L’impérieuse nécessité de renouer avec l’excellence française 

OPINION : au déclassement français, il faut opposer une résilience à toute épreuve en ne craignant pas que les moins aptes se sentent discriminés par l’institution.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Rafael Garcin on Unsplash - https://unsplash.com/photos/awZFc-nDoZg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’impérieuse nécessité de renouer avec l’excellence française 

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 juin 2021
- A +

Par Adnan Valibhay.

… D’où l’importance de l’école au cœur du régime républicain. C’est à elle qu’il revient de briser ce cercle, de produire cette auto-institution, d’être la matrice qui engendre en permanence  des républicains pour faire la République. République préservée, république pure, république hors du temps au sein de la République réelle, l’école doit opérer ce miracle de l’engendrement par lequel l’enfant, dépouillé de toutes ses attaches pré-républicaines, va s’élever jusqu’à devenir le citoyen, sujet autonome. C’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle Église, avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la Loi – Vincent Peillon –  La révolution française n’est pas terminée – page 17

L’ancien ministre de l’Éducation nationale retranscrit ainsi par ce paragraphe empli d’inspirations bibliques, l’ambition et la mission de l’école républicaine, laïque et obligatoire : donner continuellement à la patrie de nouveaux citoyens.

Cette visée n’est pas uniquement celle du XXIe siècle. Elle prend racine dans les lois Jules Ferry de 1882, mais également, du point de vue idéologique, dans les travaux de Ferdinand Buisson1. L’école est consubstantielle à la République.

Pourtant, la faillite de celle-ci joue aujourd’hui un rôle non négligeable dans la remise en question de l’identité de la France. Il importe alors de renouer avec l’excellence non pas républicaine, mais française pour contribuer à rendre à la France sa grandeur.

Le déclin des hussards noirs de la République

De la fin des années 1960 jusqu’à nos jours, l’éducation s’est considérablement massifiée de sorte que le pourcentage de titulaires du baccalauréat connaît une croissance exponentielle2. Cette réussite ne se limite pas au seul enseignement secondaire, elle s’étend également à l’enseignement supérieur.

Ce succès cache toutefois une réalité bien moins glorieuse : celle d’un nivellement par le bas de la qualité de l’éducation.

À l’école primaire

Les performances en mathématiques et en sciences y connaissent un déclin inéluctable tant dans les classements internationaux3 que dans les études nationales officielles4.

La langue française elle-même n’est pas épargnée.

En 2015, le ministère de l’Éducation nationale organise une dictée test pour des élèves de CM2 dont le constat est sans appel : 17,8 fautes en moyenne contre 14,3 en 2007 et seulement 10,6 en 19875. Les attentes des programmes scolaires qui deviennent de moins en moins exigeants6 en la matière peuvent certainement apporter un début d’explication à cette baisse de niveau. Cet effondrement est non seulement nuisible pour les élèves eux-mêmes7 mais il l’est aussi pour la langue qui s’appauvrit considérablement : l’imparfait du subjonctif, très populaire parmi les écrivains et les orateurs au XIXe et XXe siècles disparaît et des programmes scolaires et des habitudes linguistiques des français. Le passé simple semble suivre le même chemin.

Cette réalité est si dérangeante qu’elle est même dissimulée par le biais de la disparition progressive des notes chiffrées8. Bien que cela puisse partir d’une bonne intention visant à ne pas stigmatiser les élèves les moins efficients académiquement, cette bienveillance se révèle perverse notamment parce qu’elle leur attribue des résultats et des diplômes de plus en plus dépourvus de valeur.

Les conséquences d’un tel choix en matière d’éducation sont nuisibles car elles relativisent l’exigence vis-à-vis de l’enfant, le confortant ainsi dans son ignorance tout en le préservant du moindre effort. D’autant plus qu’il est inacceptable de renoncer à la maîtrise des savoirs fondamentaux, -parler, lire et écrire-, car rien ne justifie que les enfants d’aujourd’hui soient moins armés que ceux d’hier.

Au collège et au lycée

Le constat n’est pas moins alarmant. Les programmes d’histoire sont désormais si lacunaires sur le sujet du roman national9, lequel est pourtant essentiel à l’harmonisation de la jeunesse, qu’ils parviendraient aisément à rallier, à titre posthume, Jules Michelet et Jacques Bainville, respectivement historiens du roman national, républicain pour le premier, royaliste pour le second. Les humanités aussi tendent à être de plus en plus négligées si bien que le niveau global de culture générale au sortir du lycée est en chute libre.

La langue et le savoir-être sont eux aussi délaissés au profit d’un sabir et d’une tenue détestables. L’Éducation nationale a ainsi failli dans sa mission de transmission en laissant les jeunes dans une situation d’emprisonnement face à leur condition initiale.

L’enseignement supérieur

Il est également frappé par ce phénomène de massification pernicieuse qui s’exprime de différentes manières. Les anglicismes sont de plus en plus fréquents si bien que les jeunes diplômés participent eux aussi à l’appauvrissement de la langue française lequel joue un rôle important dans le morcellement des jeunesses.

Les matières culturelles sont délaissées, tant dans les filières techniques que dans les filières générales si bien qu’aujourd’hui très peu de personnes connaissent l’Évangile, un texte que Jean Jaurès, diplômé de l’École Normale Supérieure, peu connu pour son cléricalisme, connaissait sur le bout des doigts10.

L’échec, tout le moins, la perception d’une certaine incapacité des élites françaises, diplômées pour la plupart des grandes écoles, est également à souligner, car c’est elle qui a abouti au mouvement des Gilets jaunes qui n’est lui-même que la face visible d’une crise, plus grave, de l’autorité.

Renouer avec l’excellence française

Délaisser la vocation morale de l’école

Les parents ont le devoir de transmettre à leurs enfants un savoir-vivre en société sur lequel l’école ne doit plus s’attarder. C’est ainsi que tous les objectifs moraux promus par le ministère de l’Éducation nationale comme par exemple la sensibilisation à la sécurité routière ou aux inégalités de genre doivent cesser au plus vite pour que les enseignants puissent se concentrer sur l’éducation au sens strict de leurs élèves afin de faire d’eux des hommes libres, accomplis, mais dévoués à leur communauté.

Transmettre aux enfants la fierté d’être Français

Pour que les enfants d’aujourd’hui deviennent les Français de demain, il est nécessaire de les attacher à leur patrie. L’action de Jean-Michel Blanquer doit, à cet égard, être soulignée. Rendre obligatoire le drapeau français en salle de classe, c’est rendre à chaque Français la possibilité de constater à quelle nation il appartient. Les étendards sont un bon début, mais il faut encore persévérer en imposant des chants patriotes lors d’occasions telle que la rentrée des classes notamment.

Apprendre aux enfants ce qu’est la France

Pour aimer la France, encore faut-il la connaître, en apprendre l’Histoire. En ce sens, le roman national doit être de nouveau au cœur des programmes scolaires. Jacques Bainville, Ernest Lavisse, Jules Michelet doivent être réhabilités. L’Europe, tout le moins sa civilisation, et non pas uniquement ses valeurs, gagnerait à être affirmée à l’occasion d’enseignements culturels spécifiquement dédiés.

Renouer avec des savoirs fondamentaux exigeants

Au déclassement français, il faut opposer une résilience à toute épreuve en ne craignant pas que les moins aptes se sentent discriminés par l’institution.

Pour ce faire, la dictée doit être impérativement sollicitée par les enseignants en ce qu’elle permet d’assurer une maîtrise de la langue exempte de défauts dès lors qu’à force de répétitions et d’efforts, cet exercice se trouve surmonté.

Les mathématiques, doivent également revenir en force en étant enseignées sans qu’aucune concession ne soit faite à la médiocrité.

Rétablir le prestige de l’Université

Que les classes préparatoires aux grandes écoles soient peu ou prou les seules filières dites d’excellence est insupportable. La sélection à l’entrée des facultés doit être encore plus accrue, plus encore que celle prévue par la loi ORE. Les redoublements de confort ne sauraient être permis de même que l’enseignement d’idéologies anti-françaises, comme le décolonialisme ou les études de genre.

Pour y faire face et captiver les étudiants, en plus de leur assurer une professionnalisation pérenne, l’enseignement supérieur, y compris les grandes écoles, doit assurer des cours de civilisation européenne et pourquoi pas des modules entiers consacrés à l’art de vivre à la française.

  1. Le dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Ferdinand Buisson, 1880
  2. 69 % de personnes sont diplômées du baccalauréat en 1970, contre 88,3 % en 2018, pour finalement atteindre 95 % en 2020.
  3. La France est notamment avant-dernière du classement international Timss sur l’enseignement des mathématiques et des sciences.
  4. En 2017, la reprise d’une enquête initiée en 1987, portant sur le calcul en fin de CM2, permet de comparer les performances des élèves à trente ans d’intervalle. Cette enquête donne des résultats à quatre temps de mesure : 1987, 1999, 2007 et 2017. Entre 1987 et 1999, les performances des élèves avaient fortement baissé. Cette tendance s’était atténuée entre 1999 et 2007. Dix ans plus tard, on assiste à une baisse des performances des élèves moins marquée cependant qu’entre 1987 et 1999. MENJ-DEPP, enquête « Lire, écrire, compter »
  5. Les performances en orthographe des élèves en fin d’école primaire (1987-2007-2015), Note d’information, DEPP
  6. Les programmes scolaires 2016 du cycle 3 (CM1, CM2 et 6e) prescrivent l’enseignement du passé simple uniquement aux troisièmes personnes.
  7. Selon un sondage Opinionway réalisé auprès de 200 directeurs des ressources humaines, 52% d’entre eux affirment qu’un faible niveau orthographique et grammatical peut mener à un rejet de candidature. 15 % estiment même que c’est un frein à une promotion.
  8. En 2014, le jury de la conférence nationale sur l’évaluation s’est prononcé en faveur de l’abandon de la notation chiffrée pour les cycles 1, 2 et 3 – sixième incluse.
  9. L’expression « roman national » est une expression popularisée par Pierre Nora en conclusion de ses Lieux de mémoire. L’historien l’a empruntée à un sociologue, Paul Yonnet, mort en 2011 et auteur en 1992 du Voyage au centre du malaise français, l’antiracisme et le roman national. Dans cet ouvrage, il soutient la thèse d’un effondrement du récit national par l’émergence, dans les années 1980, de l’antiracisme adossé aux droits de l’hommisme. Il y évoque une diabolisation du roman national par les élites françaises, en lien avec une France alors dominée par la gauche au pouvoir et marquée par le renoncement à la grandeur, au sens et à la remise en cause de l’ordre dominant. Il décrit l’antiracisme comme « une utopie de substitution » et parle d’une « utopie panethnique » ayant succédé à l’utopie marxiste. La xénophilie dominante confine à la haine de soi et écarte l’idée d’une assimilation républicaine.
  10. On pourrait arguer qu’il s’agit là de connaissances religieuses mais l’argument est fallacieux tant cet ensemble de savoirs appartient à ce qui constitue le cœur de la culture française, tant celui-ci influe encore nombre de concepts laïcs clés comme l’est notamment la défense de la dignité humaine.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • que l’état se mêle de ce qui ne le regarde donc pas…mais pour une cause jugée bonne .

    un état qui s’occupe d’éducation est tenté de promouvoir l’etatisme si ça nest pas necessaire.
    l’étatisme n’est pas synonyme de « stagnation » ou de « progrès ».. dans quelque domaine spécifique que ce soit..

    vous sacrifiez infailliblement la liberté individuelle ,celle des prétendus imbéciles vaut celle des prétendus intelligents.
    vous sacrifiez l’idée que c’est aux parents de décider de l’education et vous sacrifiez les cultures..

    foutu instituteur, que j’aimais bien d’ailleurs, qui nous forçait à ne parler patois, ne savait pas nous tirer vers le haut sans mépriser le boulot de nos parents.. nous appartenait ce qu’etait la culture et l’art, clairement n’ous n’en avions pas..

    le grand plan de mao pour augmenter la production d’acier de la chine..
    l’urss est la conquête spatiale.
    les médecins cubains..

    la fascination des « scientistes  » pour la chine..

    l’excellence des français et entreprises françaises qui auront bossé pour ça et l’auront choisi.

    par quelle miracle d’ailleurs la france serait elle « meilleure » que les autres?? en tout?

    ouin y’a pas de vaccin français ( ou n’importe quoi d’autre jugé un bon truc moderne de d’avenrir) , l’etat doit faire quelque chose…

    • l’imperieuse nécessité de n’empecher ni la médiocrité ni l’excellence en somme..

      euh notre « médiocrité collective » trouve un de ses explication dans le désir des politiques de nous faire atteindre l’excellence ici ou là…

      ah bas l’égalitarisme, tant mieux si on finit égaux, ..par exemple à bas le le collectivisme vive les projets collectifs libres..

      si une bande de loustic trouve son bonheur en vivant tous égaux à sucer des clous dans un clapier à lapin..GRAND bien leur fasse..

      si on me force à participer à des projets d’exellence collective ça me fait chier..

  • Intéressant mais il manque selon moi l’essentiel : abolir le (quasi) monopole de l’instruction détenu par l’éducation nationale.

  • Les limites du Roman National se tiennent au fait que ce dernier raconte l’histoire de manière biaisée. Or, c’est justement ce que l’on fait maintenant dans l’autre sens. L’enseignement de cette matière devrait être neutre et factuel: que ce soit la colonisation, la décolonisation, les diverses périodes monarchiques…tout devrait être factuel, comme pour une démarche scientifique.

    Pour ce qui est des chants patriotiques obligatoires, force est de constater que cela relève plus du par coeur que de la vraie fibre patriotique des élèves.

    Pour améliorer le système, on pourrait simplement donner l’autonomie aux établissement avec un chèque scolaire aux familles. Ça marche bien l’autonomie en Estonie (certes un petit pays mais ce n’est pas un argument). Avec ce système, les parents pourraient choisir entre une école « patriotique » (avec levé de drapeau et chants militaires), bilingue, à l’ancienne, montessauri…
    On pourrait aussi s’inspirer grandement de la Suisse où 1/3 des élèves ne vont pas jusqu’au bac mais apprennent un métier. De plus, la reprise d’études supérieures est totalement possible. Résultat: 3% de chômage.

    Pour la branche patriotique, pourquoi ne pas revenir sur le service obligatoire comme en Suisse ou Israël? Mais il faut avoir la possibilité comme avant de finir au trou ou de manger un coude du sergent en cas d’irrespect ou de désobéissance…

  • Un peu d’expérience personnelle :
    J’ai fait ma 5e aux USA, avec serment d’allégeance au drapeau tous les matins. Ca ne m’a pas rendu le moins du monde excellent. Ce qui m’a en revanche largement profité a été la reconnaissance par certains enseignants de mes qualités et de mes efforts individuels, même lorsqu’ils ne compensaient pas mes faiblesses et mes défauts. Le sentiment d’appartenance à une nation américaine d’excellence, à laquelle je n’appartenais d’ailleurs pas, n’aurait été qu’un encouragement à la paresse et à l’attente du tout cuit tombant du ciel. On n’embrigade pas dans l’excellence, on doit au contraire offrir une reconnaissance appropriée à ceux qui font l’effort individuel de s’y élever.

  • « L’école est consubstantielle à la République. »

    c’est bien là le problème !

  • Si l’excellence française doit réserver la part belle à la connaissance du répertoire « patriotique et cocardier » ainsi que celle du roman national, cela promet surtout un regain de popularité aux blagues françaises (le pendant des blagues belges).

    L’excellence n’a jamais été l’admiration pour un état, surtout si celui-ci se mêle plus souvent qu’à son tour de ce qui ne le regarde pas et n’a jamais été non plus la croyance en une histoire pervertie dont on vous fait croire que vous êtes le héros sans peur et surtout sans reproches. Il est parfaitement possible de contrer les délires droit-de-l’hommistes et la mode actuelle du repentir par des arguments plus solides que « nous sommes les plus beaux et les plus forts ».

    Par contre l’article est très pertinent sur les exigences en chute libre et ce que dit Koris quelques posts (désolés pour le franglais !) plus haut à propos de la Suisse est un modèle qu’il serait souhaitable d’implanter.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rite républicain auquel plus personne ne croit, le bac continue d’occuper les marronniers de début juillet. Le score de réussite frôle les 100%, sans que les vrais problèmes de l’éducation ne soit abordés.

Depuis la réforme du lycée de Jean-Michel Blanquer, le bac ne s’est jamais déroulé dans des conditions normales. Cette année encore, certaines épreuves intermédiaires ont été reportées. Le grand oral a pourtant eu lieu, durant lequel l’élève récite cinq minutes durant un texte qu’il a eu plusieurs mois pour préparer. Les scores de ré... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

parcoursup
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Nous l’évoquions dès novembre, au moment où la réforme Parcoursup a été annoncée, le risque de crash était majeur. Il fut moins important que ce que beaucoup craignaient, mais bien là. Dès 18 heures, au moment de l’ouverture de la plateforme, les lycéens se sont rués pour voir leurs résultats, provoquant un bug du site puis le bug des sites de débordement. La normale est revenue dans la soirée.

Seule la moitié des lycéens a eu des réponses positives, contre plus des trois quarts avec l’ancien système, APB.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles