Anti-pass sanitaire : une défiance de plus en plus forte envers les institutions 

La mise à mal des libertés par ces dernières depuis le début de la pandémie (et même avant) est l’une des causes de cette défiance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
manifestation anti-pass sanitaire à Nice, aout 2021.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Anti-pass sanitaire : une défiance de plus en plus forte envers les institutions 

Publié le 10 août 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Le mouvement anti-pass sanitaire se caractérise par une hétérogénéité de ses sympathisants avec toutefois une surreprésentation des entrepreneurs. Leur point commun est le manque de confiance envers les institutions. La mise à mal des libertés par ces dernières depuis le début de la pandémie (et même avant) est l’une des causes de cette défiance.

Le pass sanitaire montre une société plus polarisée qu’elle ne l’a été depuis des décennies. D’un côté, une partie de la population soutient les mesures sanitaires (parfois de manière contrainte à travers l’espoir d’un retour à la normale). À l’opposé, une autre partie s’oppose aux restrictions du fait de la dégradation continue des libertés impactant la vie quotidienne.

pass sanitaire
manifestation anti-pass sanitaire à Nice, août 2021.

Mais ce clivage n’obéit pas à la même division sociologique que d’habitude. Il ne s’agit plus de la gauche contre la droite. Ni même des habitants des centres-villes contre ceux des zones rurales comme à l’époque des Gilets jaunes. Les opposants au pass sanitaire ont des profils plus diversifiés.

Néanmoins certaines convergences existent.

Un mouvement anti-pass sanitaire soutenu par les entrepreneurs

Un sondage de l’IFOP pour le Journal du Dimanche du 26 juillet 2021 montrait que 61 % des dirigeants d’entreprises éprouvaient de la sympathie pour le mouvement. De même, ce soutien était de 50 % pour les artisans et commerçants.

Inversement, les salariés du secteur public (33 % de soutien), les cadres avec les professions intellectuelles supérieures (25 %) et les retraités (20 %) sont les catégories les plus hostiles au mouvement de contestation.

Fait intéressant, le niveau d’études n’est pas un élément déterminant : les personnes les plus diplômées (master et plus) tout comme les non diplômées sont les plus hostiles au mouvement avec respectivement seulement 26 % et 32 % de soutien. Inversement, les personnes moyennement diplômées sont les plus favorables (41 % pour les licenciés). La distinction habituelle entre les « populistes » sans diplômes et les élites éduquées connait ses limites.

Ce mouvement apparait être le fait de la petite classe moyenne qui a été malmenée pendant la crise et qui a été particulièrement touchée par les restrictions.

Le rejet des institutions : conséquence de l’adhésion de ces dernières aux mesures liberticides

Le rejet de l’action du gouvernement, de l’administration mais aussi des médias traditionnels est un point mis en avant pour décrire le mouvement anti-pass sanitaire. Si le concept de bulle d’information est cité comme cause explicative, les discours liberticides des faiseurs de lois et d’opinions doivent aussi être pointés du doigt.

Le ton anxiogène reposant sur le comptage quotidien, tantôt du nombre de morts tantôt du nombre de cas, et poussant aux restrictions a par lui-même polarisé la population. Et il a créé par conséquent une réaction et une méfiance d’une partie de la population.

En cela, le fait que les entrepreneurs et la petite classe moyenne soient parmi les principaux sympathisants du mouvement anti-pass sanitaire n’est pas un hasard. Avoir été une variable d’ajustement, voire avoir été méprisés dans les discours institutionnels, a eu des impacts sur leur travail et sur leur qualité de vie.

Cette situation suit une tendance qui existait déjà avant le début de la crise.

Selon une étude internationale de l’IFOP en 2019, seulement 30 à 37 % des Français avaient confiance dans les médias. Plaçant ainsi la France parmi les pays les plus sceptiques. La crise du Covid n’a fait que renforcer cette méfiance ressentie par une partie de la population.

La confiance envers l’institution étatique n’est pas meilleure. Selon les données de l’OCDE, seulement 41 % des Français avaient confiance dans le gouvernement, un score proche de celui des Hongrois (43 %). En comparaison, ce pourcentage monte à 84,6 % pour les Suisses qui dominent le classement avec les Scandinaves et les Néerlandais. Les pays où les gouvernements ont des pouvoirs très encadrés et qui doivent rendre des comptes à la population ont gagné la confiance de cette dernière.

pass sanitaire
manifestation anti-pass sanitaire à Nice, août 2021.

Inversement, la dimension très verticale du pouvoir en France a abouti à un bras de fer entre l’État et une partie des citoyens.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Désolé, je n’entre pas dans le schéma…
    Je suis hostile à ce produit nommé vaccin par la caste politique et dictature médiatique, je suis plus encore hostile à ce coercitif passe (passe) de type Ausweis.
    Et pourtant je suis retraité et surdiplômé.
    Cherchez l’erreur !

    En fait, je ne comprends pas que ceux d’entre nous qui ont fait des études longues ne soient pas à même de décrypter les mensonges et le bourrage de crâne de la part du pouvoir.
    Tout comme je ne comprends pas que les plus âgés ne se souviennent pas des années ’60 et de nos libertés d’alors.
    Et quand on juxtapose la dictature mentale et réglementaire qui nous est imposée et ce passé bien révolu, on hésite entre la révolte et le départ.

    • Pour la majorité des gens, aller dans le sens du groupe est plus important que d’avoir raison. Il faut une bonne dose d’orgueil et de misanthropie pour ouvrir les yeux, réfléchir, aller chercher d’autres opinions et les peser soi-même. Leur mépris de classe décontracté est leur seul argument. Et pourtant je suis là, avec mon bac+8 (qui m’a bien fait sentir tous les travers des universitaires).

    • Années 60:
      – audiovisuel entièrement contrôlé par l’état
      – divorce par consentement mutuel interdit
      – avortement interdit
      – cour de sûreté de l’état
      – autorisation du mari pour ouvrir un compte en banque
      – pas d’accès direct au dossier médical
      – pas d’obligation d’informer les patients
      Voici ce qui me vient à l’esprit quand on parle des libertés pendant les années 60.

    • Je n’ai pas connu votre époque, mais je suis d’accord avec vous (je suis considéré comme avec un haut diplôme). Cependant ce n’est pas parce qu’un cas ne correspond pas à la tendance statistique, que cette statistique est fausse. Il faudrait tester sur un plus gros échantillon évidemment.

  • Quelques remarques en vrac:
    1/ Il faut prendre avec beaucoup de précautions les chiffres publiés par le JDD, qui fait partie de la presse officielle – on rappelle que c’est souvent dans ce journal que des « collectifs de médecins » en cheville avec le pouvoir publient des tribunes appelant au masquage généralisé ou au reconfinement. Le soutien au mouvement de contestation est probablement supérieur à ce qui est annoncé.
    2/ Le soutien des entrepreneurs et commerçants à la contestation s’explique: ils ont été les grandes victimes de la « gestion » de l’épidémie par le pouvoir. Ils ont pu apprécier son incompétence et son mépris. Et ils ont peur que le pass sanitaire les prive d’une partie de leur clientèle.
    3/ Le soutien au pouvoir des classes sociales élevées et des retraités s’explique aussi. La Macronie est la chair de la chair des CSP+, qui sont les gagnants du système qu’elle incarne. Par ailleurs des gens qui ont été élevé dans le conformisme et le respect d’un système qui leur donne une place sociale privilégiée ont du mal à renier ce système, y compris quand il prend un virage totalitaire. Les retraités sont, de loin, la partie de la population qui passe le plus de temps devant la télé et qui n’a pas d’autre source d’information que les médias officiels. Ils sont un public intellectuellement captif.

    • «  »Les retraités sont, de loin, la partie de la population qui passe le plus de temps devant la télé et qui n’a pas d’autre source d’information que les médias officiels. Ils sont un public intellectuellement captif. » »
      Oui, en partie peut-être, mais dire qu’ils n’ont pas d’autre source d’information et sont un public captif me semble un peu exagéré! Oui, si l’on admet que les pouvoirs publics font tout depuis des années pour tarir la curiosité des français et leur bourrer le crâne de fadaises, juste pour les inciter à consommer et à se plier à la bien-pensance gouvernementale.
      Personnellement, étant retraité, j’ai beaucoup plus de temps pour me documenter et diversifier mes sources d’information, en évitant autant que possible les opinions prêtes à penser de certains médias. Mais bien évidemment, il faut avoir gardé un peu de curiosité et de lucidité pour cela. Le privilège de l’âge et de l’expérience sans doute. Ce n’est pas aux vieux singes que l’on apprend à faire la grimace, les jeunes devraient méditer ce vieux dicton!

    • La plupart de ces « gagnants » n’ont rien gagné. Ils mangent sur le Léviathan.

  • En France, le pouvoir a été, est et sera confisqué au peuple !
    Peut-être qu’en contrôlant* attentivement l’assemblée nationale, il y aurait un certain progrès de démocratie ?
    *avec pouvoir de mise à pied, de mise en accusation, et ce, sans aller plus loin.

  • Le contrôle de la population par la propagande sur les médias, par la peur et la culpabilisation, par la stigmatisation et l’interdiction faite à une partie de cette population de fréquenter les bars, restaurants, salles de spectacle et autres commerces…
    Ça ne vous rappelle rien ?

    • Et pour certains dont les retraités l’accès aux soins refusés pour absence de pass quand on n’y comprend rien en smartphone ou que l’on ne peut faire de longues files d’attente pour un test. Heureusement les pompes funèbres ne sont concernées, pour l’instant.

      • Sans parler des réseaux mobiles saturés en festival par exemple, ou seulement l’été sur la Côte d’Azur, empêchant l’utilisation d’Internet pour télécharger son pass issu d’un test (hors de l’appli tousse anti-covid) et donc d’être encombré du format papier.

    • Ce serait honteux voire un scandale d’oser imaginer pouvoir comparer.

  • La confiance des Français envers les médias est même passée au-dessous des 30% selon le baromètre CEVIPOF-Sciences Po de février 2021 : 28% leur font plutôt confiance ou très confiance, et 68% ne leur font plutôt pas confiance ou pas du tout confiance (4% NSP).

    À la remarque de Laurent Lenormand ci-dessus concernant les retraités, j’observe le même phénomène. cela dit il y a une différence entre les jeunes retraités, qui ont été habitués à travailler avec l’informatique et internet, et les plus vieux, qui ne maîtrisent pas ces outils et sont effectivement « captifs » des médias traditionnels. (et aussi, probablement, selon le niveau d’instruction)
    Les retraités sont aussi plus conservateurs – ils aiment peu le changement – que la moyenne, à la fois à cause de leur éducation, et du fait que leur revenu ne dépend pas, ou peu, des fluctuations de la conjoncture, à la différence des actifs.
    Ces deux phénomènes, ajoutés à une crainte – légitime – du Covid vu leur situation, expliquent sans doute le fort soutien aux mesures prises par le pouvoir en matière de pass sanitaire.

  • 250.000 manifestants contre le vaccin = anti passe sanitaire et en face 41.000.000 personnes vaccinées.
    Les médias n’ont que ça a faire : s’occuper d’une mini minorité que le gouvernement veut protéger contre son gré. Ces manifestations sont un non problème qu’il est urgent de traiter comme tel.

    • Mais nous pouvons aussi compter 250.000 contre le vaccin et 0 manifestant pour. Donc les contres sont largement majoritaire. Avec des stats nous pouvons toujours trouver des chiffres satisfaisants pour les uns ou les autres. Pour cette fois score 1-0. Merci Qui ?

    • 250000 en plein mois d’aout…
      Et combien en septembre quand les personnes vont être directement confrontées aux problèmes du pass dans leur vie quotidienne et professionnelle?

    • Une mini-minorité des 70% de gens qui ne votent plus (et ne perdent pas de temps à manifester), moi ça m’inquièterait plutôt.

      Aucun bateau n’a jamais coulé en heurtant la partie émergée de l’iceberg.

      Mais c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses…

    • « une mini minorité »

      Un vaccin injecté quasiment de force à coup de mesures liberticides et de campagne mensongère et haineuse des médias gouvernementaux ne vaut pas une approbation ni de la vaccination, ni du gouvernement.
      .
      250’000 manifestants en plein mois d’août c’est du jamais vu. Macron va probablement recommencer à crever des yeux en septembre pour ne plus avoir de « mini minorité » contestataire.

    • Le problème, vous l’incarnez : vous prenez le nombre de vaccinés pour autant de bulletins de votes en faveur de Macron et sa clique. Mais en réalité, il y a des gens qui se sont fait vacciner a contre-coeur par quasi-obligation, d’autres parce que le voisin l’a fait, d’autres parce qu’ils estiment le rapport bénéfice risque favorable pour se faire vacciner, d’autres car c’est Macron qui l’a dit (et là uniquement, effectivement, c’est une vaccination pour un vote).

  • Les anti pass et antivax d’aujourd’hui sont probablement les mêmes qui critiquaient (à juste titre) les autorités pour la pénurie de masques au début de la pandémie . Et maintenant aucun n’en porte (regardez les photos ).Cherchez l’erreur .
    C’est de la critique et de l’opposition systèmatiques. Si Macron déconseillait la vaccination, ils se feraient vacciner .

    • -Les « vaccins » ne résolvent rien, Israël par exemple à les mêmes courbes de décès et de contamination qu’il y a un an a la même date.
      -les tests ne sont pas terminés et oui, ils sont importants.
      -La base de données des effets secondaires au USA (VAER) récence 12’532 morts en six mois suite à une vaccination Covid alors qu’il y en avait 3 par année pour les 94 autres vrais vaccins depuis 1986.
      -Pour le Covid, la médiane des décédés est de 84 ans, il n’y a aucune surmortalité en dessous de 70 ans et elle n’est pas si exceptionnelle.
      -La Macronie aux mesures hyper restrictives et liberticides a un des pire bilan possible:
      Nombre de décès par million d’habitants
      Allemagne 1094
      Suisse 1220
      Luxembourg 1306
      Suède 1408
      Bolivie 1478
      Portugal 1659
      France 1671
      Roumanie 1673
      .
      Conclusion:
      Vacciner tout le monde est un non-sens, le risque/bénéfice pour les jeunes est négatif et l’autoritarisme Macronien a tué. Le « système de santé que le monde nous envie » est au même niveau que la Roumanie, normalement les responsables devraient être virés.
      .
      C’est plutôt vous qui êtes totalement désinformé.

      • Merci pour avoir remis les points sur les i. Malheureusement il faudrait aussi le faire aux « journaux » de 20h… mais si déjà on le fait dans notre entourage c’est pas mal.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles