Les États adorent l’inflation : ils ne feront rien pour l’arrêter

Les États n’agissent jamais contre l’inflation car ils en profitent et, surtout, ils peuvent en rejeter la responsabilité sur tout le monde, sauf sur leurs politiques.

Par Daniel Lacalle.
Un article du Mises Institute

Aucun État cherchant à accroître massivement son importance dans l’économie et à monétiser un déficit galopant ne va agir contre la hausse des prix, bien qu’il prétende le contraire.

L’une des choses qui surprend le plus les citoyens d’Argentine ou de Turquie, c’est que leurs gouvernements populistes parlent toujours des classes moyennes et d’aider les pauvres, alors que l’inflation continue de grimper en flèche, rendant tout le monde plus pauvre.

L’inflation est l’érosion progressive du pouvoir d’achat de la monnaie. Les gouvernements utiliseront toujours différentes excuses pour justifier l’inflation : l’explosion de la demande, les « perturbations de la chaîne d’approvisionnement » ou l’avidité d’entreprises malveillantes.

Cependant, la plupart du temps, ce ne sont que des excuses. L’inflation est toujours un phénomène monétaire. Les prix s’envolent parce que la masse monétaire augmente massivement au-dessus de la production et de la demande monétaire réelles.

Comment des « goulets d’étranglement dans le transport maritime » peuvent-ils entraîner une hausse de 100 % des frets alors que le secteur du transport maritime était accablé par une surcapacité massive en 2019 ? Comment peut-on dire que les prix du gaz naturel et du pétrole ont grimpé en flèche en raison de perturbations de la chaîne d’approvisionnement alors que l’offre a parfaitement suivi la demande ?

La réalité est que certains de ces facteurs peuvent expliquer une petite partie de la hausse des prix, mais l’indice alimentaire mondial et l’indice Bloomberg des matières premières ne sont pas à des sommets pluriannuels en raison de ces problèmes.

La création monétaire comme cause de l’inflation et de la hausse des prix

Ce qui s’est passé en 2020, c’est que la création massive de monnaie au milieu d’un blocage économique a créé une inflation monétaire pour des biens et services non reproductibles et relativement rares. Pourquoi cela ne s’est-il pas produit auparavant ?

Eh bien, c’est arrivé. Avant, nous avons assisté à une hausse massive du prix des actifs. L’inflation est créée là où va l’excès d’argent, qu’il s’agisse de la flambée des actions, des rendements élevés sur les marchés obligataires ou des valorisations sans précédent des logements et des capitaux privés. Plus d’argent pour le même nombre de biens.

En outre, il y a également eu une inflation massive des biens et services essentiels. Les prix du logement, des soins de santé et de l’éducation ont augmenté bien au-delà de l’indice officiel des prix à la consommation (IPC).

Pourquoi l’inflation a-t-elle éclaté de façon si agressive maintenant ? Tout d’abord, l’impression massive de monnaie en pleine période de confinement a maintenu les valorisations des actifs à un niveau élevé, mais a également commencé à générer des flux de fonds vers des secteurs rares, dits de valeur.

Et que sont les secteurs de valeur ?

Ce sont ceux qui ont souffert de surcapacité et d’un affaiblissement de la croissance de la demande au cours de la dernière décennie. Ainsi, davantage d’argent a afflué vers le pétrole, le gaz naturel, voire le charbon ou l’aluminium, dont l’industrie a souffert d’une surcapacité pendant la décennie d’argent bon marché.

L’inflation ne se produit pas le jour suivant où vous imprimez de l’argent. C’est un processus lent d’érosion progressive du pouvoir d’achat de la monnaie qui a commencé il y a des années et qui a culminé avec la décision insensée de mettre en œuvre des politiques de demande monstrueuses (dépenses publiques énormes et impression de monnaie) au beau milieu d’un verrouillage.

Mais pourquoi les gouvernements l’ignorent-ils ? Pourquoi n’agissent-ils pas ? Il est sûrement dans leur intérêt de maintenir les prix bas et de satisfaire les consommateurs-électeurs. La réponse est simple : parce que les gouvernements sont les plus grands bénéficiaires de l’inflation. Ils perçoivent davantage de recettes provenant des impôts indirects et leur dette galopante est lentement érodée par l’inflation.

En outre, les États n’agissent jamais contre l’inflation car ils en profitent et surtout, ils peuvent en rejeter la responsabilité sur tout le monde, sauf sur leurs politiques.

Même en Argentine, où l’inflation est supérieure à 50 % et dix fois plus élevée que dans les pays voisins, les citoyens sont progressivement convaincus qu’il doit y avoir d’autres causes que l’impression monétaire. Même lorsqu’on leur présente les preuves d’une banque centrale qui a augmenté la masse monétaire de plus de 120 % en deux ans, alors que la demande diminue, la presse et les politiciens imputent l’inflation à des effets « multicause ». C’est une blague.

Une politique de l’autruche des gouvernements en matière d’inflation

Prenez les récents commentaires de l’administration américaine sur la flambée des prix aux États-Unis.

Le chef de cabinet de la Maison Blanche, Ron Klain, a déclaré que l’inflation était un « problème de riches ». Confrontée à cette affirmation, l’attachée de presse Jen Psaki a répondu que les gens dépensaient davantage, ce qui était la cause de l’inflation. Toutefois, selon les derniers chiffres, les dépenses réelles de consommation sont en baisse de 1 % en rythme annuel aux États-Unis, selon Capital Economics.

Le directeur du Conseil économique national, Brian Deese, a déclaré que si vous déduisiez l’augmentation du prix du bœuf, du porc et de la volaille, la hausse des prix était normale.

Si vous retirez ces trois catégories, nous avons en fait vu des augmentations de prix qui sont plus conformes aux normes historiques.

Donc, si vous déduisez la hausse des prix des produits que vous mangez chaque jour et que vous éliminez le prix des produits que vous achetez, il n’y a pas d’inflation, n’est-ce pas ?

Tous utilisent des excuses habituelles. Ils accusent les entreprises d’être responsables de la hausse des prix (méchants éleveurs de porcs et de poulets, méchants expéditeurs et gestionnaires de ports), accusent les consommateurs (vous achetez trop et trop vite), et sourient en disant qu’ils s’en soucient vraiment et qu’ils y travaillent… En imprimant et en dépensant plus.

Une conséquence des augmentations des dépenses publiques

La rhétorique de l’inflation transitoire est toujours d’actualité, autant chez les gouvernements qui ne sont pas disposés à réduire leurs dépenses massives, que du côté des banques centrales prises entre le marteau et l’enclume, puisqu’elles doivent monétiser les déficits croissants des gouvernements très endettés tout en défendant leur stratégie de « stabilité des prix ». Entre les deux, devinez ce qu’ils ont décidé de choisir ? Oui, continuer à imprimer et se dire qu’un jour ça passera.

Le problème de l’argument de l’inflation transitoire est qu’il est fallacieux lorsque l’on considère l’inflation cumulée. Si la hausse de l’indice des prix à la consommation est de 5 % en 2021 et, disons, de 3 % en 2022, ils diront que l’inflation est en baisse, mais vous et moi aurons vu nos salaires réels et nos économies érodés de plus de 8,1 %. Pire encore, si l’inflation dépasse 6 % en 2021 et passe sous la barre des 2 % en 2022, vous et moi aurons perdu également plus de 8,1 % de pouvoir d’achat, mais les banques centrales diront qu’elles doivent imprimer davantage pour « combattre les risques de déflation ».

Les gouvernements interventionnistes ne veulent pas réduire les dépenses ou les déficits de manière substantielle. Ils utiliseront donc la taxe inflationniste, sachant qu’ils peuvent utiliser les excuses habituelles :

  1. Il n’y a pas d’inflation si on élimine les prix en hausse.
  2. C’est transitoire.
  3. C’est la faute des entreprises.
  4. C’est la faute des consommateurs.
  5. Nous avons la solution grâce au contrôle des prix.

L’inflation est une taxation sans législation, comme le disait Milton Friedman. L’inflation multi-cause n’existe pas. C’est beaucoup plus d’argent qui va au même nombre de biens. Et la taxe de l’inflation augmente la taille de l’État dans l’économie dans deux sens : par des dépenses massives de déficit et par l’érosion du pouvoir d’achat et de l’épargne du secteur privé par la dépréciation de la monnaie.

Traduction Alexandre Massaux pour Contrepoints.

Sur le Web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.