Transition énergétique : cette fois, une histoire belge

Le nucléaire représente actuellement 50 % de la production belge, et le pays aurait 5 années pour le remplacer par des centrales à gaz ! C’est quasi impossible compte tenu des délais administratifs et de construction.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eoliennes-Tétard Olivier-(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : cette fois, une histoire belge

Publié le 4 août 2021
- A +

Par Michel Negynas.

Le Belgique compte 7 centrales nucléaires, gérées par Electrabel, filiale d’ENGIE. La transition énergétique prévoit d’arrêter le nucléaire en 2025… sauf que pour l’instant rien n’est prévu pour les remplacer. La situation est surréaliste.

En effet, ENGIE cherche depuis longtemps à vendre ces centrales. C’est logique, la stratégie d’ENGIE est de vendre du gaz. Mais bien évidemment, personne ne s’est présenté pour les acheter compte tenu des perspectives. Ironiquement, ce sont ses centrales nucléaires qui contribuent le plus aux bénéfices d’ENGIE en ce moment !

En fait, cette situation en soi est très dangereuse. Elle pousse les exploitants sans perspectives d’avenir à minimiser les frais de maintenance et conduit à une perte de compétence.

Le nucléaire représente actuellement 50 % de la production belge et le pays aurait 5 ans pour le remplacer par des centrales à gaz ! C’est quasi impossible compte tenu des délais administratifs et de construction. En outre, aucun investisseur n’était assez fou pour mettre son argent dans des centrales à gaz qui ne produiraient que lorsque les énergies intermittentes seraient défaillantes, avec des rendements dégradés du fait des variations brutales et incessantes que cela implique.

À l’instar d’autres pays comme la France, le gouvernement essaye de mettre en place un marché de capacités qui devrait à terme obliger les opérateurs d’ENR à subventionner de manière détournée les centrales à gaz. Mais c’est un peu tard.

Toutes les études montrent que si le programme est maintenu, la Belgique sera entièrement dépendante des importations et en outre, ne pourra qu’augmenter ses émissions de CO2.

Sacrilège ! Les centrales nucléaires font arrêter les éoliennes !

Par deux fois, une situation venteuse a créé un scandale en Belgique. Le 11 mars,  L’Écho titrait : « Quand les centrales nucléaires forcent les éoliennes à s’arrêter »

Évidemment, ce titre racoleur masque un article beaucoup plus nuancé. En fait, on le sait, la réglementation européenne impose aux réseaux électriques de prendre tous les MWh produits par les ENR intermittentes, même s’ils n’en ont pas besoin. Alors, que s’est-il passé ?

Eh bien il y avait beaucoup de vent. À plusieurs reprises, les éoliennes ont dû être arrêtées par mesure de sécurité. Mais la vraie cause est donnée plus loin dans l’article :

En effet, alors que le système électrique présentait un surplus d’énergie, il n’a pas été possible d’exporter cet excédent aux pays voisins. Il faut d’abord souligner que s’il y a un surplus d’électricité en Belgique en raison de conditions climatiques favorables aux renouvelables, il y a des chances pour que tel soit le cas chez nos voisins.

En voilà un bon résumé de problème fondamental des énergies intermittentes !

Et plus loin, on lit :

« Il y a eu un souci avec la plateforme permettant d’anticiper les achats sur le marché day-ahead (marché de court terme). De la sorte, les données par défaut ont été utilisées et les exportations ont été quelque peu limitées », nous explique une source bien informée. Sans bug, donc, il aurait été possible d’exporter davantage, d’autant plus que les prix belges, négatifs à ce moment-là, auraient sans doute intéressé les pays voisins connectés au réseau.

On remarquera qu’il ne semble pas étrange pour l’interviewé que les consommateurs belges subventionnent leurs exportations…

Et alors, pourquoi les centrales nucléaires, les traîtresses, n’ont pas réduit leur production ?

Nous ne pouvions pas prévoir un bug au niveau des interconnexions et rien ne nous indiquait qu’il allait falloir moduler nos unités.

Et quelles sont les conclusions générales tirées par l’auteur de l’article ?

Dans moins de cinq ans, les sept réacteurs du pays seront définitivement mis à l’arrêt. Et dans un premier temps, en attendant le plein développement du renouvelable, ce seront les centrales à gaz qui compléteront le mix de production. En outre, le pays devra pouvoir se reposer davantage sur les importations d’électricité, et donc, sur les interconnexions avec ses pays voisins.

Une phrase que ne renieraient pas nos décideurs français. Sauf qu’on se demande ce que le plein développement du renouvelable va changer au fait que sans vent la nuit, la production est nulle. En outre, il ne vient pas à l’idée de l’auteur que si trop de vent ne permet pas forcément les exportations car la situation est la même chez les voisins, pas de vent, à l’inverse, doit difficilement permettre les importations. Humour belge ?

Selon Pierre Henneaux, professeur spécialisé dans les réseaux électriques à l’ULB :

Pour éviter de devoir arrêter les éoliennes, il faudra développer le stockage, la numérisation des réseaux, améliorer et renforcer les interconnexions et flexibiliser au maximum la demande d’électricité. À terme, il faudra aussi rendre les systèmes plus fiables et trouver des solutions de secours dans chaque pays.

C’est tellement simple, il n’y aura qu’à…

Bis repetita

Le 28 juillet, le scandale se reproduisait. Cette fois ci, on n’hésite pas à tout mettre sur dos des centrales nucléaires, qui avaient pourtant été réduites… mais pas assez ! Il semblerait que pour des raisons de programmation de maintenance, certaines centrales nucléaires belges manquaient de bore, un ingrédient modérateur indispensable pour freiner la réaction.

Bref, il y a toujours une bonne raison pour ne pas remettre en cause le problème fondamental des énergies intermittentes et aléatoires : elles produisent toutes (à des prix bradés) ou rien (quand le prix est élevé) au même moment. Dans un vrai marché libéralisé, elles ne peuvent pas être rentables.

Alors quelle est la solution ? Belga nous la donne :

« Dans les années à venir, il y aura encore beaucoup plus d’énergie éolienne et solaire en Belgique », a déclaré le cabinet Van der Straeten. « Donc, cette situation deviendra de plus en plus courante. »
Selon le cabinet, cela montre qu’il est urgent  d’avoir des capacités de remplacement plus flexibles, comme les centrales électriques au gaz.

La particularité de la Belgique, c’est qu’elle clame haut et fort que les centrales nucléaires seront remplacées par des centrales à gaz, contrairement à la France qui reste discrète sur le sujet. Pendant ce temps là, l’Allemagne construit son gazoduc, Nordstream. Mais elle, elle remplace des centrales à charbon plus émettrices, elle passera pour le bon élève.

Transition énergétique : toujours les mêmes rengaines

Dans tous les pays d’Europe, on rasera gratis, grâce :

  • au numérique,
  • à l’intelligence artificielle,
  • à l’intrusion des mesures de consommation au sein des foyers et à des mesures liberticides,
  • à un stockage à partir de technologies qui n’existent pas encore et qui n’existeront sans doute jamais à hauteur des enjeux,
  • en comptant sur les pays voisins pour résoudre ses propres problèmes.

Pourtant, il existe une règle économique simple et facile à comprendre : un produit qu’on achète sans être sûr de l’avoir est forcément bradé. En outre, au-delà d’un certain mix, les capacités ENR seront excédentaires aux besoins totaux en été ou les week-end. C’est déjà le cas en Allemagne : 120 GW d’ENR pour 50 GW de besoin. Il faudra bien les arrêter, lorsqu’on aura déjà arrêté tout le reste. À terme, leur taux de marche annuel ne peut donc que baisser. Et leur rentabilité aussi.

Cela devrait forcément mal se terminer, sauf pour les vendeurs de gaz.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • On pourrait remplace la « coercition » pour les consommateurs en fait la fin de la garantie contractuelle d’assurance d’avoir de l’electricité quand « on en souhaite » ç un prix fixé .. par un prix non garanti…

    le problème sera alors que les gens changeront leurs usages énergétique à quoi ça sert d’avoir un congélo? ou une pompe à chaleur? ou un auto? si je dois prévoir du » back up » à la maison.. certains usage de l’électricité peuvent attendre d’autres pas… on peut aussi changer les appareils.. ou avoir une capacité de stockage individuelle ( on aura des voitures électrique..donc un petit back up) .

    le concept de tarif .. donc la capacité pour consommateur de savoir à quel prix il peut chauffer sa soupe.( un peu avant l’ heure de la soupe) .a été un des moteurs de l’electrification des usages..

    un système de production purement intermittent est incompatible avec le maintien des usages actuels..

    les consommateurs continueront à consommer si il i y a un prix « assez » stable or
    pour avoir des prix stables, il faut avoir un système dédié..avec une capacité de production pilotable et adaptée aux usages plus marge de sécurité…

    l’idée que les usages peuvent être fluidifiés et les consommations différées, c’est facile à écrire dans un scenario de l’ex ademe…en pratique c’est TOUT changer de la vie courante. ça coute très cher..
    isoler sa maison pour diminuer sa consommation d’electricté dédiée au chauffage peut mettre des décennies avant d’etre intéressant.
    il est très amusant que les promoteurs de la transition energetique se plaisaient à insister sur le bas prix de revient des modes de production intermittents..et à promouvoir en même temps l’isolation… dont le rationnel économique tient à la spéculation à la hausse du prix de l’énergie pour se chauffer..

    que ne faut il pas faire pour cacher la vérité..appauvrissement programmé…inédit..

    transition energetique = appauvrissement materiel…. sauf miracle..

  • Développer le stockage de l’électricité en Belgique : avec des retenues d’eau sur pilotis? Car, à part le stockage en step,comme les lacs de barrage en France, je ne vois pas bien, et avec les technologies actuelles, et je ne pense pas à une rupture technologique avant au moins 20 ans. Qui croit économiquement aux supers batteries?

    • Cela fait le bonheur de la Suisse qui a développé des stations de pompage-turbinage grâce à son relief.
      Elle achète de l’électricité à l’Europe peu chère (voire même avec des prix négatifs) pour recharger ses barrages puis nous la revend très cher en cas de pic de consommation quand les ENR sont off.
      Le malheur des uns…

    • « le stockage en step,comme les lacs de barrage en France »
      C’est bien Coluche qui disait que les belges avaient des lacs en pente pour faire du ski nautique? On nous aurait menti?

    • Avec la Meuse, ils peuvent bien s’am(e)user …

  • En fait, ça fait depuis longtemps que l’on sait que les seuls qui se réjouissent de l’installation des éoliennes sont les vendeurs de centrales à gaz. Ce n’est pas pour rien que ce sont les plus actifs supporters de l’éolien.

  • « et renforcer les interconnexions et flexibiliser au maximum la demande d’électricité.  »
    Flexibiliser la demande càd organiser des coupures d’alimentation.

  • Un problème majeur quand on remplace les centrales classiques par du vent, c’est la stabilité du réseau.
    Un concept difficile à expliquer mais absolument critique pour la sécurité du réseau.

  • Quand un écolo vous cite des chiffres, Pour étayer, ses sommations, revendications et ultimatum , Il peut se tromper d’un facteur dix, cent, mille, Dix mille ….
    Il est dans l’inconscience la plus parfaite.
    Vérifié, au plus haut niveau, ministres inclus !

  • Les belges devraient payer pour le plagiat éhonté du système français, le fameux yaka.yfokon.yrespuka, si c’était le cas nos comptes au bout de peu de temps seraient à l’équilibre et même excédentaires . . . .

  • ôtez-moi d’un doute : le gaz, c’est bien une énergie fossile et non renouvelable ? Comme le pétrole ? Et le charbon ? Mais ça serait écolo-compatible ? Je ne comprend pas bien, là

    • Meuhhhhh non! vous savez bien que le gaz c’est propre! Et neutre en CO2 car neutre en carbone? Ah ben non! Zut alors!

      • Ou alors l’idée, c’est de fabriquer de l’hydrogène avec les excédents d’électricité renouvelable/éolienne/photovolt… et de la brûler ensuite dans les centrales à gaz. Pour le rendement énergétique, pas besoin de faire le calcul: c’est nul (voire négatif)!

        • Le prix négatif c’est le client « normal » – c’est à dire nous- qui le payons, mais en positif, si vous voyez ce que je veux dire.

          • Et oui, quand il y a dépense inutile, il y a toujours des c**s qui payent les factures…

            Certains devrait se souvenir que les mêmes c**s mettent aussi un bulletin dans l’urne de temps en temps… A bon entendeur…

    • « ‘intelligence  » je ne dirais pas ça.. ce sont des décisions économiques..

      vous remarquez d’ailleurs qui si tout le monde trouve intelligent de se passer de petrole pour se chauffer voire pour rouler… la tension sur le pétrole est levée..

      économie donc spéculation..or spéculer quand les politiciens mettent la main sur un secteur..où par exemple ils peuvent se mettent à subventionner ceci ou cela parce quepar exmple le chauffage est un droit..et tout le monde doit payer pareil..

      Je doute que les choix de motorisation actuels des automobilistes reposent sur les reserves et les capacités de raffinage, les investissements effectués etc .. mais sur les déclarations politiques..

      on peut laisser le cerveau de côté parfois..

  • Mais non vous vous inquiétez pour rien et réfléchissez trop… En Afrique, ils ont des délestages assez régulièrement et cela n’empêche pas leur économie d’être super performante ….

    Croyez aux escrologistes sans réflechir, c’est eux qui détiennent la vérité…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

Selon un rapport du 28 avril du « Centre for Research on Energy and Clean Air », bien que les volumes de ventes aient diminué, la Russie a presque doublé ses revenus issus de la vente de combustibles fossiles à l'UE pendant les deux mois de guerre en Ukraine grâce à la flambée des prix. La Russie a perçu sur cette période environ 62 milliards d'euros de ses exportations de pétrole, de gaz et de charbon, dont environ 44 milliards vers l’UE, ... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

La crise énergétique européenne de ce début 2022 est d’une gravité qui n’avait plus été connue depuis les chocs pétroliers des années 1970.

Mais contrairement à ce que la Commission Européenne tente de nous faire croire, les causes de cette crise ne sont pas principalement externes à l’Europe, et le conflit russo-ukrainien est loin d’en être la cause déterminante.

Depuis plus de 10 ans la Commission européenne n’a aucune stratégie ni aucune vision pour assurer à la ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le 20 mai 2022, l’émir du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani, a été chaleureusement accueilli lors de sa visite d’État à Berlin. L’Allemagne qui quémande du gaz ne pouvait pas faire moins quand on sait que le jour où Vladimir Poutine a annoncé la reconnaissance des républiques pro-russes du Donbass, le Qatar avait fait savoir qu’il avait des obligations avec des clients en Asie et qu’il n’y aurait pas assez de gaz pour satisfaire la demande des pays membres de l’UE. Le pays exporte à son maximum, tant la demande en ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles