Vite, un vaccin contre l’étatisme !

Photo by CDC on Unsplash - https://unsplash.com/photos/IFKv3LESkVg — CDC ,

Le site internet « Vite ma dose » propose des créneaux horaires pour se faire vacciner contre la Covid. Il serait extrêmement bénéfique de trouver aussi un vaccin contre l’étatisme !

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Ce serait très simple à organiser : pas de contraintes d’âge, pas de grosse organisation à prévoir, les vaccinodromes sont déjà en place, ce sont tous les lieux de pouvoir et de décision. Quelques équipes médicales mobiles suffiraient. Il faudrait peut-être deux, voire trois injections avec rappel chaque année, mais les résultats pourraient être aussi spectaculaires que bénéfiques pour la population, où tout le monde est cas contact. Car le virus de l’étatisme est au moins aussi dangereux que le virus chinois. Ses conséquences se feront sentir pendant des années et le coût sera élevé.

Biden dépense 6000 milliards de dollars et prend en charge les familles américaines

Aux États-Unis par exemple, le président Biden distribue l’argent public comme un enfant qui joue au Monopoly sans en connaître les règles. Manipuler les pièces et les billets, quel bonheur ! Et être applaudi par-dessus le marché, bingo !

Lors de son allocution des 100 jours, Biden a annoncé 1800 milliards de dollars pour les familles américaines.

Au total, ce sont pas moins de 6000 milliards de dollars de dépenses supplémentaires fièrement claironnées en seulement 100 jours à la Maison Blanche ! Avec les 4000 milliards de dollars du budget fédéral annuel, l’addition se monte à environ 10 000 milliards de dépenses publiques, pour un PIB prévu en 2021 de près de 22 000 milliards dollars ! C’est l’euphorie.

Mais à quoi serviront toutes ces sommes ?

Selon Biden, ce sera pour « redémarrer l’économie », pour « lutter contre le réchauffement climatique » et pour « distribuer de nouvelles aides aux familles américaines ». Il y aura des « soins gratuits pour tout le monde », et puis encore « des congés médicaux et familiaux pris en charge par l’État », n’oublions pas « l’éducation gratuite », « l’enseignement préscolaire pris en charge » et « encore plus de logements sociaux »

Qui dit mieux ?

Les medias en pleurent d’admiration. Sans jamais relever que le programme Biden est terriblement interventionniste et qu’il sera financé par les taxes, les impôts prélevés sur la classe moyenne et les entreprises, ainsi que par la monétisation de la dette. Les « riches » seront aussi mis à contribution, promet Biden, mais personne non plus ne fait remarquer que les riches Américains d’aujourd’hui sont surtout des entrepreneurs qui créent des dizaines de milliers d’emplois. Finalement, ce seront leurs entreprises qui financeront ces largesses. La nouvelle société proposée par les démocrates américains est celle de la redistribution et de l’assistanat. Après la période de reprise économique actuelle, il faudra payer…

Macron rassure les Français : l’État et l’Europe les protégeront

En France aussi, on dépense à tout-va. Pas d’inquiétude, l’État est là ! École, santé, cantines, alimentation, climat… nos dirigeants ont leur avis sur tout et le font connaître, toujours par les mêmes moyens : réglementer, taxer, imposer, interdire… et distribuer sans compter cet argent qui n’est pas le leur, mais le nôtre.

Pourquoi nous demander notre avis ? Comment pourrions-nous, sauf à être des monstres anti-sociaux dépourvus de cœur, ne pas vouloir aider les entreprises, les jeunes, les vieux, les salariés si dévoués, tous ceux qui sont dans la peine ?

Qu’importent les conséquences, on verra plus tard, le plus urgent est de soulager les souffrances. C’est ce que nos gouvernants appellent « agir en responsabilité ». Qu’importent aussi les mises en garde de la Cour des comptes ? Il faut toujours faire plus. C’est un devoir moral. Ou présenté comme tel. Il faut avoir bien mauvais esprit pour y voir du calcul, de la démagogie ou quoi que ce soit d’idéologique. Symptomatique est le texte publié par Emmanuel Macron dans L’Opinion, dans lequel il imagine la France de 2025. Pas une fois il ne prononce les mots « liberté » ou « responsabilité ».

Mais il invoque « le souffle du Conseil national de la Résistance », cet organisme dont le programme, pour notre pays une fois libéré, était d’inspiration marxiste. Il « rassure » les Français en insistant sur le fait que l’État et l’Europe les protégeront. Donc, vite, un vaccin contre l’étatisme en France et en Amérique !

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.