Choisir l’emploi contre la fiscalité et la dette

Faut-il chercher à effacer une partie des dettes publiques accumulées ces derniers mois ? Si ce n’était pas possible ou souhaitable, faudrait-il augmenter la fiscalité sur les entreprises ou le patrimoine ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Arlington Research on Unsplash - https://unsplash.com/photos/nFLmPAf9dVc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Choisir l’emploi contre la fiscalité et la dette

Publié le 11 mars 2021
- A +

Par Nicolas Marques.
Un article de l’Institut Économique Molinari

Le débat enfle depuis plusieurs semaines et pourrait être un des enjeux de la future présidentielle française : faut-il chercher à effacer une partie des dettes publiques accumulées ces derniers mois ? Si ce n’était pas possible ou souhaitable, faudrait-il augmenter la fiscalité sur les entreprises ou le patrimoine ?
D’un point de vue sociétal, l’enjeu est ailleurs : se mettre résolument en condition de recréer attractivité et emploi, ce qui permettra d’alléger le fardeau pesant sur les actifs et l’hypothèque sur les générations futures. Texte d’opinion par Nicolas Marques, directeur général de l’Institut économique Molinari, publié dans La Tribune.

 

Faut-il annuler la dette publique détenues par les banques centrales ? Loin d’être judicieuse, cette proposition est déconnectée des réalités et elle est risquée.

D’un point de vue financier, le coût de la dette publique a rarement été aussi faible en France.

L’an passé, le rendement moyen des obligations émises par l’Agence France Trésor était de – 0,14 %, nos prêteurs acceptant de s’appauvrir en achetant nos dettes. En 2019, avant la Covid-19, les taux d’intérêt étaient déjà très bas, avec 0,11 % contre 0,53 % en 2018.

Des conditions bien plus avantageuses que celles observées de 2009 à 2017 (1,63 % en moyenne) et a fortiori entre 1998-2008 (4,15 %), en raison des politiques radicales mises en œuvre par la Banque centrale européenne (BCE).

La charge de la dette est contenue. Elle représentait 1,7 point de PIB en 2020, un coût en ligne avec la moyenne de l’Union européenne, alors que nous sommes plus endettés que nos voisins.

Stratégie risquée

Rétrospectivement, nous sommes les grands bénéficiaires des largesses d’une politique monétaire européenne nous permettant de nous endetter à bas prix. Depuis la mise en place de l’euro en 1999, la charge de la dette publique française a été réduite de moitié, de 3,4 % du PIB à 1,7 %, en dépit du doublement du stock de dette, de 60 % du PIB en 1998 à 120 % en 2020.

Dans ces conditions, chercher à pousser notre avantage encore plus loin est une stratégie risquée. Pourquoi bousculer nos partenaires européens et les marchés en agitant le spectre d’une annulation de dettes risquant de fragiliser la branche sur laquelle nous sommes assis ?

La proposition d’annulation des dettes détenues par les Banques centrales ne créera aucune richesse, le capital des Banques centrales étant détenu par les États. Comme le disent bien les économistes Philippe Aghion ou Olivier Blanchard « du point de vue des revenus nets, l’impact, c’est zéro », ce dernier n’hésitant pas à qualifier cette préconisation d’idiote.

Ajoutons que cette démarche pourrait inquiéter les marchés, en les poussant à augmenter les primes de risques, ce qui serait problématique pour la France qui dépend structurellement de l’endettement. Au-delà de la gestion du stock de dettes, hérité des déficits accumulés depuis 1974, nous continuons à avoir besoin d’émettre de la dette chaque année pour boucler les fins d’année.

En 2019, l’État épuisait ses recettes de l’année dès le 4 novembre et émettait des dettes pour financer les deux mois restants. Seule la Roumanie faisait pire. Par comparaison, 13 pays épuisaient leurs recettes de l’année en décembre et 12 États, excédentaires, réduisaient leur endettement.

Préconisation contre-productive

Faute de pouvoir réduire notre stock de dette de façon artificielle, un collectif d’économistes a proposé récemment d’augmenter la fiscalité sur les hauts patrimoines et les entreprises.

Là encore, la préconisation est contre-productive. Le système fiscal français taxe déjà significativement les gains, qu’ils soient récurrents ou conjoncturels. Il fiscalise aussi les activités sans tenir compte de leur rentabilité, avec des impôts de production déconnectés des performances des entreprises.

L’analyse de l’incidence fiscale montre qu’in fine ce sont les ménages qui font les frais de ces sur-fiscalités en tant que consommateurs, salariés ou actionnaires. Lorsqu’ils rechignent à acheter des produits moins compétitifs, ne se satisfont pas de salaires ou de rendements moindres, la fiscalité française favorise les délocalisations des entreprises et des patrimoines, ce qui nuit à l’emploi hexagonal.

Cela explique pourquoi nous avons un chômage français supérieur à la moyenne européenne depuis 2015 et 750 000 chômeurs de trop par rapport à nos voisins fin 2019. Handicapés par une fiscalité hors normes – les recettes publiques ont représenté 53 % du PIB de 2013 à 2018, contre 45 % du PIB en Europe -, nous n’avons pas pu profiter normalement de la reprise économique.

Prisonnier d’une logique à courte vue, l’État a privilégié les recettes fiscales immédiates. Ce faisant, il a sacrifié la croissance qui aurait permis de soulager la société française, tout en redressant les comptes publics.

Surcoût pour les finances publiques

Au-delà du gâchis humain, cette politique contre-productive génère un surcoût pour nos finances publiques de l’ordre de 0,6 point de PIB par an. Pour améliorer durablement la qualité de vie de nos concitoyens et rééquilibrer nos comptes, il faudrait se mettre en position de réduire plus significativement nos fiscalités anti-économiques.

Si l’on peut saluer les prises de position de Bruno Le Maire et d’Olivier Dussopt contre les hausses d’impôts, il reste beaucoup de travail à faire pour faire reconnaitre l’importance pour la société de fiscalités compatibles avec la création de richesse et le plein emploi.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Le trop plein de fonctionnaires inutiles, mais, gaspilleurs ne peut-il pas être jugulé pour réaffecter ces sommes gigantesques à l’emploi « civil » ?

    • Il faut distinguer les fonctionnaires utiles, les inutiles et les nuisibles: principalement des bureaucrates dont l’agitation zélée entrave des activités productives de prospérité. Comme ils ont un contrat d’emploi à vie, on ne peut pas les licencier mais on peut les mettre au placard, payés à ne rien détruire: ce serait déjà un gros progrès.

      • Il faudrait également distinguer les fonctionnaires utiles, mais qui pourraient servir à d’autres fonctions dans le secteur industriel et commercial, s’ils n’était nécessaire de lutter contre la rébellion et le refus d’intégration de tous ceux qui sont issus d’une immigration laxiste qui perdure depuis des décennies.

  • Tout d’abord à quoi sert de cocher « se souvenir de moi » si à chaque connexion il faut redonner son identifiant et MdP ?
    Nous sommes administrés par environ 7.000 énarques qui tiennent tous les leviers de décision 70 sortent chaque année de l’école depuis 1945.
    Ne serait-il pas temps de remercier tout ce personnel pour nous avoir mené là où nous sommes.Attention ils peuvent faire pire, je pense notamment à la TMM théorie monétaire moderne et au RU revenu universel pour tous.
    Car à défaut de ne jamais avoir su créer d’emplois (sauf de fonctionnaires) il serait opportun d’essayer de créer de la richesse avec de la monnaie. F Bastiat doit regretter d’avoir essayé de nous enseigner que seul le travail arrivait à cette fin

  • Personne ne parle vraiment du déficit primaire de la France (déficit budgétaire annuel avant déduction des intérêts de la dette) qui est le vrai problème structurel de notre pays dont la cause est le manque chronique de création de richesses au regard de dépenses publiques qui lui sont supérieures.
    On peut spolier tous les riches français, on peut confisquer les fortunes les plus importantes, on peut taxer à tour de bras pour cacher temporairement la misère, l’Etat vivant au dessus de ses moyens et dans l’incapacité de freiner sa dépense reviendra systématiquement au déficit antérieur après avoir consommé ses rapines.
    Il n’y a qu’une solution courageuse pour espérer sortir de l’ornière, c’est de réduire la dépense publique, encourager la création de richesses par le secteur marchand et rendre l’Etat efficace de façon à créer un excédent budgétaire primaire.
    Le problème, c’est que c’est une solution courageuse..

  • La pétition, signée par une centaine d’économistes pour la suppression pure et simple de la « dette Covid » est une ânerie qui montre que économiste et socialiste sont incompatibles en fait.
    La seule bonne façon de rembourser la dette est la croissance forte de notre économie (et non la décroissance prônée par un certain nombre de décérébrés).
    Notre taxation étant déjà au taquet (seul domaine où nous soyons champions du monde: la taxe), la seule façon de généer cette croissance, qui ne peut venir que des entreprises privées, est de les libérer de tout le carcan qui les empêche de lutter à armes égales avec le reste de l’europe et du monde:
    – les impôts de production
    – les autres impôts plus élevés qu’en Allemagne par exemple
    – les réglementations nuisibles
    – les code du travail qui doit être réduit à une centaine de pages max
    – l’arrêt de la plupart des lois « vertes » qui ne sont que du socialisme déguisé.

    Pour financer tout cela: une baise massive des dépenses publiques, à commencer par les 50 milliards de dépenses sociales gaspillées -entre autre- en retraites versées à des algériens de 120 ans qui envoient tous les ans leurs « preuves de vie » qu’on achète pour quelques dirhams au fonctionnaire du coin.
    Mais aussi tout le gaspillage d’argent public et la retraite à 65 ans, comme avant 1981 et la semaine de 40 heures.
    La probabilité de tout cela: nulle avant l’effondrement complet.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles