Nucléaire, incompétence, et pouvoir 

Les 10 ans de retards successifs dans la mise en service du nouveau réacteur nucléaire EPR (European Pressurized Reactor) de Flamanville sont-ils dus à l’incompétence des jeunes ingénieurs français… ou à l’imprévoyance de nos dirigeants ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Lukáš Lehotský on Unsplash - https://unsplash.com/photos/vMQFh9rAkeU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nucléaire, incompétence, et pouvoir 

Publié le 18 janvier 2022
- A +

Conjugué avec l’arrêt politique des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim en 2020 et l’arrêt inopiné pour contrôles techniques de cinq autres réacteurs, le retard de livraison de ce premier EPR en France entraine un risque de sous-capacité de production d’électricité cet hiver.

Un avenir nucléaire ou non ?

À l’heure où les Français s’interrogent de plus en plus sur l’avenir énergétique de leur pays et sur les coûts du gaz et de l’électricité, le nucléaire s’invite dans la campagne présidentielle.

Sur fond de changement climatique, cette énergie recueille les faveurs de certains candidats (à droite et au Parti communiste), et d’autres lui sont hostiles (LFI et EELV en particulier).

Après avoir trop longtemps cajolé les promoteurs d’éoliennes et autres panneaux photovoltaïques, le Président Emmanuel Macron a annoncé en novembre 2021 que la France allait lancer un programme de construction d’au moins 6 réacteurs nucléaires EPR (ou EPR2 qui est un EPR simplifié et amélioré).

Le chantier du nouveau réacteur nucléaire EPR à Flamanville débuté en 2007 se prolonge depuis 15 ans pour un coût de plus 13 milliards d’euros alors qu’il devait durer 5 ans et coûter 3,3 milliards d’euros.

Les réelles difficultés de construction de ce réacteur EPR en France sont une aubaine pour les jugements péremptoires, à défaut d’être pertinents, portés par des propagandistes verts antinucléaires sur les capacités de la France à renouveler son parc nucléaire.

Leur compréhension des enjeux sociaux, techniques, et financiers de la production d’électricité vitale pour la France est plus que douteuse. Mais ils disposent de réseaux de communications influents dans les sphères politiques et médiatiques.

Le pouvoir et l’influence en politique ne se mesure pas à l’aune de la raison et du bon sens technique fondé sur la réalité, mais en capacité de nuisance dans les médias et dans l’opinion publique (« Le Vatican : Combien de divisions ? » disait Staline en 1935).

Vers un mix 100 % renouvelable en 2050 ?

Ainsi, les médias ont accordé une grande publicité au rapport biaisé par l’idéologie antinucléaire de l’ADEME et intitulé « Vers un mix 100 % renouvelable en 2050 » publié en juin 2016 et payé 294 000 euros par les contribuables. Il parait argumenté et « scientifique », mais combien de Français ont-ils lu les 110 pages de cette étude et en ont détecté les erreurs et les absurdités ?

L’important est le titre percutant marquant les esprits laissant ainsi croire qu’une production d’électricité 100 % d’origine renouvelable en 2050 serait possible. Toutefois, les hypothèses et les affirmations contenues dans cette étude sont calibrées pour correspondre à l’idéologie décroissante et antinucléaire des commanditaires partisans des énergies renouvelables, notamment éoliennes et solaires.

Des scénarios trop optimistes, des rendements négligés, et des sous-estimations financières flagrantes, notamment dans les stockages d’énergie, truffent ce document dont les démonstrations apparemment logiques renferment d’énormes failles, parfois bien cachées, qui conduisent à des conclusions absurdes… mais politiquement correctes.

Ayez confiance, ayez foi…

Les enjeux techniques et économiques sont difficiles à comprendre par le plus grand nombre… et par les élus qui, pour plaire à la majorité de leurs électeurs, ont recours à des raccourcis simples et séduisants comme « le vent et le soleil sont éternels, propres, et gratuits ».

Et il est plus facile et agréable de proposer un avenir radieux reposant sur du vent et du soleil que d’expliquer longuement pourquoi le nucléaire représente leur avenir.

« Ayons foi dans les énergies renouvelables ! » a même déclaré Nicolas Hulot à l’Assemblée nationale le 22 février 2018, car il s’agit bien d’une religion verte antinucléaire.

La foi soulève peut-être des montagnes mais il est douteux qu’elle produise un jour de l’électricité, surtout en fonction du besoin, notamment les soirs d’hiver sans vent.

Actuellement, d’immenses éoliennes poussent remarquablement bien sur terre et en mer, parfois arrosées par des élus dont l’intérêt général n’est pas la priorité… et auxquels la justice s’intéresse.

Nucléaire et écologie : un peu de cohérence serait bienvenue

Un peu de cohérence serait bienvenue, même lorsqu’il est question d’écologie.

Notre pays a déjà effectué sa transition énergétique il y a plus de 40 ans, au cours des années 1970, pour consommer moins de pétrole, de charbon et de gaz (et donc émettre moins de gaz à effet de serre) grâce à son « virage nucléaire » lancé par le plan Messmer.

L’économie française a pu en bénéficier, et aucun accident majeur n’a affecté plus de 40 ans d’exploitation de centrales nucléaires, ce que semblent regretter certains détracteurs de ce moyen de production. Cela apporterait de l’eau à leur moulin (ou du vent dans leurs éoliennes).

Mais avant tout, les Français devraient se poser la seule question qui vaille : à quoi servent les énergies renouvelables puisque la France n’en a pas besoin ?

En effet, la production d’électricité est suffisante (la France exporte même annuellement environ 10 % de sa production) et elle ne contribue pas à diminuer les émissions de gaz à effet de serre dans une France qui produit une électricité décarbonée à plus de 90 %, essentiellement grâce au nucléaire et à l’hydroélectricité.

L’EPR ailleurs dans le monde

Deux EPR ont été construits et mis en service à Taishan en Chine en 2018 et 2019 en respectant les coûts et les délais avec la participation d’ingénieurs français.

Après 16 ans de chantier (et 12 ans de retard), l’EPR d’Olkiluoto construit par le Français Areva en Finlande, a démarré le 21 décembre 2021.

Au Royaume-Uni, EDF a reporté récemment (27 janvier 2021) de 2025 à 2026 le démarrage de l’EPR Hinkley Point C.

L’arrêt du nucléaire serait la plus grave catastrophe

Paradoxalement, en France, la plus grave catastrophe nucléaire pour les Français serait son arrêt. Une sortie, même partielle, du nucléaire :

  • priverait les Français d’une source de production massive d’électricité à bon marché,
  • diminuerait les compétences nécessaires à la sécurité des centrales restantes,
  • aurait de graves conséquences économiques (envolée des prix de l’électricité, rupture de fourniture d’électricité,…), sociales (fermetures d’industries, emplois,…), et écologiques (recours massif au gaz et au charbon).

Les hommes politiques devraient le clamer haut et fort afin que les Français le comprennent avant qu’il ne soit trop tard…, c’est-à-dire maintenant car la perte de compétence a déjà débuté dans l’industrie nucléaire.

Pouvoir et incompétence

Ce n’est pas la qualité intellectuelle de nos jeunes ingénieurs qui est en cause dans les difficultés du renouveau nucléaire, ni la compétence des soudeurs de tuyauteries, mais la médiocrité de la classe politique française. Son impéritie n’a pas anticipé pendant 20 ans le maintien, la transmission, l’amélioration, et la formation des savoir-faire dans ce domaine du nucléaire particulièrement exigeant.

Cette mise en place de nouveaux talents ne se décrète pas du jour au lendemain à coups de menton médiatiques en incriminant EDF ou Areva. Elle réclame du temps, une organisation, des constructions régulières pour maintenir une industrie compétente, et une vision stratégique de long terme à 50 ans, bien au-delà des échéances électorales.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • l’arret des fossiles serait la plus grande des « catastrophes » ….humaines..

    on a opéré une transition..électrique majeure avec le plan messmer, secondairement énergétique..

    faut arrêter avec la diabolisation des fossiles et arrêter avec l’idée de ne pas en utiliser dans un horizon..différent du fait de leur pénurie éventuelle..
    le nucleaire est un sous sujet…

    par exemple dominé par l’objecitf d’une diminution de l consommation énergétique..essentiellement de la génération qui vient;.

    le nucléaire ou une éolienne c’est des émissions de CO2 fossiles et des promesses de ne pas en émettre…à tenir par des gens un jour quelque part..

    ce qui doit importer est l’economie.

    -4
    • Sous sujet… Pas vraiment.
      Combien produit on de pétrole, de gaz et de charbon sur le territoire? pas grand chose.

      Vu que le cout des fossiles est appelé a monter, et que la performance de notre économie se pète la gueule de manière régulière depuis des décennies, va falloir bouger car le déficit commercial est énorme et du même ordre que l’import d’énergie fossiles.

      Pour le nucléaire c’est maintenant trop tard bien qu’il faut impérativement relancer la construction pour l’avenir à 20 ans mais en attendant, on ne pourra plus échapper à la construction de centrales au gaz et au charbon pour compenser les fermetures passées et le future report d’une partie des fossiles sur l’électricité. On devra aussi procéder si possible à l’exploitation du gaz de schistes ou la réouverture des mines de charbon en attendant la montée en puissance du parc nucléaire.

      • non désolé, c’est un sous sujet.. la premiere question est de savoir si cela fait sens de diminuer unilatéralement nptre consommation de fossile, dele poser come un objectif..

        ou encore mieux de fixer un objectif de consommation globale d’Energie..avec une diminution à 40%..

        relancer le nucleaire est pour moi un NON SUJET politique ça devrait être le choix de gens qui ont confiance dans le nucleaire comme un pari RCONOMIQUE pertinent..et qui mettent leur sous là dedans..

        -2
        • est ce que vous vous rendez compte de ce qui va vous rester de liberté?? si l’etat se donne le droit de regarder votre consommation énergétique..

          -2
        • La diminution de la conso de fossiles est bien du domaine d’action de l’état. Le fait qu’il s’y prends comme un manche est un autre souci, plus lié à incompétence des acteurs qu’aux missions de l’institution.

          Le système libéral a bien des avantages mais sur ce type de sujet il a la vue courte:
          Vous vendrez toujours la corde pour qu’on vous pende car sinon quelqu’un d’autre la vendra à votre place. (Et à la fin on vous pends de toute façon.)
          Le marché sait bien mieux optimiser que les réglementations, mais si cet optimum vous tue à terme, il vous tuera avant que les contres réactions du marché n’entrent en fonction. Au final on ira vers un autre optimum prenant en compte le biais, mais vous êtres mort dans l’opération!

  • A quoi bon construire des centrales nucléaires si c’est pour en brader la production au profit d’entreprises parasites ?
    Qui va payer ? Sans aucun doute nos impôts tout en payant toujours plus cher l’énergie.

  •  » une vision stratégique de long terme … »ce que sont bien incapable de faire nos incompétents au pouvoir et ce depuis des décennies ;

    • ces gens là sont incapables de voir plus loin que les prochaines élections, et sont prêts à tout pour conserver leur place autour du gâteau!

  • Une bonne nouvelle, les syndicats d’edf appellent à la grève et pour une fois, c’est justifié.

  • Il y a beaucoup d’erreurs ! Comme la dit Bruxelles  » le nucléaire et Utile » quand au solaire il y a des panneaux de très bonnes qualités qui permettent suivant le nombre et l’ensoleillement d’être autonome ( il n’y a pas besoin d’être en pleine canicule !) Quand a l’éolient ont peut se poser la question si avec leur pâle d’avion et la vitesse de rotation sont efficaces ! Il faudrait comparer avec les anciens moulin a vent qui sevais a ( moudre la farine, a pompé l’eau au nillieux des chans !)

    • Si vous habitez sous l’équateur, le solaire PV est assez performant et permets de faire des choses. Sous nos latitudes, l’hiver c’est compliqué! Quand votre panneau de 6000W en produit 150, certes c’est pas null, mais c’est pas terrible, surtout a une période de l’année ou l’on consomme plus.

      Concernant les éoliennes, pensez bien que ceux qui les ont conçues on visé ce qu’on pouvait faire de mieux pour maximiser la rentabilité financière et qu’elles sont largement plus efficaces que les vieux moulins. L’ennui c’est que le profil de production est intrinsèquement pourri, et que les incompétents qui écrivent les règles n’ont pas pensé à les inciter à faire adopter des configurations moins rentables pour les exploitants mais « moins pires » pour le réseau.

      Dans un mix fossile le solaire et l’éolien permettent de réduire significativement la consommation de combustibles. L’annuler est une autre histoire qui risque fort de toujours rester le futur de l’énergie sans jammais devenir le présent…

      -1
  • A la louche : Le nucléaire ayant disparu en 2050, conjugué au tout électrique automobile et le chauffage généralisé par pompes à chaleur, (Electrique). La France ne disposera pas du tiers de la puissance nécessaire un soir d’hivers sans vent.

    • Le nucléaire n’aura pas disparu en 2050 pour la simple raison que l’on n’aura pas autre chose.
      – La puissance garantie solaire éolien est quasi nulle.
      – Depuis 20 ans qu’ils bossent sur l’amélioration des ENR et techniques de stockage, il n’y a pas eu d’évolutions techniques majeures qui ait abouti à quelque chose de concret. On peut raisonnablement douter que tous les problèmes qui n’ont pas été résolus depuis 20 ans le soient dans les 30 prochaine années.

  • Thierry Breton, vaillant supporter du Nucléaire européen, a dit clairement les choses : l’Europe a besoin d’investir 500 milliards d’euros sur les 30 prochaines années dans l’industrie nucléaire, 20 milliards d’euros par ans pour nous permettre de répondre aux besoins croissants d’électricité. Notre très visionnaire locataire de l’Elysée se propose de mettre 1 milliard jusqu’en 2030, cherchez l’erreur!
    Allez, on continue dans cette voie irrationnelle et dans quelques années on devra acheter nos centrales nucléaires aux Chinois : https://spectrum.ieee.org/china-closing-in-on-thorium-nuclear-reactor.

  • Un peu gênant quand même, le « En même temps » sur Contepoint, à la fois attaquant en permanence la notion d' »État stratege » et glorifiant le nucléaire, résultat d’une prise en main de A à Z sur des décennies… par l’État! Merci de m’expliquer comment réconcilier les deux points de vue.

  • Pourquoi « jeunes ingénieurs »… Si ça dure depuis 40 ans, il doit bien y en avoir qui ont de la bouteille dans le domaine, non?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ci-dessous les diagrammes de production de l’Allemagne (Institut Fraunhofer, Energy charts) et de la France (RTE, eCO2mix)

Les besoins à la pointe sont de l’ordre de 70 GW pour les deux pays, soit 140 GW en tout. C’est faible pour des journées d’hiver. Le froid n’est pas intense, et l’activité économique n’est pas florissante.

 

On a connu deux jours sans aucun vent les 2 et 3 mars. (En bleu clair sur les diagrammes). L’Allemagne a été sauvée par le gaz, le charbon et le lignite et ne parle plus guère d’arrêt... Poursuivre la lecture

« À l’occasion », le président des États-Unis doit informer le Congrès de l’état de l’Union. Mais comme trop de choses chez l’Oncle Sam, c’est devenu un discours hyper partisan où se succèdent les exagérations et les mensonges. Le discours de Joe Biden ne fait pas exception, et l’on peut ajouter opportunisme à la liste.

En effet, le port du masque est devenu optionnel juste à temps pour cet exercice partisan. Les démocrates plaideront que la science® a évolué. Mais la seule science qui a évolué est la science… sociale.

E... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Bernard Durand.

Le vent est plus régulier en mer qu’à terre 

C’est faux !

La figure parlante ci-dessous compare les variations de la puissance électrique fournie en une année (en pourcentage de la puissance nominale totale avec un pas de temps de 30 minutes) par l’ensemble des parcs éoliens en mer du Nord et à l’ouest de la mer Baltique (zone DK1) du Danemark, en haut, avec celles, en bas, de l’ensemble des éoliennes terrestres françaises.

Les lignes rouges représentent la puissance effective moyenne (f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles