Quand la jeunesse allemande vote pour le libéralisme

La jeunesse allemande a voté pour les libéraux-démocrates. Une opportunité pour ces derniers de jouer un rôle dans la coalition à venir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Elections German Style by Eoghan OLionnain (creative commons CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand la jeunesse allemande vote pour le libéralisme

Publié le 27 septembre 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Au vu des estimations actuelles, les sociaux-démocrates SPD et les chrétiens-démocrates de la CDU/CSU sont au coude à coude autour de 25 % avec un avantage pour les premiers. Des scores qui vont dans le sens des sondages, malgré un résultat des verts légèrement plus faible que prévu (14,3 % contre 16 % dans les sondages).

En outre, le parti de la gauche radicale Die Linke voit son score divisé par deux par rapport aux précédentes élections (9,2 % en 2017 et 5 % en 2021), rendant très peu probable une coalition SPD-Verts-Die Linke (en l’état actuel des résultats, une telle coalition n’aurait pas la majorité).

Mais le point intéressant est que les jeunes tendent à voter pour les libéraux démocrates du Freie Demokratische Partei.

La jeunesse pour le FDP… mais aussi pour les écologistes

Comme le révèle la télévision allemande, le FDP serait le premier parti pour les primo-votants à 23 % et à 22 % et le second parmi les jeunes de moins de 25 ans. Les libéraux qui ont fait un score de 11 % au niveau global sont surreprésentés dans la jeunesse.

Certes les écologistes arrivent juste après pour les primo-votants et en premier pour les jeunes de moins de 25 ans. Il convient néanmoins de rappeler que les verts allemands sont plus centristes que les verts français. On remarquera aussi que Die Linke n’attire pas ces populations souvent considérées comme sensibles aux idées de la gauche radicale.

Inversement, les personnes de plus de 70 ans sont surreprésentées dans le vote des partis classiques SPD et CDU/CSU.

La jeunesse est ainsi divisée entre les questions climatiques, et le libéralisme et la liberté économique (qui est le point sur lequel le FDP a mis l’accent dans son programme).

Le FDP a l’opportunité d’être au gouvernement

La situation actuelle peut offrir la possibilité du FDP d’être membre de la grande coalition.

Avec la droitisation des programmes de la CDU/CSU et du FDP, une coalition qui inclurait les Verts peut être difficile à obtenir, ce qui laisserait deux possibilités de coalitions :

  • une grande coalition classique SPD et CDU/CSU : néanmoins, leurs scores très proches peuvent créer des guerres de chapelles et d’egos.
  • une grande coalition SPD, CDU/CSU, FDP : une situation similaire au scénario ci- dessus, mais avec le FDP en tant que ciment de l’alliance.

L’histoire de la République fédérale allemande montre que le FDP a été membre de la très large majorité des coalitions avant les années 2000-2010. Il va maintenant incomber aux libéraux de négocier.

Dans tous les cas, la montée d’une jeunesse sensible aux thèmes du libéralisme est une bonne nouvelle pour l’Allemagne et l’Europe.

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Que la jeunesse allemande vote pour le libéralisme est intéressant. Par contre, qu’elle place les Verts en tête est plus inquiétant car le libéralisme et les Verts ne marchent pas de concert.

    • Les grünen semblent avoir atteint leur maximum et ne progressent plus depuis quelques années en Allemagne.
      Toujours présentés comme le futur premier parti d’Allemagne par des médias français, et toujours bloqués par un plafond de verre.

  • Il n’existe qu’un seul pays au monde où ses habitants ne veulent pas devenir riches. C’est la France. Le seul objectif de ses habitants est de ne pas perdre la subvention sociale à laquelle ils ont droit, quitte à refuser une amélioration de leurs salaires. Tous dopés à la subvention.
    Dans le reste de l’Europe, chacun cherche à améliorer ses conditions de vie par une augmentation de ses revenus issue de son travail. C’est le cas de la jeunesse allemande qui croit plus à son talent qu’aux subventions.

  • Le FDP allemand semble bien plus favorable aux libertés des Allemands en temps de Covid que ses homologues français, UDI et LREM si on en croit cet article https://www.politico.eu/article/germany-liberals-fdp-christian-lindner-coronavirus-lockdown-restrictions/

    Comme quoi, par contraste, on a assisté pendant cette « crise du Covid » au naufrage des soi-disant « libéraux » français…

    • Je corrige un peu, pour les libéraux français : il y a une exception, le sénateur Loic Hervé de l’UDI, vent debout contre les atteintes à nos libertés (en particulier le « pass sanitaire ») depuis le début.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles