Macron attaque les non-vaccinés pour ne pas évoquer son bilan

Emmanuel Macron préfère attaquer les non-vaccinés pour éviter de l’être sur son bilan.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Screenshot 2021-06-07 at 15-45-33 ChangeNOW 2021 Message du Président Emmanuel Macron - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron attaque les non-vaccinés pour ne pas évoquer son bilan

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 janvier 2022
- A +

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer comme des avancées alors qu’elles n’ont été financées que par l’accroissement de la dette, et donc par de futures hausses des impôts ?

En réalité, tout le mandat d’Emmanuel Macron repose sur des apparences, des promesses non tenues, des progrès en trompe-l’œil car réalisés à crédit, obérant de ce fait les années à venir, ou encore sur des décisions autoritaires déplacées, indignes d’une démocratie. Les chiffres sont terribles :

Violence gouvernementale contre les manifestants de la société civile

Il ne faudrait pas que les électeurs oublient combien l’épisode des Gilets jaunes est révélateur du cynisme du gouvernement :

15 mois de révolte sociale avec comme sinistre résultat 140 Gilets jaunes gravement blessés dont 14 qui ont perdu un œil.

Deux avertissements d’Amnesty International et un du Conseil de l’Europe pour respectivement « recours excessifs à la force », « acharnement judiciaire » et « utilisation des LBD » contre les manifestants.

Aucune prise connue contre les Black-blocs ou les antifas qui ont pourtant parasité le mouvement des Gilest jaunes ; aucun fait d’autorité contre les grévistes de la SNCF et de la RATP qui ont pourtant bloqué les Français pendant des semaines.

 

Les résultats économiques de Macron dans la droite ligne de ceux de Hollande

Le précédent président Hollande avait gagné les élections sur une promesse totalement contracyclique : augmentation des impôts des riches pour rendre les pauvres moins pauvres. Le résultat a été à la hauteur de la méprise : la France est complètement passée à côté du rebond qui a suivi la crise du crédit.

Or Macron ne fait pas mieux. Les résultats sont alarmants :

Nouveau record de la dette publique qui dépasse 118% du PIB au premier trimestre 2021, soit 2 739,2 milliards d’euros.

Aggravation du taux des prélèvements obligatoires par rapport à la moyenne de l’OCDE : 35 % de plus que la moyenne en 2016, 35,6% de plus en 2020.

Nouveau record du déficit de la balance commerciale en 2021, qui atteint 71,3 milliards d’euros en cumul annuel.

Aggravation du taux de chômage par rapport à la moyenne européenne entre 2016 et 2020, avec un écart brut qui passe de 0,8% à 1 % en défaveur de la France (Eurostat 2020) ;

Poursuite de la désindustrialisation avec un nouveau record à la baisse du secteur manufacturier qui ne représente plus que 9,39% du PIB en 2020 contre 10,28% en 2016 (World Bank).

Poursuite de la hausse des dépenses sociales qui passent de 32,1% du PIB en 2016 à 35,7% en 2020, confortant ainsi notre position au hit-parade de l’OCDE (Eurostat) ;

Ainsi, Macron ne traite toujours pas les causes du chômage et de l’appauvrissement relatif du pays mais seulement leurs conséquences. En empruntant.

 

Immigration en hausse malgré le déclin économique

L’immigration et l’insécurité sont des thèmes qui se sont récemment imposés dans le débat public, et pour cause.

Entre 200 000 et 400 000 migrants sont accueillis chaque année selon des estimations divergentes mais qui s’accordent toutes sur une augmentation significative du solde migratoire sous Macron.

Le sentiment d’insécurité atteint un record historique en 2020 avec 68 % des Français déclarant ne pas se sentir en sécurité.

 

Gestion inconsidérée de la pandémie à ses débuts

Que le gouvernement tente de se rattraper en vaccinant massivement ne doit pas faire oublier ses erreurs payées au prix fort la première année :

Le pays connaît la plus forte récession de l’Union européenne au premier semestre 2020, du fait de l’action combinée du confinement radical et des très paradoxales incitations au chômage partiel pour les entreprises.

À ce jour, le pays déplore 2,7 fois plus de morts par million d’habitants que la moyenne mondiale (Worldometer 9/01/22).

 

L’invraisemblable autosatisfaction du président Macron

De deux choses l’une, soit notre président n’est pas conscient des réalités socio-économiques, soit il les dissimule sciemment afin d’assurer sa réélection. Quoi qu’il en soit, la tonalité des vœux du 31 décembre 2021 constitue une nouvelle insulte aux Français.

Les enquêtes comparatives régulièrement conduites en Europe montrent combien les Français ne sont pas portés sur l’économie. Or cette lacune constitue une rente de situation pour les étatistes et les cyniques de tout poil.

Le bilan du gouvernement Macron est fondamentalement mauvais. Aucune réforme n’a été menée sans hypothéquer l’avenir. Que l’on appelle cela de la poudre aux yeux, du vent, du baratin ne change rien au problème : lorsque Macron a pris le pouvoir en 2017, la situation du pays était déjà très mauvaise mais il l’a détériorée à des niveaux devenus encore plus dangereux.

Il est grand temps que les électeurs ne se laissent plus détourner par les diversions du président et soient conscients des dégâts causés par ses promesses mensongères, ses dépenses inconsidérées, son autoritarisme d’un autre âge, et son refus de s’attaquer aux causes structurelles de notre puissant déclin : trop d’État, trop de réglementations, trop de taxes.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « En réalité, tout le mandat d’Emmanuel Macron repose sur des apparences, des promesses non tenues, »
    En fait, ça n’étonne plus personne d’un peu lucide puisque JAMAIS, les promesses de campagne des candidats ne le sont, tout du moins dans le sens des résultats promis et attendus par les électeurs!
    Macron aura sans doute fait pire, bien aidé par la pandémie, mais sa trahison est encore pire car en 2017, il se présentait aux suffrages des français comme un « libéral couleur pastel », un ancien ministre de Hollande qui aurait commencé à virer de bord, alors que c’était pure tactique électorale!

    • D’où nécessité de prévoir des sanctions pour un candidat devenu président qui ne tient pas ses engagements. Clara Egger en parle.

  • Ce qui est pathétique c’est que l’on ne parle plus JAMAIS de l’hôpital français qui est à l’agonie, de notre système éducatif qui plonge d’année en année dans les classements PISA et SIMMS, de notre justice qui est la risée de nos amis européens, de la police qui n’en peut plus, des incivilités qui ne cessent d’augmenter, des suicides des jeunes (X3 entre 2019 et 2021), de notre déficit commercial qui va dépasser très prochainement les 80 milliards, de la dette française qui atteint des sommets, actuellement 2600 milliards d’euros, du nombre de pauvres qui ne cesse d’augmenter en France et je pourrais continuer la liste de tous les dysfonctionnements qui ne sont que le résultat d’une politique imbécile de la macronie. LREM est dans le déni et porte une adoration béate à votre monarque qui nous emm… (c’est lui qui le dit !) et continue de le soutenir envers et contre tout. Je déteste le chemin sur lequel jupiter nous a amenés, celui de la démocrature, antichambre d’une future dictature…

    • Il ne faut pas oublier qu’Emmanuel Macron est issu du parti socialiste où il a fait ses classes pendant le mandat de François Hollande. Et il est entouré aujourd’hui encore de gens issus pour la majorité du PS (ministres, conseillers…).
      Et quand on connaît le PS, particulièrement le PS français, comment pouvait-on s’attendre à quelque chose de bon venant de la macronie ?

  • Elargissez encor sur moi votre pouvoir, Sur moi, qui ne suis rien : afin de faire voir. Que de rien un grand roi peut faire quelque chose.

  • Constat juste. Quel quinquennat désolant et décevant!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les propos tenus par Joe Biden lors de l’émission 60 minutes sur CBS dimanche dernier ont provoqué quelques remous au sein du monde des médias comme de la santé.

 

“The pandemic is over. We still have a problem with COVID. We’re still doing a lot of work on it. But the pandemic is over,” President Biden tells 60 Minutes in an interview in Detroit. https://t.co/7SixTE3OMT pic.twitter.com/s5fyjRpYuX

— 60 Minutes (@60Minutes) September 19, 2022

« La pandémie est terminée. Nous avons t... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles