Trump : regardons vers l’avenir et arrêtons avec la fraude

OPINION : si le parti républicain et Donald Trump veulent revenir au pouvoir ils doivent tourner la page des accusations de fraude.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Matt Johnson(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trump : regardons vers l’avenir et arrêtons avec la fraude

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 novembre 2021
- A +

Par Drieu Godefridi.

Le système électoral américain, sans identification centralisée des électeurs et légalisant des procédés tels le ballot-harvesting et le vote massif par correspondance qui sont le nid de toutes les tricheries, influences et manipulations, particulièrement des plus faibles, est le chancre de la démocratie de Washington et Jefferson, c’est entendu.

Des tricheries ahurissantes — vote des morts, vote des non-résidents — ont été détectées lors de la présidentielle de 2020. Les démocrates ont multiplié les dérogations au système électoral de droit commun par les voies administrative et judiciaire, en contradiction directe avec la Constitution des États-Unis qui exige la voie législative.

Tout cela est vrai.

Pas de fraude organisée contre Trump

Mais de système de fraude concerté entre États, centralisé par les démocrates, il n’existe aucun début d’esquisse de preuve matérielle. Aucun ! En dépit des millions de dollars qui ont été mis à détecter la conspiration.

Révélateur, de ce point de vue, le récent rapport du Maricopa County, en Arizona. L’équipe qui s’est chargée d’auditer les résultats de ce comté était emmenée par le Cyber Ninjas CEO Doug Logan. Qui est Logan ?

Un dur parmi les durs, le genre de mec qui préférerait se couper un doigt que voter pour les extrémistes fanatiques de l’actuel parti démocrate. Mais honnête. Rigoriste. Incorruptible. Le Eliot Ness de la vérification du respect des procédures électorales. Or, que dit son rapport qui a épluché dans tous les sens les votes comptabilités en novembre 2020 dans le Maricopa County ? Qu’il n’existe aucune preuve de fraude concertée centralisée en novembre 2020.

Aucune ! Aucune. Les problèmes relevés — bien réels — tiennent au nettoyage nécessaire du registre des électeurs et au meilleur respect de l’enregistrement de la généalogie de chaque vote. Des problèmes cohérents avec l’état déplorable du système électoral américain — voulu et soigneusement cultivé par les démocrates — mais radicalement étrangers à la fraude concertée massive alléguée par Trump depuis un an.

Dans la mesure où les lois électorales de l’Arizona n’ont pas été parfaitement respectées, le rapport Logan appelle le procureur de l’État, Mark Brnovich, à ouvrir le cas échéant une enquête sur de possibles malversations ; Brnovich est également un républicain. Dans un communiqué publié cette nuit, Trump appelle ce procureur à ordonner dans l’heure les mesures qui s’imposent — donc avant qu’aucune enquête judiciaire n’ait été simplement ouverte — ce qui atteste d’un degré d’ignorance de la procédure de droit commun étonnant pour quelqu’un qui en use depuis si longtemps et qui fut tout de même président des États-Unis.

Que dirait M. Trump si les procureurs de New York l’avaient fait arrêter, fulminant à Bedminster, avant même qu’aucune enquête n’ait été ouverte à son encontre ?

Tourner la page et s’adapter

Par conséquent, il faut persister à corriger les aberrations des systèmes électoraux dans les États, ce qui a déjà commencé de se faire. C’est évident.

Mais s’imaginer que les républicains vont l’emporter en 2024 en persistant à couiner comme le fait Trump « J’ai gagné en 2020 » — ce qui est faux, comme Doug Logan le constate dans le Maricopa County — est absurde.

La victoire de Joseph Robinette Biden et sa phalange d’extrémistes fanatiques néo-racistes en novembre 2020 est désormais une vérité politique, électorale et judiciaire qui appartient à l’histoire.

En Occident, contrairement à la plupart des pays d’Orient, nous fonctionnons avec des systèmes de droit. Dans un système de droit, une vocifération, aussi bruyante soit-elle, aussi illustre en soit l’auteur, n’a jamais fait une preuve. Et sans preuve judiciairement parlant il n’existe rien.

L’allégation de dernière ligne selon laquelle « tous les juges sont des gauchistes » fera sourire ceux qui savent que l’administration Trump, dont le bilan est stellaire, a nommé pas moins de 234 juges fédéraux.

Depuis novembre 2020, je me suis montré ouvert et attentif aux allégations de fraude concertée organisée par le parti démocrate ou son comité électoral ; en atteste ce « papier » de synthèse que je publiais en décembre 2020. Après un an, il faut conclure : le dossier de la fraude organisée, concertée, mafieuse, est vide. Aucun juge n’a donné suite aux allégations exorbitantes de Trump pour la seule et unique raison qu’elles ne reposent sur aucune preuve.

Laissons le complotisme à la gauche. Si c’est pour nous montrer aussi psychotique et négateur du réel qu’un gauchiste, alors autant se faire gauchiste, ça nous fera plein de nouveaux amis.

Soit Trump prend sa perte et embrasse l’avenir, soit il consacre le restant de sa vie à revisiter 2020. Alors il doit être éliminé politiquement.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Précision liminaire : je ne suis pas d’accord sur tout dans l’article, encore trop gentil avec les tenants de la « fraude » à la présidentielle de 2020, mais je le prendrais pour une concession pour faire voir la lumière aux fanatiques de la « fraude ».

    Il n’y a par exemple pas eu du tout de fraude significative de personnes décédées votant (une dizaine), et ce furent plutôt des républicains. Les procédures de vote spécifiques adoptées au cœur de la crise COVID (de manière souvent transpartisanes d’ailleurs) sont discutables mais ont été validées par les cours suprêmes des états concernés. En tant que libéral, cette notion d’état de droit a encore un sens pour nous…

    Néanmoins (et c’est l’essentiel) Drieu Godefridi a parfaitement raison dans les grandes lignes, merci pour cet article : il serait temps d’arrêter les bêtises pour le GOP et de passer à la préparation du futur. Flatter l’égo d’un Trump incapable d’admettre la défaite, c’est la voie du suicide pour les républicains.

    La perte du Sénat lors de la partielle en Géorgie n’a pas eu d’autre cause que ça.

    • Admettre sa défaite, c’est le b-a ba du respect de la démocratie. On a vu, en France, Melenchon y rechigner, ce qui a, à juste titre, suscite des doutes sur sa personne ( pour ceux qui n’en avaient pas).

  • « Mais de système de fraude concerté entre États, centralisé par les démocrates, il n’existe aucun début d’esquisse de preuve matérielle »
    et en dessous
    « Des problèmes cohérents avec l’état déplorable du système électoral américain — voulu et soigneusement cultivé par les démocrates »
    Bah ça fait tiquer un peu non ?
    Ensuite  » fraude concertée centralisée » c’est quand même très spécifique. En faisant un peu de mauvais esprit, si on fraude mais de manière décentralisée ça passe ?

    • La fraude ponctuelle et spontanée est omniprésente dans tous les régimes démocratiques, pour tous les partis en présence. Donc oui ça passe.

  • L’auteur semble oublié qu’un rapport récemment sorti a aussi conclu qu’il n’y a eu aucune interférence dans les élection de 2016… Alors que pendant 4 ans les Démocrates ont usé de tous les subterfuges pas possible pour déclarer dans les médias que Trump n’était pas le président légitime…
    D’ailleurs, rien ne prouve actuellement qu’il n’y a pas eu de fraudes pendant les élections de 2020… Car avec les systèmes de machines électorales, il est très difficile au final de prouver la fraude même s’il y en a eu… Et c’est pour cela que ce système ne devrait pas existait, sans système fiable (type blockchain ?).

  • Fraude il y a eu. Qui ne pourra pas être prouvée. Et on ne saura jamais si elle a changé l’élection ou non.

    Les rapports de l’enquête sur le Maricopa County la dévoilent indirectement. Cet audit a permis de croiser les données des machines et celles des bulletins papiers: elles correspondent. Le problème est de remonter à la source de ces données: c’est impossible. Et c’est absolument anormal.

    Voilà ce que dit le rapport 3:

    p60
    « One of the most important components of the audit was the analysis of the voter registration system and records of authorized and unauthorized access to that system. Our audit team has been denied the access required to complete this portion of the audit. »

    p62 et +
    Une kyrielle de problèmes qui forment une muraille impénétrable:
    – les journaux de logs des machines ont été supprimés ou écrasés (que ce soit la base des données électorales ou les logs Windows),
    – les mots de passe sont partagés par le staff donc impossible de savoir qui a fait quoi
    – il y a eu des logins anonymes
    – un dual-boot système a été découvert, signifiant ainsi que des clefs usb ont été utilisés
    – les machines sont bien connectées à Internet

    Je me suis arrêté là. Il est noté à de nombreuses reprises que le Maricopa County n’est pas coopératif. Et j’ai vu une mention de l’entreprise Dominion, pour dire qu’elle aussi a refusé de coopérer.

    Ils voudraient créer des complotistes qu’ils ne s’y prendraient pas autrement! 😀

    En bref, tout ce que je lisais sous la plume de ceux qui veulent m’expliquer comment voir la réalité (les machines sont sécurisées et déconnectées du net, les opérations sont suivies et enregistrées, bla bla bla) est faux. Et ça c’est prouvé 🙂

    Je pense que Trump peut continuer ses efforts dans ce sens. Je ne suis pas sûr que cela constitue un poids pour l’avenir de sa carrière politique: je dirais plutôt que ce serait un poids pour les Démocrates.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles