Face au parlement européen, Macron défend la démocratie sans la pratiquer

Macron a parlé de démocratie, d’environnement au parlement européen. Des propos en inéquation avec sa politique nationale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Emmanuel Macron BY Jacques Paquier(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face au parlement européen, Macron défend la démocratie sans la pratiquer

Publié le 19 janvier 2022
- A +

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu’il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d’Europe Ecologie les Verts, François-Xavier Bellamy (LR) et Manon Aubry de la France Insoumise.

Plus intéressant, certains propos d’Emmanuel Macron sont de nature à influencer la politique française ainsi que la place de la France dans l’Europe.

 

La démocratie libérale  au cœur du discours de Macron au parlement européen

Le président a vanté la gestion de la crise sanitaire par les « démocraties libérales » et a en même temps mis en garde contre la montée de la remise en cause de l’État de droit.

« Des voix s’élèvent aujourd’hui pour revenir sur nos grands textes fondamentaux qui ont pourtant été décidés souverainement par les États membres lors de leur adhésion. Mais revenir sur quoi ? Sur l’égalité des hommes en dignité et en droit ? Sur le droit pour chacun à disposer d’un procès équitable par une justice indépendante ? »

Ces propos visent de manière évidente la Pologne et la Hongrie. Mais on peut se demander si un président qui considère dans son pays qu’une partie de la population mérite la déchéance de citoyenneté, est bien placé pour tenir ce genre de discours. Surtout si on tient compte de la phrase suivante : « Et s’installe comme une idée au fond que pour être plus efficace il faudrait revenir sur l’État de droit ».

Certes, des débats parlementaires ont eu lieu, mais le renoncement aux libertés fondamentales a été particulièrement fort en France.

On constatera aussi que Macron utilise le terme « libéral » de manière positive ce qui est loin d’être habituellement le cas. Le problème est qu’il le colle à sa politique sanitaire liberticide. En se posant en tant que défenseur de la démocratie libérale, il rend la signification du mot confus. Une situation qui va profiter aux antilibéraux qui auront tout loisir d’assimiler libéralisme aux restrictions prises par le gouvernement français.

 

L’environnement et le droit à l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux

L’un des points les plus importants est sa volonté de moderniser la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Une charte qui a une valeur contraignante depuis le traité de Lisbonne.

Emmanuel Macron considère la nécessité de sa réforme : « 20 ans après la proclamation de notre Charte des droits fondamentaux, qui a consacré notamment l’abolition de la peine de mort partout dans l’Union, je souhaite que nous puissions actualiser cette charte, notamment pour être plus explicite sur la protection de l’environnement ou la reconnaissance du droit à l’avortement. »

Pour le second point, on ne peut que constater l’écart entre le discours d’Emmanuel Macron et l’élection de Roberta Metsola, députée  maltaise conservatrice et anti-IVG, à la tête du parlement européen. Selon Jean Quatremer, elle aurait eu le soutien du groupe Renew Europe dirigé par LREM.

De plus, on peut se demander s’il n’est pas contreproductif pour Macron de mettre en avant ce sujet au niveau européen. Jusqu’à présent le sujet faisait débat uniquement en Pologne. En le mettant sur la scène européenne, ce sujet va être politisé avec un fort risque de polarisation au sein des pays membres.

Quant à l’environnement, Macron a dans le passé déclaré vouloir inscrire sa protection dans la Constitution française. Il souhaite désormais le faire au niveau européen. Là encore, cela soulève des questions sur la direction prise par le président français. Il a ces derniers mois pris position pour le nucléaire et s’est rapproché en conséquence des pays d’Europe centrale. Mais dans ce discours, en les attaquant sur les valeurs et en jouant la carte de l’environnement, il semble s’aligner sur la nouvelle coalition allemande.

 

La peur du monde et interventionnisme

Le discours d’Emmanuel Macron, mis à part les éléments ci-dessus, n’est pas si original que ça comparé aux propos des autres politiciens français. On y voit une peur du monde qui l’entoure qu’il s’agisse des Russes, des populistes ou du dérèglement climatique. Les politiciens français (et beaucoup d’européens) voient de plus en plus leur pays et l’Europe comme une forteresse assiégée, voire ébréchée.

Et quand ce n’est pas lister les menaces, il s’agit de faire des propositions centralisatrices comme le salaire minimum ou plus de réglementations.

L’Europe semble s’être enfermée dans une boucle et ce n’est pas Macron qui l’en sortira.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • ce blanc bec ne sait plus ou il campe ; si en plus il a peur  » du monde qui l’entoure  » , autant dire que l’on n’est pas sorti du sable ;

  • Macron a sans doute raison dans son discours mais je me le demande : ou est-il écrit, dans la fameuse charte, que l’anuus des homosexuels doit représenter l’alpha et l’oméga de toutes les politiques européennes ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles