Les camionneurs canadiens à la rescousse de la société libérale

Les camionneurs canadiens ne s’opposent pas tant au vaccin comme outil médical qu'au nouveau régime de soumission et de censure qu'il symbolise dorénavant, avec toutes ses contraintes et ses doses à l'infini. 
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 10

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les camionneurs canadiens à la rescousse de la société libérale

Publié le 31 janvier 2022
- A +

Par Jérôme Blanchet-Gravel, depuis le Canada.

Les images ont fait le tour du monde : les camionneurs canadiens et leurs supporters ont paralysé toute la fin de semaine dernière la capitale fédérale d’Ottawa pour manifester contre la vaccination obligatoire que veulent leur imposer Ottawa et Washington pour pouvoir continuer à exercer leur métier. Plus largement, le mouvement proteste contre les mesures sanitaires abusives et liberticides, de même que contre l’idéal du risque zéro qui les justifie, devenu une quasi-religion d’État au Canada.

Les camionneurs sont soutenus par des entrepreneurs à succès comme Elon Musk et des intellectuels de renommée mondiale comme Jordan Peterson. Le mouvement semble tellement avoir le vent en poupe qu’il pourrait finir par s’étendre à d’autres pays, à l’invitation de chefs de partis comme Florian Philippot, en France.

 

Un réveil canadien ?

Après avoir témoigné pendant presque deux ans d’une obéissance exemplaire, voire d’une inquiétante docilité, un nombre grandissant de Canadiens en ont maintenant assez de vivre dans cet État maternel et réglementariste transformé en immense safe space. Le Canada est devenu un pays ultra-aseptisé et médico-centré dont les gouvernants n’acceptent plus aucune forme de fatalité et où ils veulent encadrer les moindres aspects de la vie sociale.

Au Québec, dans la province francophone, cette obéissance a souvent pris la forme d’une confiance aveugle envers le gouvernement Legault, mais la fatigue due en grande partie à la hausse de la détresse psychologique se fait toujours plus ressentir.

Les dernières semaines ont vu l’effritement du récit médiatique consacré à alimenter la peur pour laisser les gouvernements offrir de la sécurité en contrepartie, une rupture symptomatique de cette renaissance graduelle.

 

Les camionneurs accusés d’appartenir à l’extrême-droite

C’était prévisible : le mouvement des camionneurs doit toutefois composer avec des politiciens et des journalistes qui leur sont ouvertement hostiles et qui les accusent d’abriter des gens gagnés aux idéaux d’extrême droite. Les camionneurs et leurs supporters seraient des partisans zélés de Donald Trump et certains d’entre eux seraient des fondamentalistes chrétiens, de même que des individus aux tendances racistes et misogynes.

La chanson est bien connue : les camionneurs et leurs soutiens seraient des personnes sans éducation, des égoïstes qui ne penseraient qu’à eux et non aux autres. Pourtant, les mesures sanitaires qui n’en finissent plus sont surtout soutenues par des couches confortables et privilégiées de la société.

Le traitement médiatique des événements renforce une crise de la représentation qui s’accentue et parallèlement, celle des grands médias traditionnels qui accélère la transition vers les médias alternatifs. Dans un esprit manichéen digne des blockbusters américains, les camionneurs sont opposés aux membres du personnel de la santé exténués, comme si plusieurs de ces derniers n’étaient pas eux aussi opposés à la poursuite des mesures abusives et liberticides.

 

Un tout nouveau clivage

Dans ce même esprit manichéen, on tente de faire croire à un bloc monolithique de droite, alors qu’un nouveau clivage est né depuis quelques mois, lequel s’articule autour de la liberté et de la sécurité.

Depuis le déclenchement de l’état d’urgence, en mars 2020, le spectre politique a évolué au Canada, réunissant parmi les opposants aux mesures sanitaires des gens de gauche et de droite, des pro-laïcité et des croyants, des sociaux-démocrates et des libertariens. Dans ce contexte, il est ridicule et mensonger d’associer l’ensemble du mouvement à une extrême droite qui est d’ailleurs totalement inexistante dans les parlements canadiens.

Enfin, le mouvement serait anti-vax, alors qu’encore une fois, la réalité est tout autre. Selon les chiffres de l’Alliance canadienne du camionnage, une « grande majorité » de camionneurs canadiens sont doublement vaccinés (plus de 85 % selon d’autres estimations), ce qui met fortement en doute l’idéologie antiscientifique prêtée au mouvement.

 

Un mouvement antisystème ?

Dans leur ensemble, les partisans du convoi ne s’opposent pas tant au vaccin comme outil médical qu’au nouveau régime de soumission et de censure qu’il symbolise dorénavant, avec toutes ses contraintes et ses doses à l’infini.

Il serait tentant d’associer le mouvement des camionneurs aux Gilets jaunes, mais dans le contexte nord-américain, il s’agit encore moins de s’élever contre des inégalités économiques que de sauvegarder le libéralisme dans une zone géographique où il était censé être roi et le rester. Si les élites canadiennes avaient joué leur rôle et fait contrepoids aux dérives de leurs gouvernements durant la crise, la tâche de défendre la société libérale ne serait sans doute pas revenue à des camionneurs diabolisés. En revanche, le rejet d’une classe élitiste déconnectée de la réalité populaire s’apparente clairement à celui exprimé en France par les Gilets jaunes.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « il s’agit encore moins de s’élever contre des inégalités économiques que de sauvegarder le libéralisme  »
    NON ! qui a écrit cela : « Les prélèvements obligatoires représentent désormais 46% du PIB, et les aides sociales 1/3 du PIB annuel. Pourtant, malgré cela vous n’arrivez même pas à payer décemment les infirmières, les personnes handicapées, les militaires, les professeurs et nous en oublions tant la liste est longue.

    Nous n’avons donc qu’une question : ou diable va cet argent ? Notre instinct, et nos yeux impertinents de simples français les voient bien : cet argent part dans des privilèges indus. Des commissions, des copinages, des retraites éternelles, des serviteurs à gogo, etc.

    Il est de l’argent public. L’injustice est aujourd’hui criante, alors que nous, français, sombrons dans la détresse économique. Nous n’acceptons plus cette situation.

    Nous vous le disons aussi : nous ne voulons pas vivre de vos aides. Nous ne voulons pas vivre au crochet d’un état boulimique qui nous prend toujours plus et nous redonne toujours moins.

    Nous voulons vivre Libre. Libre de nos droits, de pouvoir réellement jouir du produit de notre travail. Libre de pouvoir créer et inventer, sans voir fondre sur nous la patte terrible de l’administration et des impôts.

    Libre de pouvoir payer des impôts raisonnables afin d’aider nos compatriotes dans la difficulté. Libre de se loger et de vivre dignement.  »
    Discours des « Gilets Jaunes », Place de l’Opera, Samedi 15 décembre 2018. Disponible sur Youtube.

    10
  • Avatar
    Laurent Lenormand
    31 janvier 2022 at 10 h 47 min

    Il est clair que le récit covidiste est au bout du bout. Les gens sont excédés. Mais la puissance de feu médiatique est telle que rares sont encore ceux qui se rebellent ouvertement contre la tyrannie. Les camionneurs canadiens vont peut-être être l’étincelle qui lancera une dynamique. En tout cas, la lâcheté de Trudeau est de nature à renforcer le courage des opposants.

    12
  • trudeau ….celui là aussi le pouvoir lui est monté à la tête …..j’espère que les citoyens les moins aveugles vont l’envoyer paitre ;

    • Il est comme Macron, jeune, photogénique, pas très intelligent mais se prenant pour un génie vu qu’une armée de sycophantes l’entoure, et surtout blindé d’un socialisme « moderne » : sociétale et plus totalitaire encore que les versions précédentes.
      « On » a tremblé pour la démocratie avec la présidence Trump, mais les mandats Trudeau et Macron sont les vrais dangers pour la démocratie libérale. Du fascisme pur, enrobé d’une supériorité morale méprisante mais « incriticable » et avec des oripeaux de modernisme comme cache misère…

  • Les médias préfèrent se consacrer à la « tempête du siècle » , apocalyptique, dantesque, qui a causé la mort de froid d’une personne dans sa voiture.

  • « une « grande majorité » de camionneurs canadiens sont doublement vaccinés (plus de 85% selon d’autres estimations), ce qui met fortement en doute l’idéologie antiscientifique prêtée au mouvement. »

    c’est ici faire preuve de soumission à une doxa médiatique (et qui n’a rien de scientifique) que penser que résister à la vaccination anti-covid est « antiscientifique »… Déjà la science est plus une méthode qu’une connaissance, ensuite la médecine est plus un art qu’une science et finalement les données et la logique, dès le début, montraient (et montrent toujours) que si les vaccins peuvent, de façon évidemment différente selon le « modèle », contribuer à améliorer les risques individuels, ils n’ont et n’ont jamais eu d’utilité « publique » (donc les mandats et pass ont depuis toujours été « antiscientifiques ») et surtout ne servent à rien pour les gens de moins de 65 ans qui n’ont pas grand chose à craindre du COVID. Ils sont également, expérimentaux (dans tous les sens du terme, nouvelle techno, nouvelles approches, novelles formulations) et donc à prendre avec « des pincettes ». Les données semblent ne pas aller dans le sens d’une innocuité aussi complète que pour d’autre traitements et les mettre plus dans la catégorie du mediator que dans celle du doliprane. Là encore, le scientifique questionne et doute, et donc probablement ne se fait pas vacciner et attend de voir, quand le péquin sous formé et mal informé se jette sur la piquouse que maman État lui tend !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

l'espoir
1
Sauvegarder cet article

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles