Zemmour, candidat libéral ? Laissez-moi rire

Éric Zemmour n'est pas libéral. C'est un candidat de cette droite qui ne compte pas abandonner les avantages de tout piloter d’en haut, l’économique comme le social.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2021-06-10 at 14-07-26 Éric Zemmour « Gérard Larcher c’est un peu Obélix » - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Zemmour, candidat libéral ? Laissez-moi rire

Publié le 19 novembre 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Je fais suite à l’article publié hier par h16, blogueur libéral et éditorialiste de Contrepoints, sous le titre « Le dangereux périplaquisme de Zemmour ». Il s’agissait de dire que parallèlement à un certain nombre de constats tout à fait justes sur la bureaucratie française galopante conjuguée à un effondrement spectaculaire du régalien pour assurer la sécurité des Français, le journaliste potentiellement candidat à l’élection présidentielle de 2022 se montrait timide jusqu’à l’incohérence sur la question de principe de restriction des libertés induite par le pass sanitaire :

« Je suis honnête avec les gens, j’ai été vacciné. En plus, j’ai eu le covid donc je n’ai eu droit qu’à une dose, et j’ai mon pass sanitaire. Et ça ne me dérange pas plus que ça. »

Zemmour libéral ? Du « wishful thinking »

Admettant volontiers qu’il fallait se montrer vigilant sur de possibles dérives vers un contrôle social à la chinoise tout en exonérant Emmanuel Macron de « vouloir rentrer dans ce système », Éric Zemmour craint surtout que ce sujet ne vienne « parasiter » son thème central de campagne, à savoir « la survie de la France face à l’invasion migratoire et l’invasion islamiste ». Que la mobilisation des forces de l’ordre pour contrôler le pass sanitaire vienne « parasiter » l’emploi du temps et surtout la pertinence du régalien alors que les coups et blessures volontaires sont en augmentation constante dans notre pays ne semble pas déranger le journaliste plus que ça non plus.

Mais pour bon nombre de commentateurs de l’article cité, arguties de libéraux déconnectés du réel que tout cela ! Il est déjà très bien de trouver un candidat sensible à l’effondrement civilisationnel de la France. Pour le reste, il serait tout simplement impossible, « suicidaire » même, de faire campagne sur l’iniquité du pass sanitaire tant le sujet est devenu à la fois irrationnel et accepté par une vaste majorité de la population. D’abord se faire élire sur son sujet favori, le reste suivra, n’en doutez pas. Simple stratégie électorale.

Vu la faible popularité du libéralisme en France, ce genre de raisonnement bute néanmoins sur le fait qu’on pourrait dire de la même façon que se positionner sur quelque sujet que ce soit avec un angle un tant soit peu libéral serait tout aussi suicidaire politiquement. En déduire que tel ou tel candidat ne le fait pas, mais n’en pense pas moins et agira plus tard avec tout le libéralisme souhaitable, parce que par ailleurs il a exprimé quelques constats et propositions qui plaisent – d’après moi, cette logique relève du pur wishful thinking. Une façon d’abandonner ses critères libéraux tout en essayant de se convaincre qu’on fait du libéralisme stratégique.

La passion des Français pour le social

On connaît par exemple la passion quasi viscérale des Français pour notre modèle social, cet État providence mis en place en 1945 sur la base du programme du Conseil national de la Résistance, un programme totalement collectiviste en raison de la domination des communistes et des socialistes dans ses instances. Selon une grande étude Harris Interactive de 2017, 87 % des Français se disaient attachés à notre modèle social, soit 5 points de plus que lors de la précédente enquête de 2012 ! Ils expriment des craintes sur sa pérennité et son financement mais y voient un marqueur essentiel de l’identité nationale doublé de la certitude que la protection sociale française est meilleure qu’ailleurs.

Dès lors, que penser de la déclaration de M. Zemmour, qui, comme beaucoup de candidats de droite d’ailleurs, n’est pas sans relever les tracasseries bureaucratiques qui assaillent le secteur marchand et la fiscalité délirante qui oppresse particuliers et entreprises, quand il dit à propos de notre système social :

« Je sais très bien que ce modèle social, il est légitime. Vous y tenez et j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux. »

Et de proposer ensuite de le « réformer », non pas en brisant les monopoles étatiques et en laissant se développer des systèmes de santé ou de retraite concurrents mieux gérés, mieux adaptés aux divers besoins de la population et indépendants du bon vouloir du pouvoir central, mais par un simple effort de gestion qui, outre un recul de l’âge légal de la retraite de 62 à 64 ans, passerait essentiellement par un changement de bénéficiaires – propositions des plus classiques à droite :

 

Comme l’expliquait fort bien Friedrich Hayek qui avait dédicacé sa Route de la servitude « aux socialistes de tous les partis », tout système planifié par le pouvoir englobant de l’État s’adresse à une certaine clientèle, un certain public, qui, favorisé par le pouvoir, assure en retour la pérennité de ce pouvoir.

En ce domaine, la gauche a ses méritants, à savoir la classe ouvrière remplacée au fil des années par la population immigrée, les femmes et les jeunes selon la recette mise au point par le think tank socialiste Terra Nova en 2011 ; et la droite a les siens : les classes moyennes, les retraités et les catholiques conservateurs, à condition qu’ils soient Français si l’on s’en tient au logiciel zemmourien. Mais dans tous les cas, le système reste contrôlé d’en haut.

Dès lors, comment croire sérieusement que Zemmour envisage le moins du moins de laisser l’État perdre le contrôle de la redistribution de la richesse, lui qui non seulement adore se référer à Bonaparte et à de Gaulle, mais a proclamé mille fois combien il était en phase avec l’idée complètement illibérale que c’est à l’État (fort, de préférence) d’organiser la société selon certaines valeurs contre d’autres ?

Or notre gros problème de prospérité, notre croissance poussive depuis des années, notre pouvoir d’achat stagnant, notre chômage endémique, notre déficit commercial, notre niveau éducatif en chute libre, je dirais même notre déprime en tant que nation – tous ces éléments dont j’ai mille fois dénoncé le caractère inéluctable dans un pays qui se glorifie de tout résoudre par la dépense publique (dont la moitié en dépense sociale), les grands plans industriels et les monopoles étatiques, tous ces éléments qui nous placent systématiquement à la traîne de tous nos voisins comparables les plus performants (et bien moins étatisés) – eh bien, tous ces éléments relèvent moins des abus du système que de l’existence même de cet État providence et stratège coûteux, déresponsabilisant, limitatif en matière de liberté économique et placé hors concurrence.

Conclusion

Éric Zemmour est sans nul doute possible un candidat de droite. De cette droite qui ne compte pas abandonner les avantages de tout piloter d’en haut, l’économique comme le social. Il fait des plans – oui, des plans – exactement comme la gauche extrême ou social-démocrate, mais pour la clientèle classique de la droite, en insistant tout particulièrement sur le clivage entre citoyens nationaux et étrangers.

Un libéral préférerait de beaucoup qu’il s’intéressât sérieusement à la sécurité des personnes et des biens sur la base des délits effectivement commis – et pas sur la base préalable de l’origine ethnique ou confessionnelle des personnes.

Un libéral préférerait de beaucoup qu’il abandonnât complètement l’idée de rafistoler une fois de plus un système social fossilisant et à bout de souffle – et pourtant il y tient « comme à la prunelle de ses yeux ».

Un libéral aimerait le voir prendre position sur le sujet du pass sanitaire, un sujet crucial dans la façon d’aborder les libertés individuelles – et pourtant ce pass « ne le gêne pas plus que ça ».

Bref. Un libéral ne peut que s’esclaffer en lisant ici ou là que si M. Zemmour adopte un discours parfaitement calibré pour plaire aux nombreux adeptes du pass sanitaire ainsi qu’aux nombreux fans de notre modèle économique et social, il n’agirait en réalité que par pure stratégie électorale pour faire advenir sans le dire un environnement de la plus belle eau libérale. Permettez-moi d’éclater de rire.

Voir les commentaires (104)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (104)
  • Chercher un présidentiel libéral en France, n’est ce pas chercher un lion végétarien? Ou plutôt un âne carnivore….
    C’est à la société civile de limiter le pouvoir. De lui, on ne peut attendre tout au plus qu’une hostilité plus ou moins farouche au libéralisme.

    • Oui, c’est aux gens d’etre libéraux.. pour élire un président libéral..qui ne tomberait pas dans le mythe du chef..

      Les français ne sont pas libéraux en majorité c’est un fait.. ils défendent la liberté dans l’opposition.. tout en dénonçant le libéralisme économique d’un coté, et la trop grande liberté des moeurs par ailleurs..

      sécu, ed nat, les pro nucleaire, les anti nucleaires, les antichasses les prochasse.., recherche publique.. les croissantistes contre les décroissantistes.. on a aussi la réapparition des industrialistes..

      le débat sur le covid est parfois hallucinant, ‘l’acceptation de l’intervention de létat va de soi pour des tas de gens qui sont pourtant incapables de vous expliquer dans quel pourquoi cela sinon évidemment de forcer ceux qui les gênent de changer de comportement.

      le port ou non du masque..devient un signe politique..et non une décision individuelle, dépendant des circonstances..

      Des gens qui se disent par ailleurs libéraux ne critiquent pas l’etat mais que les mauvaises personnes soient à sa tête..

      les commentaires apportent souvent des éléments quantitatifs..

      les ingénieurs sont farouchement pro état nucleaire..
      les chercheurs pour la recherche publique..
      beaucoup de médecins pour l’ed nat…
      des agriculteurs en appellent à l’etat et se définissent un « rôle », nourrir la « france « ..
      etc etc etc…
      mais le libéralisme dans les autre secteurs..
      la france est prise dans un réseau de pseudo privilèges et de mini rentes qui empêche un bureauxit…

      un salarié sur cinq fonctionnaire, ajoutons le secteur connivent..

      on se demande qui fait quoique ce soit sans aller voir si il ne peut pas bénéficier d’une aide publique ou d’une subvention…

    • Ma question à Nathalie MP et H16 est :

      QUE proposez-vous ?

      Car s’il faut attendre un candidat à la fois
      – libéral pur et assumé,
      – résolu à empêcher la catastrophe migratoire
      – et qui aurait du succès,

      nous pouvons tous renoncer à la démocratie dès maintenant, les chances de voir apparaître un tel champion étant plus minces encore qu’un argument politique socialiste.

      • Ne pas donner sa voix à un candidat profondément antilibéral pour commencer.

        Soutenir monsieur Z parce que le libéralisme est impossible en France, c’est un peu comme soutenir la criminalité et l’immigration illégale sous prétexte qu’elles sont inévitables, cela n’a pas de sens.

        • Bah si, ça a pour sens de combattre enfin sérieusement l’immigration et la criminalité.

          • Nathalie MP a été d’une clarté incroyable : « Un libéral préférerait de beaucoup qu’il s’intéressât sérieusement à la sécurité des personnes et des biens sur la base des délits effectivement commis – et pas sur la base préalable de l’origine ethnique ou confessionnelle des personnes. » Il ne fera RIEN pour la sécurité, c’est une certitude … et je reste choqué que tant des gens croient que cracher sur les arabes (tout en étant unanimes : la plupart n’y sont pour rien, bien au contraire, j’imagine qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs) va résoudre quoi que ce soit … l’intelligence reste une option … meprisée par la majorité malheureusement.

            • L’immigration en France sert à collectiviser les logements « sociaux », l’emploi via des centaines de milliers de travailleurs « sociaux », détourner de l’argent via les associations « sociales », sans même parler des sommes colossales qui sont détournées de l’économie libérale via les aides « sociale » et on ne parle même pas de la fraude.
              .
              La gauche ne s’est pas trompée en ouvrant les frontières en grand, ça leur permet de prendre le pouvoir facilement tout en tuant l’opposition en les traitants de « fascistes/xénophobes ».
              .
              Déjà là, ça coince sacrément pour un libéral qui regarde la réalité. La Suisse a voté non à l’immigration de masse, le Japon n’en a quasiment pas et ce sont des pays infiniment plus libéraux et qui vont infiniment mieux que la France d’ailleurs.
              J’aimerais déjà entendre votre réponse sur ces arguments.

            • Ensuite Zemmour demande que la justice fonctionne enfin et que le crime soit sanctionnés et que les immigrés illégaux soient enfin renvoyés. Ça n’a rien à voir avec un « ciblage » des « arabes » à moins que vous prétendiez qu’ils sont responsables de tous les crimes et de toutes les entrées illégales ?
              .
              Par contre il expose des problèmes spécifiques qui sont tout à fait réels. Par exemple 65% de la jeunesse musulmane déclare que l’homosexualité est une maladie (IFOP) et sur 34 pays de droit musulmans, 29 l’interdisent dont 4 la punissent de mort.
              Dans certains quartiers à majorité musulmane ou il n’existe plus une seule boucherie non Halal, il est impossible d’afficher de manière visible son homosexualité sans risquer une agression et c’est la même punition pour les mini-jupes.
              .
              Nier cet énorme conflit de culture et l’antilibéralisme radical de la religion musulmane était possible dans les années 90, en 2021 il faut vraiment arriver d’une autre planète:
              .
              « Jean-Michel Blanquer : « Ne pas voir la dérive identitaire et communautariste c’est comme s’aveugler sur la montée du fascisme dans les années 1920 »
              Olivier Faure , Premier secrétaire du Parti socialiste 2018 : «Il y a une crise identitaire. Il existe des endroits où le fait de ne pas être issu de l’immigration donne l’impression d’être dans une sorte de colonisation à envers.»
              Gérard Collomb ancien ministre PS 2018 : « Aujourd’hui nous vivons côte à côte, je crains que demain nous vivions face à face »
              Éric Naulleau 2018 : « Dans mon quartier, des femmes musulmanes font la chasse à d’autres femmes musulmanes qui ne pratiquent pas le ramadan »
              Martine Aubry socialiste 2018: « Il n’est pas pensable que dans une ville, il y ait des tours où des assistantes sociales, des médecins ne puissent plus renter, où les amis, les parents, les familles qui y habitent ne puissent plus rentrer, je dis que ce n’est plus possible », a-t-elle martelé. Et d’affirmer : « On n’est plus dans une République, voilà. »
              Gérard Collomb ex ministre de l’intérieur socialiste PS 2018: « Les gens ne veulent pas vivre ensemble… La part de responsabilité de l’immigration est énorme, des communautés en France s’affrontent de plus en plus et ça devient très violent… Je dirais que, d’ici à 5 ans, la situation pourrait devenir irréversible. Oui, on a cinq, six ans, pour éviter le pire. Après »

              .
              Jax a écrit: « la plupart n’y sont pour rien, bien au contraire »

              L’immense majorité des allemands, chinois, russes, cambodgiens étaient des humains tout à fait pacifiques, 140 millions de morts plus tard on ne peut plus nier le fait que ces « majorités silencieuses » n’ont eu aucun impact (zéro impact) sur les funestes trajectoires de leurs pays respectif dues à des minorités agressives.

            • « tout en étant unanimes : la plupart n’y sont pour rien, bien au contraire, j’imagine qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs »
              Lol

              Je répondrais par cette maxime issue du peuple russe du temps de l’URSS:
              « Le problème c’est que cela fait longtemps qu’on casse des œufs et qu’on ne voit toujours pas l’omelette! »
              🙂

        • « Ne pas donner sa voix à un candidat profondément antilibéral pour commencer. »

          Il n’est pas « profondément antilibéral », même h16 à reconnu du bout des lèvres que beaucoup de ses mesures étaient libérales même s’il ne s’en revendique pas.
          .
          De fait, vous allez faire passer Macron, un authentique socialiste totalitaire, qui est antilibéral du coup ?

  • On peut rêver d’un candidat authentiquement libéral en France, mais il fera 4%, comme Madelin en 2002. Donc on grapille ce que l’on peut là où on peut. La démarche de Zemmour a ceci de libéral qu’elle fait exploser le cadre du « penser correct » imposé par la caste politico-techno-judicio-médiatique. C’est déjà beaucoup! Quelles sont les alternatives?

    • Sauf que ce n’est qu’une explosion de façade car Z ne fait que du blabla anti-gauchiste. Dans le fond, il ne contribue pas à faire exploser les cadres de pensée puisqu’il se contente ne remplacer l’étatisme de gauche par de l’étatisme de droite. Bof bof.

    • Je préfère voter pour un candidat libéral qui fera 4% que pour un étatiste qui continuera à nourrir le crocodile étatiste.

      • Et bien, soyez sans crainte, le crocodile étatiste continuera à être nourri à coup sûr. Et par votre argent également. 🙂

    • Grappiller, grappiller, puisqu’on se tue à vous dire que Zemmour n’est pas libéral, il serait stupide de ne pas voter pour lui, puisque vous ne l’êtes pas non plus.
      Avez-vous absolumment besoin de notre absolution ? Vous ne l’aurez pas ?

    • Il y avait Fillon qui pouvait aussi ressembler à un pseudo libéral (et encore…), il avait une chance de passer au second tour, il a été fusillé…

  • Zemmour s il est elu sera une sorte de Poutine: la verticale du pouvoir
    Il est evidement pas liberal.
    Mais comme le dit l auteur, le lliberalisme en France est extremement impopulaire (dernier candidat liberal a fait 5 % et c etait il y a 20 ans) donc pas etonnant qu on ait un president non liberal

    • Charles-Antoine S.
      19 novembre 2021 at 10 h 40 min

      La constitution de la Ve république fait du président « une sorte de Poutine », quel que soit le programme et les valeurs de l’homme élu…

      • Non. La constitution donne clairement le pouvoir exécutif au gouvernement, pas au président:
        « Le gouvernement détermine et conduit la politique de la nation » (art.20)
        Les présidents successifs se sont arrogés un pouvoir que la constitution ne leur donne pas. Et le peuple semble s’en satisfaire.

        • Charles-Antoine S.
          19 novembre 2021 at 14 h 21 min

          De Gaulle voulait clairement faire du président l’homme fort de la république et le détenteur du pouvoir exécutif !

          « Le gouvernement n’a pas de substance en dehors de moi. Il n’existe que par mon fait. Il ne peut se réunir que si je le convoque, et en ma présence. (…) Le Premier ministre n’est que le premier des ministres, primus inter pares, il coordonne leur action, mais il le fait sous la responsabilité du président de la République, qui dirige l’exécutif sans partage ». (De Gaulle, rapporté par Alain Peyrefitte dans C’était de Gaulle, 1994).

          Ajoutons à cela le suffrage universel, voulu par De Gaulle, ainsi qu’un parlement au bicaméralisme de façade, avec l’assemblée qui a plus de pouvoir que le Sénat, donc dans les fait plutôt monocaméral, quoique peut-être tricaméral avec le CESE… bref, un parlement volontairement affaiblit par De Gaulle (un peu comme Bonaparte avec les trois chambres parlementaire du Consulat).

          L’article 20, et 21 ; « le premier ministre dirige l’action du gouvernement », c’est de la pur théorie. Depuis 1958, le chef du pouvoir exécutif, c’est le président !

          Après la libération, nous aurions dû revenir aux lois constitutionnelles de 1875.

  • Modération Contrepoints >> message supprimé.

    Commentateur qui a été banni à plusieurs reprises et qui tente de contourner la modération.

    • il a choisi gave et prats..parce qu’il faut bien parler économie .. . zemmour c’est « identitaire  » avant tout…

      prépresse veut « supprimer des fonctionnaires..  » ..vous savez..

      on choisit zemmour pour un discours identitaire et qui à mon opinion va trop loin.

      c’est toujours un convaincu d’une bien pensance…..

      zemmour est dans le meilleur des cas le choix d’un moins pire…

      • Une élection c’est toujours le choix du moins pire.

      • Et Pécresse voulait augmenter le forfait kilométrique à la charge des entreprises pour aider les salariés à faire face à l’augmentation du cout des transports… Ben voyons. C’est libéral?
        Non, c’est l’éternel discours socialisant visant à faire payer les entreprises. Voilà qui va aider l’économie!
        Par contre baisser les taxations diverses touchant les transports ainsi que les contraintes réglementaires, ce n’est pas dans son logiciel de pensée. Et c’est une candidate dite de « droite »…

        Quant à Bertrand et son SMIC à 1500E…

        • Il faut abolir le SMIC et légaliser le travail au noir : i.e. le salaire complet.

          • Charles-Antoine S.
            19 novembre 2021 at 16 h 08 min

            L’idéal serait d’abolir l’impôt sur le revenu. L’Etat n’a pas à se mêler de vos revenus et retour d’un véritable secret bancaire. En fait, tout le système fiscale devrait être mis à plat et redéfini selon un système libéral. On peut rêver…

    • Le problème de NMPM et H16 c’est qu’ils habitent tous deux en Théorie, ce pays merveilleux où tout est possible. Nous pauvres habitant de pratique n’avons que Zemmour à nous mettre sous la dent et l’enjeu du jour n’est pas de faire advenir la Théorie libérale mais de faire reculer l’état nounou pour tous et Zemmour faute de mieux est la meilleure option et comme il ne compte pas tout faire et qu’il est conseillé par Charles Gave et Loïc le Floch-Prigent l’espoir est permis. Alors NMPM et H16 les leçons de morale libérale ça va comme ça, jouer à plus libéral que moi tu meurs on sait comment ça finit on sera tous morts à terme.

      • Dire que Zemmour n’est pas un authentique libéral ce n’est pas faire une leçon de morale, H16 ou NMPM ne cherchent pas à culpabiliser ceux qui l’apprécient (contrairement aux médias qui le traitent de « fachos »).
        Ensuite l’argument du pragmatisme/ »il a quelques mesures qui donnent envie » alors peu importe le reste me parait discutable. Ca me fait un peu penser à quelqu’un qui se vanterait d’avoir acheté une Audi en oubliant de préciser qu’elle a 20 ans, rayée tout du long et qu’elle ne peut pas rouler 50km sans devoir passer chez le garagiste. D’autant plus qu’en allant glisser un bulletin de vote pour le Z, vous lui donner de la légitimité pour l’ensemble de ses propositions, pas juste celles qui vous plaisent.

        • « D’autant plus qu’en allant glisser un bulletin de vote pour le Z, vous lui donner de la légitimité pour l’ensemble de ses propositions, pas juste celles qui vous plaisent. »
          C’est le cas pour tout bulletin de vote, quel qu’en soit le bénéficiaire.

          C’est pourquoi le choix ne peut être que par priorité.
          Si l’on priorise la survie culturelle et en tant que nation de la france ou si l’on priorise le libre échange…
          Et quel que soit le vote, le packaging qu’il soutient ainsi contient des mesures que vous n’approuvez pas.
          Si le candidat est susceptible (car il faut voir ce que les idées initiales feront naître comme actes dans la vraie vie) de satisfaire à votre priorité première, plus ou moins deux ou trois autres c’est déjà pas mal. Il ne faut rien attendre de mieux.
          Seuls les doctrinaires peuvent se rejoindre sur un packaging idéologique global. Liberté et doctrine…

    • Oui mieux un candidat libéral sur le périmètre de l’état ce qui est déjà pas mal surtout elu, et ça peut enclencher une dynamique que redoutent les socialistes. Quand les dominos tombent c’est le premier qui compte…
      Secu et retraite par répartition sont l’oeuvre de 2 conseillers d’état du deepstate français, mise en place 1942
      Et sbires du socialiste national français, petain. C’est plus dur a accepter que venant de communistes non ?

      • Je rejoins Philippe.
        L’État providence « mis en place en 1945 sur la base du programme du Conseil national de la Résistance », c’est un mythe.
        La plupart des textes étaient déjà écrits par l’administration de Vichy.
        Eh oui, c’est dur à admettre à gauche, mais les conceptions sociales et économiques de Vichy ont plus à voir avec le socialisme qu’avec ce qu’il est convenu d’appeler la Droite.

        • Avec Pierre Laval en tête, on ne compte plus les socialistes, communistes, gauchistes divers et variés qui ont accourus pour participer au gvt de Pétain qui a d’ailleurs été mis en place par le reliquat du Front Populaire.

    • Tout à fait d’accord. Libéral, pas libéral, ultra-libéral, ordo-libéral, on peut se faire plaisir pendant des heures…
      Au point où nous en sommes, et compte tenu qu’un Etat est indispensable, il faut que celui-ci assure ses missions de base de sécurité, de justice et de défense, assure la cohésion sociale et culturelle du pays et s’assure que l’argent qu’il ponctionne sur les citoyens soit correctement (soyons modeste, ne disons pas « bien ») utilisé ou à tout le moins pas gaspillé. Pour l’instant, il me semble que c’est l’objectif de Zemmour. Sera-t-il élu ou pas, s’il l’est, y arrivera-t-il ? On n’en sait rien. Mais une chose est absolument certaine: tant que ce qui est cité comme objectif plus haut ne sera pas atteint, on pourra disserter sur le libéralisme jusqu’à plus soif mais cela restera de la conversation entre personnes de bonne compagnie.

    • « Aucun libéral ne sera élu en France tant que le système collectiviste marchera. »

      Vous inversez la causalité : le système collectiviste continuera de marcher tant qu’aucun libéral ne sera élu en France.

      • Le système collectiviste est un formidable outil de conditionnement et de propagande qui s’auto-entretient, gangrène pratiquement tous les pans de la société française et qui amène la plupart des gens à penser que rien ne pourrait fonctionner correctement sans lui en empêchant toute voix discordante à sa doxa.
        Vous aurez du mal à faire entendre une voix/voie libérale sans affaiblir son pouvoir au préalable sans même parler d’enclencher une dynamique libérale…

        La première étape est de diminuer son emprise et son influence pour espérer pouvoir en démontrer les effets néfastes et son iniquité.

        Un bon moyen serait de diminuer le financement publique du parasitisme socialisant et bien-pensant. Il n’est pas besoin d’être libéral pour le faire. Juste d’être véritablement de droite, d’en avoir et de ne pas courir après sa réélection…

      • Sauf que pour changer le système collectiviste, il faut que ce même système collectiviste vote une loi… Donc le commentaire est bon en fait.

        • Quand le système collectiviste devient totalitaire, rien ne peut le changer facilement.
          Avant qu’il ne devienne totalitaire quand les élections peuvent encore permettre à un anticollectiviste (sans que ce soit obligatoirement un libéral) d’arriver aux manettes, il y a une chance de renverser le tendance.

    • Zemmour n’est pas conseillé par Charles Gave. Ce dernier n’est qu’un donateur.

      • Donateur et conseil. Ce n’est pas incompatible.
        Vous pensez que C.Gave financerait un anti-libéral obtus et imperméable à toute idée libérale? 🙂

        • Où avez-vous vu que Gave conseillait Zemmour? Bien sûr que les dons et conseils ne sont pas incompatibles. Mais ils ne vont pas forcément de pair.

          Et par anti-libéral obtu, Dupont-Aignan est pas mal non plus, bien que Gave l’ai financé.

        • « Vous pensez que C.Gave financerait un anti-libéral obtus et imperméable à toute idée libérale? »

          Evidemment puisqu’il l’a déjà fait. Aux dernières élections européennes, Gave a financé l’étatiste antilibéral Nicolas Dupont-Aignan.

          Il y a bien longtemps que Charles Gave a tourné le dos au libéralisme. Avez-vous déjà vu Gave dans les colonnes de Contrepoints ces dernières années, alors que tous les libéraux de toutes sensibilités sont représentés ? Ca ne vous met pas la puce à l’oreille ?

    • Si Charles Gave conseille Z, le moins qu’on puisse dire est que l’élève n’écoute pas beaucoup le maître.

      • Et pourtant Zemmour affirme que le premier devoir de l’état c’est d’assurer la sécurité et la liberté du citoyen. Pour le reste il dit on verra après ; c’est à peu près ce que disait Bastiat en son temps. Il a dit aussi à propos de l’aide sociale qu’il n’y avait pas d’aides gratuites qu’on les payait toujours. Ca me rappelle fortement « il n’existe pas de chose telle qu’un repas gratuit » de Robert Heinlein dans Révolte sur la Lune repris plus tard par Milton Friedman (there’s no free lunch). Lisez Révolte sur la Lune de Robert Heinlein ça montre qu’une société libérale n’arrive pas d’un coup que ça se fait au cas par cas et aussi parce que les « empires » s’effondrent sous le poids de leur bureaucratie : lire la logique de l’empire du même Heinlein ou le cycle de fondation de Asimov ou la grève d’Ayn Rand ou encore se replonger dans la chute de l’empire romain et celle de Byzance évoquée plus haut. Il suffit que quelques uns se lèvent et fassent reculer l’état.

  • C’est marrant parce que tout ça nous ramène à l’article sur la radicalité d’hier. On ne révolutionnera pas le système étatique d’un coup. Cherchons le candidat qui proposera la petite mesure libérale qui sera la plus facile à conserver par la suite.
    Nous, libéraux, sommes une minorité. Hier soir, sondage BFM TV, 6 personnes sur 10 seraient pour le confinement des non-vaccinés.
    Vous éclatez de rire, mais que proposez-vous à la fin ? Il n’y a pas de candidat libéral, on va à la pêche en avril? On vote blanc ? On vote Macron ?
    La dernière fois, dans les commentaires, certains souhaitaient même que Mélenchon soit élu pour que les Français comprennent…
    Bref vous n’aimez pas Zemmour, mais comprenez qu’un libéral a aussi envie de sortir de chez lui sans bombe lacrymo, Et de ne pas se faire imposer des modes de vie qui ne sont pas les siens.

  • Merci Nathalie pour cet excellent article, qui tente de remettre l’église libérale au sein du village de la droite égarée.

    • Le problème est que l’église libérale ne fait absolument pas partie du paysage du village de la droite française actuelle. Tout au plus elle y a la place de la cabane au fond du jardin.

    • La « droite égarée » (les libéraux) ont écouté Zemmour eux. Et ce qu’il propose est inéditement libéral en France même s’il répugne à employer ce mot, même h16 l’a reconnu.
      On veut comme lui la fin de la collectivisation des logements, des emplois « sociaux », du financement des médias, la baisse des dépenses sociale, des charges, des taxes, des 80kmh et de toute la bureaucratie qui « emmerde les Français » comme il l’a dit lui-même.
      .
      Dans la vraie réalité, les « libertariens » tout empêtrés dans la pureté de leur doctrine font faire passer Macron par défaut de voix. Ils sont de fait les meilleurs alliés du socialisme totalitaire Macronien.
      .
      On avait la droite la plus bête du monde….

      • Charles-Antoine S.
        19 novembre 2021 at 18 h 20 min

        Entièrement d’accord. Un candidat qui soit un tantinet compatible avec certaines idées libérales et qui a 15% d’intention de vote au premier tour et de surcroit sans être affilié à aucun parti, chez moi, ça s’appelle une opportunité.

        Le puritanisme doctrinaire de certains frôle le sectarisme ! Il faut faire un peu de realpolitik ! Une petite victoire entraînera d’autres petites victoires. La dette publique de la France n’est pas passé de 15% du PIB à 95% du PIB en une seule législature. L’inverse est vrai également ! Y a beaucoup de boulot, et une Présidence Zemmour nous permettrait au moins d’entamer quelques chantiers…

  • Au delà de Z qui ne l’est pas du tout, les libéraux français devrait promouvoir l’ordolibéralisme probablement acceptable par de nombreux français. Après ? on verra..

  • Riez, riez…
    Mais en fin de compte, est-ce qu’il y a dans le paysage électoral français la moindre offre libérale audible et qui a des chances de dépasser 1 ou 2% aux élections?
    Je n’en vois aucune.
    Tout le monde sur ce site sait que Zemmour n’est pas un libéral pur jus.
    Et alors? Il est le seul à proposer qq éléments (recentrage de l’action de l’Etat, lutte cintre l’assistanat, politique énergétique…etc) qui ne dépareraient pas un programme libéral tout en ayant plus d’intention de votes que n’a jamais rêvé un candidat libéral en France.

    Il n’a pas voué aux gémonies le Pass sanitaire?
    Il a pourtant osé dire que la crise du covid était derrière nous et il n’a pas soutenu la mesure mais fait simplement une déclaration typique d’une manœuvre dilatoire pour ne pas avoir à s’avancer plus sur le sujet. Vous avez d’autres candidats crédibles électoralement qui en ont fait plus?
    Alors oui, vous avez raison, penser qu’il en fera plus sur le sujet une fois élu relève en partie de la « wishful thinking ». Mais y-a-t-il sur le marché un autre candidat qui en dit plus contre le pass?
    Fillon qui avait plus d’éléments du domaine libéral dans son programme s’est fait éjecter de la course en tête des élections. Cela conduit à un minimum de prudence dans vos déclarations quand, déjà, l’ensemble de la communauté politique et médiatique française est à l’affut de la moindre prise pour vous dégommer!

    C’est bien beau de se draper dans sa dignité de libéral pur et dur en jetant l’opprobre sur un candidat parce que son programme n’a pas tous les items du libéralisme. Mais avez-vous qqu’un en France qui ait la moindre capacité de faire entendre qq petits éléments de programme politique appartenant à la sphère libérale?
    Vous préférez continuer dans la sociale démocratie molle et bien-pensante ou le socialisme rampant jusqu’à ce que le pass deviennent le cadet de vos soucis face à un collectivisme de plus en plus étouffant et une économie en miette?

    Entre deux maux, je préfère choisir le moindre. Et en particulier, celui qui arrive à proposer qq éléments permettant aux français de sortir du mode de pensée socialisant sans, justement, pouvoir être étiqueté de « libéralisme ».
    L’étiquette libérale est un repoussoir absolu en France actuellement. Et un candidat avec une telle étiquette n’a aucune chance. C’est triste mais c’est ainsi.
    Alors je préfère un candidat qui arrivera peut-être à diminuer le débit des fontaines à pognon publique qui alimente le parasitisme gauchisant qu’un énième candidat insipide cherchant à gagner l’imprimatur gauchisante en ayant honte d’avoir un discours de droite.
    Vous ne pourrez jamais avoir de discours libéral audible en France si vous ne diminuez pas le poids de ceux qui ne sont audibles que parce qu’ils sont directement ou indirectement financés par l’argent publique.

    • Et denis Payre, candidat éjecté de la primaire du PR, ex fondateur du mouvement Nous Citoyens, et supposé représenter les /des idées libérales? Vous en pensez quoi?

      • Rien justement!
        Il est inaudible. Qq rares interviews à diffusion confidentielle et une étiquette « tendance libérale » imprimée en gros sur le front qui faire fuir le chaland et l’a fait éjecter de la course à la candidature LR, parti politique de taille significative qui devrait pourtant être celui le plus ouvert à des idées libérales.
        Et quel est le candidat en tête des intentions de vote de ce parti? Un gars qui préconise un SMIC à 1500E et qui a dit préférer les communistes au RN… Cela fait rêver, non?

        Et pendant ce temps, des libéraux tapent sur Zemmour parce qu’il n’est pas (assez) libéral…

        Cela me fait penser à l’épisode du siège de Constantinople (1453) où les religieux byzantins continuaient à discuter de la question théologique du sexe des anges pendant que les forces turques entraient dans la ville pour la mettre à sac.

        • On dira un jour que l’Europe discutait du sexe et du genre pendant que Legrand remplacement se faisait sous leurs yeux .

    • « penser qu’il en fera plus sur le sujet une fois élu »

      Et surtout tous les autres promettent d’en faire infiniment moins voir carrément le pire comme Macron.

    • Il vaut mieux faire sans dire que dire sans faire surtout en politique. Ce qu’un intellectuel ne comprendra jamais surtout s’il est idéologue.

  • Si l’État servait encore à quelque chose, il anticiperait les épidémies, favoriserait la mise en place d’un système de santé décent, contrôlerait les frontières, pourrait faire tirer la troupe en cas d’épidémie comme Ebola, mais il ne ferait pas, pour une maladie plus bénigne, en reniant notre héritage civilisationnel, en favorisant des multinationales étrangères, ce « pass » qui exclut des non-piqués sains des lieux de vie où se trouvent des piqués contaminés.

  • Libéral, pas libéral, on ne connait pas même l’ombre du programme de Z s’il se présente.
    Par contre, vu l’état de la France, il va falloir recentrer très fortement l’état sur le régalien

  • Et pourtant, Zemmour, c’est Fillon sans les costards !

  • Denis Payre, je l’avais écouté pendant 5 minutes, c’était lisse, c’était tiède, c’était parfaitement insipide.

  • Charles-Antoine S.
    19 novembre 2021 at 10 h 28 min

    Et bien rigolez Nathalie. Dans le business, vous pouvez être convaincu que votre produit ou service et le meilleur qui soit, si personne n’achète c’est que le marché n’en veut pas. In fine, c’est toujours le marché qui décide. Et c’est la même chose en politique…

    Zemmour n’est pas libéral. Rien de nouveau sous le soleil. Il ne s’en réclame pas non plus. Mais surtout Nathalie, le plus gros problème c’est que ce sont les français eux-mêmes qui ne sont pas libéraux. Et c’est pour ça qu’il n’y a pas de parti libéral ni de candidat libéral. Le libéralisme, et c’est fort regrettable je le sais, n’est pas plébiscité par le marché politique français.

    En France, l’étatisme est roi. Alors tous les partis et candidats feront de l’étatisme. C’est la loi du marché ! C’est le peuple français qui doit devenir libéral, tout le reste suivra… Même si c’est mal partie en ce sens…

    Quand à Zemmour, il demande le retour du régalien, critique l’enfer fiscal français et soutient les petits patrons et les employeurs qui souffrent des nombreuses régulations et contraintes de notre belle république. C’est déjà un début. Et puis, il est également l’une des seules personnalité publique en France à s’attaquer frontalement à toute la sous-culture woke, qui est en train de pourrir les États-Unis et qui arrive en France. Le wokisme, c’est tout le contraire du libéralisme, mais toute la classe politique française fait l’autruche ou ne s’y oppose que timidement, tant le politiquement correcte gangrène le débat, sous les oreilles vigilantes de la très-haute-et-très-sainte super-morale gauchiste prêt à punir toute pensée déviante via son apparatus judiciaire soviétoïde, que Zemmour est encore une fois le seule a combattre réellement et à en payer les frais.

    Donc Zemmour n’est pas libéral, non ! Mais en France, personne ne l’est… Et s’il se présente, je voterai pour lui. C’est peut-être un étatiste et un gaulliste, mais il est pertinent sur d’autres sujets et non des moins importants. Le moins pire des candidats dans une république malade de son socialisme…

    • Le « marché » politique n’en a que l’air.

      Sur un vrai marché, vous payez votre marchandise vous-même, et vous ne payez pas pour les autres.

      En votant, vous espérez faire payer aux autres les faveurs que vous demandez à votre candidat… Et si vous perdez, vous payez pour les autres.

      Ca ne ressemble pas vraiment à un marché

      • Charles-Antoine S.
        19 novembre 2021 at 12 h 47 min

        C’est une comparaison qui a ces limites bien sûr, mais ce que je veux souligner, c’est que s’il y a avait en France une demande pour une politique libéral, il y aurait en conséquence une offre libérale dans le monde politique…

  • Quand toute critique de l’islam sera officiellement interdite afin de ne pas nuire au vivre-ensemble, quand des groupes de migrants prendront d’assaut des maisons de campagne sous les applaudissements de la gauche, quand des bandes viendront de banlieue violer les filles des beaux quartiers, certains libéraux regretteront alors d’avoir fait la fine bouche au moment où il existait une petite chance de changer de trajectoire.

    • Charles-Antoine S.
      19 novembre 2021 at 13 h 43 min

      C’est précisément ça !

      En France on constate:
      – La progression du périmètre de l’État et le recul des liberté individuelles;
      – La progression de l’islamisme;
      – La progression de la criminalité, de l’insécurité qui va avec, et d’actes terroristes;
      – La progression du wokisme anglo-saxon;

      Or, aucun libéral ne veut vivre dans un coupe-gorge islamiste, et aucun libéral ne veut vivre dans une société orwellienne non plus…

      Zemmour n’est pas un grand libéral sur les questions économiques… ok ! mais il a plus de courage que quiconque dans la sphère politique française pour combattre les quatre vices anti-libéraux cités plus haut qui progressent en France. Il faut bien commencer quelque part et ce n’est pas les Pécresse, Barnier ou Bertrand, qui sont tous encore plus dure sur leur ligne de droitard socialiste que Zemmour, qui vont résoudre quoique ce soit. Et s’ils parlent timidement des problèmes susmentionnés, ce n’est que grâce à …Zemmour !

      Z0ZZ

      • Islam = coupe-gorge? La civilisation islamique apporte un cadre à des gens. C’est parfois là qu’il reste l’autorité paternelle, la différence sexuelle… Mais un certain nombre de Français préfère la civilisation française, d’héritage grec, romain et catholique. Que Macron s’efforce de saccager.

        • C’est vrai que préférer la civilisation française en France, c’est aberrant. Quant à l’autorité paternelle, la différence sexuelle, le cadre, on l’avait aussi avec la religion catholique, qui a été repoussée aux limites de la vie sociale à cause des excès qu’elle portait. Ce n’est pas pour en adopter une autre, venue d’ailleurs, et acclamée par des gens qui vous disent que les lois de la République passent après, ou que « l’Algérie n’est pas une poubelle » (sous-entendu la France si) ou « vous comparez la Me.que avec la France ? » (avec une moue de dégoût), revoir l’excellente émission de Morandini avec Zemmour à Drancy.
          Tous les ravages de l’is.am importé, non maîtrisé, y sont exposés par les protagonistes eux-mêmes.

          • Mais les attaques de l’Etat contre la famille se sont développées en France bien avant que l’islam y ait une influence. L’islam comble un vide.

            Au lieu de diviser, ce que fait Macron, il faut rassembler ceux qui ont une certaine vision de la civilisation. Y compris des immigrés attachés aux valeurs de la France (pas forcément « de la République »).

            • « L’islam comble un vide. »

              Non, les familles atomisées de France n’adoptent pas l’islam ni ses valeurs. Elles sont toujours aussi vides et se font chasser en plus des périphéries par les amis de ceux qui ont flingué la famille.
              .
              Double peine et toujours les mêmes à l’origine du mal: la gauche et leurs amis.

              • Il faut rassembler. Pour les media, Zemmour passera toujours pour celui qui veut seulement jeter les Arabes à la mer; qu’il ne leur tende pas la perche! Nous ne voulons pas de l’islam, mais quelles sont nos valeurs? Le mariage homosexuel (Z. ne veut pas rouvrir le débat), le pass sanitaire, avant le pass écologique, le confinement écologique…?

                • Le Z n’a jamais dit qu’il voulait « jeter les arabes dehors », il veut la fin de l’immigration de masse qui empêche toute intégration et renvoyer les illégaux et les criminels étrangers. Ça ne touche absolument pas « les arabes » intégrés qui ne posent pas problèmes.

    • Il faut lire « Le camp des saints ». Tout est en place.

  • Il n’existe pas de candidat libéral. Aucun.
    Alors, utilisons Zemmour comme ennemi de nos ennemis.

    Zemmour n’est effectivement pas libéral, mais ses ennemis sont les mêmes que ceux du libéralisme.

    Médias, culture, justice, éducation sont tenus pas les pires anti-libéraux et c’est une chappe de plomb de pire en pire.

    Zemmour bien plus que les communications des libéraux est révélateur de l’intellectuel totalitarisme de ces secteurs qui fait que la France n’est pas libérale et un pays communiste qui s’ignore.

    Il a expliqué qu’il ne financerait plus les médias publics. La culture.

    Qu’il supprimerait les lois contre les restreintes aux libertés d’expression.

    Qu’il casera la mainmise gauchiste dans les universités et l’école.

    Il faut casser la chappe de plomb. Il n’est pas nécessaire qu’il soit libéral.
    Deng Xiaoping était un pur produit du communisme, et pourtant involontairement il a cassé (à son époque) une partie de la chappe de plomb étatiste.

  • « Ils ont peur de l’État lui-même ou plutôt de l’immense appareil bureaucratique qu’il est devenu.
    Toutes leurs directives se sont noyées dans un marécage réglementaire et normatif, en matière de sécurité bien sûr mais dans tous les domaines. »
    « Les normes ont poussé comme crocus au printemps, de partout, jusqu’à transformer la société française en une inextricable jungle.
    Ce méandre bureaucratique pourrit la vie des Français.
    C’est un obstacle que doivent affronter tous les jours les chefs d’entreprise, les artisans, les indépendants. C’est aussi un mille-feuilles de chinoiseries administratives qui empêchent les fonctionnaires de faire correctement leur travail au service de la population. »

    « C’est pour ça qu’il faut purger ce marécage de normes, pour libérer l’économie, restaurer les fonctionnaires dans leurs véritables services à la population et sortir les Français de cet enfer bureaucratique. »

    Eric Zemmour, discours à Charvieu-Chavagneux, novembre 2021

  • En même temps, faire pire que Macron en matière d’interventionnisme… un Président nefaste de ce point de vue.

  • Je suis entrepreneur, épris de liberté, je collais les affiches de Sabine Hérold en 2009 pour « Alternative Libérale ». Résultat = 0,1%.
    0,1% ! Alors restons modestes avec le « libéralisme ».
    J’espère que leZ rassemblera le maximum de libéraux conservateurs avec lui, et qu’il finira par se calmer et s’unir avec le RN et La Droite Populaire.
    Il a déjà l’équipe de Phillipot, anti-Pass notoire, donc pas de confusion sur ce sujet !
    N’oublions pas que la liberté commence par la sécurité des biens et des personnes, et que les sociétés multiculturelles dérivent vers la violence.

  • Certes, Zemmour n’est pas un disciple de Hayek ou de Bastiat. Il ne s’en est jamais caché.

    Cependant, il veut :
    -Restaurer la liberté d’expression
    -Rebâtir l’Etat régalien
    -Diminuer la fiscalité
    -Diminuer les dépenses sociales là où elles sont les moins légitimes (un étranger n’a pas à vivre au crochet de la nation)
    -S’attaquer à la fraude sociale massive
    -Diminuer le fardeau réglementaire

    Il faudrait savoir faire preuve de pragmatisme et soutenir le candidat qui propose de faire aller la France vers plus de libéralisme, plutôt que d’attendre le candidat qui aura exactement les idées d’Hayek, ce qui n’arrivera pas avant que la France se transforme en Liban bis. Pas plus qu’après d’ailleurs.

    P.S : concernant la tyrannie sanitaire, cela peut parfaitement s’expliquer par le fait que 80% des français étant pour, cela lui nuirait trop électoralement parlant. Mais ce n’est pas parce qu’il ne fait pas campagne dessus qu’il lui est interdit d’y mettre fin par la suite. D’ailleurs, quel candidat crédible propose d’y mettre fin ? Quelle alternative ?

  • Merci infiniment pour cet article, vous m’ôtez les mots de la bouche.

    Le grand remplacement existe, c’est celui des lecteurs libéraux de Contrepoints par des nationalistes protectionnistes.

    • Charles-Antoine S.
      19 novembre 2021 at 21 h 11 min

      Ah! Cette intransigeance sur les principes est tout à fait à votre honneur. C’est une manière très française. Tout ou rien, et pas de compromis ! L’alsacien que je suis n’est pas assez latin pour ce genre de romantisme.
      Mais admettez-le, cher monsieur, ce n’est point l’étatisme de Zemmour qui vous gêne, tout les autres le sont aussi, mais c’est le fait qu’il soit trop politiquement incorrect, trop identitaire, trop controversé etc… C’est l’insolence de la langue du polémiste qui insulte la dignité de votre puritanisme libéral… Me tromperais-je ?

  • J’avais entendu parler de Zemmour comme libéral, ce qui est très risible en effet. Vous faites bien de le rappeler.

    Tout en ayant conscience de cela, je veux être pragmatique et Charles Gave m’a convaincu: le libéralisme, oui mais si vous n’êtes plus souverain chez vous, ce qui importe, c’est ce qui est décidé ailleurs et pas par vous du tout. Et ce qui est décidé ailleurs, c’est du socialisme, de l’écologisme et du bon gros étatisme européen sans démocratie.

    Je trouve que Zemmour a un grand courage de se lancer ainsi. Je pense probable qu’il sait que s’il veut plus d’Etat régalien, son premier moyen ne pourra pas être de lever plus d’impôts vu la situation française. Mais dire qu’il ne se servira pas de ce moyen, c’est du wishful thinking.

    Il a déjà abondé dans le sens de canaliser les budgets vers le régalien. Cela fait d’une pierre deux coups pour lui: ça recentre l’Etat sur ce qui lui importe et tarit les postes de dépenses de ces adversaires idéologiques, postes que je juge couvrir à la fois du superflu, du socialisant progressiste et de l’inertie étatique néfaste.

    Il a aussi abondé dans le sens d’arrêter « d’emmerder les français ». Qui d’autre parle de faire respirer la France et les français? Personne. C’est pathétique, c’est tout sauf libéral partout et c’est à l’image des français.

    Si Zemmour se présente, je vais voter pour lui mais je ne vais pas non plus faire passer des vessies pour des lanternes: il n’est pas libéral.

    • Quand les médias veulent disqualifier quelqu’un, ils le traitent soit de libéral soit de polémiste soit d’être d’extrême-droite.

  • J’adore normalement vos articles, mais là j’ai l’impression que vous suivez quelques peu les discours des journalistes « mainstream ». Zemmour n’est absolument pas libéral, il se concentre sur 1 ou 2 aspects régaliens rien de plus.
    La catégorisation de « libéral » n’est faite que par les médias pour le décrédibiliser (car libéral = turbo inferno neo capitaliste pour le français de base).
    D’ailleurs ici aussi, aucun adepte de Z n’a affirmé qu’il était libéral…

    • Charles-Antoine S.
      20 novembre 2021 at 13 h 27 min

      Il faut aussi prendre en compte que l’opposition de Zemmour est encore moins libérale que le polémiste.

      Entre l’extrême-gauche de Mélenchon et ses camarades, la Macronie autoritaire, héritiers du PS et le l’UMP, avec leurs alliés du MODEM et de l’UDI, et la droite molle des LR, vestige de l’UMP, qui a donné à Macron ses premier ministre tout comme un certains nombres de membre du gouvernement. (Edouard Philippe, Jean Castex, Gerald Darmanin, le très brillant Bruno Le Maire, Sébastien Lecornu, Roselyne Bachelot etc..). Puis enfin l’épouvantail RN, firme familiale qui ne gagnera jamais rien et qui sert surtout à affaiblir la droite au profit du centre social-démocrate, y a pas grand chose de libéral à tirer du piète paysage politique français.

      Les candidats LR sont tous de bons socialistes de droite, familiers de l’état-profond et de la caste des hauts-fonctionnaires d’état, très Macron-compatibles et adoubé par les médias. Parait même que Xavier Bertrand était un temps pressenti pour devenir le premier ministre de Jupiter, et un autre LR, le maire de Nice Christian Estrosi, fait les beaux yeux au narcisse élyséen dans l’optique sans doute, de choper un portefeuille dans le prochain gouvernement en cas de réélection.

      Zemmour n’est pas libéral ! Mais les autres ne le sont pas non plus. Toutefois, certaines de ses propositions vont dans le sens de réformes libérales. Il faut soutenir Z, plutôt que de s’enfermer dans une tour d’ivoire idéologique et attendre qu’une licorne libérale arrive et sauve la France en un quinquennat.

    • Je suis libéral pur jus, j’ai bien écouté ses discours récent et je fais le même constat que h16: il y a plus de libéralisme là-dedans que n’importe quel autre candidat. h16 s’inquiétait de son silence sur le pass mais avec 62% de français lavé du cerveau prendre position contre c’est du suicide. « Zemmour l’antivaxx » serait hors jeu rapidement surtout avec un Macron qui ne compte plus les milliards pour sa propagande.
      Donc il faut d’abord avoir le pouvoir puis réinformer les français.
      .
      Si vous ne voulez pas quelqu’un qui fait au moins un constat libéral et donne des solutions libérales même s’il prétend ne pas aimer cette idéologie vous aurez Macron.
      Un authentique socialiste totalitaire 2.0

      • Eh bien voilà, Zemmour s’est positionné : retrait du pass sanitaire et « on en fait trop autour du Covid ».
        Voilà, de nombreux lecteurs réclamaient ce discours, il est fait, sachez voter en conformité avec vos demandes : qui maintien et élargit l’usage du pass ? Qui déclare qu’il le supprimera ? Qui veut resserrer l’état sur le régalien et lâcher la grappe aux entreprises ?

  • E. Zemmour n’est pas libéral. Je ne vois nulle part dans ce qu’il a dit qu’il était pour les libertés individuelles/Droits fondamentaux. Vu qu’il se définit comme Jacobin, je déduis qu’il n’en a cure.
    Il est certes très instruit, intelligent, redoutable en débat, il ne me représente pas et n’aura pas ma voix, ni lui, ni les autres, et je ne voterai pas « contre » qui revient à voter « pour ». Vu que le jeu est pipé, (sur les « voix exprimées » et non pas sur l’ensemble des inscrits, les votes blancs ne comptent pas) je ne voterai pas.

    • Schröder se définissait comme socialiste pourtant il a fait les bonnes réformes en Allemagne, Deng Xiaoping ne se définissait certainement pas comme libéral pourtant il a libéralisé la chine dans une proportion considérable.
      L’étiquette c’est du blabla et la négation de l’intelligence humaine.
      Il faut écouter ce que les gens disent, h16 l’a écouté il ne fait pas du tout le même constat que vous, même s’il a des objections.
      Il y a de vrais bouts de réformes libérale essentielles dans ce qu’il propose.
      .
      Vous irez donc à la pêche plutôt qu’au bureau de vote et au retour Macron sera dans votre salon.

    • Charles-Antoine S.
      20 novembre 2021 at 16 h 08 min

      Fillon était keynésien, ça n’a pas empêcher la plupart des libéraux d’être pragmatique et de voter pour lui en dépit de cela. Le jacobinisme, ça fait 230 ans qu’on ce le farcie ! Vous pensez vraiment que Zemmour va remettre en question les libertés individuelles et les droits fondamentaux ? Qu’il fera pire encore que Macron ? Que les dictatures sanitaires d’Australie ou de Nouvelle-Zélande ?

      Les liberté individuelles et les droits fondamentaux nécessitent qu’il y ait un Etat régalien qui garantit la sûreté publique et une justice qui fasse son travail ; deux aspects cruciaux des propositions de Zemmour. Il est également un ardent défenseur de la liberté d’expression et d’un allégement des régulations et contraintes administratives et fiscales qui pèsent sur le peuple. Pour quelqu’un qui « n’en a cure » des libertés individuelles et des droits fondamentaux, Zemmour en fait plus que les autres à ce niveau…

      Vous pouvez vous abstenir, les wokes d’EELV (qui substituent libertés individuelles à de prétendus « libertés collectives »), vous remercieront. C’est comme ça qu’ils ont gagnés aux municipales de 2020.

  • Antilibéral par principe...mais ouvert
    20 novembre 2021 at 14 h 36 min

    et pourtant il est en phase avec le nationalisme et l’idée de nation , le solidarisme est plus logique quand on fonctionne avec des communautés nationales, que le libéralisme

    Les libéraux ne sont-ils pas pris au piège de leur pensée politique et du carcan des Etat-Nations dans lesquels ils sont enfermés. Ca vous oblige à penser à l’aune des intérets de la France, de ce qui est bien pour elle donc etre conséquentialiste prenant donc le risque d’avoir des idées adverses conséquentialistes et p-e plus efficaces.

    Remettez déjà en cause l’existence des Etat-Nations après le reste viendra.
    Les seuls libéraux cohérents sont les anarcho-capitalistes: ils veulent pas imposer un modèle libéral (meme minarchiste) à une communauté, ils veulent faire sécession et faire autrement avec ce qu’ils ont. Faudrait commencer par voter un libéral politiquement qui défend a minima le fédéralisme et le droit de faire sécession. Avant de vouloir faire en sorte que la société civile soit libérale, que les institutions le deviennent d’abord.

    • Vous voudriez que les institutions deviennent libérales avant la société civile?
      Comment? Par l’opération du Saint Esprit?

      Les institutions ne peuvent changer que parce que des hommes le décident. Et pour que ceux-ci le décident, il faut qu’ils y aient un intérêt soit un intérêt personnel soit parce qu’ils ont été mis en place càd élus pour cela (en supposant qu’ils remplissent leur mandat).

      Les gouvernants en place ainsi qu’une très grande majorité (voire la totalité) du deep state n’y aucun intérêt, le fonctionnement actuel servant parfaitement leurs vues.
      Un changement ne peut donc survenir que par une action extérieure, une élection de préférence. Et pour cela il faut que la société civile s’accordent au moins sur un minimum de mesures à tendance libérale.
      Pour la France, il ne faut surtout pas que ces mesures soient étiquetées « libéralisme » pour avoir une chance de passer l’élection…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Décidément, la campagne électorale de Valérie Pécresse a bien du mal à décoller : le pachydermique parti Les Républicains semble être à la peine pour déclencher la moindre ferveur pour sa candidate. Il faut dire que ses prestations sont assez ternes et au contraire d'autres candidats comme Mélenchon ou Zemmour qui ont une certaine verve de tribuns, ses discours et ses blagounettes tombent plus souvent à plat qu'il ne le faudrait.

Oui, certes, tout est bien préparé mais tout cela sent le laborieux, aussi peu rigolo qu'une rédaction de T... Poursuivre la lecture

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles