Suisse : l’interdiction de se dissimuler le visage l’a emporté

L’interdiction de se dissimuler le visage dans l’espace public en Suisse a été votée. Ce sont la burqa et le niqab qui sont visés en premier lieu par cette interdiction, mais pas seulement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by andri onet on Unsplash - https://unsplash.com/photos/oucFDKkHi4Y

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suisse : l’interdiction de se dissimuler le visage l’a emporté

Publié le 13 mars 2021
- A +

Par Francis Richard.

Le 7 mars 2021, l’interdiction de se dissimuler le visage dans l’espace public en Suisse a été votée, avec un taux de participation de 51,40 %, à la majorité des votants (51,21 %) et à la majorité des cantons (16 sur 20 cantons et 4 sur 6 demi-cantons).

L’initiative populaire Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage a été déposée le 15 septembre 2017. Le Conseil fédéral l’a rejetée le 15 mars 2019 et le Parlement a recommandé de la rejeter le 19 juin 2020 en lui opposant un contre-projet indirect…

Maintenant les cantons ont deux ans pour la mettre en application…

Le contre-projet du Parlement suisse

Si l’initiative n’avait pas abouti, le contre-projet proposé par le Parlement aurait été adopté. Il prévoyait non pas l’interdiction de se dissimuler le visage, mais l’obligation de le montrer en cas de vérification d’identité sous peine d’amende ou de refus de prestation.

De plus, il visait à renforcer le droit des femmes : il prévoyait « dans les domaines de l’intégration, de l’égalité et de la coopération au développement, des modifications de loi qui [auraient permis] à la Confédération de soutenir des programmes d’encouragement et de contribuer ainsi à améliorer l’égalité entre les sexes ».

Une atteinte à la liberté religieuse en Suisse ?

C’est le réflexe que la plupart des médias en Suisse et à l’étranger ont eu en apprenant la nouvelle. Mais ce n’est pas si simple. Certes, il est évident que ce sont la burqa et le niqab qui sont visés en premier lieu par cette interdiction. Mais pas seulement.

L’interdiction vise également les personnes qui dissimulent leur visage pour commettre des crimes et délits, ou encore des actes de destruction terroristes. Il s’agit de renforcer les organes de sécurité dans leur lutte contre les malfaiteurs masqués.

Aussi la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, chef du Département Justice et Police, pourtant opposée à l’initiative, a pu déclarer le soir de la votation :

Il ne s’agit pas d’un vote contre les 400 000 musulmanes et musulmans vivant en Suisse.

Les musulmans et le voile

De plus, il faut rappeler que si le voile est imposé aux femmes sous une forme ou une autre en Arabie saoudite et en Iran, le voile complet est interdit en Algérie, en Égypte et au Maroc. Il n’y a donc même pas unanimité à ce sujet dans les pays musulmans.

En Suisse même, la fondatrice du Forum pour un Islam progressiste, Saïda Keller-Messahli a fait campagne pour le Oui à l’initiative : pour elle, la burqa est un uniforme d’asservissement de la femme. Elle est rejointe en cela par des féministes telles que Géraldine Savary, rédactrice en chef de Femina.

Les exceptions à l’interdiction suisse

L’interdiction de se dissimuler le visage est admise « dans les lieux de culte, pour des raisons de sécurité ou de santé (casque de moto ou masque d’hygiène), pour des raisons climatiques (cagoule) ou lorsqu’elle fait partie intégrante d’une coutume locale (masque de carnaval) ».

Aucune autre exception n’est admise (par exemple en faveur des touristes voilées). Or, c’est là que se pose la question de l’opportunité de cette modification de la Constitution en son article 10a du fait du nombre de personnes qui se dissimulent le visage en Suisse.

L’opportunité de l’interdiction

En effet, bien qu’on se demande comment un tel dénombrement a pu être effectué par l’Université de Lucerne, se basant sur une étude de celle-ci, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a déclaré en substance à la RTS le 2 février 2021 que « seules 20 à 30 femmes portent le voile intégral en Suisse par conviction propre »

De plus, deux cantons, le Tessin et Saint-Gall, ont déjà interdit le « port de pièces vestimentaires dissimulant le visage, telles que la burqa ou le niqab », tandis que quinze autres l’interdisent lors de manifestations ou d’événements sportifs.

Les principes

Interdire de se dissimuler le visage dans l’espace public (rue, transports publics, services administratifs, stades de football, magasins ou en pleine nature) est donc plutôt une question de principes selon le comité d’initiative :

L’égalité

« Le principe de l’égalité – élémentaire s’il en est – veut que les femmes aient le droit de montrer en tout temps l’intégralité de leur visage en public, comme les hommes. »

La liberté

« Des femmes du monde entier se battent pour conquérir cette liberté et tentent, au prix de grands sacrifices, d’échapper à l’obligation qui leur est faite de se dissimuler le visage et de faire acte de soumission. »

À ces principes, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter en opposait un autre le 2 février :

Dans une société libérale, on n’interdit pas tout ce qu’on n’apprécie pas…

Sur le web

Voir les commentaires (48)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (48)
  • « de soutenir des programmes d’encouragement et de contribuer ainsi à améliorer l’égalité entre les sexes »…
    Du pur blabla « pasdevaguiste » que le contre-projet parlementaire !
    Les Suisses ne s’y sont pas fait prendre.
    Alors certes, si « dans une société libérale, on n’interdit pas tout ce qu’on n’apprécie pas », la dite société peut-elle en même temps accepter qu’une petite frange de la dite société impose à « ses » femmes de sortir bachées ?
    Dit autrement : une société libérale peut-elle accepter que des poches d’illibéralisme total prospèrent en son sein ?

    • « accepter qu’une petite frange de la dite société impose à « ses » femmes de sortir bâchées » : il me semble que cette votation va surtout interdire à ces 20 ou 30 femmes de sortir.

      Pas vraiment un progrès, mais l’œil des Suisses ne sera plus choqué…

      • Je connais l’argument. Il vaut mieux qu’elles sortent bachées que pas du tout. Qu’elles mettent un burkini à la piscine que de ne pas y aller. Etc.
        On est, aussi, surtout, d’abord, dans une guerre idéologique, par symboles vestimentaires interposés.
        En signant la fin de la récré, les citoyens et le pouvoir envoient un message clair : votre religion ne doit pas s’exercer dans le domaine public. C’est faute de l’avoir oublié qu’on a eu droit au niqab dans la rue après le voile à l’école. Les islamistes exercent une pression insupportable, qui confine au harcèlement, sur leurs femmes. La seule réponse possible est de harceler en retour les islamistes…

        • Quand une femme est voilée, les service de police peuvent facilement détecter dans son entourage d’éventuels islamistes radicaux, non ?

        • ensuite, on a les prières de rue, puis la pression sur les non musulmans et au final, on a une enclave islamique exclusive (cf. Trappes) : donc il vaut mieux arrêter le phénomène tout de suite.

    • « une société libérale peut-elle accepter que des poches d’illibéralisme total prospèrent en son sein ? »
      Bah oui, ce n’est pas la dictature le libéralisme.
      Faut lire un peu.

    • « la dite société peut-elle en même temps accepter qu’une petite frange de la dite société impose à « ses » femmes de sortir bachées ? »

      Les études sociologiques faites en France montrent que la plupart des femmes qui portent un niqab sont en réalité célibataires et choisissent seules de se « bacher », on est donc très loin de ce fantasme relayé un peu partout.

      Par ailleurs, il était déjà interdit en France comme en Suisse de forcer une personne, soit-elle son épouse, à porter un voile ou un niqab.

      Pour que la loi soit justifiable d’un point de vue libéral (non, « pas de liberté pour les ennemis de la liberté » n’est pas un principe libéral), il faudrait démontrer que l’immense majorité de ces femmes portent un niqab suite à une contrainte réelle et pas par choix, hors tout montre que c’est bien l’inverse qui a lieu.

      • Je ne partage pas votre optismisme sur le libre arbitre des femmes voilées. Même célibataires, il demeure une contrainte sociale très forte autour de l’observance de diktats décidés par la communauté. Contrainte que nous ne pouvons imaginer dans nos sociétés passablement libérales. Il faut avoir vécu en pays musulman pour le croire…
        Donc pardonnez mon côté Saint-Just – pas de liberté pour les ennemis de la liberté – mais il faut parfois savoir rappeler ce qu’est vraiment le libre arbitre à des gens qui sont persuadés à tort d’en disposer…

      • « Les études sociologiques faites en France montrent que la plupart des femmes qui portent un niqab sont en réalité célibataires  »
        !? auriez-vous qq sources?
        Cela m’intéresse car la très grande majorité de celles que je croise ont tjrs des enfants avec elles. Je ne pense pas que la femme musulmane soit du genre a faire une enfant « toute seule » 🙂 .

      • Etudes sociologiques faites par qui? Des islamo-gauchistes qui pullulent dans nos facs de sociologie? J’ai une amie musulmane qui a droit à des réflexions car elle n’est pas voilée du genre: une musulmane DOIT porter le voile! Ces pressions démontrent le contraire de ce que vous prétendez. Avant 1995 aucune musulmane de France ne portait le voile!

  • C’est loufoque de parler de cela en ce moment alors que tout le monde est masqués. Et puis qu’elles fassent ce qu’elles veulent, c’est leur religion, on n’a pas à s’en mêler.

    • -3, pas terrible, encore un espoir pour les libéraux non influencés par les medias et qui acceptent que certains restent au moyen age où le mâle et la religion du male dirige le monde, au moins sa famille… Situation que la France a connu jusqu’à pas aussi longtemps que ca. Plus , accepter les différences n’est ce pas le libéralisme ?

      • « accepter les différences n’est ce pas le libéralisme ? »
        Sauf quand ce sont les différences qui finissent par s’imposer à vous… 🙂

        Le libéralisme c’est surtout la possibilité d’accepter ou de refuser ces différences tant que cette décision est librement prise par une majorité de citoyens qui ont été consultés sur la question.

        Jusqu’ici, dans la plupart des pays, ce type de décision est confisqué par le pouvoir et les politiques bien souvent à de fins idéologiques et parce qu’ils savent bien que la décision du peuple n’ira pas dans le sens « souhaité ».

      • Il faut accepter la différence, en effet.

        Ces gens doivent accepter qu’ici, les moeurs ne sont pas musulmanes. Si ça ne leur plaît pas, ils ont parfaitement le droit d’aller dans un autre pays.

        Cependant, je trouve sue ça serait un enrichissement pour eux que de s’ouvrir à la différence, en adoptant nos moeurs occidentales.

  • Nouvelle mode vestimentaire à venir : le burcasque de sécurité.

  • Les suisses sont intelligents.. Ils ont utilisé, ce que nous avons tendance à oublier en France: LES OUTILS D’UNE EXCELLENTE DEMOCRATIE!!!! J’espère que très vite, dans le « berceau des libertés » nous pourrons également démontrer notre vraie démocratie, et aussi confirmer au monde entier notre attachement à nos us et coutumes ainsi qu’à nos traditions « judéo-grecoromaines-chrétiennes »!!!!! Je sais bien qu’il faut vivre avec son temps, mais de là à renier nos origines en nous laissant dicter nos lois politiques OU RELIGIEUSES par d’autres qui le pensent autrement depuis des siècles…..IL Y A UNE TRES GRANDE MARGE!! OUBIEN,NON? J’ai bientôt 70 ans, mon avenir est plutôt DERRIERE moi, IL SERAIT TEMPS QUE LES NOUVELLES GENERATIONS APPRENNENT OU REAPRENNENT NOTRE HISTOIRE!!!! Certes, elle n’est peut-être pas parfaite, mais nous avons vécu et l’avons forgée nous mêmes…..

    • une » excellente démocratie », l’expression même signifie qu’il y en a de mauvaises..et donc …

      les traditions…ça change, les coutumes aussi…poser l(‘attachement inconditionnel à des traditions sans se poser des questions sur icelles est une entourloupe intellectuelle.
      Une démocratie non libérale est une tyrannie..une justice d’émocratique piétine la vérité et donc la justice..

      alors que voyez vous de valable dans le régime suisse?

  • le casque intégral …

    il me semble que pour diverses raisons et dans certaine situations ce qui importe est de pouvoir savoir à qui on a affaire…
    interdire le voile est dans le meilleur des cas question de pragmatisme…

    la vraie question est celle de personnes ayant l’intentionde cacher ils sont afin de commettre un acte illégal..

    • On se prépare surtout à la reconnaissance faciale et au contrôle des individus généralisé. Voitures aux vitres non teintees, port du voile de la capuche, toutes choses bien difficiles à contrôler, le puçage futur est obligatoire comme pour nos animaux domestiques, nous sommes leurs. animaux domestiques.

      • ben ça se discute justement..jusqu’à quel point on accepte une intrusion dans nos libertés..

        il y a une similarité avec un habillement dit conforme à la décence..

        • pour des « raisons  » disons sociétales; essentiellement de conformité..

          on va le répéter nous avons fondé, il semble de plus en plus à l’insu des citoyens, nos sociétés sur l’idée de limiter le moins possible les libertés des individus, toute restriction doit être débattue pesée et mesurée..adossée à mon opinion à une façon de mesurer l’efficacité de ce qu’on « gagne ». quand il s’agit de pragmatisme,..

          • « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. », dans l’intérêt commun on se doit de pouvoir contrôler les visages et pourquoi pas dans un futur proche être pucéset puis le port du hijab , du voile etc n’a rien d’une liberté pour celle qui porte cette accoutrement c’est juste de l’embrigadement , dans certains pays les femmes occidentales doivent se couvrir alors chez nous elles doivent se découvrir point barre il n’y a meme pas a tergiverser !!!

            • « dans l’intérêt commun on se doit de pouvoir contrôler les visages » non, de connaitre l’identité et ça dépend où… dans un espace commun car il faut à minima appartenir à la communauté…

              sinon…contrôler le visage non..connaitre si on appartient à la communauté..

  • Il y a quelques mois les Suisses ont voté l’interdiction pour les entrepreneurs de choisir une partie de leurs employés. Le socialisme progresse à grands pas dans ce pays qui a érigé la délation en courage civique.

  • Merci aux Suisses

  • Lorsque l’on vote des lois qui réduisent la liberté de tout le monde pour lutter contre un groupe en particulier, d’une certaine manière ce groupe a déjà gagné. L’islam fondamental veut une société peu libre, et en coupe réglée. En faisant des lois vestimentaires on leur laisse déjà choisir le champ de bataille. La véritable manière de s’opposer à l’islamisme c’est de proclamer qu’il n’ a pas de loi vestimentaire, qu’il n’y en aura jamais et que vouloir utiliser la coercition pour imposer des codes vestimentaires ailleurs que dans des lieux privés ou des institutions bien particulières (l’armée par exemple) est anticonstitutionnel. Mais comme le monde est peuplé de personnes « raisonnables » qui préfèrent mettre en prison des personnes au style qui leur déplait (des gens nus, des gens en Bourka, des gens en costumes nazi) plutôt que de regarder ailleurs, le despotisme a encore de beaux jours devant lui.

    C’est hallucinant la créativité des liberticides pour justifier que les flingues de la police s’occupent des fringues populace. En cela, les anti bourka et les pro Charia se ressemblent. Quand la police met des amendes aux femmes en bourka, elle fait le même travail que les gardiens de la révolution en Iran. Avec une différence de degré mais au final, on est sur la même idée de règlementer l’usage du tissus sur le corps, par la force du 9mm parabellum.

    Charia, anti bourka, même combat.

    Comment lutter contre l’islamisme? Je ne sais pas, mais pas en leur donnant des bonnes raisons de se positionner en victime quand ça les arrange, pas en jouant sur leur terrain, pas en leur donnant de l’importance, et en condamnant sytématiquement à de la prison ferme ceux qui se rendent coupables de violence comme frapper se femme pour qu’elle se voile.

    En Suisse comme partout, il y a des cambriollages, des viols, des petites racailles (souvent made in France) qui jouent les gros durs etc… Je n’arrive pas à comprendre que les suisses (ou les autres) puissent arriver à se mentir à eux même sur l’idée que les bouts de tissus sur le visage sont une priorité, quand on a encore ne serait-ce que UNE agression violente sur tout le territoire.

    Mais bon je dois être un hippie naïf « qui comprend rien » alors que ceux qui veulent menacer les femmes voilées avec des flingues parce qu’elles ont bout de tissus sur la tête sont des personnes réfléchies et raisonnables.

    Au fait, les personnes défigurées, les hypocondriaques qui voudraient continuer à se masquer après que la crise d’hystérie collective du covid sera finie, les hyper timides, et tout un tas de gens qui veulent se cacher le visage pour des raisons qui les regardent et n’ont rien à voir avec l’islamisme sont super heureux de cette loi. Ils ne sont pas nombreux, certes. J’imagine que ça donne une bonne raison pour sacrifier leur liberté aussi. Après tout ils sont quantité négligeable!

    Une des idées que j’aime dans le libéralisme c’est que l’individu est la plus petite minorité et qu’il est important de préserver cette minorité. Je n’aime pas l’islam (ni aucune religion d’ailleurs) mais j’aime beaucoup plus le liberté individuelle que je ne déteste la charia.

    • Sur le principe, vous avez raison.
      Cela ne poserait pas de problème dans un monde idéal ou chacun respecterait les idées et les religions des autres.

      Mais le monde n’est pas parfait.

      Dans la pratique, quand votre femme ou votre fille finissent par mettre un niqab pour être tranquille quand elles veulent aller à certains endroits, il est trop tard et vous regrettez qu’à un moment, certains n’aient pas agi pour faire respecter une neutralité de bon aloi.

      • Non justement, je parle pas d’un monde de bisounours. Cette tolérance mutuelle n’est possible que dans une société armée. Dans une société où les individus sont armés, les femmes ne portent pas le Niqab de force, parce que prendre le risque de se prendre du 9 parabellum ne vaut pas le coup pour juste iposer une tenue vestimentaire.
        En Afghanistan les Talibans fleurissent sur les populations qui ont rendu leurs armes.
        A chaque problème sa solution armée…

        • Pourquoi pas effectivement.
          Mais notre société n’est pas armée et il y a peu de chance qu’elle le redevienne.
          Et la société suisse est de moins en moins armée. Les progressistes veillent et restreignent lentement mais surement la possession des armes en Suisse.

          Donc en attendant un retour improbable à une situation disparue depuis longtemps, je trouve salutaire que la société suisse puisse encore décider par le biais d’une consultation organisée sur la demande de la population elle-même, ce qu’elle souhaite majoritairement pour l’organisation de son propre pays.

          Il y a longtemps que la population française a perdu cette possibilité pour autant qu’elle l’ait jamais eu…

          • Non mais je suis un peu d’accord. En realité, je vois bien que l’interdiction du voile a du sens. Si on se place dans une perspective de guerre culturelle, dont je ne nie pas l’existence, ca a rellement du sens. Mais je pense que ce n’est pas la strategie gagnante. C’est en dominant le débat, en surprenant l’adversaire qu’on gagne. L’interdiction du voile, c’est la solution de facilité. C’est la rzaction viscérale. « vous nous provoquez? Nous allons nous opposer fermement! »

      • Au lieu de supprimer libertés après libertés pour lutter contre l’islam sans vraiment lutter contre l’islam, on ferait mieux d’interdire toute organisation islamique, au nom du fait que dès lors que celle-ci se réfère au Coran, elle devient une menace pour la sécurité du pays, puisque le Coran prône d’imposer l’islam partout où sont les musulmans.

        La liberté religieuse autorise quelqu’un à croire ce qu’il veut, on peut donc croire à l’islam en Suisse, mais elle n’autorise pas une religion à s’organiser dans un pays dans le but de l’islamiser. Donc oui aux musulmans, mais non aux mosquées, aux associations culturelles, cultuelles, et entreprises islamiques.

        • on peut tourner le problème dans tous les sens : l’Islam est contraire aux valeurs occidentales (d’origine greco-catholique).

        • Ca aurait au moins la vertu d’être franc du collier.

          • Exactement. Mais ce n’est pas demain la veille que cela arrivera. Et même si cela arrivait, vous verriez les musulmans se poser en martyrs, exactement comme vous le dites dans un de vos commentaires précédents.

            Alors en attendant, cette mesure est bonne à prendre pour les raisons que cyde a développées avant moi.

  • Bravo, les Suisses. Enfin un pays d’Europe qui rejette légalement les dictats islamistes et sexistes. Et ceux qui ne sont pas contents peuvent toujours prendre un retour simple et définitif avec toute la smala et leurs femmes voilées.

    • parce que vous croyez que ça ne va pas encore plus renforcer la victimisation des musulmans et donc les fédérer.?

      la question est l’islam entant que doctrine est elle compatible avec les libertés individuelles..
      auquel cas tout musulman « radical » est « anticonstitutionnel. »

      • ce n’etspas si idiot de faire prêter serment aux gens de respecter des valeurs fondatrices..

      • eh forçons les skinhead à avoir les cheveux longs..et paf plus de nazisme.. ou interdisons de se tatouer une crois nazie..ou le livre du moustachu allemand..

        nous observons une montée du radicalisme islamique mais qui pose surtout le problème de ne pas être pas combattu pas les musulmans…parce que il ya un discours de victimisation musulman en parallèle qui fonctionne ..
        les catholiques ne se sentent pas du tout obligés de défendre les intégristes …quoique …

        • Le discours de victimisation ne fonctionne que parce qu’il y a des oreilles prêtes à l’entendre et qui s’en servent pour poursuivre d’autres objectifs.

      • Les musulmans qui s’effarouchent du fait qu’on lutte contre des pratiques extrémistes doivent être déjà un peu extrémistes eux-mêmes.

    • Un millionnaire musulman a déjà promis de payer les amendes, comme il le fait dans les autres pays européens. Cette initiative n’a fait que restreindre nos libertés pour rien.

  • A quand les amendes pour port de niqab sur les berges du lac d’Annecy et les rues du vieux Annecy? C’est proche de la Suisse… Vu lors de vacances à Annecy en 2015 : 1ère sortie, le matin, pour le chien, on tombe sur une femme « niqabée » près du casino. c’était la 1ère fois que j’en voyais, j’ai ressenti comme un malaise…

  • D’un autre côté, est-ce bien raisonnable? Quatre niquab suivant un barbu sont une aubaine pour les Renseignements Généraux.

  • Quand j’étais gosse, les femmes voilées me faisaient peur. Je disais à ma mère: « Maman, un fantôme ! »

    C’est pas une blague.

  • mais ce n’est pas le tissu « voile  » qui est un problème. C’est son utilisation comme arme politique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Beaucoup de temps a été perdu du fait que nos autorités se sont fondées sur la loi dite des trois secteurs de l’économie qui voudrait qu’une société moderne soit une société « postindustrielle ».

Comme nous l’avons montré dans d’autres articles, les travaux de Jean Fourastié sur l’évolution des sociétés ont été mal interprétés. Dans Le grand espoir du XXe siècle paru en 1949, un ouvrage au succès considérable, cet économiste avait mis en évidence les évolutions en termes d’emplois, et non pas de valeur ajoutée. Nos dirigeants ont trop ... Poursuivre la lecture

Trois pièces de monnaie (dont une sur laquelle est gravé le symbole Bitcoin)
2
Sauvegarder cet article

Article disponible en vidéo ici.

Dans le monde de la « cryptonation », il y a deux écoles : la France qui veut devenir une cryptonation et dont on peut voir les politiciens gesticuler et parler ; et la Suisse, dont aucun membre de la fédération n’a spécialement émis d’avis sur la cryptonation.

À votre avis, lequel de ces deux pays deviendra une cryptonation ?

 

Législation des particuliers

En Suisse, on peut détenir des cryptos sans formalité. On peut même en acheter à de nombreux distributeurs physiques y com... Poursuivre la lecture

Par Jan Krepelka.

Qu'est-ce que la monnaie ?

La monnaie est un outil formidable de civilisation qui nous a permis de sortir du troc, d'épargner et de nous  coordonner par le marché. Elle rend possible à grande échelle la spécialisation du travail, les avantages comparatifs, les gains à l'échange, le calcul économique... Sans monnaie, pas de civilisation moderne, donc.

Traditionnellement, on attribue trois fonctions à la monnaie.

 

Les trois fonctions de la monnaie

Unité de compte 

La mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles