Face aux armes spatiales : une nouvelle dissuasion nucléaire

Face au développement d’armes hypersoniques ou spatiales, la France doit revoir sa doctrine de dissuasion nucléaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
explosion atomique credits Pierre J (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face aux armes spatiales : une nouvelle dissuasion nucléaire

Publié le 26 janvier 2022
- A +

C’est en 1960, date de son premier essai nucléaire effectué dans le Sahara algérien, que la France fit son entrée dans le club très fermé des puissances disposant de l’arme atomique. Rapidement, sous l’impulsion décisive du Général de Gaulle, le principe de la dissuasion nucléaire en résulta.

La définition de cette doctrine, toujours actuelle malgré le demi-siècle écoulé, est simple : elle consiste en une promesse faite par la France qu’elle n’hésiterait pas à déclencher sa force de frappe nucléaire contre tout ennemi qui l’attaquerait, afin de le dissuader de toute velléité guerrière hostile, au risque dans le cas contraire d’encourir des dommages apocalyptiques. Depuis, les présidents qui se sont succédé à l’Elysée ne se sont contenté que de l’actualiser à la donne géopolitique à laquelle ils ont dû faire face (menace soviétique grandissante à partir des années 1970, crise des euromissiles dans les années 1980, conséquences de la chute de l’URSS en 1991, risques d’attaques parrainées par des États étrangers et utilisant des actes terroristes ou des armes de destruction massive au tournant du XXIe siècle).

C’est pourquoi les candidats aux élections présidentielles telles que celle qui se profile cette année se doivent de présenter la doctrine qu’ils appliqueront, puisqu’en cas de victoire ils exerceront seul, conformément à l’usage institutionnel, la prérogative liée à l’engagement du feu nucléaire et à la définition des cibles.

La doctrine de Jean-Luc Mélenchon

Fidèle à cette obligation, Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle pour La France Insoumise (LFI), vient de faire paraître en ce sens une tribune dans les colonnes du journal Le Monde. Il y milite, en compagnie d’un collègue député provenant du même parti que le sien (Bastien Lachaud, membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées à l’Assemblée nationale), pour un dépassement du statu quo défendu par la majorité en matière de dissuasion nucléaire. En effet, il considère que les développements de nouvelles technologies militaires dans le monde peuvent, à terme, rendre inopérante la doctrine traditionnelle d’utilisation de la force de frappe en cas d’attaque d’une puissance ennemie.

Parmi ces technologies qu’il présente comme devant conduire à une réflexion sur une nouvelle doctrine, il y a ce qu’il appelle « les armes hypervéloces », plus connues dans le jargon militaire comme des « missiles hypersoniques ». Pouvant transporter une charge nucléaire, conventionnelle ou autre, ces missiles jouissent d’une manœuvrabilité totale pendant leur trajectoire qui suit la courbure de la Terre, à tel point qu’il serait envisageable de leur faire abruptement changer de direction. Ces aspects les rendent particulièrement imprévisibles pour les radars et les boucliers antimissiles. Subir leur tir rendrait aveugle, parce qu’il est virtuellement impossible à l’État agressé de savoir d’où il proviendrait.

Faute d’ennemi désigné, les armes nucléaires ne pourraient être engagées en représailles. Leur inutilité supposée dans de telles circonstances est l’un des arguments sur lequel se base M. Mélenchon pour penser crédible, au vu de leur extrême dangerosité pour les populations, l’idée de leur démantèlement global dans un avenir plus ou moins lointain. Cela ne peut être prévu, selon lui, que quand la France aura fait l’acquisition, comme d’autres nations engagées sur cette voie, d’un arsenal spatial, par lequel elle dissuaderait tout potentiel ennemi sous la menace d’endurer depuis l’espace des frappes paralysantes, qui n’auraient pas l’obligation d’être nucléaires pour atteindre cet objectif et qui seraient aussi difficiles à contrer que les armes hypersoniques.

Les limites de cette doctrine

Cette position a le mérite de tenter de faire bouger les lignes dans la conduite de la défense nationale, sujet qui, à tort, se maintient dans les méandres obscurs du débat public. Mais en l’analysant à l’aune même du but que comporte toute stratégie militaire qui, en France comme dans les autres grandes nations, doit assurer en permanence la sécurité fondamentale du pays face aux incertitudes du monde, elle semble incomplète.

En effet, bien que M. Mélenchon reconnaisse la menace des missiles hypersoniques à cause de leur faculté à atteindre très rapidement et de manière indétectable le territoire de n’importe quel pays, il ne tire pas tous les enseignements de l’état d’impossibilité dans laquelle se trouverait l’appareil militaire français d’identifier la puissance étrangère qui fomenterait une telle attaque. Ceci vaut également pour l’armement spatial (à ceci près qu’il pourrait viser, en plus d’un territoire, les satellites de communication hautement sensibles pour un État).

Car, à la minute même où des États étrangers auront acquis la maitrise opérationnelle de l’une de ces nouvelles technologies, la dissuasion nucléaire française, organisée selon une logique en deux temps, ne sera plus fonctionnelle. Pour rappel, celle-ci s’agence sur la double action des deux composantes de l’architecture de la force de frappe : la Force Aérienne Stratégique (la FAS) est censée, par un déploiement démonstratif de ses avions, intimider jusqu’à la dernière minute un ennemi identifié de façon à lui faire abandonner toute prétention guerrière, tandis que la Force Océanique Stratégique (la FOST) a comme principale mission de riposter à une atteinte aux intérêts vitaux de la nation par le lancement fatidique, à partir de l’un de ses quatre sous-marins, d’une ou plusieurs ogives.

Adopter une doctrine « panoptique » de la dissuasion ?

En conséquence, la configuration créée par les missiles hypersoniques et l’armement spatial impose de changer l’échelle de la dissuasion. De « tous azimuts », lorsqu’elle est caractérisée par la capacité opérationnelle de la France de répondre à une agression par la force nucléaire sur n’importe quel point du globe grâce à la mobilisation permanente de ses vecteurs dans le monde, la dissuasion doit adopter une posture « panoptique », à l’image des prisons aux coursives circulaires agencées de telle sorte qu’un seul gardien a la faculté, s’il est placé de façon adéquate, d’avoir dans sa ligne de mire l’ensemble des cellules.

Autrement dit, par la voix de son président, la France doit faire la promesse radicale qu’en cas d’attaque par une de ces armes, dont ses réseaux de renseignements ne pourraient connaître la provenance, elle lancerait des frappes nucléaires sur toutes les nations à propos desquelles elle aurait acquis au préalable la certitude qu’elles disposent de telles capacités militaires. Elle annihilerait par cette nouvelle doctrine l’avantage que permettrait la maitrise de ces technologies. Aucune puissance la possédant ne s’essaierait à s’en prendre à la France par ce biais, sans risquer en retour des destructions insupportables. La non-identification de la source de l’offensive ne mettrait donc pas à l’abri d’une réponse effroyable.

Cette nouvelle doctrine ne viserait pas les alliés de la France (en l’espèce, pour ce qui est des puissances nucléaires, les États-Unis et le Royaume-Uni), a fortiori depuis qu’elle a signé, en 2009, son retour dans le commandement intégré de l’OTAN. Seules les autres puissances ayant ajouté à leur arsenal des capacités hypersoniques ou spatiales seraient concernées (la Russie, la Chine, l’Inde et la Corée du Nord semblent s’avancer à grands pas dans cette direction d’après les récentes informations à notre disposition). L’ambiguïté doit cependant subsister afin de ne pas susciter un regain de tensions malvenu : aucun des États du monde ne doit être expressément nommé, chacun d’entre eux, en fonction des alliances existantes et des forces en présence, pouvant interpréter quel pays serait réellement ciblé par une réponse française à une telle attaque.

Un traité international de la dissuasion panoptique ? 

Face au développement militaire qui équipera des puissances étrangères d’armes hypersoniques ou spatiales, il apparait que décider de ne pas actualiser la doctrine d’utilisation de la force nucléaire ne procurerait plus le bénéfice, qu’elle supposait depuis les années 1960, de sanctuariser le territoire national. En cas d’immobilisme sur cette question, la sécurité fondamentale du pays ne pourrait plus être préservée.

Alors que la doctrine de dissuasion formulée par De Gaulle avait concouru de manière prépondérante à la défense de l’indépendance d’action de la France sur la scène internationale, facilitant, entre autres, la sortie du Commandement intégré de l’OTAN en 1966, le chemin inverse entrepris en 2009 la place désormais comme un allié de taille des États-Unis en cas de conflagration générale. Ce qui a pour effet de désigner la France au sein d’un camp défini dans le cadre de la Nouvelle guerre froide. Et ce qui en fait surtout une éventuelle cible de ces nouvelles armes.

Dans ce contexte, la France devrait défendre, afin d’accroître la sécurité mondiale, et malgré les difficultés diplomatiques nées du fait que quatre puissances nucléaires ne sont pas reconnues en tant que telles par le TNP (Israël, Pakistan, Inde, Corée du Nord), l’établissement d’un nouveau traité selon lequel les États possédant l’arme nucléaire, des missiles hypersoniques ou un arsenal spatial adoptent une vision panoptique dans leur doctrine de dissuasion respective. Il en ressortirait un nouvel échelon dans l’équilibre de la terreur, qui est, à l’ère atomique, le seul moyen qu’a trouvé l’humanité pour ne pas déclencher une Troisième guerre mondiale.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je ne suis pas trop convaincu. Mettons nous à la place de l’agresseur. Quel est son intérêt dans l’affaire d’attaquer la France? Gagner un territoire, avoir un ascendant politique, briser des alliances. Tout cela nécessite de se désigner comme l’agresseur.
    Ne pas se désigner ne peut qu’engendrer la peur du pays attaqué (et pas de prestige pour l’attaquant), c’est donc une forme de terrorisme. Mais il n’y a pas vraiment besoin d’armes hypersoniques spatiales machin chouette… Un simple mec, immigré sans papier, transporte une bombe atomique qui explose en France. Et voilà! Irréaliste? Rappelons nous de l’assassinat au VX du frère de Kim…
    Les armes hypersoniques, je les vois plutôt pour une guerre asymétrique avec des frappes chirurgicales. Tel dictateur d’un pays fait qqch qui ne plait pas? Pas de chance, une barre divine lui tombe dessus…

  • E. Macron et sa clique de clowns se moquent de la sécurité des français alors de celle du territoire, de la France…
    Il y a un risque d’invasion de la Russie en Ukraine. Vous croyez vraiment que Poutine se soucie de ce que pourrait faire Macron ? Les troupes russes près de la frontière ukrainienne font la moitié de toutes les troupes françaises.
    De plus, nous sommes désignés ennemis de guignols, certes dangereux, qui nous attaquent avec ce qui leur tombent sous la main ou des armes à feu quand ils en ont. Sans parler des autres qui le font pour un regard ou une cigarette.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

L'ESA souhaite plus d'argent. Développons plutôt une industrie spatiale et des partenariats comme aux USA. Et si on s'inspirait du modèle capitaliste américain, plutôt que d'attendre tout de l’État ?

 

La dépense publique pour l’espace, un geste sans possibilité de résultat

Dans un article daté du 13 septembre La Tribune rapporte que le directeur de l’ESA (Agence Spatiale Européenne), Joseph Aschbacher, veut obtenir des états membres[1. L’ESA, European Space Agency est financée par ses 22 États membres (et quelques États co... Poursuivre la lecture

Si tout se passe bien, la fusée géante SLS (Space Launch System) de la NASA pourrait faire son premier voyage dans l’espace ce 29 août. Ce serait la première mission du programme Artemis qui, outre le lanceur, son second étage et sa capsule Orion, comprend une station spatiale lunaire, le Lunar Gateway et un camp de base, au sol de la Lune. Pour joindre ces deux derniers en navette, un transport doit être assuré par SpaceX avec une version spécifique de son Starship.

 

Une préparation américaine du retour vers la Lune

Mais ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles