Pression fiscale : la France reste sur le haut du podium européen

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxes on Calculator by GotCredit (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pression fiscale : la France reste sur le haut du podium européen

Publié le 24 juillet 2021
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Les trois champions de la fiscalisation du salarié moyen au sein de l’Union européenne demeurent l’Autriche, la France et la Belgique, selon un rapport de l’Institut économique Molinari rendu public le 19 juillet dernier.

Le jour de « libération fiscale » du salarié français moyen est le 19 juillet, comme pour l’Autriche, tandis que la Belgique se libère le 16 juillet. Nous sommes bien loin du peloton de tête : Chypre se libère le 14 avril, Malte le 23 avril, et le Royaume-Uni le 11 mai.

Si la pression fiscale en France est en légère baisse comparée à l’année précédente (0,06 %), elle impacte négativement le pouvoir d’achat des Français. Les auteurs du rapport relèvent que même si théoriquement le salarié moyen est parmi les mieux payés de l’Union européenne, la fiscalité change la donne :

[L’employeur français] débourse en effet 56 119 euros, ce qui le met au huitième rang […], entre le Danemark et la Finlande. Mais la fiscalité est très importante avec 54,62 % de charges et impôt sur ce qui est déboursé par l’employeur. Il ne reste in fine que 25 466 euros de pouvoir d’achat réel, ce qui met le salarié moyen au 11ème rang dans l’UE, entre la Belgique et l’Espagne.

La source principale de cette pression réside dans les charges dites patronales et  salariales, plus accessoirement l’impôt sur le revenu et la TVA.

Comme le relève le rapport, la pression fiscale ne fait pas qu’affecter le salaire réel des Français, elle dégrade la relation employeurs-employés :

L’importance de ces charges génère des crispations avec, d’une part, des employeurs inquiets de l’envolée du coût du travail depuis des années et, d’autre part, des salariés ayant parfois l’impression d’être laissés pour compte. Les employeurs raisonnent en salaire complet, en ajoutant les charges patronales au salaire brut, alors que les salariés raisonnent en pouvoir d’achat réel. Les uns ont ainsi la légitime impression de dépenser beaucoup pour leurs salariés, tandis que ces derniers considèrent souvent ne pas être récompensés à la hauteur de leur contribution.

 

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • en 2020 , la population d’actif en France représentait 29,2 millions de personnes ; c’est très peu au regard des 28,3% d inactifs ;l’état est gourmand de l’argent des autres , mais n’est pas capable de le dépenser intélligement ;

    • Il faut retrancher les 7 millions de salariés du public (fonx+autres qui vivent de l’impôt) et les 9,2 millions de chômeurs de catégories ABCDE+les rsistes+ les découragés non inscrits et vous arrivez à 13 millions d’actifs ayant un emplois privé pour faire vivre 67 millions de français.

      • retrancher les fonctionnaires du nombre des actifs … Et avec ça on se demande pourquoi le libéralisme est impopulaire.

        Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge !

        • Un fonctionnaire est un actif, mais il ne crée pas de richesse, au sens où sa production ne subit pas l’échange marchand et elle est donc non évaluable.
          Officiellement on compte la richesse produite par un fonctionnaire comme son coût, mais c’est arbitraire, on pourrait aussi dire qu’elle a une valeur nulle. En fait en l’absence de marché, on ne connait pas la valeur créée, qui est ici déclarée comme nulle, et par Mélenchon comme supérieure à la moyenne.
          La seule chose qu’on peut dire, c’est que nos voisins avec moins de fonctionnaires s’en sortent mieux, et que donc probablement la valeur créée par un fonctionnaire est inférieure en moyenne à celle crée par un salarié du privé.
          Rappel: la totalité des finances publiques vient des créateurs de richesse, donc oui 13M de producteurs de richesses pour 67M de français. Le point n’est pas que les fonctionnaires ne produisent rien, mais il ne remplissent pas les caisses de l’état pour sûr…

          • Je sais bien tout ça, quoique nous puissions discuter des détails (par exemple je paie des impôts comme tout le monde).
            Le vrai problème, à mes yeux, est tactique. Les fonctionnaires français sont nombreux et ça compte, électoralement. Beaucoup ne sont guère satisfaits de leur patron et des méthodes publiques de management, même si le privé compte aussi son lot de crétins malfaisants.
            Un fonctionnaire curieux, qui viendrait par ici s’informer sur la philosophie libérale, pourrait malheureusement tomber sur bon nombre de propos outranciers tenus par des libéraux de salon. Se faire expliquer qu’on ne sert à rien alors que bien souvent on s’évertue à faire de son mieux, ce n’est pas trop engageant, isn’t it ?

            • C’est vrai. Après il y a certaines statistiques terribles. Comme le fait qu’en moyenne un professeur ait 17 élèves, alors qu’en pratique il est très rare qu’il y ait des classes à moins de 28… La différence vient des professeurs à 0 élèves. Tout le problème vient du « en moyenne ». P.S. Je suis fonctionnaire…

            • On peut s’évertuer à faire de son mieux sans pour autant avoir une fonction utile ou servir réellement à qqchose… Ce sont deux choses différentes.
              Si tous les fonctionnaires français avait une utilité, on se demande comme les autres pays font pour s’en sortir mieux que la France avec bcp moins de fonctionnaires…

          • Et ceux qui mettent des PV, et les fonctionnaires des impôts? Ils ne remplissent pas les caisses de l’Etat?

            • Caisse de l’état=richesse ?
              L’état suisse est proportionnellement moitié moins « riche » que l’état français, le salaire médian y est de 6000 euros contre 1900 euros en France.
              Un éboueur y gagne plus qu’un enseignant, un ingénieur ou un chercheur (milieu de carrière) et tous les services fonctionnent correctement.

        • retrancher les fonctionnaires du nombre des actifs … Et avec ça on se demande pourquoi le libéralisme est impopulaire.

          Pourquoi ?
          On parle économie et ils ne produisent pas de richesse mais en consomment. Un village de 20 âmes ne peut pas survivre avec seulement 5 chasseurs (production de richesse), 1 qui s’occupe de la sécurité (régalien) et 14 personnes qui s’occupent de la décoration.
          .
          Un emploi fonctionnarisé est anti-libéral au possible en dehors du régalien.
          Son salaire non soumis au marché est prélevé de force à la population donc il n’y a aucun auto-nettoyage (faillite) possible si le travail n’est pas fait ou le service est inutile.
          De plus comme ils sont payés par le pouvoir, ils ont tout intérêt à se soutenir l’un l’autre pour avoir salaire contre vote.
          .
          Et on aboutit à la France: 13 millions d’emplois privés pour 67 millions de gens, c’est mort.

      • à Guillaume P
        Chacun voit midi à sa porte et votre propos peut être généralisé :
        — Dans les milieux ouvriers (celui de mon père et de mon fils), on tend à ne considérer comme véritable « travailleurs » que ceux qui travaillent debout !
        Pour eux, ceux qui travaillent dans les bureaux « assis toute la journée », sont des fainéants, des parasites des véritables travailleurs.
        — Donc, si vous travaillez assis (dans le privé ou dans le public, peu importe), déduisez-vous vous aussi des véritables actifs productifs !

        • à Guillaume P
          Je vous suggère de relire la fable de La Fontaine : « les membres et l’estomac ».

          • « Je vous suggère de relire la fable de La Fontaine : « les membres et l’estomac ». »

            Et moi je vous suggère de relire le wikipedia sur les cancers. Les cellules sont indispensables à la vie mais quand elles se multiplient trop elles deviennent mortelles.
            La Suisse compte moitié moins de fonctionnaires et le pays est dans le top 5 de tous les classements pour le fonctionnement du « corps » et des services.
            La France est le pays occidental avec le plus de salarié du public et le pays est non seulement totalement en faillite, mais les services sont en plus minables.
            Quasi dernier au PISA, 37ème sur 43 pays pour la justice, les 750 zones de « non-droit » qui n’existent nulle part, les trains en retard, le ferroutage minable, l’industrie moitié moins élevée qu’en Allemagne et en Suisse et l’emploi totalement sinistré.
            .
            La France est un patient en fin de vie sur cette trajectoire.
            .
            Bref: le fonctionnariat est très utile pour le régalien et les infrastructures lourdes, en dehors de ça il devient cancéreux pour une société.

        • « on tend à ne considérer comme véritable « travailleurs » que ceux qui travaillent debout ! »

          La question n’est absolument pas là.
          Un fonctionnaire est payé par l’impôt sur une décision politique qui n’est en rien basée sur le résultat ou le besoin. Vous n’êtes pas obligé de payer un mauvais boulanger. Vous êtes obligé de payé un fonctionnaire qui ne sert à rien.

  • Ben oui,l’évidence même,le salarié n’a qu’a bien décrypter sa fiche de paye pour savoir où passe le pognon qu’il contribue à faire gagner à son entreprise puisque maintenant on a le droit de faire figurer sur la fiche de paye les charges payées et par le salarié et par l’entreprise

  • Réjouissons-nous, elle est au moins en tête dans un domaine !

  • j’aimerai verser le total aux salariés y compris les sois disant charges patronales qui sont en fait pour le salarié et ensuite le salarié se débrouille de payer l’urssaf
    ainsi je serai moins stressé …. et le salarié comprendrait enfin le cout salarial….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude.

Au risque de surprendre, quand j’habitais Paris, j’adorais prendre le taxi. Bien sûr, ils sont chers, parfois dans un état discutable, mais avant les réseaux sociaux, ils étaient l’occasion de faire un vrai sondage de l’opinion publique et d’apprendre les théories les plus farfelues, sur tous les sujets.

C’était également un formidable réservoir d’exemples concrets des mécanismes micro-économiques.

Empilement de catastrophes

Car cette profession fort utile – nous devons tous aller quelque part – doit... Poursuivre la lecture

Par Thierry Afschrift.

Une fois de plus, une fuite a permis à des journalistes du monde entier de révéler des pratiques fiscales qu’en réalité chacun, et surtout les administrations fiscales, connaissait depuis longtemps. Au passage ils ont jeté l’opprobre sur quelques noms, parfois des hommes publics, souvent des inconnus, présentés sous l’avilissante étiquette de riches.

Les journalistes font leur travail. Ils reçoivent des informations et la transmettent à leurs lecteurs en espérant, souvent à juste titre, que ces révélations... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman.

La presse a célébré la cession à la France de plusieurs œuvres de son père, le grand artiste Pablo Picasso par sa fille Maia-Ruyz Picasso, notamment plusieurs peintures. En fait de cession, il s’agit d’une dation en paiement, c'est-à-dire d’un mode exceptionnel qui permet de s’acquitter d’une dette fiscale par le truchement d’œuvres d’art ou d’objets de collection de premier ordre.

Si les affaires de succession sont les plus médiatisées, le recours à la dation en paiement a pu tout aussi bien concerner... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles