La CEDH, un virage progressiste inquiétant

Depuis une vingtaine d’années, les jugements de la Cour européenne des Droits de l’Homme ont acquis une forte connotation politique et idéologique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Cour européenne des Droits de l'Homme BY Outlandos [ym] (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La CEDH, un virage progressiste inquiétant

Publié le 29 mai 2021
- A +

Par Gabriel Collardey.
Un article de l’Iref-Europe

La Cour européenne des droits de l’Homme est née en 1950 de la volonté des États membres du Conseil de l’Europe. Elle assure l’application juridictionnelle de la Convention de sauvegarde des droits et des libertés fondamentales. Cette Convention contient peu d’articles, une vingtaine en tout, auxquels s’ajoutent 16 protocoles. La France, pays des droits de l’Homme, ne l’a ratifiée que tardivement, en 1974.

Elle s’assure que les États qui y adhèrent respectent leurs obligations en matière de droits et libertés fondamentales. Chaque justiciable lésé dans son pays d’origine peut saisir la Cour pour demander réparation.

Le tournant progressiste de la Cour au mépris du droit

Cependant, depuis une vingtaine d’années, les jugements de la Cour ont acquis une forte connotation politique et idéologique. Au travers du développement de l’amicicuriae (ami de la cour), l’institution est devenue un haut lieu de recours pour les ONG militantes et progressistes.

Or la mission principale de la Cour n’est pas de juger le respect des droits et des libertés fondamentales au regard de critères progressistes ou conservateurs mais de dire le droit. Sur les questions aussi sensibles que l’avortement ou l’euthanasie, la Cour s’est déclarée incompétente. Pourtant, l’article 2 de la Convention dispose du droit intangible à la vie.

En revanche, sur des questions comme la GPA ou le droit d’asile, elle n’a pas adopté la même réserve. Dans les jugements Mennesson contre France et Labasse contre France (2014) la Cour a légitimé la reconnaissance civile d’un enfant né à l’étranger de GPA, alors que le droit civil français interdit cette pratique. L’État français pouvait absolument refuser la reconnaissance en droit interne du lien de filiation entre les enfants ainsi conçus et les parents d’intention.

Par ces deux arrêts, la CEDH a donné un blanc-seing à l’homologation officielle et légale des contrats de GPA faits à l’étranger. La Cour de cassation a dû s’y soumettre et a modifié sa jurisprudence dans le sens de la CEDH. Pour motiver sa décision, elle a argué que le refus de reconnaître ces enfants GPA violait l’article 8 de la Convention.

Cependant, il paraît difficile d’établir un lien plausible entre GPA et respect de la vie familiale. Sur cette problématique qui touche à un principe aussi sensible que la dignité humaine la Cour aurait dû faire preuve de réserve. Les parents d’intention contreviennent sciemment à la loi française. Ils auraient dû en assumer les conséquences. En interprétant aussi largement l’article, la Cour tord le droit dans une visée politique.

La question du conflit d’intérêt entre les juges et les ONG qui soutiennent les requérants

Ce virage progressiste est à mettre en perspective avec le rapport publié l’année dernière par le Centre européen pour le droit et la justice1. Dans ce rapport peu relayé par la presse française, l’association dénonce les liens d’intérêts entre certains juges et des ONG puissantes.

Entre 2009 et 2019, 22 des juges nommés par l’Assemblée du Conseil de l’Europe, avaient été membres ou avaient collaboré avec une des sept ONG appartenant au réseau Open Society Foundation. Ces associations sont nommément mises en cause dans le rapport. Le manque de transparence sur les activités passées des juges pose alors une question d’éthique.

En effet, depuis 2009, ces sept ONG ont été parties prenantes dans 185 affaires, soit en tant que requérantes soit en tant que tierce partie. Sur ces 185 affaires, le rapport dénombre 88 cas indiscutables de conflits d’intérêts. Sur les 22 juges liés de près ou de loin avec une des ONG mentionnées, au moins 18 ont siégé au cours d’une de ces 88 affaires. Ils ont ainsi bafoué toutes les règles déontologiques attachées à leur fonction.

Dans l’affaire Big Brother Watch contre le Royaume-Uni, il s’est avéré que dix des 17 requérants étaient financés par l’Open Society Foundation. Or six des 17 juges qui siégeaient dans cette affaire étaient d’anciens collaborateurs de la fondation.

Un exemple qui illustre une certaine déconnection de ces magistrats par rapport aux règles d’éthique. D’autant que la jurisprudence de Cour dans l’arrêt Sacilor (2006) définissait précisément les conditions dans lesquelles un juge se trouve en conflit d’intérêt ; et que l’article 6 de la Convention protège le droit à un procès équitable.

Ces juges ne respectent donc ni les règles instituées par la convention ni la jurisprudence de leur institution.

Des propositions pour limiter les conflits d’intérêts

Les auteurs suggèrent quelques propositions à approfondir. Par exemple, éviter la nomination de militants aux postes de juges et rendre contraignants les avis consultatifs du Panel. Celui-ci a rendu neuf avis négatifs depuis sa création en 2010, sans résultat.

Dans l’optique de renforcer la légitimité des juges et leur impartialité, il faudrait rendre publics leur curriculum vitae et leur interdire de siéger dans le cadre d’affaires pouvant constituer un conflit d’intérêts. Le conseil consultatif du Conseil de l’Europe doit, dès lors, obtenir des compétences élargies, notamment en matière de déclarations d’intérêts des juges.

Il serait bon qu’un contrôle annuel soit exercé sur ces déclarations. Un tel mécanisme existe aux États-Unis pour les juges de la Cour Suprême. L’importance juridictionnelle de la CEDH fait que l’on est en droit d’exiger de l’Assemblée du Conseil de l’Europe, une sélection rigoureuse des juges.

L’ennui est que l’Assemblée parlementaire dans son rapport de 2018 s’est refusée à élargir les compétences du Panel en matière de contrôle et de transparence. À terme, la Cour risque de perdre en légitimité. Nos libertés en pâtiront !

Sur le web

  1. ONG internationale chrétienne, qui promeut la défense de la vie, de la liberté d’expression et le droit à l’objection de conscience.
Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • « Sur les questions aussi sensibles que l’avortement ou l’euthanasie, la Cour s’est déclarée incompétente. Pourtant, l’article 2 de la Convention dispose du droit intangible à la vie.
    En revanche, sur des questions comme la GPA ou le droit d’asile, elle n’a pas adopté la même réserve »

    Pas la peine d’en dire plus, l’auteur est ultra-conservateur, tendance vieille France anti-avortement. Et accessoirement anti-libéral.
    Dès lors son jugement sur le soit-disant progressisme de la CEDH ne vaut pas un pet de lapin…

    Ceci dit, quand on sait que l’IREF est pilotée par un Delsol, comment s’étonner de cet archaïsme sociétal ?

    • Conservateurs suffit. Traiter qqu’un d’ultra-conservateur est la même méthode de dénigrement que de le traiter d’ ultra-libéral 🙂

      • Au 21eme siècle, quelqu’un qui remet en question le droit à l’avortement mérite amplement le qualificatif d’ultra. Et se contenter d’un tel mot témoigne de ma part d’une ultra-bienveillance !

        • Votre gauchisme transparait dans votre langage: Ultra-conservateur. Je suis désolé mais je vous signale que tout un chacun a le droit d’avoir des opinions contraires aux vôtres, et de les exprimer. Et bien que je ne sois pas anti-avortement je comprend son point de vue; C’est vous qui vous discréditez par votre post.

        • Non, d’une ultra intolérance serait plus juste! Vous jouez au membre du camp du bien.

        • Et quelqu’un qui, sous un pseudonyme d’un humour douteux, attaque personnellement l’auteur ou ses amis plutôt que de débattre de leurs arguments risque fort de ne plus jamais obtenir mon attention…

    • Jugements de valeurs….

  • « la Cour a légitimé la reconnaissance civile d’un enfant né à l’étranger de GPA » conformément au droit européen qui n’accepte pas la notion même d’apatride que la France voulait imposer à ces enfants.

    • En quoi ces enfants seraient ils apatrides, sauf a ce que leur pays de naissance ne leur reconnaisse pas de droits ? La majorité des pays, particulièrement les « progressistes avancées » où des GPS peuvent avoir lieu, fonctionnent sur le « droit du sol ». Et même sans ce détail, l’enfant est a minima reconnu comme enfant de celle qui accouche et donc citoyen du pays en question.
      Bref, argument douteux.

  • Toute ONG doit être considérée a priori comme une organisation dangereuse et parasite, non démocratique. Toutes sont financées par des intérêts privés très mal connus. Leurs méthodes et les objectifs ne respectent pas en général les lois des démocraties.

  • « La CEDH, un virage progressiste inquiétant ».
    Il serait grand temps, à l’instar de la propagande et de la manipulation des « progressistes » le plus souvent anti-libéraux de les appeler par leur vrai nom : les décadents. C’est pourquoi je préfèrerais titrer : « La CEDH, un virage décadent inquiétant »

    • Décadence ? Tiens on nous refait le coup de la fin de la civilisation.
      Qui n’a pas eu lieu avec la légalisation de l’avortement, ni avec le pacs et pas davantage avec le mariage homo. La GPA alors ?…
      Misère ! C’est pas possible d’être aussi…

      • M. Lapurée exprime là la grande tolérance des hommes de gauche…

      • D’aucuns pourraient arguer du fait que « notre civilisation » est en effet finie. Pas complétement morte, peut être, mais zombie à tout le moins.
        Elle se caractérisant par l’individualisme méthodologique, le respect des droits « naturels » (ou négatifs) et une éthique judéo-chrétienne alliée à une vision de la société gréco-romaine.
        Tout a disparu ou il n’en subsiste pas grand chose, emporté par le désir de socialisme maquillé en progrès (progrès tel que les suicides et troubles psychiatriques explosent et que votre notre richesse relative décroît de plus en plus vite).
        Vous pouvez aimer la nouvelle « civilisation » a forte teneur en marxisme, mais elle n’est pas celle qui a fait de l’Occident ce qu’il est (encore un temps).

  • Il faut quitter cette Europe au plus vite…

  • Pour contester la CEDH, il suffit de dire quelle est une instance de contrainte des individus non légitime car non élue. L’essence du libéralisme c’est le refus des contraintes qui vont au delà de celles attachées à la préservation de la liberté, de la propriété et de la sûreté individuelles.

    • sans compter que la CEDH est très infiltrée par des militants anciens salariés des open society de Soros…

  • Ah! quelqu’un d’autre que Valeurs Actuelles qui remet en cause la CEDH…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Donald J. Boudreaux.

Les attitudes et les opinions de la soi-disant élite d'aujourd'hui - ces formateurs d'opinion publique que Deirdre McCloskey appelle "la cléricature" - sont infantiles. La plupart des journalistes et des essayistes travaillant pour la majorité des grands médias et des entreprises de divertissement, ainsi que la plupart des professeurs et des intellectuels publics, pensent, parlent et écrivent sur la société avec la perspicacité d'un enfant de maternelle.

Cette triste vérité est masquée par la seule carac... Poursuivre la lecture

Par Murray Rothbard.

On entend beaucoup parler aujourd'hui de la distinction entre les droits de l'Homme et les droits de propriété, et beaucoup de ceux qui prétendent défendre les premiers se tournent avec mépris vers les défenseurs des seconds. Ils ne voient pas que les droits de propriété, loin d'être en conflit, sont en fait les plus fondamentaux de tous les droits de l'Homme.

Le droit de tout homme à sa propre vie implique le droit de trouver et de transformer des ressources : de produire ce qui maintient et fait progresser... Poursuivre la lecture

C’est comme s’ils tenaient à donner raison à Donald Trump.

Durant son mandat, Donald Trump martelait constamment sa haine des médias qu’il accusait de fake news. Et à chaque fois, ces mêmes médias semblaient redoubler d’effort pour lui donner raison. Une récente nouvelle confirme cette thèse.

Vous vous rappelez cette histoire aux alentours de l’élection de 2020 au sujet de Hunter Biden, le fils de Joe ? Le New York Post avait publié en Une que son ordinateur portable comportait des informations très compromettantes à son sujet e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles