Une expérience d’expat’ au Mexique par temps de covid

Comment se passe la vie au Mexique, en temps de crise sanitaire où, dans nos contrées, les restrictions parfois absurdes règnent toujours ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mexique, mai 2021 - Photo de collection privée

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une expérience d’expat’ au Mexique par temps de covid

Publié le 18 juin 2021
- A +

Un entretien dirigé par Justine Colinet.

Suite à la pandémie, plus précisément suite aux restrictions qui en ont découlé, l’hôtel bruxellois dans lequel Marion travaillait a été contraint de fermer ses portes depuis la fin du mois de décembre 2020. Au mois de mai 2021, la réouverture n’a pas pu avoir lieu. L’hôtel espère désormais pouvoir ouvrir à nouveau en juillet avec, peut-être, le retour d’une activité touristique rentable à Bruxelles.

Sachant qu’elle ne retrouverait pas son activité professionnelle avant cela, Marion a décidé de partir au Mexique, où des connaissances lui avaient précisé que le pays acceptait l’arrivée de touristes sans trop de restrictions.

Nous nous sommes donc intéressés à ce voyage au Mexique qui aura duré plus d’un mois, en temps de crise sanitaire où, dans nos contrées, les restrictions parfois absurdes règnent toujours. Voici donc les réponses de Marion pour nous éclairer sur la manière de vivre ailleurs, malgré la covid.

Quelles sont les plus grosses différences entre la gestion de crise à la française/belge et la gestion de crise au Mexique ? Quelles sont les mesures sanitaires imposées ?

Certaines villes au Mexique, une minorité, imposent toujours un couvre-feu à 23 heures ou 23 heures 30, celui-ci est globalement bien respecté par la population et les touristes.

En ce qui concerne l’arrivée dans le pays, il n’y a pas eu de conditions spécifiques à respecter, pas de quarantaine. Je suis donc arrivée à Cancun, puis à Playa del Carmen plus précisément.

Là, ce fut un peu la surprise, une agréable surprise : tout le monde vit, tout simplement ! La joie de vivre y est quasiment incroyable, vu ce à quoi nous sommes désormais habitués en Belgique. On y fait la fête, les restaurants, bars, discothèques sont ouverts sans jauges maximales d’occupation des lieux.

On y impose souvent la désinfection des mains au gel hydroalcoolique. À l’entrée de certains lieux fréquentés comme les magasins, on prend la température des clients avant de les laisser entrer.

Certaines incohérences demeurent malgré tout : lorsque l’on fait la file pour entrer en boîte de nuit, il est demandé de porter le masque et de se désinfecter les mains, mais une fois à l’intérieur, le port du masque et la distanciation ne sont plus obligatoires.

Mis à part dans les lieux dansant, les gens continuent de porter le masque dans certains endroits publics comme les rues très fréquentées, les marchés, les magasins.

Dans les villes où il n’y a pas de couvre-feu, les bars et restaurants sont autorisés à rester ouverts et accueillir leurs clients aussi longtemps qu’ils le souhaitent.

Tout le monde peut-il travailler librement au Mexique à l’heure actuelle ? Tous les secteurs d’activité sont-ils accessibles ?

Oui, tout le monde travaille librement et absolument tous les secteurs d’activité sont accessibles. Je me suis entretenue avec des Mexicains et la raison à cela est simple : ils travaillent pour vivre.

S’ils n’ont pas de travail, ils ne peuvent pas continuer de vivre dignement, il n’est pas question là-bas de compter sur l’une ou l’autre aide de l’État. Tu travailles ou tu meurs.

Financièrement, comment as-tu eu l’impression que le pays s’en sortait par rapport aux pays européens ?

Les Mexicains sont très étonnés que les aides du gouvernement en Belgique ou en France puissent se prolonger depuis maintenant plus d’un an. Là-bas, pendant la courte période où les frontières ont été fermées, la plupart des travailleurs ne gagnaient presque plus d’argent et ils ne recevaient pourtant aucune prime de l’État.

Comme ce pays dépend très fort économiquement du secteur touristique, lorsque les frontières ont été fermées l’année passée, beaucoup de travailleurs en difficulté se sont d’ailleurs reconvertis en chauffeurs de taxi notamment, et ont migré vers les plus grandes villes du pays pour pouvoir continuer à gagner leur vie.

Si tu as avais eu le choix, aurais-tu passé toute la période de crise au Mexique ?

Évidemment, si j’avais pu me le permettre, j’aurais volontiers passé toute la crise au Mexique, tout simplement pour retrouver de la normalité, de la vie !

Le peuple mexicain, en plus, a besoin de cela pour vivre. La vie ne s’y est pas arrêtée à cause du virus. Si cela avait été le cas, c’est une grande partie de la population qui aurait disparu, ou du moins qui en aurait souffert énormément. Entre le risque de contracter la covid ou mourir de faim, les Mexicains ont choisi de continuer à vivre le plus normalement possible.

Au Mexique, on danse, on chante, on fait la fête, on dort dans des dortoirs avec une dizaine d’autres personnes, on rencontre des gens qui veulent nous serrer les mains, nous faire des accolades… Si on en croit les mesures sanitaires belges et françaises, toutes les conditions seraient réunies pour former des clusters et relancer dangereusement l’épidémie. Pourtant, aucun voyageur ayant partagé un bout de chemin avec nous ni aucun des amis avec qui je suis partie n’a été testé positif. On s’est évidemment posé la question : ces restrictions imposées depuis plus d’un an sont-elles réellement efficaces ? Sont-elles pertinentes ? Est-ce que cela a un sens de continuer sur cette voie ? Va-t-on se rendre compte de l’absurdité de certaines mesures, prendre du recul et les réévaluer ?

Quelles ont été les difficultés liées au départ/retour du Mexique ?

Pour le départ, je n’ai pas connu de restriction spécifique pour entrer au Mexique. On m’a demandé à la douane les raisons de mon voyage, j’ai dit que je venais pour du tourisme, et l’affaire était réglée ! Il n’y a pas eu de demande de test PCR, ni de quarantaine obligatoire.

Pour le retour, ce fut un peu plus compliqué. J’ai dû obtenir un test négatif pour pouvoir rentrer en Belgique. Le testing au Mexique y est moins développé et l’attente est plus longue qu’en Belgique pour obtenir les résultats, il faut compter 48 à 72 heures pour les recevoir. Mon test était négatif.

J’ai alors dû remplir un formulaire qui m’obligeait à me faire tester à nouveau à mon arrivée en Belgique, et une troisième fois après sept jours de quarantaine. Ces tests étaient à nouveau négatifs. S’ils avaient été positifs, j’aurais dû prolonger la durée de la quarantaine imposée.

Qu’est-ce que ton expérience au Mexique t’as montré sur la gestion de la crise en Europe ?

J’ai eu l’impression de vivre dans un autre monde. Je pense même que j’aurais dû partir au Mexique plus tôt au lieu de me morfondre en Belgique, privée de travail et d’une quelconque activité complémentaire.

En Belgique, la vie tourne désormais autour du virus, des variants, du nombre de contaminés, d’hospitalisés, de fermetures, réouvertures, reconfinement, déconfinement… Les médias et les gens ne parlent pratiquement que de ça.
Au Mexique, il y a certes des affichages de prévention, le port du masque à certains endroits, la désinfection des mains, mais la vie a repris son cours.

Tous les voyageurs que j’ai rencontrés qui découvraient librement le Mexique puis décidaient de changer de pays ou de rentrer dans leur pays d’origine étaient priés de passer un test. À chacune de mes rencontres, la même réponse : le test était négatif. C’était un peu surprenant pour moi, venant de Belgique où les restrictions sanitaires sont tout de même très strictes et parfois clairement insensées et où malheureusement on prend l’habitude de vivre dans la précaution extrême voire même la peur du virus.

Les Mexicains sont souvent choqués par les importantes restrictions auxquelles nous avons droit, ils ne comprennent pas ce qui justifie autant de privation de liberté. Je pense qu’on peut se poser la question : d’un côté la Belgique ou la France sont-elles dans l’abus de précautions et de restrictions, d’un autre le Mexique est-il trop laxiste en ce qui concerne les mesures sanitaires ? Dans les deux cas, le virus circule, mais au Mexique, les citoyens continuent à vivre, à circuler librement, à travailler.

Là où il est certain que nous pouvons prendre exemple sur le peuple mexicain, c’est pour leur joie de vivre et leur détermination face aux difficultés. Ils ne se sont pas apitoyés sur leur sort, ils n’ont pas laissé place à la panique, ils n’ont pas mis toute leur existence en pause. L’humain a des besoins sociaux, des besoins de perspective d’avenir, et le gouvernement mexicain a choisi de préserver ces besoins vitaux.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  •  » au Mexique , la vie ne s’est pas arrêté à cause du virus « …en France oui , ce qui a permis au gouvernement de jouer au père noël en balançant à tout va de l’argent qu’il n’avait pas , geste qui a toujours plut à beaucoup de français ;

  • Merci pour votre témoignage. Dommage qu’il ne soit pas relayé à grande échelle…

  • Un titre inapproprié. Qui devrait être : « Mon expérience de touriste au Mexique ».
    L’expat est un travailleur aidé par sa boite, l’émigré l’est par lui ou elle-même. Et il faut plus d’un mois pour savoir quelque chose de pertinent du pays.
    Ceci étant, pourquoi se sent-on plus libre en partant de France ?

    • « Et il faut plus d’un mois pour savoir quelque chose de pertinent du pays. »
      Vraiment?

      Comme c’est pratique de balayer ainsi d’un revers de la main un témoignage gênant. 🙂
      Il faut rester plus d’un mois dans un pays pour apprécier comment vit la population de ce pays exposée au même virus si « dangereux » vanté par nos médias subventionnés?

      • Vous vivez en Amérique latine ? Moi si, depuis 10 ans.
        En un mois de vacances vous n’aurez qu’une vue parcellaire. D’ou la suggestion de modification du titre.
        L’expatriation c’est autre chose. Vous avez le temps d’apprendre qui dans vos contacts va a l’hosto ou pas.
        Pour le reste chacun son opinion. Saludos

        • « Vous avez le temps d’apprendre qui dans vos contacts va a l’hosto ou pas. »
          Pour ce genre de détail, évidemment.

          Un mois n’est pas qq jours, cela n’empêche pas d’avoir une idée du fonctionnement de la société et du retentissement global sur la situation économique de la population. cf témoignage de NicolasT plus bas.

          Quant à la situation sanitaire, une courbe du nombre de cas positif, d’hospitalisations et surtout de décès donne une bonne image factuelle sans pouvoir en apprécier le retentissement psychologique, je vous l’accorde. Cela dit, je ne pense pas que ce retentissement psychologique soit plus désastreux dans une population libre de ses choix et de ses actes que dans une population contrainte, matraquée de messages anxiogènes et de mesures changeantes et toutes plus contradictoires les unes que les autres.
          Dans cette dernière situation, seuls les anxieux ayant sans arrêt besoin d’être maternés, y trouvent leur compte au détriment de la majorité de la population.

          • Encore une fois, je mets en cause le mot « expat » dans le titre.
            Vous êtes vraiment lourds de vouloir ou pouvoir en rester là.

  • Et quand on compare avec le nombre de morts attribués au covid, le Mexique s’en tire un peu mieux que les pays restrictifs comme la France ou l’UK…
    https://ourworldindata.org/covid-deaths

    Quel a donc été l’intérêt de tout ce qui nous a été imposé à part donner un peu plus les coudées franches à ceux qui nous dirigent?
    On ne fera pas l’économie d’un bilan critique de la politique sanitaire française…

    • Ou pas… Ceux qui sont censés rendre public ce bilan sont ceux qui ont promus les mesures.

    • l’äge des morts du covid! …pour comparer il faut à tout le moins normaliser par l’âge …et les morbidités.. l’age moyen au mexique est dans les 29 en france 42..

      la part de plus des 65 ans en France 19, 6 % dans les 7,26 au mexique

  • dans quel domaine travaillez-vous ?

  • Il faudrait envisager la téquila à la place du gel hydro-alcoolique.., ?

  • Merci pour votre témoignage Justine.

    Je suis Francais expatrié à Puerto Vallarta sur la côte pacifique depuis maintenant 9 ans et mon constat est en tout point en ligne avec le vôtre.

    Expliquer au amis et aux proches habitant en France la situation au Mexique est difficile compte tenu des choix opposés entre les deux pays (sur l’école et les commerces).

    J’ai fermé mon entreprise 10 jours seulement à cause du Covid, et comprenant que je ne tiendrai pas la distance en restant fermé, j’ai réouvert et sauvé mon entreprise, et par la même occasion 3 emplois.

    Cela fait un an que nous vivons normalement ici avec le port du masque et le gel hydroalcoolique, mais sans limitations de liberté.

    Et la presse qui reste muette et qui s’abstient de comparer le résultat entre le Mexique et la France, avec des mesures prises totalement opposées, cela laisse rêveur.

  • Témoignage d’un résident à qui j’ai envoyé l’article. Il m’a répondu ceci :

    « A Mexico et dans la zone montagneuse où je vis, tout le monde porte des masques à l’extérieur, et les rassemblements étaient interdits.

    Les restaurants appliquent la distanciation sociale (tables séparées).

    Désinfection des chaussées, gel et prise de température à l’entrée de la plupart des magasins.

    Dans certains magasins, une seule personne par famille peut entrer.

    Ou une seule personne peut passer en caisse ou au guichet.

    1,5 m de distance entre les clients.

    Mais en effet aucun restaurant ni magasin n’a fermé.

    Pour que les commerces soient fermés ici, il faudra une fièvre hémorragique type Ebola, non une grippette.

    Et de toute façon, comme une partie substantielle de l’économie est ‘informelle’ (dans mon Etat pauvre, ils évoquent a priori 80% !), si tu ne travailles pas, tu ne manges pas.

    No trabajas, no comes. »

  • notez…les gens ne font jamais « rien »…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’inflation présente depuis quelques mois inquiète : est-elle durable ? Provoquera-t-elle une crise ? Tantôt expliquée par la reprise économique mondiale après les confinements, tantôt justifiée par la guerre en Ukraine. Il semblerait que l’inflation provienne d’un mal bien plus profond qui oblige à une observation des politiques menées sur la dernière décennie.

 

2012 : la zone euro est exsangue

Tout commence le 26 juillet 2012. Mario Draghi, gouverneur de la BCE, déclare que la banque centrale sauvera l’euro « whatever it... Poursuivre la lecture

Les propos tenus par Joe Biden lors de l’émission 60 minutes sur CBS dimanche dernier ont provoqué quelques remous au sein du monde des médias comme de la santé.

 

“The pandemic is over. We still have a problem with COVID. We’re still doing a lot of work on it. But the pandemic is over,” President Biden tells 60 Minutes in an interview in Detroit. https://t.co/7SixTE3OMT pic.twitter.com/s5fyjRpYuX

— 60 Minutes (@60Minutes) September 19, 2022

« La pandémie est terminée. Nous avons t... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles