Pourquoi la liberté scolaire est plus actuelle que jamais

Aujourd’hui plus que jamais, avoir le contrôle sur son éducation et celle de ses enfants est synonyme de liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi la liberté scolaire est plus actuelle que jamais

Publié le 1 septembre 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer, depuis les États-Unis.

Milton Friedman fut l’un des plus grands penseurs libéraux du XXe siècle. L’un de ses chevaux de bataille principal fut la liberté scolaire, c’est-à-dire le libre choix laissé aux parents de scolariser leurs enfants où bon leur semble en utilisant directement l’argent que l’État aurait autrement injecté dans les écoles publiques.

En d’autres termes, créer une certaine concurrence en éducation pour améliorer toutes les écoles.

Bien que je sois allé à l’école publique, j’ai pu profiter des choix scolaires. Durant mes cinq années d’enseignement secondaire, j’ai fait partie d’un programme de concentration linguistique qui m’a permis de compléter le programme régulier d’anglais en seulement trois ans. Fort heureusement, l’anglais est tellement omniprésent que je l’ai appris presque par moi-même. Sans ce programme enrichi, j’aurais sans doute décroché tellement je me serais ennuyé en classe.

Mon frère et ma sœur ont eu une chance similaire en intégrant un programme de sport-étude qui leur a permis de focaliser leur intérêt en classe puisqu’il faut maintenir une certaine moyenne pour continuer dans le programme. Malgré les moyens limités de mes parents à l’époque, nous avons ainsi pu profiter d’une éducation enrichie ; j’ai également eu des cours d’espagnol, ce qui a facilité la communication avec ma belle-famille dominicaine.

La pandémie ravive la flamme friedmanienne

Aux États-Unis, le concept de choix scolaire ne date pas d’hier. Mais avec la pandémie et une forte restriction de l’accès à l’éducation l’idée de financer les élèves et non le système est revenue avec la force d’un ouragan.

Depuis 2020, près d’une vingtaine d’États ont passé de telles lois, permettant ainsi aux parents d’inscrire leurs enfants dans une autre école, voire les éduquer eux-mêmes à la maison. Cela leur permet ainsi de contourner la toute-puissance des syndicats de l’enseignement.

En effet, plusieurs études ont démontré qu’un syndicat de l’enseignement fort pouvait faire obstacle à l’ouverture d’écoles. Étant en situation de monopole, il tient ainsi le gros bout du bâton et peut faire chanter les gouvernements pour obtenir tout ce qu’il veut et même davantage – souvent en secret. Fait intéressant : l’un de ces syndicats a rédigé les recommandations du CDC sur l’enseignement en présentiel et les masques, et pas pour y corriger les fautes d’orthographe…

Cela a des effets désastreux sur l’apprentissage et la santé des enfants, mais aussi sur certains de leurs parents ne pouvant pas travailler à la maison.

Une opposition de pacotille

Mais malgré tous ses avantages, le choix scolaire apporte évidemment son lot d’oppositions qui a généralement la solidité de tigres de papier.

« Tu veux que les enfants se fassent endoctriner et entendent que la théorie de l’évolution est fausse ! » argumenteront certains, qui refusent que l’argent « public » permettent de scolariser des enfants dans des écoles confessionnelles. Je ne nie pas cette possibilité, mais en quoi est-ce différent de l’endoctrinement de l’école publique qui affirme que Franklin Roosevelt a « sauvé » l’économie durant la grande dépression ? Ou que la couleur de la peau détermine si l’on est du côté de l’oppresseur ou de l’opprimé ?

« Tu es raciste ! » Non, ce n’est pas une mauvaise blague du Gorafi. Afin de dénigrer les personnes osant s’éloigner du droit chemin de l’éducation publique, on a dépeint les artisans du choix scolaire comme étant des racistes.

Pourtant, les minorités ethniques – particulièrement les Noirs – sont celles qui profitent le plus du choix scolaire. Elles peuvent ainsi éviter les écoles publiques pour s’orienter par exemple vers des écoles dites à charte – financées par les taxes et impôts mais administrées par des intérêts privés. Comme elles ont une épée de Damoclès au-dessus de leur tête – elles mettent la clé sous la porte si trop d’élèves échouent – elles ont tout intérêt à ce que la réussite soit une priorité… contrairement aux écoles publiques.

Mais comme ces écoles, souvent libérées du joug syndical, sont une menace, elles rencontrent énormément d’obstacles. En fait, quand leur ouverture est refusée, on ne tait même pas qu’elles nuisent aux pachas syndicaux.

Bref, plus que jamais, les humains doivent être libres de choisir ce qu’ils considèrent comme étant le mieux pour eux et leurs enfants. Sur le long terme, cela pourrait même améliorer l’école publique, surtout si elle perd trop d’élèves.

C’est une leçon à apprendre pour la France. Depuis la séparation de l’État et l’Église, il semble que le premier soit devenu une religion républicaine. Ainsi, il faut implorer à genoux pour surseoir à cette « éducation » qui commence presque au berceau.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Avec de telles propositions, que va-t-on faire du million de fainéants (pardon, enseignants fonctionnaires)?
    Les mettre à la porte de la fonction publique ?
    Pas possible!
    Arrêtez de rêver sur une quelconque de réforme de l’éducation nationale. Celui qui y touche perd immédiatement 2 millions de voix aux élections (1 million des enseignants + 1 million de votés de leur conjoints) et je ne compte pas les anciens à la retraite.

    • Les enseignants ne sont pas tous feignants, loin de là. Mais le système ne différencie pas le bon grain de l’ivraie.
      Je dirais même qu’il encourage les mauvais en les sur-protegeant avec le statut de fonctionnaire.

      • En fait c’est ça le problème. Koris pointe du doigt le problème: Les avantages acquis récompensent trop les mauvais et je me permettrai d’ajouter que ça en rémunère pas assez les bons.
        Si on virait les profs qui n’enseignent pas et qu’on fait 50/50 sur l’argent économisé entre réduction des dépenses et augmentation des profs qui restent, on peut arriver à une situation bien meilleure.

      • On peut malheureusement généraliser votre commentaire à tous les fonctionnaires, j’en sais quelque chose pour ce qui me concerne, dans la santé, l’hôpital étant un vaste système de récompenses aux incompétents, les autres bouillants intérieurement (j’en suis)…

  • le plus réaliste est de tenter un mixte et dans une école volontaire.
    Plutot que mettre à la porte les enseignants, il vaut mieux faire le ménage dans les ministères, rectorats et autres maisons d’nactivité

  • A l’instar de l’armée l’interdiction des syndicats devrait être promulguée !

  • Je ne vois pas qui pourrait s’attaquer à ce mammouth comme disait Claude Allègre qui lui ne voulait seulement que le dégraisser, graisse qui, d’ailleurs, lui a fait perdre son ministère. Alors mettre en place un système éducatif pluriel et concurrentiel dans notre régime engraissé par l’État, cela relève de l’utopie…

  • Plus j’y pense et plus je me dis qu’une dictature « éclairée » comme Singapour serait plus facile à appliquer en France qu’une démocratie à la Suisse.

    • N’avons nous pas déjà un « despote éclairé » ?

    • Une dictature éclairée donc libérale si j’entends bien ce que vous dites n’est-il pas un bel oxymore ? Renforcer la puissance centrale pour alléger le fardeau qui pèse sur les individus amènera immanquablement au contraire…

    • Oui exactement un libéralisme imposé car la structure catholique/monarchique du pays est difficile à éradiquer autrement

      • Sous la monarchie catholique, la France a été une des premières puissances mondiales.

        Sous la démocratie catholique inspirée par la réforme protestante, la France a été un des pays les plus prospères au monde.

        Ce n’est que depuis la déchristianisation massive, qui a été organisée principalement dans les écoles publiques, avec une propagande socialiste (voir même marxiste), matérialiste, et férocement antichrétienne, que comme par hasard, la France a commencé à décliner années après années.

        Lorsque le mur de Berlin s’est effondré, le socialisme avait néanmoins gagné idéologiquement, puisqu’il avait réussi à devenir l’idéologie dominante dans les écoles au point de faire disparaître complètement le libéralisme de la sphère politique avec le retrait de Madelin dans les années 2000.

        L’école publique gratuite est le plus formidable outil de propagande contre la liberté que dispose l’Etat, il n’est pas étonnant que Macron cherche à la renforcer en supprimant l’école à la maison.

    • La démocratie ne fonctionne que quand les gens sont éduqués à la liberté. Cela est flagrant dans les pays musulmans, où les dictatures sont souvent bien plus libres que les démocraties.

      Pour le libéral, l’important n’est pas tant le régime du pays, mais que les droits naturels de l’individu soient respectés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attention ! Pas de panique mais après le Covid-19, c’est la « triple épidémie » qui menace la France. Empressons-nous d’ajouter autant sur le plan sanitaire que des libertés publiques, ce que le tintamarre médiatique a un peu tendance à minorer.

[#COVID19] 📊 Point épidémiologique du 1er décembre ➡️ Nette accélération de la circulation du SARS-CoV-2 ➡️ Co-circulation des virus COVID-19, #Bronchiolite et #grippe : adoptons ensemble les gestes barrières 👉 Pour consulter le PE https://t.co/8UQFpghv4m pic.twitter.com/hD... Poursuivre la lecture

La crise du covid a amené des restrictions des libertés.

La question qui se pose est de savoir pourquoi celles-ci ont été soutenues par une partie non négligeable de la population. Contrepoints s'est entretenu avec Samuel Fitoussi, auteur d'une note pour l'Institut Sapiens sur les erreurs de gestion systémiques pendant la crise sanitaire. Il a étudié l’économie à Cambridge et à HEC.

 

Contrepoints : Irresponsables par nature : vous revenez sur la séquence ahurissante des auto-attestations, dont les plus fervents défe... Poursuivre la lecture

Comme il était fier, le PDG de Danone Emmanuel Faber, en juin 2020, lorsque ses actionnaires, les premiers de tout le CAC 40, ont voté à 99,4 % le nouveau statut d’entreprise « à mission » de leur groupe, conformément aux dispositions de la loi PACTE concoctées par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire dans le but d’intégrer les enjeux sociaux et environnementaux dans l’objet et le statut des entreprises !

« Vous venez de déboulonner une statue de Milton Friedman ! » leur a-t-il même lancé dans un assaut de satisfaction anti-libéral... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles