Crise sanitaire : la trahison des clercs

L'intelligentsia préférera sacrifier les libertés plutot que de reconnaitre qu'elle avait tort.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot_2020-09-29 Marseille Olivier Véran assume les nouvelles restrictions AFP Extrait - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crise sanitaire : la trahison des clercs

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 janvier 2022
- A +

Une large partie des intellectuels, chercheurs et membres de l’administration d’État ont érigé le vaccin comme remède universel à la crise sanitaire du Covid-19.

Aujourd’hui, le constat est clair, le vaccin n’est en rien un remède consensuel dans son efficacité face à cette crise inédite, voire a aggravé le contexte sanitaire, politique et économique et fragilisé la cohésion de nos sociétés.

Ainsi, par la force des incitations plus ou moins coercitives des pouvoirs publics une large partie de la population s’est fait vacciner.

 

Un pari des décideurs

D’un point de vue strictement économique, les intellectuels, chercheurs, et membre de l’administration d’État ont payé un coût symbolique, financier, politique et sanitaire en faisant le pari du vaccin comme ultime remède à une crise inédite. Ils ont engagé leur image dans l’espace public, politique, voire académique.

À l’instar de parieurs sur le marché financier, ces acteurs ont acheté une action qu’ils pensaient a priori florissante, mais qui s’est révélée a fortiori plus que décevante, voire pourrie. Au lieu de se rendre à l’évidence et de vendre leur action et d’arrêter d’en acquérir, sachant qu’elle n’aura possiblement jamais le rendement escompté dans le futur, ces derniers préfèrent continuer à en acheter davantage, par espoir que l’avenir leur donne raison ou par orgueil destructeur.

Ayant déjà payé un prix significatif en achetant cette action, parfois à de multiples reprises, sachant inconsciemment qu’ils prennent la mauvaise décision, ces derniers préfèrent rationaliser leurs mauvais choix en sélectionnant les informations confirmant la cohérence de leurs décisions.

Dès lors, par une logique déductive, ils appliquent leur modèle de pensée en sélectionnant l’information qui confirme leur théorie légitimant leur bonne décision.

 

Un choix de communication de l’intelligentsia

Également, ces acteurs meurtris d’une fierté destructrice préfèrent accuser les institutions défaillantes ou les autres acteurs de ne pas avoir fait le même choix qu’eux, externalisant ainsi leur responsabilité et se dédouanant d’une rationalité faillible, ce qui explique le durcissement du langage envers les non-vaccinés aujourd’hui.

Plus il y a d’information disponible qui paraît infirmer leur bonne décision, plus les acteurs ayant pris la mauvaise décision s’enferment dans l’autojustification de leur investissement. Seulement une minorité arrivera à tempérer ses ardeurs, et sortira du marché.

Comme l’affirmait déjà Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique, évoluant dans une démocratie où chacun est égal en droit dans sa prise de décision, les acteurs se sentent responsables de leurs résultats, dans leurs victoires comme dans leurs échecs.

Ainsi, toute différence économique, politique, ou d’état de santé, résultat d’une multitude de décisions conscientes individuelles, est perçue comme une inégalité qui leur est insupportable.

Ces acteurs dupés par l’ordre des choses préfèrent faire la chasse aux sorcières et accuser les déviants, contraignant autrui à faire les mêmes choix qu’eux pour tendre vers une égalité des conditions plus supportable, ce qui se fera nécessairement au prix de la liberté.

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • En effet un fois qu’on l’a réalisé, le lien entre l’attitude d’Emmanuel Macron et celle de Nick Leason en son temps est assez indéniable. Ils n’arrivent pas à couper leur pertes parce qu’ils sont investis à trop de niveau dans leur pari qui s’avère perdant !
    Ce qui, soit dit en passant, est une limite forte à la théorie de Taleb sur le « skin in the game » : quand on est trop investi à titre personnel on prends moins de mauvaises décisions au début mais il est alors très difficile de sortir de la mauvaise voie. Sans doute la raison pour laquelle les managers non-actionnaires et les traders (de l’argent des autres) se sont imposés librement sur le marché !

  • Laurent Lenormand
    12 janvier 2022 at 13 h 54 min

    C’est effectivement ça : le pouvoir et ceux qui le soutiennent, à commencer par les médias, cherchent des boucs émissaires pour dissimuler un échec de plus en plus évident. Mais l’opinion est en train de se retourner et les vautours politiques commencent à tourner autour de la Macronie. Les plus intelligents commencent déjà à prudemment retourner leur veste (Minc…)

  • Le retournement de veste est sensiblement en cours. Nombreux resterons nostalgiques du vaccin, cette période où chacun était pris en main et injecté au sérum de vérité. La vérité en flacon et reçue dans son sang… vertigineuse descente du symbolique!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bernard Landais.[1. Bernard Landais est l’auteur de Réagir au déclin ; une économie politique pour la droite française, VA éditions, 2021.] Un article de Conflits.

Le Traité de Rome de 1956 instituant le marché commun pour les six pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) a inauguré une ère de grande prospérité pour ces pays et plus récemment pour la plupart de ceux qui ont adhéré, même tardivement. Les principes économiques sous-jacents sont la valorisation des avantages comparatifs et l’extensi... Poursuivre la lecture

Alors que l’élection présidentielle sombrait dans l’ennui de 50 nuances d’étatisme, monopolisée par des professionnels de la politique aux propositions dirigistes attendues et éculées, deux candidatures de dernière minute sont venues redonner un peu d’espoir à ceux qui croient que davantage de libertés individuelles et économiques feraient le plus grand bien à notre pays.

Le 11 janvier, c’est le philosophe Gaspard Koenig qui annonçait entrer dans la course aux parrainages. Puis, le 21 janvier, c’est l’entrepreneur Rafik Smati qui annon... Poursuivre la lecture

La campagne de vaccination impérative visant à réduire la transmission du virus a un petit défaut, en sus d’avoir un peu piétiné droits et libertés de se déplacer, prendre un café, ou travailler : elle s’appuie sur des bases médicales très minces.

"Je me vaccine pour ne pas contaminer papy." "Les réfractaires sont des monstres, des bombes ambulantes, des fumiers, voire, pire, des anti-Science."

Tel est, depuis l'homologation des vaccins contre le Covid il y a treize mois, le message martelé dans la plupart des pays occidentaux, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles