Attaquons en justice la Chine plutôt que nos dirigeants

OPINION : plutôt qu’un tribunal franco-français jugeant nos ministres, il faudrait avoir le courage d’exiger une enquête en Chine, responsable de la crise actuelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Brian Matangelo on Unsplash https://unsplash.com/photos/W-Lc86-nVIA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attaquons en justice la Chine plutôt que nos dirigeants

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 septembre 2021
- A +

Pierre Farge.

Des milliers de plaintes sont déposées devant la Cour de justice de la République contre des membres du gouvernement, et les actions en justice contre les élus continuent de se multiplier dans le cadre de présumées négligences de l’action publique à gérer la crise du Covid-19. Peut-on espérer qu’au moins elles aboutissent ? Faut-il s’attendre à de grands procès ?

L’Assemblée nationale et le Sénat ont mis en place des commissions d’enquête aux pouvoirs étendus et aux missions spécifiques, notamment aux fins d’évaluer les erreurs que le gouvernement aurait pu éviter dans le cadre de la crise du Covid-19. L’ouverture de ces commissions d’enquête parlementaire marque une pratique tout à fait récente dans l’histoire française. La commission d’enquête sur l’affaire Benalla avait par exemple été la première du genre sous la Cinquième République.

La mode des commissions d’enquête parlementaire

Obéissant sans doute à un effet de mode, l’exécutif réalisait l’an dernier son propre audit sur sa gestion de la crise. Le gouvernement souhaite se pencher sur les efforts fournis aux côtés de l’administration dans le cadre d’un « travail indépendant et collégial » (chacun appréciera cette idée à la lumière de la séparation des pouvoirs). 

Sans polémiquer, je pense qu’il revient plutôt d’écarter tout risque de dérive populiste visant à accabler tel ou tel élu, ou tel ou tel ministre, des initiatives qu’il aurait eu, ou n’aurait pas eu dans l’exercice de ses fonctions.

La Cour de justice de la République à réformer

Ce rôle revient en effet à la Cour de justice de la République. 

Et l’exercice de cette voie de recours assure qu’elle reste très limitée au regard du nombre important de classements sans suite, du délai énorme d’instruction des affaires lorsque les poursuites sont engagées – et traduisent finalement les intéressés lorsqu’ils n’ont souvent plus de mandat -, sans parler des victimes qui ne peuvent se constituer partie civile.

L’exercice de cette voie de recours est d’autant plus regrettable qu’il aggrave le rapport déjà tendu entre politique et magistrat, parasitant qui plus est le rôle de la justice dans la gestion de la crise sanitaire. 

Avec la masse inédite de plaintes déposées devant la Cour de justice de la République, révélant donc ses lacunes, une réforme serait bienvenue. 

En attendant, sans plaider pour une totale irresponsabilité pénale de nos politiques, rappelons plutôt qu’ils ont fait ce qu’ils pouvaient, avec les informations incomplètes et souvent contradictoires dont ils disposaient. Ils ont pris des décisions à certains moments, avec des arguments fondés, assumant la part de risque, et expliquant l’impératif d’avancer. Le pire dans cette crise aurait été de ne prendre aucune décision.

Le pragmatisme impose plutôt aujourd’hui de se relever économiquement, et ce n’est pas un ministre derrière les barreaux qui le permettra.

L’impunité de la Chine

Dans une tribune parue dans Le Figaro – Un État peut-il déposer plainte contre la Chine ?  – et co-signée avec ma consœur Odile Madar, nous déplorions en droit le peu de recours envisageables devant les instances internationales, et nous appelions à une coalition d’États occidentaux pour imposer une enquête indépendante sur le territoire chinois, sur l’exemple malheureusement resté isolé de l’Australie.

Ce sentiment d’impunité de la Chine devant les instances internationales est sans doute à l’origine de son silence coupable : elle s’est autorisée à manœuvrer, à mentir au monde entier, parce qu’elle savait qu’elle n’aurait pas à répondre devant aucune instance.

L’origine de ce virus est avant tout chinoise, la Chine en a volontairement caché l’origine et la gravité pendant de longues semaines qui auraient pu éviter la propagation que nous connaissons aujourd’hui.

C’est donc vers elle qu’il revient de se tourner en exigeant une enquête indépendante qu’elle se refuse curieusement à tenir jusqu’à aujourd’hui, promettant plutôt de le faire lorsque l’épidémie sera terminée et les preuves détruites. En exigeant encore l’engagement de sa responsabilité pour le mensonge, en exigeant des comptes pour les milliards de frais auxquels elle nous a contraint, et nous obligera encore longtemps.

Plutôt qu’un tribunal franco-français jugeant nos ministres, c’est cette solidarité de tout le pays parlant d’une seule voix dans le monde qui permettra de se reconstruire.

Nous pouvons être le pays qui redonne confiance et courage en exigeant une enquête en Chine pour la contraindre à accepter une enquête indépendante. Nous sommes la France aux yeux du monde et nous avons tout à gagner en exigeant cette enquête avec nos partenaires européens.

La question de représailles commerciales éventuelles de la Chine peut évidemment se poser. Toutefois, les chiffres ne donnent pas raison : la Chine n’est que la septième destination des investissements français à l’étranger, et ne représente que 15 % du volume des échanges avec l’Union européenne. La majorité de notre commerce est intra-européen.

Seul un courage politique et une solidarité mondiale pour imposer une enquête indépendante sur le territoire chinois, pour acter l’origine de cette catastrophe mondiale permettront d’en prévenir une nouvelle.

 

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • « Rappelons qu’ils (les ministres) ont fait ce qu’ils pouvaient »… « il revient d’écarter tout risque de dérive populiste visant à accabler tel ou tel élu »… « le pragmatisme impose de se relever économiquement, et ce n’est pas un ministre derrière les barreaux qui le permettra »…
    Ben voyons! Il est bien connu que ce sont nos ministres qui créent l’activité économique ! Qu’est-ce qu’on deviendrait sans eux ?…
    Quant à supposer d’emblée qu’ils ont fait ce qu’ils ont pu, il y a de bonnes raisons d’en douter. Exemple : l’interdiction de l’HCQ suite à l’étude du Lancet. Étude rétractée dans les 15 jours… sans que l’interdiction ministérielle ne le soit. Pourquoi ? Autre exemple : la généralisation du « pass sanitaire » sur la base d’une étude (Bosetti et al.) fausse, non publiée et ne prouvant rien. Pourquoi ?
    On peut accuser la Chine de plein de choses, mais il est hors de question de dédouaner le personnel politique français de ses actes, qui à ce jour ont coûté d’innombrables mets évitables et une catastrophe économique sans précédent.

    • Tout à fait d’accord avec vous sauf sur un point: de nombreuses études, autres que lancet, tendent à prouver l’absence d’efficacité de l’HCQ pour le Covid-19.

      • A ma connaissance les évaluations du HCQ sont arrivées à la même conclusion que le prof. Raoult lui-même: c’est inutile quand c’est administré trop tard à un malade hospitalisé.
        Une seule étude (canadienne) a évalué le protocole Raoult (intervention dans un délai de 5 jours après suspicion de contamination) concluant à une très faible efficacité.
        Sauf qu’un statisticien compétent a demandé les logs expérimenatux détaillés et conclu que si en effet l’efficacité à échéance moyenne de 4-5 jours était faible elle est très probable pour les quelques cas qui ont pu être traités dans un délai court (2-3 jours).

      • Il n’y a aucune étude randomisée dans le monde qui prouve l’inefficacité de l’association HCQ (3x200mg/jour)/azithromicine(250mg/jour) prise précocement c.à.d. dans les premières 24 heures qui suivent l’apparition des premiers signes.
        Par contre il y a pas mal d’études cliniques qui montrent que ça marche plutôt bien. Je pense qu’on aurait pu éviter la moitié des morts en France.
        Si vous êtes vacciné double Pfizer, et contaminé par le variant indien je pense qu’il vaut mieux considérer un traitement en plus….Vous serez malade et contagieux moins longtemps… la troisième dose ne vous protégera pas plus car l’ARNm contenu dans le vaccin cible le variant d’origine et a perdu plus de la moitié de son efficacité….

      • Vous ne pouvez pas prouver que la « pierre de résurrection » n’existe pas car il faudrait retourner tous les cailloux de la Terre pour vérifier. (cf Harry Potter.)

        Vous ne pouvez pas plus prouver que la quinine n’a pas d’effet. Au mieux vous pourriez montrer que le HCQ+azitromycine préconisé par un druide dans un protocole précis n’est pas plus efficace qu’un placebo.

        La méthode de faire des dossiers à charge contre des personnes est beaucoup plus significative.

  • Dans une enquête judiciaire on se pose au préalable la question « A qui profite le crime? » la réponse est évidente: la Chine qui augmente inexorablement son empreinte et sa domination sur le monde. ce n’est qu’une guerre virologique

  • Ben voyons! Exonérons de responsabilités ceux qui transforment notre pays en tyrannie bananière, mentent comme des arracheurs de dents et prennent systématiquement les mesures les plus liberticides possibles, avec en résultat la mise en place d’une surveillance numérique sur le modèle de ce que l’on reproche à… La Chine.
    « Mais il faut les comprendre, ils font ce qu’ils peuvent avec les moyens qu’ils ont! »
    NON. Ils (l’oligarchie connivente) se mettent en charge de TOUT, s’autorisent par le biais d’états d’exception perpétuels, à réguler et légiférer sur chaque aspect de notre vie, et désormais de notre corps. S’ils sont incompétents ou dépassés, ils ont le devoir moral de le reconnaître et de s’abstenir d’agir comme des poulets sans tête.

    Quant à placer notre confiance dans des « instances de justice internationales », soumises à 0 contrôle démocratique, hors sol, et fortement liées aux réseaux d’influences qui s’affrontent: américains et chinois, respectivement… Ouais, je rigole un peu, mais après tout, l’un n’exclut pas l’autre.
    Pourquoi ne pas faire des procès à la Chine, en plus des actions contre l’état français. Pour moi tout ce qui ridiculise davantage la mafia connivente « républicaine » me convient très bien.

    Full disclosure: j’aime bien la Chine, les gens, la culture. Je suis peu attiré par sa gouvernance, a fortiori par sa transposition à la sphère occidentale.

  • De toute facon, on ne trouvera aucune preuve qui impliquera le gouvernement chinois: le menage a ete fait depuis longtemps (documents detruits, coupable en reeducation ou suicidé)
    Sans preuves comment allez vous condamner qui que ce soit ?
    Les chinois vont vous dire que le virus a été importé par les USA (c est la these officielle) et vous ne pourrez prouver l inverse

  • Les politiques ne doivent pas être au dessus des lois! Et doivent assumer leur responsabilité comme un chef d’entreprise qui peut aussi être condamné pour faute envers ses employés. Rappelons nous l’affaire du sang contaminé : combien de morts (responsable mais pas coupable) par la faute de Laurent Fabius qui pentoufle toujours au sommet de l’Etat.
    Quand Castanner dit aux français que les masques sont inutiles parce que Hollande, lors de son quinquennat, a supprimé des stocks trop coûteux pour arroser de subventions des futurs électeurs, il fait un acte criminel.
    Que la Chine ait une responsabilité dans la pandémie, est un autre sujet qui ne peut en aucun cas dédouaner nos élus.

  • C’est quand même étrange de dire que nos dirigeants sont intouchables mais qu’on va condamner les Chinois.

    Lanceur d’alerte, oui. Effets de manches, non ! Cela me gonfle d’être pris à parti sur la géopolitique. Si l’on juge qu’il y a un problème, on ne peut de toute manière se retourner que contre nos propres dirigeants.

  • Je partage l’avis de la majorité des autres commentateurs. Si la Chine a effectivement sa part de responsabilité, les autorités françaises ont la leur sur ces questions (liste non exhaustive car trop longue) :

    – imposition déguisée de la vaccination obligatoire alors que nous manquons de recul sur ces traitements
    – interdiction des traitements précoces
    – suppression de la liberté de prescrire des médecins, une première
    – dissimulation des vrais chiffres des EI(G) des vaccins
    – mensonges au sujet du poucentage de non vaccinés hospitalisés (le 85% de non vaccines hospitalisés est une « erreur » statistique lors de la réunion de 3 etudes différentes)
    – décisions prises en secret défense, conduisant à l’obscurantisme du pouvoir
    – violation du secret médical
    – et last but not least : tentative d’instauration d’une société à la chinoise, en privant des personnes d’accès aux biens de première nécessité notamment

    Excusez du peu

  • Pour attaquer la Chine, il faut être courageux. Pour la boycotter économiquement également. Et puis il faut revoir une politique fiscale qui adore taxer les stocks d’où le succès et les risques du flot tendu, une politique sociale qui adore charger la barque des entreprises et donc de leurs salariés, une politique générale qui adore fabriquer du fonctionnaire qu’il soit bureaucrate d’état ou des collectivités « territoriales »…….

  • Concernant la crise actuelle, de nouveaux éléments viennent d’être publiés par The Intercept. Ce journal américain a publié hier 900 pages de documents issus d’une requête effectuée via le Freedom Of Information Act à l’encontre de la National Institute of Health. Ces documents semblent révéler plusieurs problèmes:
    – le laboratoire P4 de Wuhan effectuait bien des recherches sur les gains de fonction
    – certaines de ces recherches ont été transférée hors protocole dans un laboratoire P3 lui aussi situé à Wuhan
    – les deux laboratoires effectuaient bien des recherches sur les coronavirus des chauves-souris
    – les recherches sur les gains de fonction ont en partie été financés par EcoHealth Alliance alors que l’administration Obama avait fait interdire les recherches sur les gains de fonction sur le sol américain
    – EcoHealth Alliance semble fortement suspecter la Chine d’avoir profité de ses fonds pour modifier et isoler un coronavirus pouvant se transmettre à l’Homme

    La Chine n’est donc pas la seule coupable, puisque beaucoup des fonds apportés à EcoHealth Alliance l’ont été par les américains qui avaient interdit ces recherches sur le propre sol et que ces derniers n’ont pas correctement supervisés les travaux qu’ils financaient.

    Source: https://theintercept.com/2021/09/06/new-details-emerge-about-coronavirus-research-at-chinese-lab/
    Documents publiés: https://www.documentcloud.org/documents/21055989-understanding-risk-bat-coronavirus-emergence-grant-notice

    • +1
      Et je remets mon commentaire supprimé ce matin en changeant un petit détail qui a pu déranger:

      On sait bien comment les chinois ont confectionné le virus de Wuhan par manipulation d’une souche peu offensive (insertion amplificatrice CGG-CGG pour des raisons qu’on espère défensives), comment il s’est échappé et donc pourquoi le PCC refuse toute enquête sérieuse.
      Ce qui est plus curieux est que nos très diplomatiques autorités occidentales préfèrent ne pas insister.

  • C’est comme d’hab ! Incroyable, beaucoup de commentateurs en connaissent un rayon sur les moyens de tuer la COVID !

  • Pourquoi tant de tolérance pour les gouvernants français et si peu pour les gouvernants chinois ? Après tout, les gouvernants chinois n’ont-ils pas fait ce qu’ils pouvaient aussi ? Et les gouvernants français n’ont-ils pas menti aussi ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

croissance chinoise
0
Sauvegarder cet article

Depuis mon article « Quand la Chine s’effondrera » paru dans Les Échos en 2014, le contexte a beaucoup changé et l’admiration excessive pour la réussite chinoise a fait place à une crainte grandissante des Occidentaux face à cette superpuissance. Pourtant les fragilités de l’économie chinoise, que je soulignais alors, se sont en partie concrétisées et, à mon avis, ce n’est pas fini…

Pourquoi la croissance chinoise est en panne 

Au début des années 2010, il apparaissait déjà qu’une partie des grands travaux chinois étaient ar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles