La RSE en contexte de crise sanitaire

L’une des principales composantes de la RSE consiste à donner un visage humain aux entreprises : un outil utile en temps de crise sanitaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
employees working credit to https://1dayreview.com By: 1Day Review - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La RSE en contexte de crise sanitaire

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 février 2022
- A +

Par Safaa Makati1.

Au cours des dernières décennies, la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est devenue un enjeu stratégique central dans le monde des affaires et est devenue un domaine de recherche universitaire important pour les spécialistes en gestion, en sociologie et en droit (Rupp et al., 2013). 

Le développement de la RSE

La RSE est également communément appelée citoyenneté d’entreprise et performance sociale des entreprises. La définition la plus communément adoptée de la RSE est celle du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (en anglais WBCSD). Selon le conseil mondial la RSE renvoie à « l’engagement continu des entreprises à contribuer au développement économique tout en améliorant la qualité de vie des travailleurs et de leurs familles, ainsi que de la communauté et de la société en général ». Au niveau organisationnel, ceci renvoie à la combinaison de préoccupations sociales ou relatives aux droits humains, environnementaux et économiques dans la culture et les valeurs d’une entreprise et/ou organisation. Toutes ces valeurs seront intégrées à la manière dont l’organisation réalisera ses activités et seront reflétées dans ses stratégies, ses opérations et la manière dont elle traite en interne et en externe ses parties prenantes dans n’importe quel contexte (par exemple Pandémie). 

Même maintenant, sans une prise en compte complète de l’importance de la RSE dans la lutte contre les effets sociaux et sociétaux du coronavirus, l’impact de l’épidémie ne peut pas être surestimé. Nos vies, tant personnelles que professionnelles, sont au point mort tandis que les autorités relèvent le défi d’arrêter puis de renverser la propagation de l’épidémie.

Alors que les défis précédents pour une RSE efficace affectaient généralement le contexte spécifique de l’entreprise et son microenvironnement, la crise actuelle est différente de tout ce que nous avons vu auparavant. Il existe également des défis et des opportunités à court terme qui peuvent être relevés en utilisant les valeurs de la RSE et en adoptant certaines pratiques socialement responsables spécifique aux macro-environnement (environnement générale de l’entreprise). 

Ces pratiques ont leur place en cette période d’incertitude et d’anxiété. L’une des principales composantes de la RSE consiste à donner un visage humain aux entreprises en communiquant empathie, compréhension et soutien moral et financier, à ceux qui en ont le plus besoin. Nous sommes définitivement dans une période de besoin en ce moment et le transfert des idéaux de la RSE à la dislocation causée par la pandémie peut être très bénéfique pour nous tous, en tant qu’employés, en tant que consommateurs et surtout, en tant que personnes faisant de notre mieux pour traverser une période extrêmement difficile.

Prendre soin des employés en temps de crise sanitaire

En réalité, l’exemple à prendre est celui des employés comme principale cadre d’analyse, dans la mesure où ils sont les personnes dont les entreprises dépendent le plus. 

Ainsi la priorité absolue devrait être d’assurer le confort et la sécurité des employés. Rien d’autre ne s’en rapproche même à un moment où une menace dangereuse pour la santé couvre le monde. Vous avez sans aucun doute vu les écrans aux comptoirs de caisse du magasin et du ruban adhésif au sol indiquant aux clients où se tenir. Bien sûr, c’est la chose responsable à faire pour nous tous en ces circonstances, mais cela montre avant tout que les employeurs sont avant tout soucieux de créer un espace de travail sûr avec toutes les précautions raisonnables pouvant être prises.

Bien qu’il n’y ait pas de solution unique (chaque rôle et chaque espace de travail aura ses propres circonstances particulières), il convient de donner aux employés autant de flexibilité que possible pour effectuer leurs tâches. Pour beaucoup, cela signifiait travailler à distance depuis leur domicile, mais tous les emplois ne permettent pas un tel arrangement. La flexibilité s’étend ici également aux heures de travail. La garde d’enfants et les soins aux personnes âgées sont soudainement devenus un problème majeur pour des millions de personnes et contraindre les employés à choisir entre responsabilités professionnelles et familiales ne se terminera pas bien pour toute personne impliquée. 

Il est également important de savoir que le bien-être des employés s’étend également à la santé mentale. Nous ne pouvons nier que ces temps sont stressants pour un certain nombre de raisons associées à l’anxiété face à l’avenir et aux craintes légitimes de la propagation de l’épidémie. La dernière chose dont les employés ont besoin est un stress supplémentaire lié au travail. Les entreprises doivent reconnaître que des règles différentes s’appliquent actuellement et qu’une partie de celles-ci peut nécessairement impliquer une approche plus détendue vis-à-vis de ce qui ne bénéficiait pas de flexibilité auparavant. 

Ainsi une bonne application des pratiques RSE appropriées à notre contexte mondial actuel permettra de lutter contre des effets sociaux tels que l’anxiété, la perte de travail et la précarisation. Malgré l’évidence de cette influence nous ignorons encore comment et pourquoi la RSE peut influencer directement ces variables sociales. 

  1. Professeure-permanente chercheuse en sciences de gestion à l’ISGA-Maroc, Docteur en science de gestion de l’université IBN Tofeil, et lauréate de l’ENCG de Kenitra en Gestion financière comptable.
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • La responsabilité d’une entreprise, c’est d’assurer sa rentabilité qui est un indicateur de son utilité.
    Tout le reste, c’est au mieux du marketing et au pire de la littérature.

  • C’est comme ça que dans les Ehpads, les désirs du personnel priment pour la direction sur ceux des résidents.

    -1
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
société
1
Sauvegarder cet article

Le conflit ukrainien, la récente élection présidentielle puis la préparation des législatives ne doivent pas laisser penser à une sortie définitive de la crise épidémique. Bien sûr, la levée de l’obligation de port du masque dans les transports semble marquer la fin de la séquence de restrictions. Celles-ci sont escamotées. Pour un temps seulement ? Les spécialistes rappellent que les variants courent encore. Et les images des habitants de Shanghaï confinés avec une inouïe brutalité semblent sorties d’un film catastrophe. En tout cas... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

Cela fait deux semaines qu'un tribunal fédéral a annulé le mandat du CDC (Centers for Disease Control and Prevention) concernant les masques dans les transports, à la joie de certains et à l'indignation d'autres.

Alors que de nombreuses personnes - y compris les agents de bord et les passagers des avions - se sont réjouies de la décision du tribunal, d'autres ont prédit que cette décision aurait des conséquences désastreuses.

Par exemple, CBS News a rap... Poursuivre la lecture

Autrefois, l’obésité était associée à la bonne santé, et les réserves aidaient à passer l’hiver. Mais les valeurs ont été renversées, depuis le Moyen Âge. Les enfants du confinement, victimes de l’inactivité et moralement atteints, ont peut-être constitué des réserves en prévision des abyssaux déficits qu’ils auront à combler.

Le président nous a été vendu comme un génie de la finance. Certains susurrent qu’un épicier aurait obtenu de meilleurs résultats et je ne doute nullement que l’on trouve de géniaux épiciers. Le concernant, à la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles