Nobel d’économie : le problème du salaire minimum n’est pas résolu

Nobelist David Card youtube UC Berkeley https://www.youtube.com/watch?v=yyGuA2gMRqg

Le prix Nobel d’économie de cette année a été décerné à David Card, à Joshua Angrist, et à Guido Imbens. Un point de vue autrichien sur leurs travaux sur le salaire minimum.

Par Frank Shostak.
Un article du Mises Institute.

Le prix Nobel d’économie de cette année a été décerné à David Card, de l’université de Californie à Berkeley, à Joshua Angrist, du Massachusetts Institute of Technology, et à Guido Imbens, de l’université de Stanford. Selon le comité Nobel, les lauréats ont apporté une contribution importante à la détermination des causes et des effets à partir de données d’observation.

Par exemple, comment l’imposition d’un salaire minimum affecte-t-elle l’emploi ? Pour répondre à ce type de questions, les économistes s’appuient sur des données d’observation, mais celles-ci posent un problème d’identification fondamental : la cause sous-jacente de toute corrélation reste floue.

Si nous observons que le salaire minimum et le chômage sont corrélés, est-ce parce qu’un salaire minimum provoque le chômage ? Ou parce que le chômage et la faible croissance des salaires au bas de la distribution des salaires conduisent à l’introduction d’un salaire minimum ? Ou en raison d’une myriade d’autres facteurs qui affectent à la fois le chômage et la décision d’introduire un salaire minimum ? L’une des principales préoccupations de l’approche par équation structurelle est que, pour établir une relation causale, la structure proposée doit être correctement spécifiée 1.

Selon la plupart des commentateurs, l’augmentation du salaire minimum va nuire au marché du travail en augmentant le chômage. Dans une étude menée dans les années 1990, les économistes David Card et Alan Krueger ont examiné une hausse du salaire minimum dans le New Jersey en comparant les restaurants fast-food de cet État et d’une région limitrophe de la Pennsylvanie 2. Ils n’ont constaté aucun impact sur l’emploi.

En modifiant les essais contrôlés randomisés (ECR), nos lauréats du prix Nobel en particulier Ingrist et Imbens, ont prétendument résolu le problème de la détermination de la causalité à partir des données. Dans le cadre de cet article, nous ne discuterons pas des détails employés par les lauréats pour établir la cause et l’effet à partir des données.

Les données historiques peuvent-elles nous dire comment l’économie fonctionne ?

Notez que les soi-disant données que les analystes utilisent sont un affichage d’informations historiques.

Selon Ludwig von Mises dans L’action humaine (pp. 41-49) :

L’histoire ne peut nous enseigner aucune règle générale, aucun principe, aucune loi. Il n’existe aucun moyen d’extraire a posteriori d’une expérience historique des théories ou des théorèmes concernant la conduite et les politiques humaines.

Aussi, dans The Ultimate Foundation of Economic Science (p. 74) Mises a soutenu que :

Ce que nous pouvons observer n’est jamais que des phénomènes complexes. Ce que l’histoire économique, l’observation ou l’expérience peuvent nous dire, ce sont des faits comme ceux-ci : au cours d’une période définie du passé, le mineur Jean dans les mines de charbon de la société X dans le village de Y a gagné p dollars pour une journée de travail de n heures. Il n’y a aucune voie qui mènerait de l’assemblage de telles données et d’autres semblables à une quelconque théorie concernant les facteurs déterminants la hauteur des taux de salaire.

En sciences naturelles, si un scientifique peut isoler divers faits, il ne connaît pas les lois qui les régissent.

Tout ce qu’il peut faire, c’est émettre des hypothèses sur la « vraie loi » qui régit le comportement des différentes particules identifiées. Il ne peut cependant jamais être certain des « vraies » lois de la nature.

Sur ce point, Murray N. Rothbard a écrit :

Les lois ne peuvent être qu’hypothétiques. Leur validité ne peut être déterminée qu’en en déduisant logiquement les conséquences, qui peuvent être vérifiées en faisant appel aux faits de laboratoire. Cependant, même si les lois expliquent les faits et que leurs déductions sont cohérentes avec eux, les lois de la physique ne peuvent jamais être absolument établies. Car une autre loi peut s’avérer plus élégante ou capable d’expliquer un plus large éventail de faits. En physique, les explications postulées doivent donc être hypothéquées de manière à ce qu’elles ou leurs conséquences puissent être testées empiriquement. Même dans ce cas, les lois ne sont valables que provisoirement, et non de manière absolue 3.

Cependant, en économie nous n’avons pas besoin de faire des hypothèses car nous pouvons déterminer l’essence et la signification du comportement des individus.

Par exemple, on peut observer qu’ils sont engagés dans une variété d’activités. Ils peuvent effectuer un travail manuel, conduire une voiture, marcher dans la rue ou manger dans un restaurant. L’essence de ces activités est qu’elles ont toutes un but.

En outre, nous pouvons établir la signification de ces activités. Ainsi, le travail manuel peut être un moyen pour certaines personnes de gagner de l’argent, ce qui leur permet ensuite d’atteindre divers objectifs tels que l’achat de nourriture ou de vêtements.

Dîner dans un restaurant peut être un moyen d’établir des relations d’affaires. Conduire une voiture peut être un moyen d’atteindre une destination particulière. Les individus fonctionnent dans un cadre de moyens et de fins, ils utilisent divers moyens pour atteindre leurs objectifs. Nous pouvons également établir à partir de ce qui précède que les actions des personnes sont conscientes et intentionnelles.

La connaissance que l’action humaine est consciente et intentionnelle est certaine et non provisoire. Quiconque tente d’objecter à cela se contredit de fait, car il est engagé dans l’acte délibéré et conscient d’argumenter que les actions humaines ne sont pas conscientes et intentionnelles. Les diverses conclusions tirées de cette connaissance de l’action consciente et intentionnelle sont également valables.

La théorie selon laquelle l’action humaine est consciente et intentionnelle se suffit à elle-même, indépendamment de ce que montrent les soi-disant données.

Il va sans dire que la théorie établie ne nécessite aucune vérification statistique. Contrairement aux sciences naturelles, en économie, nous n’émettons pas d’hypothèses. Nous connaissons l’essence des choses, c’est-à-dire que l’action humaine est consciente et intentionnelle. En économie, il n’est donc pas nécessaire de formuler une hypothèse, puis de la tester.

Étant donné que l’économie concerne des actions humaines conscientes et intentionnelles, nous pouvons établir que la causalité émane des êtres humains et non de facteurs extérieurs. Par exemple, les individus ne réagissent pas mécaniquement aux variations de leur revenu personnel. Chaque individu le fait en fonction de ses objectifs.

Le salaire minimum et le chômage

Étant donné que le but ultime de chacun est le maintien de sa vie et son bien-être, il est peu probable qu’un homme d’affaires paie un travailleur plus que la valeur du produit que ce dernier génère. Si un travailleur génère par heure une valeur de 10 dollars pour l’entreprise, l’entrepreneur ne le paiera pas davantage.

Si le salaire minimum est fixé à 15 dollars par heure alors que le travailleur ne peut générer qu’une valeur de 10 dollars par heure, il est alors illégal pour l’entreprise de payer le travailleur moins que ce salaire minimum. Dans un tel scénario, l’entreprise serait contrainte de licencier le travailleur, car l’employer à 15 dollars de l’heure compromettrait la rentabilité de l’entreprise.

Une étude qui utilise des méthodes quantitatives avancées et conclut que l’augmentation du salaire minimum est inoffensive pour le marché du travail est discutable. Une telle étude implique que les individus ne cherchent pas à améliorer leur vie et leur bien-être.

Notez qu’il n’y a pas besoin d’études quantitatives pour établir que l’augmentation du salaire minimum va entraîner une hausse du chômage. Il suffit d’une discussion logique que la plupart des êtres humains pourraient suivre.

Conclusions sur les prix Nobel

Contrairement à la pensée populaire, nous n’évaluons pas une théorie en fonction de sa correspondance avec les données en tant que telles, mais au contraire, nous évaluons les données au moyen d’une théorie.

Le but d’une théorie est de fournir l’essence du sujet d’investigation. Elle est comme une carte routière qui fournit des informations sur un endroit particulier tout en ignorant divers facteurs non essentiels. Ainsi, elle indique au lecteur comment atteindre le point B à partir du point A. Cependant, la carte ne fournit pas divers détails, tels que les arbres et les maisons environnants.

Il n’y a pas besoin de vérification statistique pour établir l’effet de l’augmentation du salaire minimum sur le chômage. Une simple analyse logique montre qu’une augmentation du salaire minimum va miner le marché du travail.

Étant donné que l’économie étudie les actions humaines conscientes et volontaires, nous pouvons établir que la causalité émane des êtres humains et non de facteurs extérieurs.

 

 

  1. Answering Causal Questions Using Observational Data (Committee for the Prize in Economics Sciences in Memory of Alfred Nobel, 2021).
  2. David Card and Alan Krueger, « Minimum Wages and Employment » American Economic Review 84 (1994): 772–93.
  3. Murray N. Rothbard, « Towards a Reconstruction of Utility and Welfare Economics », in On Freedom and Free Enterprise: The Economics of Free Enterprise, ed. May Sennholz (Princeton, N.J. : D. Van Nostrand, 1956), p. 3.
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.