L’épargne des Français ne sera pas taxée, promis juré

Les Français font des douzaines de milliards d’épargne ? Ce serait vraiment dommage que le gouvernement n’en profite pas !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’épargne des Français ne sera pas taxée, promis juré

Publié le 5 mars 2021
- A +

par h16

L’erreur est humaine mais pour en faire une grosse catastrophe, il faut faire intervenir l’État : grâce à ses nombreux efforts ainsi qu’à ceux des politiciens déchaînés, la pandémie s’est rapidement transformée en crise, un peu sanitaire au début puis largement économique ensuite avec son cortège de conséquences pas trop inattendues depuis l’augmentation du chômage, des suicides et des problèmes psychologiques et médicaux jusqu’aux effets plus inattendus comme l’augmentation dodue de l’épargne des Français.

Ici, il ne s’agit pas d’une petite augmentation discrète, mais bien d’un mouvement majeur qui totalise entre 100 et 120 milliards d’euros à l’échelle de la France et qui pourrait atteindre les 200 milliards d’ici la fin 2021 selon les estimations du gouvernement (qu’on prendra donc avec les pincettes et le gel hydroalcoolique de rigueur, vu le passif). Quand bien même : en 2020, l’encours des dépôts à vue des ménages a ainsi progressé de 62,75 milliards d’euros le faisant passer d’une année à l’autre 228 à 462 milliards d’euros…

Bien évidemment, cette énorme masse d’argent qui grossit attire l’œil des malfrats. Il n’a donc pas fallu bien longtemps pour que les appétits des politiciens et des chroniqueurs collectivistes s’aiguisent. On en parle. Cela fait débat.

Pensez donc : ces sommes rondelettes conviendraient bien pour l’un ou l’autre plan de relance (ou un plan climat, un plan pauvreté, un plans pour des vélos, des chaudières, des petits-déjeuners, des cabines de douche ou des permis de conduire…) et ce d’autant plus que nos inévitables et frétillants économistes de salon comme Piketout pardon Piketty sont évidemment dans le coup.

Un gros gâteau, des administrations aux ventres bureaucratiques (toujours) affamés, des scribouillards et autres politiciens la lippe déjà humide et l’œil pétillant d’envie à l’idée de tout ce qu’ils vont bien pouvoir faire avec cette énorme pâtisserie financière, il n’en faut pas plus pour qu’un « débat » soit lancé.

Ici, débat est entre guillemets tant l’aspect artificiel de ce dernier saute aux yeux du Français rôdé à ce genre de mascarade : la « découverte » de la somme ne date pas d’hier et les montants mis de côté par les Français précautionneux sont connus depuis un moment ; Bercy sait, Bercy traque et Bercy renifle l’argent de très très loin ; et lorsqu’on claquemure les populations, il y a forcément moins de dépenses dans les activités sociales, sportives et culturelles, ce qui conduit inévitablement à des économies substantielles…

En somme, avec cette cohérence typique des gens de l’État, le gouvernement se pose la question de savoir comment faire consommer davantage les Français après les avoir tympanisé sur le thème de la transition écologique, de la frugalité et de la décroissance.

épargne

De la part de ceux qui tètent toujours aux robinets publics, les questions s’amoncellent donc : comment faire pour « relancer » l’activité, pour que ces grosses sommes joufflues redescendent dans l’économie et viennent remplir tous ces petites ventres vides, si ce n’est par l’impulsion forcément idoine de la puissance publique forcément bienveillante et forcément juste ?

Ah, qu’il est doux le son des pièces sonnantes qui trébuchent dans le trésor public grâce à la fine impulsion sénatoriale socialiste ! Rassurez-vous cependant, pour le Bruno de Bercy (qui est au transit fiscal ce que le Bruno d’Agen est au transit intestinal), non et non, il n’y aura pas de nouvel impôt. Ce n’est ni le moment ni la façon de procéder et d’ailleurs, lui et ses collaborateurs cherchent d’autres moyens de leur piquer leurs thunes les faire consommer :

« Nous travaillons à des incitations qui permettraient aux Français de dépenser leur épargne dans l’économie et donc de participer à la relance économique. »

Les artisans de l’actuelle débâcle économique, ceux qui ont directement poussé les Français à cet élan de précaution vu les décisions consternantes enfilées depuis un an à un rythme soutenu comme des saucisses industrielles, se déclarent donc avec aplomb à même de proposer des incitations pour améliorer la situation, ce qui devrait logiquement achever de terroriser tout le monde.

épargne

Du reste, on frétille déjà de plaisir rien qu’en imaginant les idées lumineuses que ces solides clowns à roulettes vont nous pondre à leur prochain prout sonore :

  • en jouant sur les mots, nous proposeront-ils une taxe plutôt qu’un impôt (la différence sera laissée à l’appréciation du lecteur) ?
  • avec des incitations par trouzaines offrant chacune l’occasion d’une niche fiscale aussi tarabiscotée que risquée sur le moyen et le long terme, à la merci du moindre changement législatif ?
  • par une ponction pure et simple, emballée dans une appellation d’emprunt national de relance (avec des majuscules où il faut et un roulement du R indispensable à la solennité de cette nouvelle briganderie républicaine) avec promesse de remboursement dans les 3 ou 5 ans, si tout va bien, si les Français sont sages et surtout s’ils votent comme il faut ?

Compte tenu de l’historique du présent gouvernement, on peut déjà trembler ; mais force est de constater que, pour toute la cour politicienne et la basse-cour d’économistes en odeur de sainteté et autres chroniqueurs médiatiques, il semble absolument impensable de laisser les Français décider par eux-mêmes ce qu’ils pourraient bien faire de ces sommes.

De ce point de vue, la prévoyance et la gestion prudente des citoyens contraste violemment avec l’envie dépensière et la décontraction que nos politiciens affichent avec les finances publiques et l’argent des autres. Si les Français n’étaient pas si pétris de cette envie de se mêler des affaires des autres, on en viendrait presque à se demander comment ces citoyens ont pu pousser ces politiciens à ces postes-là.

Soyons réalistes : la somme est trop grosse, le gâteau trop tentant et les ventres administratifs trop vides pour qu’il ne soit rien fait. Il y a tant de projets, de transition écologique à financer, de réacteurs nucléaires à fermer, de voitures électriques polluantes à subventionner, de télévisions et de radios d’État à stipendier que cette somme ne peut pas, ne doit pas rester bêtement sur les comptes des Français qui ne savent pas ce qui est bon pour eux (d’ailleurs, regardez comment ils votent !)…

Il y aura donc ponction, d’une façon ou d’une autre.

Peut-être par l’inflation, insidieuse au départ, qui s’installera progressivement partout et grignotera tout ce qu’elle pourra, à commencer par cette dette colossale, ce pognon de dingue dépensé « quoi qu’il en coûte » pour justifier les accents martiaux d’un coquelet dépassé par ce qui aurait pu, ce qui aurait dû être géré par des médecins et non des administrations et toute une brochette d’insupportables énarques ivres de leur puissance…

Vraisemblablement, les semaines et les mois qui viennent vont être dangereux pour votre épargne ; protéger ce que vous avez mis de côté va être de plus en plus difficile tant l’Occupant Intérieur a faim.

Français, tenez vous prêts !


—-
Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • J’ai quelques doutes sur l’inflation. Concrètement, ça fait presque 10 ans que les principales banques centrales de la planète essaient de la lancer, sans y arriver vraiment pour l’instant. En tout cas, les masses colossales d’argent créées ne vont pas dans l’économie réelle, plutôt dans l’immobilier et la finance (la valorisation boursière de Tesla est un bel exemple de ce qu’on peut faire)

    • Tout à fait. Donc, que reste-t-il?
      Une taxe sur les Livrets A? Plutôt impopulaire.
      Par contre, comme le suggère H16, un emprunt obligatoire portant astucieusement sur tout ce qui dépasse le dépôt moyen (+2000E par ex) du livret A de façon à ce que les généreux donateurs obligatoires ne dépassent pas 30-40% de l’effectif des détenteurs de Livret…

      Une fois de plus, le « diviser pour régner » sera efficace. Car ce faisant on divise/oppose les détenteurs de Livrets A entre « riches » et « pauvres »! Ceux qui seront désignés comme « riches » et n’ayant que faire (bien sûr) de telles sommes « dormant » sur leurs livrets, se devront de devoir participer à la relance du pays.
      Quant aux « pauvres », ils seront trop heureux d’échapper à la collecte forcée, certains d’ailleurs n’étant pas mécontents de ce qui arrivent à leurs compatriotes (un peu) plus fortunés qu’eux au vue de la jalousie et de l’envie prégnant la mentalité française.
      Les stipendiés habituels de la manne publique commenceront à calculer ce qu’ils pourront récolter et/ou demander en plus.

      Et le tout passera très bien avec la bonne petite propagande médiatique habituelle relativisant le méfait et ses conséquences, stigmatisant les victimes (appelées « nantis ») et mettant en exergue l’apport positif pour la Solidarité, la préservation du « Bien Commun », le soutient au « Tissu Social » et à l’incontournable « Intérêt Général ».

      • Quand l’état promet, c’est là où on peut être sûr que l’épargne ne sera pas taxée, sauf un léger réajustement pour aligner les taux fictifs aux taux réel dans l’ordre de la péréquation subliminale restreinte . . . .

      • Mais il y a qqch que je ne comprends pas: pourquoi l’état ne forcerait pas la caisse des dépôts et consignations à lui faire un prêt quasi sans intérêt?
        Comme ça le chiffre inscrit sur les livrets A des gens ne change pas, c’est juste qu’il ne pourront pas retirer leur argent (ça on leur dit pas tout de suite).
        Exemple: on ne taxe pas votre livret A, vous avez toujours votre argent, mais vous ne pouvez pas en retirer plus de x€. Magique, et ce n’est pas une taxe!

        • Statutairement, je ne pense pas que la Caisse des Dépôts et Consignations puisse le faire.
          Qui plus est, les sommes qu’elle pourrait effectivement libérer pour l’Etat ne sont que de qq 10aines de milliards alors que l’Etat a besoin de plusieurs 100aines de milliards… La caisse n’a pas accès à la totalité des dépôts du livret A mais une partie seulement.

          Enfin, une telle manœuvre, si elle était vraiment mise en place (pour autant qu’elle soit possible) priverait d’accès à leurs dépôts la totalité des détenteurs de Livret. Cela entraînerait un mécontentement général et agrégerait ensemble la population contre le gouvernement.

          Or ce qu’ont bien compris tous les gouvernants qui se sont succedés jusqu’ici, est qu’il est dangereux de créer un tel agrégat. Il vaut mieux diviser pour régner.

    • Mais l’inflation est déjà bel et bien là. Elle n’est pas dans les prix à la consommation car la concurrence est vive. Par contre elle est dans l’immobilier et la bourse.

    • Immobilier hors de prix, bourse qui monte dès le bon mot de la FED ou des clowns de la BCE.
      Pour les prix des produits exposés à la concurrence, l’inflation est sous cloche, jusqu’à l’explosion finale.
      Le déséquilibre se manifestera d’une manière ou d’une autre.
      Cela pourra être soudain, peut-être quelques émeutes plus ou moins importantes.

  • Puisqu’en France tout finit par une chanson et que Charles traînait par là:
    ♪ Le Maire qu’ont voit lancer
    les fonds qu’il vient de traire,
    Aime votre pognon pour sûr, Le Maire!
    Est une fière ordure infiniiiiiiie. ♪

  • La loi Sapin 2 veille sur vos économies,loi qui a le culot de s’appeler « loi de modernisation de l’économie » pondue par un socialiste,trostkyste dans sa jeunesse lycéénne à Henri IV (un lycée difficile…) ,apparatchik typique tel que notre système le permet naviguant entre divres postes ministériels et mandats électifs au gré des résultats de ces derniers tout en conservant les avantages et son avancement dans son poste de fonctionnaire…pour finir grassement dans le privé.
    La caricature même du type qui a plombé la France depuis 40 ans!

  • Je l’avais pronostiqué sous un autre article dont l’auteur nous assurait que le livret A serait taxé.
    Je n’y croyais pas. Nous sommes trop près de deux moments :
    – le moment où le gouvernement a promis de ne pas augmenter les impôts
    – l’élection présidentielle…

    • Je vois bien la déclaration du livret A dans la déclaration d’impôts. Plusieurs milions de Français en plus seront éligibles au paiement de l’impôt sur le revenu.

  • Oh mon dieu que de médisances sur ce post!
    Ceci alors que l’on va s’orienter gentiment vers un quasi emprunt d’État – obligatoire – pour pomper l’épargne des français, bien sûr, à taux zéro ou presque et, remboursable par une inflation …. maitrisée par les Énarques!

  • Cet argent volé ira aux copains qui votent bien et non à la création de richesses et d’emplois.

  • je ne suis pas sûr que dans le contexte actuel ce gouvernement tente de faire les poches des français, surtout sur l’épargne, ce serait la petite goutte d’eau qui va faire surgir plus que les gilets jaunes, les français dans leur ensemble..

  • Ni impôts, ni taxes : juste, écologique et solidaire conFISCation

  • je tends depuis longtemps à penser que avoir défini la sobriété comme un objectif sociétal était une façon de faire passer l’echec des politiques passés qui promettaient cocagne..

  • Je voudrais savoir qui arrive à mettre de l’argent sur un livret quelconque moi je n’y arrive pas !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Mark Thornton.

Nous allons nous intéresser à ce qui se passe avec une augmentation de la masse monétaire, plutôt qu'une augmentation de l'épargne. Ceci est d'une importance capitale. L'idée mercantiliste selon laquelle l'augmentation de la masse monétaire accroît la prospérité a été dénoncée comme une erreur il y a des siècles par Richard Cantillon[1. Richard Cantillon, Essai sur la Nature du Commerce en Général, translated and edited by Henry Higgs (1755; London: Cass, 1931), chap. 1.].

L'orthodoxie monétaire contemporaine

... Poursuivre la lecture

L’assurance vie est le placement préféré des Français, avec près de 1900 milliards d’euros d’encours. Des millions de Français épargnent régulièrement sur leurs contrats d’assurance vie. Et pourtant, ils sont nombreux à mal connaître ce produit d’épargne et à ne pas savoir comment bien l’utiliser pour investir. Explications.

Rappels sur le fonctionnement de l’assurance vie

Avant tout, rappelons que l’assurance vie est un placement qui génère des intérêts et des plus-values (ou moins-values). Les épargnants détiennent une créance auprès... Poursuivre la lecture

Surendettement 2021
0
Sauvegarder cet article

Un article de Finfrog.

Avec la crise économique engendrée par la crise sanitaire, les analystes prévoyaient une augmentation des situations de surendettement en France. Pour l'instant, ce n'est pas le cas et les chiffres sont en baisse par rapport à 2019.

Une situation de surendettement est définie par l'impossibilité de faire face à l'ensemble de ses dettes. Parmi les solutions à envisager, il est possible de contacter la commission de surendettement des particuliers pour effectuer une procédure de surendettement.

Voici ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles