mondiaux de la France en matière de santé ou d’éducation si mauvais qu’ils vont inévitablement peser dans la campagne d’un putatif candidat Macron, bref, il devient absolument indispensable de tout faire pour camoufler tout ce qui peut l’être et de construire une dynamique, n’importe laquelle vaguement positive, pour redorer le blason du patron.

Manque de bol, les efforts à consentir sont si importants que même les journalistes de cour ont du mal et la moindre question un peu piquante dérape vite. Confronté à son bilan, Darmanin a d’ailleurs complètement perdu son sang-froid :

Zut, malgré d’abondantes et gourmandes turlutes de Gérald à destination du chef de l’État, il semble bien que personne n’y croit : les chiffres officiels sont si mauvais que les ministres, Darmanin comme les autres, perdent rapidement leurs moyens.

Et ce n’est pas une exagération puisqu’en l’espace de quelques jours, ce sont des pans entiers de la macronie qui montrent l’étendue de leur coûteuse vacuité : Jean-Michel Touvabien Blanquer, ministre de l’Éducation, n’arrive plus à se dépêtrer d’un niveau en mathématiques en chute libre, d’ailleurs brillamment illustré par certaines titrailles journalistiques tout à fait raccord… Bruno Le Maire, minustre à ce qui reste d’Économies, fait le fanfaron avec des chiffres de croissance grotesquement sortis de leur contexte qui, une fois pris en compte, les rendent absolument tout sauf glorieux… On n’évoquera pas Véran, son cas étant au-delà du réel. Quant à Darmanin, sa tentative s’est vue de faire oublier ses chiffres calamiteux, à savoir les exactions aux personnes (les faits les plus graves), en se focalisant sur les faits qu’il est le plus facile de camoufler dans les stats (les cambriolages et les vols) ; et dans cette situation, balancer du « c’est populiste » ne fonctionne plus : trop de Français ont subi des sentiments de coups et blessures un peu trop appuyés…

Eh oui : de gesticulations en communication mensongère, de pipeaux en contradictions outrées, la parole publique du gouvernement est maintenant si galvaudée, si corrompue qu’elle n’est plus relayée que par une frange étroite de journalistes qui ne le font que pour le chèque de fin de mois. On en arrive doucement au point où l’on fait davantage confiance aux publicités douteuses de sites interlopes qui prétendent dénicher trois filles chaudes dans les 10 km autour de chez soi qu’aux chiffres du gouvernement, devenus grotesques.

On peut raisonnablement douter que ces bobards suffiront à garder tout le monde sagement chez soi pour les prochaines semaines : à persister ainsi, Darmanin risque d’obtenir l’effet inverse de celui qu’il souhaite et se retrouver avec beaucoup plus de monde que prévu sur les routes…
—-
Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • N’étant pas mélomane, ce concert de pipeaux m’est indifférent.. Faut peut être reformer l’enseignement de la musique et passer à l’enseignement du violon…

  • j’ai compris les gilets jaune au départ… baissez les taxes..ensuite…

    le convoi de la liberté en France semble être soutenu par la France soumise à melenchon.

    comment dire…

    • Macron et le centre ont réussi l’exploit d’être plus liberticides que les extrêmes droites et gauches. On peut maintenant bien parler d’extrême-centre et si on veut être modéré, voter MLP ou JLM, du délire… 

  • Merci pour votre article et votre magnifique conclusion qui résume tout et qui m’a fait ma journée, peut être même mon année !
    « On en arrive doucement au point où l’on fait davantage confiance aux publicités douteuses de sites interlopes qui prétendent dénicher trois filles chaudes dans les 10 km autour de chez soi qu’aux chiffres du gouvernement, devenus grotesques. »
    😀

  • Le bilan que vous dressez n’est pas flatteur et il va encore s’empirer à partir du 15 février quand des millions de Français vont perdre leur passe vaccinal.
    Ce sera mon cas. J’ai joué le jeu en acceptant 2 doses de Pfizer mais je refuse la 3ème et je vais donc rejoindre la cohorte des sous citoyens.
    Ce concept ayant été théorisé par Macron, je me verrai dans l’obligation de ne pas voter pour lui et même de tout faire pour qu’il soit battu, quoi qu’il m’en coûte.
    Si j’avais un conseil à lui donner pour sa campagne, ce serait de ne rien changer et de continuer à laisser ses brillants ministres défendre son bilan.

    11
    • Bienvenue dans la résistance!

      Le bilan d’EM est une catastrophe sur tous les plans…

      Malheureusement, il est le seul vrai candidat de la gauche, et vue la division très forte de la droite, il a encore toutes les chances de l’emporter.

    • Vous tombez dans le piège monté par Macron. Tout le monde est tellement préoccupé de le faire battre que personne de crédible ne propose d’alternative. Macron sera réélu par défaut, comme Darmanin a finalement gagné son interview : avec une opinion qui perd son temps à s’opposer sans jamais rien proposer. Au lieu de chercher à bloquer, que les camionneurs aillent remettre la paix dans les cités, à partir de là on les écoutera.

      -3
      • On ne les écoutera pas du tout, puisque personne n’a quelque chose de crédible à proposer.
        Les camionneurs n’ont pas enlevé la paix dans les cités, leur action est largement soutenue, et les rues sont probablement même devenues plus sûres depuis qu’ils y sont. D’ailleurs, le ministre de l’intérieur devrait en profiter pour vanter la forte baisse de la criminalité dans les villes occupées par les camions, tout cela grâce à l’action gouvernementale.

      • « Au lieu de chercher à bloquer, que les camionneurs aillent remettre la paix dans les cités, à partir de là on les écoutera. »
        C’est le boulot de la police, qui ne le fait pas, occupée qu’elle est à contrôler inutilement les passes sanitaires.

  • Je suis amusé que pour Darmanin il soit légitime de «  mettre en place des moyens (…) si jamais des gens voulaient bloquer la liberté des autres ». Oui on sait Gérard, merci, que le gouvernement est composé de gens.
    Des clowns.

  • C’est grâce à ce genre de personnage qu’on réalise l’impact des expériences de l’enfance sur notre vie d’adulte. Physique de petit chétif qui a dû lui valoir une scolarité de collège entre mecs cools qui le ridiculisent en fumant des joints et filles qui lui rient au nez. Lycée privé catholique, puis Sciences Po, puis le pouvoir.
    Et depuis, il fréquente les clubs échangistes où son orgueil d’homme de pouvoir lui vaut le respect, il court après les vilains fumeurs de hakik

  • Mon rêve serait que Macron n’accède pas au deuxième tour….. et si jamais il y accède qu’il soit battu. Pour le moment ça donne l’impression que ce n’est pas possible mais les choses changent vite…
    On va subir un matraquage bidon sur l’innocuité du vaccin Pfizer mis en place par le big Pharma sous couvert d’études pipeau pour montrer comment Macron a sauvé la vie des Français. Avec 54 milliards de bénéfices pour Pfizer cette année ils vont avoir les moyens de noyauter toute l’information. Contribuer à la réélection des équipes en place c’est le deal pour les pays européens et nord-américains qui ont obligé les gens à se vacciner.

    • Les autres candidats sont pitoyables, mais il est effectivement fondamental que les équipes en place soient sanctionnées. Macron, LREM, mais aussi les LR au sénat, qui n’ont pas exercé leur contre-pouvoir.

      C’est la seule manière de faire encore fonctionner l’Etat de droit: ne pas réélire ceux qui ont détruit le pays.

      • @Jusnaturaliste
        Bonjour,
        Les élections françaises reviennent à déclarer fièrement avoir avoir réussi 51% de ce qu’on a fait lors d’une interrogation sur 20 alors qu’en fait, on a eu 5,1/20 car on n’en délibérément oublié, négligé la moitié.
        Les élections qui arrivent vont voir le nombre de citoyens officiels (les « inscrits ») diminué. Le candidat déclaré « élu » le sera même si la moitié des inscrits ne vote pas.

        • Exactement, mais c’est le fonctionnement des institutions. Un élu est celui qui récolte le plus de voix, et à cause du système démocratique, ce système ne peut favoriser que l’élection du moins rejeté des candidats.

          Ce qui manque beaucoup, c’est un système avec des objectifs et récompensent ou sanctions si les objectifs ne sont pas respectés.

      • @jusnaturaliste
        « C’est la seule manière de faire encore fonctionner l’Etat de droit: ne pas réélire ceux qui ont détruit le pays ».

        Inquiétons nous plutôt de la non-séparation des pouvoirs, du non respect de la hiérarchie des normes, de l’égalité en droit qui est bafouée, de la non-indépendance de la justice, que de penser que l’élection d’un président est la manière de faire fonctionner l’Etat de droit.

        • La démocratie est respectée, les pouvoirs sont séparés et ils représentent bien la majorité élue. Le problème, c’est que quand la majorité veut opprimer une minorité, c’est pleinement démocratique…

          En fait, il faudrait revoir les taux d’acceptation à 75% des voix exprimées au lieu de 50%, cela limiterait les possibilités qu’une petite majorité puisse oppresser une forte minorité. Cela ralentirait aussi l’accroissement de l’appareil étatique.

          -2
          • En France, la démocratie n’est pas respectée (Référendum de 2005) et il n’y a pas de séparation des pouvoirs (« autorité judiciaire »). La France est une oligarchie. Ni plus, ni moins.

            • L’objet du référendum a été abandonné suite au résultat, il y a donc bien eu respect de la démocratie. Quant à l’autorité judiciaire, il s’agit de personnes différentes de celles qui sont au pouvoir, le principe de la séparation des pouvoirs est donc respecté.

              Je sais bien que les politiciens ont fait un autre traité, qu’ils l’ont fait ratifier cette fois-ci par la démocratie représentative, et que les personnes du pouvoir judiciaire sont acoquinées avec celles de l’exécutive… mais tout cela est malheureusement démocratique. Les élus représentent la majorité des votants et un juge a le droit d’être copain avec un ministre.

              En Suisse, c’est encore pire: la gauche fait voter et revoter le peuple pour les mêmes objets, jusqu’à ce qu’il finisse par dire oui.

          • Bonjour,
            Le système n’est pas démocratique car justement la volonté du Peuple n’est pas respectée ni aux présidentielles ni aux législatives. Plus de 55% des citoyens inscrits n’ont pas donné leurs voix à Macron. C’est écrit noir sur blanc sur le site du ministère de l’intérieur.
            Quant à la séparation des pouvoirs, elle n’existe pas vu que l’Exécutif peut faire des lois (prérogative du Législatif) et qu’il contrôle le Judiciaire via son ministère de la Justice.
            Revoir les taux d’acceptation ne changerait rien : ils clameraient avoir eu 7,5/10 alors qu’ils n’auraient eu que 7,5/20.
            De plus dans une démocratie, les élus même correctement élus, ne pourraient s’en prendre aux droits de chacun en voulant leur mise sous clé/condition. La démocratie suppose des citoyens libres jouissant de droits dont celui de vote.

            • La démocratie est définie par le droit aux citoyens d’élire ceux qui exercent le pouvoir. Elle n’est absolument pas un obstacle à la coercition et nombreuses démocraties sont bien moins libres que des dictatures, particulièrement dans le monde musulman.

              Le système de l’élection présidentielle en France permet l’élection de celui qui obtient le plus de voix. Si les 55% qui n’aimaient pas EM avaient voté pour MLP, EM n’aurait pas été élu. EM a été élu, parce qu’une majorité des Français l’a préféré à MLP, c’est donc pleinement démocratique… 

              Le problème avec la démocratie, c’est que dès lors que les gens sont divisés en de nombreux petits camps, une élection ne peut aboutir qu’à choisir celui qui est le moins détesté.

              De ce fait, je pense que la meilleure manière de voter aujourd’hui, c’est d’abord de sanctionner les actuels élus qui ont votés contre les libertés, tous partis confondus, et ensuite de diviser les pouvoirs en les donnant à ceux qui peuvent le plus freiner les décisions. Je donnerais la présidence à VP, le gouvernement à EZ, le sénat à la gauche, les communes selon la personnalité du maire, et l’Europe au RN.

              • Voilà, « l’election de celui qui a eu le.plus de voix », ce n’est pas la démocratie car la démocratie prend en compte l’ensemble des citoyens pas seulement les seuls qui votent. La démocratie c’est le Peuple qui a le pouvoir. Les élections servent à choisir ses représentants dans les branches du pouvoir, et n’est élu que celui qui obtient 51% des voix de tous les citoyens. Si ce principe n’est pas respecté, il n’y a pas de démocratie. Élire des représentants ne signifie pas perdre le pouvoir, ni ses droits.
                Ce que vous nommez democratie dans votre exemple, n’en sont pas.

                • Le terme « démocratie » signifie simplement que les dirigeants sont élus par des citoyens, rien de plus. Dans la démocratie de la Grèce antique n’étaient citoyens que les hommes grecs qui n’étaient pas esclaves, autrement dit une petite minorité des habitants.

                  Pour la présidentielle, il y a 5 candidats qui sont actuellement susceptibles de remporter l’élection, et si on en croit les chiffres des sondages non faussés par le gouvernement, aucun ne dépasse les 20% d’intentions de vote, comment faites-vous alors pour arriver à 51% sur un seul candidat?

                  Le côté magique du socialisme, c’est qu’on achète des voix en promettant des avantages aux détriments des autres. Mais quand tout le monde fait la même chose, on se retrouve avec une société composées de plusieurs petits clans où c’est au final le clan le plus fort qui arrivera à l’emporter et organiser la spoliation des autres clans à son profit.

  • Le gouvernement vient de modifier le mode de calcul du DPE (Diagnostic de Performance Energétique) qui, pour répondre à l’objectif punitif des écologistes, se trouve dégradé de 1 à 2 niveaux, exposant un grand nombre de logements à un blocage des loyers en période d’inflation. Interrogé à ce sujet, un commentateur a déclaré que les diagnostiqueurs devaient faire preuve de « pédagogie » auprès des propriétaires.
    Pour l’insécurité, je m’attend à ce que l’on nous propose une « pédagogie » pour le ressenti des victimes.

  • « Les gendarmes sont très mobilisés »

    Plus que pour chasser les terroristes, les GJ ou les non-vaccinés dans les bistrots ?

  • En fait, les vrais gilets jaunes du départ (je les ai rencontrés à des ronds-points où je passais en voiture sans problème) n’ont rien à voir avec ceux qui les ont infiltrés ensuite pour les décrédibiliser. Maintenant, attaquer les ministres actuels, sans doute, mais le principal responsable n’est pas ministre. Je vous laisse deviner qui.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
cabinets
6
Sauvegarder cet article

La situation peut bien être tendue et les perspectives pas forcément roses, il n'en reste pas moins que la France bénéficie d'une équipe de ministres véritablement au taquet pour résoudre les vrais problèmes qui se posent au pays. Avec leur passif et l'ampleur difficilement commensurable de leur intellect maintenant déployé à pleine puissance, il ne se passe plus une semaine sans qu'une nouvelle action décisive ne soit menée par la troupe de nos ministres commandos en campagne.

Ainsi, si l'on regarde celui qui est en charge de ce qui r... Poursuivre la lecture

Avec la campagne électorale pour l’élection présidentielle débute l’heure du bilan du quinquennat s’achevant, bilan d’autant plus nécessaire que le président de la République semble vouloir se représenter. Ce bilan va faire l’objet d’une lecture et d’une relecture des candidats en fonction de leur intérêt propre.

On  attribue à Lénine le citation suivante : « Les chiffres (ou les faits) sont têtus.»

Des publicitaires mal inspirés avaient repris cette idée dans la campagne de vaccination contre la covid affirmant « qu’on peut déb... Poursuivre la lecture

exponentielle migrants Darmanin
0
Sauvegarder cet article

par h16

Drame dans la Manche : il y a quelques jours, une embarcation transportant des migrants qui traversaient la Manche en vue de rejoindre l'Angleterre, a chaviré faisant 27 noyés. L'émotion s'est rapidement emparée des associations locales puis de la presse puis, après quelques gros titres et par ricochet, de l'ensemble du gouvernement français qui s'est empressé d'en faire quasiment une affaire d'État. Macron a parlé et il a décidé que la Manche ne saurait devenir un cimetière.

Depuis, les ministres se sont donc succédé au... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles