Prenons exemple sur nos voisins et levons les restrictions !

Les Français auront-ils bientôt leurs camionneurs de la liberté ? Ne peut-on pas imaginer que nos gouvernants se remettent en question comme c’est le cas chez nos voisins ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Screenshot 2022-02-01 at 22-29-26 Nouveau samedi de manifestations contre le vaccin, en Europe - YouTube https://www.youtube.com/watch?v=JiOOPlap1Ro

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prenons exemple sur nos voisins et levons les restrictions !

Publié le 3 février 2022
- A +

Contrairement à ce que la panique sanitaire suggère, même si le nombre de contaminations au covid augmente, la pression hospitalière liée aux cas covid semble, elle, être maîtrisée. Le variant Omicron qui a semé la terreur semble finalement bien moins dangereux qu’il n’est craint.

Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, a déclaré à nos confrères de France Info, qu’il s’agissait « d’un variant qui est beaucoup plus transmissible mais nettement moins sévère ». Il y a effectivement selon lui « un avant et un après Omicron » et il serait temps de « changer de logiciel » et de « vision » dans le suivi de l’épidémie.

Prendre en compte le nombre de contaminations comme indicateurs n’a plus aucun sens actuellement. Sans nier la gravité de certains cas et les répercussions dramatiques que certaines contaminations peuvent avoir, il est avéré que le variant Omicron n’est pas aussi dangereux que ses prédécesseurs. On le sait, les Français le savent, le gouvernement doit sans doute être au courant, pourtant, la France vit toujours dans son régime d’exception, de restrictions en tout genre et de privation de liberté.

Rappelons que ce n’est que depuis le 31 janvier que la distinction est faite par Santé Publique France entre les hospitalisations des patients positifs au covid mais hospitalisés pour d’autres raisons de santé des patients covid gravement atteints par le virus et hospitalisés uniquement à cause de ce dernier. Un « nouvel indicateur qui va amener plus de clarté concernant l’épidémie de Covid » nous explique Midi Libre. Comment est-il possible qu’un tel indicateurs n’ait pas été pensé plus tôt, en plus de deux années de crise et de recension de chiffres tous azimuts ? Jusqu’il y a peu, remettre en cause ces chiffres relevait du complotisme. On apprend désormais que le 27 janvier, par exemple, 28 % des patients comptés comme « hospitalisation liée au covid » l’étaient en fait pour un autre motif.

 

La levée des restrictions partout ailleurs

Pendant ce temps, ailleurs sur le globe, les mesures sont allégées et laissent place progressivement à un espoir de retour à la normale.

En Angleterre, le gouvernement a décidé d’abandonner le pass sanitaire, de toute façon inutile pour contenir l’épidémie. C’est également pour les Britanniques la fin du port du masque à l’intérieur.

En Espagne, le Premier ministre Pedro Sanchez a déclaré vouloir « passer d’une gestion de pandémie à une gestion d’une maladie dont nous espérons qu’elle soit rendue endémique par la science ». L’Espagne a annoncé sa volonté de gérer la crise covid comme une grippe saisonnière. La Catalogne a depuis abandonné la plupart de ses restrictions dont le recours au pass sanitaire.

Les Pays-Bas, qui avaient quant à eux adopté une stratégie proche du lockdown, reviennent désormais peu à peu sur leurs positions et ont annoncé la réouverture, sous condition, des bars, restaurants et lieux culturels.

On apprenait aussi il y a peu que l’Islande prévoit la levée de la totalité des restrictions sanitaires pour la mi-mars. Dès la fin janvier, le pays a décidé d’alléger bon nombre de mesures.

En Finlande, où on observe une diminution de la pression hospitalière, l’État a annoncé que certaines des restrictions seraient levées plus tôt que prévu.

Le Danemark a annoncé le 26 janvier lever toutes ses restrictions dès le 1er février. En effet selon l’épidémiologiste Lone Simonsen, professeur à l’Université de Roskilde près de Copenhague « avec Omicron, qui n’est pas une maladie grave pour les vaccinés, nous pensons qu’il est raisonnable de lever les restrictions ».

La liste ne s’arrête pas là.

Comme on peut facilement l’observer, pendant que les restrictions sanitaires diminuent dans une grande partie des pays d’Europe, la France reste fidèle à ses principes de surprécaution et sa stratégie de vaccination obligatoire. Les dernières mesurettes annoncées par Jean Castex ne sont qu’un leurre, quelques « bonnes nouvelles » qui détournent l’attention des Français sur le vrai danger que représente le pass vaccinal, toujours bien d’actualité. Oui, vous allez pouvoir retirer votre masque à l’extérieur à partir de ce mercredi. Non, il n’est plus question de jauges dans les endroits recevant du public. Oui, les discothèques pourront rouvrir le 16 février. Oui, vous pourrez désormais manger dans les trains. Hauts les cœurs.

Mais quid de vos libertés rognées, retirées, piétinées durant les deux ans qui viennent de s’écouler ? Quid du tracing de la population qui s’annonce à travers le pass vaccinal ? Quid de la santé mentale, pas seulement des jeunes, mais de toute une population qui subit un état d’exception et des privations de liberté depuis bien trop longtemps pour des raisons beaucoup plus politiques que sanitaires ?

Les chiffres le montrent. Les « indicateurs » qui servent notre gouvernement ne sont plus représentatifs du danger du virus. Nous sommes dirigés par la peur, par la panique entretenue par les scientifiques politisés, par les médias qui ne font que recracher le discours de l’État sans oser le remettre en question.

Les Français auront-ils bientôt leurs camionneurs, comme au Canada ? Ne peut-on pas imaginer que nos gouvernants se remettent en question comme c’est le cas chez nos voisins ? Que faut-il encore à la France pour se libérer ? Quels indicateurs devront à l’avenir être proche du zéro absolu pour que nous espérions retrouver la Vie d’Avant ?

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • En Espagne on ne dit pas « inch’Allah », mais « nous espérons qu’elle soit rendue endémique par la science ».

  • Avatar
    Laurent Lenormand
    3 février 2022 at 8 h 15 min

    Les politiciens ont sauté sur le prétexte de cette maladie pour imposer un régime d’exception. Ils n’y renonceront pas facilement. En France, la Macronie considère que les covido-flippés sont sa clientèle électorale. Elle fera tout pour prolonger le délire. Et en plus Pfizer est content…

    • « Et en plus Pfizer est content ».

      « Dans l’État interventionniste le succès d’une entreprise ne dépend plus d’une manière cruciale du fait qu’elle soit dirigée de façon à satisfaire au mieux et au meilleur prix les besoins des consommateurs ; il est bien plus important d’entretenir de « bonnes relations » avec les factions politiques exerçant le contrôle, et que les interventions s’exercent dans un sens favorable et non défavorable à l’entreprise. »
      Ludwig von Mises.

  • Fin du pass bien avant juillet a annoncé le véreux… Un pass qui n’a jamais eu d’utilité à part écouler des millions de doses d’un pseudo vaccin commandées par l’inénarrable commission europeenne.

    • Dont la politique sanitaire en Europe ne relève pas de ses fonctions !

    • Et en quoi va consister cette « fin du pass » ?
      Est-ce que ce sera l’abandon de l’appli TousAntiCovid, la suppression de tous les QR codes, le retour à la vie normale, l’effacement des données personnelles collectées pour des raisons sanitaires ?
      Ou bien est-ce que ce sera juste un petit décret qui suspendra l’utilisation du pass pendant l’été, (décret qui sera annulé 2-3 mois plus tard quand arrivera la mauvaise saison, les virus saisonniers et la « probable dose de rappel » annoncé par Véran dans la même interview) ?
      Je ne veux pas être pessimiste ou rabat-joie mais je miserais ma chemise sur la seconde option…

      • On peut espérer, mais faut pas trop rêver, qu’en effet TousAntiCovid sera « tué » mais aussi et surtout que les serveurs « Si-DEP » et « SI-VAC » seront débranchés et les données effacées.
        Si on est vraiment optimiste, on pourrait avoir aussi de plates excuses de la part de tous les politiciens ou presque : ceux qui ont poussé ces mesures délétères qui n’ont jamais rien sauvé, et ceux qui ont laissé faire sans faire un esclandre ni sans utiliser leurs pouvoir de parole pour fédérer une résistance passive au moins, active au mieux, à ces trucs « d’exception » qui ont pour principale « exception » d’être des « exceptions à la loi » voire à la constitution, quoi que les « sages » de la rue de Montpensier !!!

      • Par contre on peut aussi craindre, surtout si la bande d’escrocs et de tyrans à la manque au pouvoir est reconduite par une « majorité relative » que les médias auront convaincu que tous mauvais qu’ils soient, c’est « moins pire » que le terrible péril « d’en face » (d’extrême droite, d’extrême gauche, d’extrême centre droit ou autre), le dispositif devienne quasi permanent, s’étende à tout et son contraire, santé, écologie, « bonne conduite sur les réseaux sociaux », etc.

  • Chère auteure, vous vous demandez si nos dirigeants actuels pourraient se remettre en question : vous vous rappelez qui est le patron actuel ? 🙂
    Un pervers narcissique méprisant son peuple et ne s’excusant jamais (normal vous me direz puisqu’il est convaincu de tout faire à la perfection). En mars dernier, interrogé sur sa stratégie sanitaire, il déclarait « je n’ai aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d’échec ».
    On a statistiquement plus de chances de se faire frapper par un astéroïde que d’assister à une remise en question de la part de ce despote.

    • Il y a des arbres de la liberté qui ont bien besoin d’être arrosés… en effet. Et il est peu probable qu’il ait même conscience d’avoir à peu près tout raté : les médias et pas mal de bas du front sous éduqués sont convaincus qu’il est le plus grand président au moins du siècle, peut-être de la Ve… Comment réaliserait-il ses erreurs, il n’y a personne pour les lui montrer, il n’a pas le temps de s’informer tout seul (et peut-être pas non plus les capacités cognitives pour ça, d’ailleurs).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
article 24 France libéral
3
Sauvegarder cet article

100 % anti libérale. C’est une présidentielle désastreuse pour les partisans des libertés qui s’achèvera le 24 avril.

L'intégralité des douze candidats a défendu des plateformes suprêmement indifférentes au premier terme de notre devise nationale. On peinait à y déceler des mesures qui auraient été, même vaguement, d'inspiration à rebours de l'État-nounou/État-père fouettard, ou même un seul discours éloquent sur les libertés publiques.

Le libéralisme absent du programme des candidats

Les douze pétochards se sont plutôt livrés à... Poursuivre la lecture

Alors que le printemps et les élections présidentielles arrivent à grands pas, les propositions les plus navrantes fleurissent à une fréquence telle qu’il est difficile de savoir quel candidat affichera le programme le plus liberticide pour 2022.

Le pass climatique de la WWF

Et comme si ce brouhaha n’était pas déjà suffisamment pénible, voilà maintenant que les ONG s’ajoutent à la cacophonie et s’imaginent pour des raisons obscures avoir un droit de regard sur la vie des Fra... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles