Star wars : en quoi l’Empire galactique est-il mauvais ?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi l’Empire galactique dans « Star Wars » est si mauvais ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Best Star Wars Villains The StarWarscom 10 youtube chaine officielle https://www.youtube.com/watch?v=Hlnec4Ka1Ds

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Star wars : en quoi l’Empire galactique est-il mauvais ?

Publié le 30 janvier 2022
- A +

Par Sean W. Malone.
Un article de la Foundation of Economic Education

Tous ceux qui connaissent Star Wars savent que l’Empire galactique est mauvais et que la Rébellion est bonne.

Mais pourquoi l’Empire serait mauvais ?

Sérieusement. Qu’est-ce qui rend si insupportable la vie sous l’Empereur Palpatine, et qu’est-ce qui rendrait la vie sous la Nouvelle République tellement meilleure pour les citoyens ordinaires de la galaxie ? Les films de Lucas offrent étonnamment peu d’informations sur ce qui ne va pas avec le régime impérial.

Maintenant, je ne parle pas de faire exploser des planètes ou d’Anakin qui assassine des enfants Jedi. Je parle de la vie quotidienne de citoyens ordinaires. Des gens qui n’ont aucun lien avec les Sith ou les Jedi, ou la bataille pour le Sénat, ou quoi que ce soit d’autre.

Bien sûr, derrière les portes closes, l’Empereur Palpatine est secrètement un Seigneur Sith qui peut tirer des éclairs de ses mains. Cela semble définitivement maléfique, mais d’après les films, personne ne le sait, à part quelques Jedi. Il ne se promène pas dans la rue en électrocutant des paysans au hasard.

La plupart du temps, sa brutalité semble se limiter aux confrontations avec l’Alliance rebelle. Hé oui, Dark Vador est l’un des méchants les plus intimidants de tous les temps, et il est évidemment une menace pour les soldats de la Rébellion et les Jedi, mais imaginez que vous êtes un fermier ordinaire qui vaque à ses occupations sur Tatooine.

À moins que vous ne vous appeliez Owen Lars, il est presque certain que Dark Vador ne se soucie pas de vous. Ce qui l’intéresse avant tout, c’est de retrouver Luke Skywalker. La question est donc de savoir ce que cela signifie de vivre dans une galaxie gouvernée par l’Empire et pourquoi c’est la représentation ultime de la tyrannie dans la culture populaire.

Plus j’y ai réfléchi, plus j’ai eu du mal à trouver une réponse basée sur ce qui est réellement décrit dans les films eux-mêmes. Le problème vient en partie du fait que dans la plupart des films Star Wars, les personnages se battent tous dans une seule et même lutte politique. Et à part l’interminable discours de Padmé sur la procédure sénatoriale dans la prélogie, il n’y a pratiquement aucune discussion sur la philosophie de gouvernement dans toute la série.

Posez-vous la question : que défend l’Alliance rebelle à part la destruction de l’Empire, et que défend l’Empire à part le maintien du pouvoir ?

Dans Un nouvel espoir, le Grand Moff Tarkin offre au moins un aperçu du fonctionnement de l’Empire, lorsqu’il explique que les gouverneurs régionaux ont un contrôle total sur leurs territoires. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Quelles politiques l’Empereur veut-il faire appliquer dans la Galaxie ? Qu’est-ce qu’il impose réellement à ses citoyens qui nécessite de multiples super-armes destructrices de planètes pour être appliqué ?

Je veux dire, je comprends que Palpatine voulait le pouvoir, mais qu’en fait-il réellement ? Une fois qu’il a acquis le contrôle politique de la galaxie, a-t-il interdit le mariage gay ? Le mariage des droïdes ? Le mariage droïde gay ? A-t-il interdit les livres et restreint la parole ? Est-ce que Star Wars a même des livres ? A-t-il nationalisé (ou « galactisé ») les principales industries ?

Pour quelque chose d’aussi important dans l’histoire, Star Wars n’essaie même pas de répondre à ces questions.

Quand la liberté meurt

Mais voici ce que nous savons.

Premièrement, il y a beaucoup de contrebande dans l’univers Star Wars. Et cela signifie probablement qu’il existe de nombreuses lois et réglementations rendant divers biens et services coûteux ou illégaux. L’interdiction ou la restriction du commerce crée des marchés noirs ; elle peut également appauvrir de nombreuses personnes et rendre leur vie beaucoup plus difficile lorsqu’elles ne peuvent pas accéder à ce qu’elles veulent et dont elles ont besoin.

Bien qu’il soit le tissu invisible de la vie quotidienne de chacun, le commerce ne semble pas vraiment exister dans l’univers de Star Wars, mais l’Empire pourrait ruiner la vie des gens en contrôlant ce qui est acheté, vendu ou échangé, en dictant les prix ou en taxant tellement tout que même les produits de première nécessité deviennent impossibles à acheter.

Nous savons également que l’armée impériale utilise sa puissance contre les citoyens de l’Empire, et pas seulement en termes de dommages collatéraux.

Dans Star Wars : Rebels, on voit souvent des Storm Troopers et d’autres agents impériaux enrôler des innocents dans leurs armées et s’emparer de leurs biens sans compensation. Plus récemment, dans Rogue One, on voit un Star Destroyer survoler une mine de cristal de Kybur, et l’Empire semble forcer les gens à travailler dans les mines afin d’acquérir des composants clés de l’Étoile de la Mort.

Nous pourrions supposer que l’armée impériale se procure une grande partie, voire la totalité, de ses fournitures et de ses ressources par des moyens similaires – en volant les gens dans la galaxie, en prenant leurs biens par la force. Mais cela suppose l’existence d’un certain type de droits de propriété, qui n’est jamais complètement établi dans ce monde.

Et il y a une autre chose terrible que nous savons sur l’Empire grâce à Star Wars : le réveil de la Force.

Le stormtrooper rebelle Finn (FN-2187) explique à Rey qu’il a été enlevé à sa famille lorsqu’il était enfant, enrôlé dans l’armée impériale et formé pour devenir un soldat. Il s’agit d’une forme d’esclavage que de nombreux gouvernements du monde réel ont utilisé au cours de l’histoire. Malheureusement, même le gouvernement des États-Unis a encore le pouvoir d’enrôler ses citoyens dans la guerre, bien que cela ne soit plus arrivé depuis des décennies.

Malheureusement, Star Wars ne s’attaque jamais à ces questions de manière significative.

Il semble supposer que la principale différence entre un monde bon et un monde mauvais est la présence de la démocratie, mais ce n’est guère une garantie. De nombreux dirigeants démocrates ont créé la misère pour leurs citoyens et ont même utilisé la démocratie pour accumuler du pouvoir et devenir eux-mêmes des dictateurs – tout comme l’empereur Palpatine.

Je pense que l’idée qu’un sénateur devenant chancelier devienne empereur fonctionne très bien dans le film parce que c’est très fidèle à ce que nous voyons dans la vie réelle. Et lorsque Padmé dit « C’est ainsi que meurt la liberté, sous un tonnerre d’applaudissements », elle touche au vrai problème.

La liberté

La seule réponse à cette question qui ait un sens est que l’Empire soit un endroit horrible à vivre parce que ses habitants manquent de liberté individuelle.

Les citoyens de l’Empire ne sont pas en sécurité dans leurs possessions et leurs propriétés. Ils ne peuvent pas aller où ils veulent sans être arrêtés par les forces impériales. Ils peuvent être emprisonnés ou enrôlés de force dans l’armée sans procès ni possibilité de dire non, et les restrictions imposées aux échanges et au commerce les rendent pauvres et les condamnent à se procurer ce dont ils ont besoin auprès de dangereux marchés noirs, de contrebandiers et de gangsters.

Si la rébellion s’oppose à cela, alors ce sont de véritables héros.

Traduction par Alexandre Massaux pour Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • en fait la simple utilisation du mot empire…surtout d’empereur..

    un empire implique une aliénation des peuples…
    elle peut être volontaire..ou non..

    si il y a un empereur.. et que cet empereur n’est pas un symbole d’unité..mais un gouvernant. faut il chercher plus loin ..aliénation à un homme et non une idée..
    je ne suis pas un spécialiste du japon..

    -1
  • la reine d’angleterre est la garante de la liberté de ses sujets.. elle ne les gouverne pas.
    l’mepreur palatine ne semble pas être le simple garant de la souveraineté des peuples et de la liberté de ses sujets…

    par le simple fait qu’il gouverne..

    vous commettez une erreur qui est de penser qu’il va de soi d’accepter un pouvoir politique même démocratique liberal.. le gouvernant est un tyran..

    un homme seul peut décider de créer « son peuple »…

    • ou la rebellion est un droit fondamental de l’être humain..

      ce qui n’est pas un « droit », c’est l’appartenance à un peuple…

  • Article intéressant. C’est vrai que les supposés sévices de l’empire dans la vie quotidienne ne sont jamais clairement exposés.
    Leurs moyens de répression sont censés tout dire : sous prétexte que la planète Alderaan abrite peut-être quelques rebelles, le grand moff Tarkin peut décider tout seul de la détruire tout entière. Parce que l’oncle et la tante de Luke ont acheté des droïdes possiblement liés à la rébellion, ils sont sauvagement assassinés.

  • L’article oubli que l’Empire impose la suprématie d’une seule espèce. La galaxie abrite de nombreuses espèces mais n’y a que des humains parmis les dirigeants de l’empire et dans son armée.

  • Star Wars ne joue pas sur la notion d’un empire mauvais dans ses films, mais sur la perception des 1ers spectateurs sur cette notion d’empire pour matérialiser plus facilement son grand méchant : nous sommes contextuellement dans une époque où le sermonnage médiatique définit l’Amérique et ses alliés européens, démocraties, comme « Le bien » et l’empire comme « le mal ». Pas besoin de chercher alors plus loin pour un Georges Lucas qui préférait sûrement à l’époque utiliser ce raccourci subliminal pour se concentrer sur d’autres points de son histoire (scénario, personnages, effets spéciaux) que sur cette question subsidiaire à ses yeux et s’obliger alors perdre du temps et des moyens (déjà límités, surtout pour le tournage du 1er film) à décrire le pourquoi du comment. De toute façon il fallait bien un super méchant sinon les films auraient perdu en intérêt ! Autant alors utiliser l’imagination du public.

    Rappelons qu’à l’époque de sortie du 1er film tourné de la saga en 1977, soit en pleine guerre froide qui opposait la démocratie américaine aux dictatures soviétique, chinoises, cubaines, coréenne, vietnamienne, etc … Les USA avaient défaits quasiment seuls les empires japonais et allemands.

    L’analogie au nazisme est donc logique : quitte à identifier un des ennemis de l’Amérique sans risquer d’en froisser un qui soit actuel et idéalement qui fut défait, autant prendre le plus grand de ces ennemis déchus. C’est ainsi que les codes Nazi sont reflétés dans les uniformes des officiers (bottes, casquettes couleurs), les couleurs des drapeaux (Blanc, noir, rouge), la supériorité technologique, le fait que les seuls représentants de l’empire ne soient que des humains et idéalement des clones, … le choix du modèle politique est donc logiquement : Un Reich (empire en allemand).

    C’est d’ailleurs sur ce même levier d’imagination du public que Tolkien a préféré écrire que filmer son seigneur des anneaux : l’écart budgétaire entre la rédaction d’un livre et la réalisation d’un film (surtout à cette époque) lui permettait d’ouvrir le détail sur son univers via l’imaginaire. Et quand on voit les budgets des films de Peter Jackson, qui passe pourtant à côté de la moitié de l’histoire du livre (et déçoit quand chacun découvre « son » Frodon Sacquet haha), on se dit qu’il a fait le bon choix sinon jamais son oeuvre n’aurait vu le jour !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Emmanuel Malmendier[1. Titulaire d'une licence en droit U.Lg., d'un master en fiscalité U.Lg. – Hec, comptable-fiscaliste agréé.].

Il est maintenant établi que certains pays nordiques prévoient de supprimer l’argent-monnaie, le cash autrement dit, au profit du seul virtuel ! Tous les paiements DEVRONT se faire par carte ou par application sur votre téléphone portable.

Je vous engage à bien lire ce qui suit, à y réfléchir et si vous voyez clairement la menace que cela représente pour votre liberté, à le transmettre au maximum... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles