Le drame de l’Afghanistan : vingt ans après, vingt ans pour rien

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
taliban by newsonline (creative commons) (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le drame de l’Afghanistan : vingt ans après, vingt ans pour rien

Publié le 26 août 2021
- A +

Par Philippe Charlez.

Vingt Ans après est surtout connu en littérature comme la suite qu’Alexandre Dumas donna aux célèbres Trois Mousquetaires.

Ce titre pourrait aujourd’hui faire la Une des principaux quotidiens puisque, presque jour pour jour vingt ans après le 11 septembre 2001, les sanguinaires Talibans ont réinvesti Kaboul et ridiculisé l’ensemble des pays occidentaux fuyant dans une débandade indescriptible la capitale afghane.

Comme toujours l’histoire se répète : cette situation est pratiquement un copié/collé de l’évacuation de l’ambassade américaine de Saïgon le 29 avril 1975. Une humiliation pour la première nation mondiale que ne manqueront pas d’instrumentaliser les mouvances islamistes sources de terrorisme mais aussi les Chinois et probablement les Russes.

La Chine communiste, l’un des régimes les plus méprisables de la planète, n’a d’ailleurs pas tardé à tendre la main aux Talibans. Le business n’attend pas ! Le pacte germano-soviétique l’avait clairement démontré : les oppresseurs trouvent toujours des points d’accord pour s’allier.

Le retour du totalitarisme taliban

Connus pour leur brutalité, les « fous de Dieu » réinstalleront sans ambiguïté un régime totalitaire reposant sur la charia au mépris des droits humains les plus élémentaires réservant, selon les propos mêmes du Secrétaire Général de l’ONU Antonio Guterres, « un sort horrifiant aux femmes restées sur place1».

Règlements de compte, assassinats, viols, lapidations redeviendront la règle à Kaboul. Quant aux 1500 milliards de dollars investis par la communauté internationale depuis 20 ans, au mieux ils partiront en fumée, au pire ils profiteront aux Talibans eux-mêmes pour conforter leur pouvoir.

Ce constat effrayant n’est pourtant que la « face émergée de l’iceberg ». La véritable responsabilité historique ne revient finalement pas aux Talibans qui ont suivi à la lettre leur sinistre agenda mais aux Occidentaux, États-Unis en tête, dont la pitoyable politique étrangère s’est révélée plus que catastrophique depuis un demi-siècle dans cette région du monde.

Face à l’intégrisme islamiste

En janvier 2015 juste après l’attentat contre Charlie Hebdo, j’avais publié un long article intitulé « L’immaturité historique des chancelleries occidentales face à la montée de l’intégrisme islamique » .

À partir d’une rétrospective historique remontant à la révolution iranienne de 1979, cet article détaillait comment, en mélangeant les genres et en voulant tout à la fois assurer leurs intérêts économiques et leur sécurité énergétique, se déculpabiliser du fardeau colonial et satisfaire un besoin naïf d’humanisme, les puissances occidentales avaient aveuglément transformé un « Croissant fertile » panarabique à dominante laïque et nationaliste gouverné par des dictateurs corrompus en une terre de conquête pour un impérialisme islamique totalitaire et transnational.

Par leurs choix de court terme et leurs émotions du moment, elles en avaient oublié tout réalisme géopolitique. Leurs choix avaient de facto ranimé une guerre par procuration entre les deux géants pétroliers que sont l’Iran disciple d’Ali et l’Arabie Saoudite disciple d’Abou Bakr.

Elles avaient aussi, toujours par procuration, prolongé virtuellement une guerre froide qui n’a finalement jamais cessé et qui oppose aux puissances occidentales pro sunnites, un tandem sino-russe proche de l’Iran et opposé à toute ingérence de l’Occident dans les affaires syriennes.

Le deuxième acte de cette tragédie se déroule non pas depuis vingt ans mais depuis quarante ans en Afghanistan.

Le précédent soviétique

Lorsque les chars soviétiques forcèrent la frontière afghane le 27 décembre 1979, personne ne connaissait vraiment ce pays lointain enclavé entre le Moyen-Orient et la péninsule indienne. Un pays quasi féodal sans ressources secoué par des luttes intestines entre des chefs tribaux se disputant le pouvoir.

Instabilité, assassinats et putsch sanglants s’y étaient toujours succédés. Malgré son extrême pauvreté, ce pays occupait pour l’Union soviétique une position stratégique permettant de se rapprocher des champs pétroliers du Moyen Orient alors sous contrôle occidental.

Dans un premier temps l’opération militaire fut un succès : l’armée rouge investit Kaboul et quelques grandes villes afghanes et installa un président à leur botte. Mais dans les montagnes et les campagnes, une rébellion s’organisa rapidement autour des Moudjahidins « combattants de la guerre sainte ».

Soutenus par l’ensemble du monde musulman ils reçurent aussi un soutien militaire et financier du monde occidental souhaitant freiner à tout prix l’expansion soviétique. À partir de 1986, les Moudjahidins reçurent même des Américains des missiles anti aériens capables d’abattre hélicoptères et avions de chasse.

On connaît la suite : l’armée rouge va certes connaître une défaite cuisante précipitant la chute de l’Union soviétique mais dix ans plus tard on assistera au drame des twin towers.

En réaction, les Américains chasseront les Talibans de quelques grandes villes comme l’avaient fait les Soviétiques et mettront au pouvoir comme leurs prédécesseurs un président tout aussi corrompu.

Un peu sonnés au départ les islamistes reconquirent progressivement montagnes et campagnes pour finalement vaincre à nouveau. L’ethnocentrisme et l’immaturité des chancelleries occidentales voulant imposer par la force un modèle démocratique s’est une fois de plus terminé par un cuisant échec. Iran, Afghanistan, Irak, Libye, la liste des fiascos est longue.

Massoud en appelle à BHL

Ironie de l’Histoire, dans le Journal du Dimanche du 15 août 2021, le fils du commandant Massoud « supplie la France de ne pas abandonner les combattants de la liberté face aux talibans » en écrivant une lettre ouverte à « son ami Bernard-Henri Levy ».

Pavoisant sur un char le 19 mars 2011 à Benghazi, BHL s’était réjoui de la chute de Mouammar Khadafi. Rappelons que l’intervention franco-britannique encouragée par le philosophe-essayiste a implicitement transformé la Libye en zone de non droit et en couloir de passage des principaux flux migratoires africains vers l’Europe.

L’Histoire se répète inlassablement, l’immaturité des chancelleries occidentales aussi. Puisse le discours raisonnable de Joe Biden défendant fermement le retrait des troupes américaines et affirmant que « notre mission en Afghanistan n’a jamais été de construire une nation [ni] une démocratie unifiée centralisée » puisse inspirer certains. La démocratie et les valeurs qui lui sont associées ne se forcent pas, elles s’apprennent.

[Mise à jour : 26/08/2021 à 9:30]

  1. Le Journal du Dimanche – 15 août 2021.
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • L’Islam n’est donc pas cette religion de paix et d’amour ? On nous aurait trompé ?

    • Celles et ceux qui ont lu le Coran savent que le mot « AMOUR » n’est jamais cité.
      L’islam est tellement une religion de paix que les musulmans se battent entre eux depuis la mort de mahomet (an 632), c’est-à-dire, depuis 1450 ans.
      Celles et ceux qui voudraient comprendre le Coran doivent d’abord s’informer sur la vie de mahomet et ne pas prendre les hadiths à la lettre mais en avoir une lecture herméneutique. A part une très très petite élite, je ne connais pas de musulmans capables d’interpréter le Coran et les différents hadiths.

  • Au sujet de l’Afghanistan, M. Charlez écrit que l’Occident a été immature. Mais il n’y a une proposition concrète dans ses propos. Qu’aurait dû être fait, notamment par les Américains, qui ont mis l’essentiel de l’argent ces 20 dernières années, pour essayer d’empêcher le retour des Talibans ? Merci d’expliquer davantage et j’enverrai les propositions à qui de droit, soit aux USA, qui ont fait ce qu’ils ont pu. N’y a -t-il pas aussi une forme d’immaturité dans une critique qui n’est pas force de propositions concrètes ?

  • Laurent Lenormand
    26 août 2021 at 8 h 25 min

    Il est bon de rappeler que derrière toutes ces expéditions catastrophiques, il y a eu des « inspirateurs ». BHL en Libye, les neocons américains pour l’Afghanistan et l’Irak. Des gens pour qui la croisade pro-démocratie cachait mal de sordides intérêts financiers. Les 1500 milliards dépensés en Afghanistan, les sommes comparables englouties à « reconstruire » l’Irak n’ont pas été perdues pour tout le monde.

    • Qui pourrait croire que les américains sont allés se battre en Afghanistan et en Irak pour mettre en place un régime démocratique ?
      Pour les américains « démocratie » rime avec « dollar » !!! BASTA !!!

  • Je signale a l auteur que les twin towers n ont pas ete detruite spar des missiles US mais par des avions (un stinger n aurait de toute facon pas pu faire de gros degats)
    Le reste de l article est du meme tonneau: les afghans n ont pas vaincu les sovietique grace a l armement US (meme si ca a aidé) mais comme les talibans aujourd hui car ils se sont accrochés a leur terre et sacrifiés.
    Personne ne fournissait des armes hi tech aux talibans, si vous regardez les photos vous en verrez meme certains qui sont pied nus. et ils ont vaincu une armee afghane spuerieure en nombre et en armement. Ils ont mit en echec la plus grande armee du monde

    La victoire n est a ete sur le champs de bataille mais politique/economique : a un moment leur ennemi a considéré que le jeu n en valait pas la chandelle

    A mediter pour le Mali ou on est dans la meme situation

  • Oui, enfin M Biden, si l’idée était juste de tuer Ben Laden, il y avait plus rapide qu’une invasion massive et une occupation de 20 ans. Et pourquoi ne pas être parti dès que « mission accomplished »?

  • « Le Royaume de l’Insolence » s’est toujours battu pour sa liberté. D’Alexandre le Grand, en passant par Gengis Khan, les britanniques, les soviétiques, les talibans, les américains, tous s’y sont cassé les dents… Aujourd’hui la jeune génération a connu un semblant de paix et de liberté, les femmes pouvant étudier et travailler… j’ose espérer qu’une fois la stupeur passée, elle prendra les armes contre l’envahisseur, les talibans à nouveau en l’occurrence… une lueur d’espoir : la vallée du Panshir…

  • C’est cela, oui, il fallait laisser Kadhafi au pouvoir, 42 ans de dictature arbitraire et folle (cf. les infirmières bulgares en prison), deux avions civils abattus, pleins de passagers, l’un au-dessus du Sahara (vol UTA), l’autre au-dessus de l’Ecosse (Lockerbie).
    Et personne ne sait, si on avait laissé faire Kadhafi, jusqu’où auraient été les massacres quand son armée se rapprochait des rebelles de Benghazi.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_UTA_772

  • Les romains avaient compris comment étendre leur emprise sur des millions de km2, mais on l’a oublié ces derniers siècles…

    Tu déboules : c’est qui le chef ?
    C’est toi ? pas de problème tu continues ton business comme avant, si t’as besoin de kekchose on est là…
    A propos, ça te dirait une petite villa avec des bains chauds, et des armes au cas où tes voisins te cherchent des noises ?

    Bon, c’est pas tout ça, mais on a un empire à conquérir, alors on reprend la route et repassera à l’occasion; en attendant y aura peut être un ou deux décorateurs d’intérieur qui passeront donner un touche ‘cosy’ à ton ‘domus’…
    Si t’as un souci, je te laisse un ou deux gars qui sauront où nos joindre et qui pourraient apprendre le latin aux gosses, ça peut toujours servir… 😉

    • On peut ajouter: si tu nous la fais à l’envers, on reviens et on crame tout. Si t’es réglo tu vas péter dans la soie et gagner 20 ans d’espérance de vie. tu paraphes et tu signes en bas , voila…

  • « L’Amérique est de retour. Prête à conduire le monde, pas à s’en retirer, et à présider à nouveau à la table. » (Joe Biden, 24/11/20.)
    Ça commence bien, Sleepy Joe !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jp Cortez. Un article de la Foundation of Economic Education

Les sombres photos et vidéos qui ont été diffusées en Afghanistan cette année ont poussé de nombreuses personnes à se demander si ce conflit de 20 ans en valait la peine.

Selon Associated Press, jusqu'en avril, plus de 172 000 personnes (américaines et autres) sont mortes au cours de la guerre en Afghanistan. Le montant estimé des coûts directs de la guerre en Afghanistan et en Irak, que les États-Unis ont financés par la dette, est estimé à plus de 2000 milliards ... Poursuivre la lecture

Par Julien Théron. Un article de The Conversation.

Le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan a été célébré par les djihadistes du monde entier. Le Middle East Institute, un groupe de réflexion de Washington, estime que leur succès représente une « victoire majeure » pour les groupes djihadistes comme Al-Qaïda ou l’État islamique (EI).

Moscou, Pékin, New Delhi et même Islamabad sont profondément préoccupés par la situation sécuritaire en Afghanistan. Et pour cause : les liens des talibans avec Al-Qaïda n’ont jamais été rom... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par h16.

S'il faut bien sûr reconnaître qu'être pris en otage est une circonstance éminemment douloureuse, elle permet parfois de mettre le nom de certains dans tous les médias.

Et s'il est vrai que cette médiatisation peut être utile pour permettre un dénouement heureux de la séquestration, il ne faut pas trop se leurrer : dans le cadre de la République française, cette médiatisation permet surtout d'engendrer soutien diplomatique et financier. Eh oui : si, en général, la France se tamponne allègrement de ses ressortissants à l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles