École publique : même dans les cités, on veut la quitter

Notre pachydermique secteur public de l’Éducation fait de plus en plus figure de repoussoir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by CDC on Unsplash - https://unsplash.com/photos/GDokEYnOfnE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

École publique : même dans les cités, on veut la quitter

Publié le 3 mars 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Je vous recommande la lecture d’une enquête des plus intéressantes publiée la semaine dernière par Mediapart sous le titre « Des élèves se réfugient chez les cathos pour échapper au ghetto ». Quel ghetto ? Celui des cités, celui des quartiers dits sensibles qui font plus souvent la Une de la presse régionale pour trafics en tout genre, violence de moins en moins sporadique et délinquance au quotidien que pour les prix de grammaire de leurs élèves.

Article surprenant, venant de l’écurie Plenel. Mais qui s’explique en fait très bien si l’on garde à l’esprit que Mediapart, vent debout contre le projet de loi sur le « séparatisme islamiste » du gouvernement, accuse ce dernier de prendre le problème par le petit bout islamophobe et sécuritaire de la lorgnette alors que le vrai problème serait à chercher du côté de la « ségrégation sociale ».

École publique : dérives communautaires, violences, et niveau en baisse

Procès plus militant que réaliste car de multiples rapports ont montré que l’école dite républicaine est le siège de dérives communautaires incessantes en provenance de l’islam : tel élève refuse le rouge dans les classes car cette couleur n’est pas autorisée par le Coran, tel autre ne veut pas aller à la piscine car s’il boit la tasse, cela va casser son jeûne du ramadan, etc.

Elle est aussi le lieu d’une violence de moins en moins discrète entre élèves ou vis-à-vis des enseignants dont ces derniers ont fini par parler en masse avec le hashtag #pasdevague suite au braquage d’une de leurs collègues par un élève qui pointait sur elle une arme factice mais très convaincante. Nul besoin de tomber dans l’excès sécuritaire quand il s’agirait d’abord pour le gouvernement de remplir ses missions régaliennes avec sérieux – ce qui n’est malheureusement pas du tout le cas.

Sans compter la dramatique baisse du niveau académique qui affecte tous les élèves depuis plus de 30 ans, indépendamment de leur catégorie sociale d’origine.

Mais finalement, en ce qui concerne l’article susmentionné, peu importe, car il est en lui-même d’une grande richesse de témoignages qui montrent à quel point notre pachydermique secteur public de l’Éducation fait de plus en plus figure de repoussoir pour qui veut accéder à un service éducatif digne de ce nom.

Passer de l’école publique à l’école privée

On sait depuis longtemps que nombre de familles aisées – parmi lesquelles beaucoup voteront toujours à gauche et vous diront toujours à quel point la France s’honore d’avoir un enseignement public de l’envergure de notre mammouth – optent pour le privé ou font du moins tout pour échapper à la fatalité de la carte scolaire via le jeu des matières optionnelles et des adresses de complaisance.

Mais de nombreux parents des quartiers défavorisés font eux aussi de plus en plus souvent le choix de l’école privée catholique située à proximité de chez eux pour éviter à leurs enfants l’enfermement communautaire et la dérive de violence qu’ils ont eux-mêmes connus il y a 20 ou 30 ans – et, comme le précisent certains, à l’époque ce n’était rien par rapport à aujourd’hui.

Pour Khaled Baki, père de famille du quartier de La Paillade à Montpellier, il est un signe qui ne trompe pas :

Quand j’étais à l’école primaire, le directeur habitait le quartier et sa fille Valérie était dans ma classe. Aujourd’hui, c’est fini tout ça. Les enseignants n’habitent plus le quartier et n’y inscrivent plus leurs enfants… C’est ce qui me choque le plus.

Donc pour ses filles, la décision fut simple : le collège Saint Roch situé à quelques minutes du domicile familial pour fuir ce ghetto où il ne fait pas bon mettre en avant son goût pour l’école et ses bonnes notes.

Laura, l’une des mamans interrogées, raconte avoir connu « tous les quartiers chauds de Toulouse » dans son enfance. Elle a même été en classe avec Abdelkader Merah, qui a été condamné à 30 ans de réclusion pour complicité des sept assassinats de son frère le terroriste islamiste Mohammed Merah :

Il tenait déjà des propos limites… Je pense que c’est une histoire d’éducation et d’enfermement, et je veux autre chose pour mes enfants.

Tant il est vrai que le séparatisme islamiste et la pression communautaire incessante ne sont pas une vue de l’esprit. Dans le quartier de Laura, les enfants qui fréquentent l’école privée Sainte-Germaine comme son fils sont attirés par les autres avec des formules du type « Vous êtes de la famille, venez avec nous ». Les mères redoutent par-dessus tout que ces avances qui jouent sur la corde affective n’entraînent leurs enfants dans les trafics de drogue ou la délinquance.

De son côté, loin de se cantonner au recrutement d’enfants de familles aisées dotés d’un bulletin scolaire impeccable, l’enseignement catholique considère qu’il est dans son rôle en accueillant des élèves d’origines diverses dont les familles sont en recherche d’encadrement, de sérieux et, pourquoi pas, d’une vraie possibilité d’intégration avec à la clef toutes les promesses de l’égalité des chances ainsi que celles d’un ascenseur social qui se remettrait à fonctionner.

Ainsi que l’explique Philippe Delorme, le secrétaire général de l’enseignement catholique :

Nos instances ont défini des politiques nationales destinées à privilégier la mixité sociale et le développement des formations professionnelles, pour que l’accueil de tous soit une réalité.

Mais il n’est pas rare que ces écoles ne deviennent elles aussi les cibles des incivilités et des violences qui gangrènent les quartiers dans ou à proximité desquels elles sont situées. Les parents et enseignants interrogés par Mediapart le disent et les élèves ainsi que le personnel de l’école primaire Monseigneur Cuminal située en bas d’une tour du quartier d’Étouvie à Amiens viennent d’en faire la triste expérience :

L’école subit quotidiennement les jets d’objets et de déchets en tout genre lancés depuis les étages au pied des classes. Des agressions du voisinage, différents trafics à proximité, des intrusions et occupations sauvages de la cour, des rodéos près de l’école participent à l’insécurité et empêchent l’école de fonctionner normalement.

Résultat, cette annexe de quatre classes ouvertes spécialement pour apporter une solution éducative à des familles abandonnées par les pouvoirs publics se trouve en quelque sorte abandonnée elle-aussi par défaut de présence et d’action régalienne dans son quartier et sera fermée à la fin de l’année scolaire. Les élèves seront éventuellement redéployés dans d’autres locaux.

Il eut cependant été étonnant que Mediapart ne donnât pas la parole au sociologue de service pour qu’il vienne rappeler quand même les vertus égalitaristes indiscutables du monopole étatique de l’éducation :

Il faut déconstruire l’idée de familles libres de leurs choix. Quand on entre dans les détails, le système éducatif est d’autant plus inégalitaire là où il est le moins régulé par la force publique.

Dans son idée, les gens des ghettos n’ont pas vraiment le choix. Ils pensent peut-être permettre à leurs enfants de s’en sortir en quittant l’école publique, mais ils sont voués à déchanter rapidement au regard des critères élitistes et financiers du privé qui, de plus, ne les considérera jamais comme faisant partie du même monde que les autres élèves. La vision marxiste, la lutte de classes.

Laisser le choix aux parents dans l’éducation de leurs enfants, quelle horreur !

De toute façon, il est établi depuis longtemps par les dévoués syndicalistes qui foisonnent dans l’Éducation nationale que l’idée de choix est totalement pernicieuse et contraire au principe de l’égalité. Petit exemple : l’enseignement privé organise des portes ouvertes. À les croire, c’est carrément l’horreur consumériste !

Dans notre fonctionnement, on est obligé de s’aligner sur le privé qui fait des portes ouvertes, donc voilà, on fait des portes ouvertes sinon les parents ne peuvent pas ‘choisir’ l’école. Et donc voilà, on est dans une consommation de l’école. (vidéo, à partir de 18′ 20″)

C’est vrai, quoi ! Laisser le choix aux parents dans l’éducation de leurs enfants, quelle horreur ! Mais qu’on nous rende notre monopole, s’exclament en substance nos syndicalistes, cette concurrence du privé est déloyale !

On ne s’étonnera donc pas de lire en commentaire de l’article de Mediapart l’éternelle diatribe gauchiste contre les financements publics reçu par le privé (comme si les parents du privé ne payaient pas aussi des impôts) ainsi que cette belle envolée d’idéologie complètement butée (photo ci-dessous) :

L’école publique, l’école de la République, la seule école libre, doit être fière d’accueillir tous les élèves sans distinction.

Les témoignages des familles, les récits de leur quotidien, leurs espoirs de réussite ? Rien de tout cela ne fait le poids face au dogme.

La dégringolade éducative de l’Éducation nationale, la violence, le communautarisme ? Un faux problème. L’important c’est l’égalité et l’égalité, cela veut dire : tout le monde sans exception dans la même galère.

Il n’en est que plus drôle de lire à la fin de l’article de Mediapart que l’une des élèves concernées, très à l’aise en classe de CM2 à l’école de la Sainte-Famille à Montpellier, a déjà décidé que plus tard, elle serait… notaire ! Hou la la ! À ne surtout pas dire au sociologue de service !

Sur le web

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • parler de concurrence déloyale…quand ce sont les clients qui décident de payer plus cher pour le produit…

    c’est la charcuterie avec des produits avariés qui se dit outré que des gens payent plus cher pour du boudin mangeable..

    ces gens en sont là..je sais ce qui est bon pour vos enfants..

    • que ce soient des gen modestes qui fassent ce choix les rend fous..

      • C’est cela le point important.
        Nos dogmatiques ne se rendent même pas compte que les populations sensées bénéficier de leur égalitarisme forcené (qu’ils ne s’applique pas à eux-mêmes d’ailleurs) sont les premières à en subir les effets négatifs d’où leur fuite.
        Est-ce que nos dogmatiques en tirent les conséquences au prix d’une petite analyse et introspection salvatrice?
        Surtout pas. On ne remet pas en cause un aussi « beau » dogme.
        La fuite hors du système de la population ne peut qu’être liée à l’action pernicieuse de ce maudit secteur privé qui ose mettre en avant ses avantages ou, tout du moins, l’absence des effets délétères du dogme égalitariste du secteur publique.

        • @cyde oui c’est une forme de folie . J’ai entendu un jour un communiste dire qu’il faudrait passer par les armes les gens venant des blocs de l’est . Pour lui ils avaient trahi car bénéficié des largesse de l’état polonais (en l’occurrence) et refusaient de contribuer , ils avaient une dette. Je lui ai dit qu’il venait de réhabiliter le servage , ou que les macs ne fonctionnaient pas autrement avec leurs gagneuses mais il ne comprenait pas; ces gens sont complétement pervers , ils sont dans une logique de mafia , de macs .

        • à rapprocher avec leur incompréhension totale lorsque des gamins brûlent leur école d’ailleurs..

    • En fait, de la charcuterie, dans les ‘quartchiés’, y en a plus…

  • Il se trouve que hier soir j’ai regardé (en partie, car je me déconcentre vite) un reportage sur Zemmour.

    Y a comme qui dirait un cousinage avec cet article;

    Attention, Nathalie, attention !

    Le privé c’est caca…

    ( Mes enfants et petits enfants sont tous passés par Don Bosco;
    – t’as pas honte ?
    – non ! )

  • L’éducation nationale est la tombe de notre pays. Beaucoup de ses membres votent à gauche depuis toujours, ils déplorent à présent les conditions dans lesquelles ils enseignent sans faire le lien de cause à effet. Toute leur vie ils se sont battus contre toute forme d’effort , de discipline, de rigueur . Eux mêmes ont toujours lutté pour ne devoirs de comptes à personne , de n’être jamais évalué au mérite ou à leurs performances . Ils n’ont jamais quitté l’école, ils n’ont aucune idée du monde dans lequel ils vivent, sécurisés par leur statut qui est à la fois leur protection et leur prison. Aujourd’hui leur monde est devenu un enfer dont ils ont pavé chaque recoin avec une application obtuse et ils hurlent à l’idée d’en changer une soudure. Alors les familles cherchent de nouveaux horizons pour leurs enfants -comme jadis certains fuyaient le bloc de l’est-, prêts à se saigner aux quatre veines pour leurs enfants. « Ce n’est pas juste » disent ces mêmes imbéciles ! Alors qu’eux mêmes sont les champions du monde de la dérogation de carte scolaire et autres martingales pour cheminer dans les méandres scolaires. Suppression du statut de fonctionnaire pour les enseignants , privatisation ! Evaluation aux résultats , enquêtes de satisfaction auprès des parents . Examens de passage chaque année . Copies anonymes . Publication des résultats / classe/ établissement. Orientation vers le technique et l’apprentissage à 14 ans . Tout le monde connaît les recettes , mais qui veut les mettre en pratique ? c’est sûr que c’est plus facile de mettre des gommettes roses , des « en cours d’acquisition » , de faire passer les bambins en classe supérieure , de ne pas faire de vague .

  • Ce qui est le plus stupéfiant, c’est la dégringolade du système éducatif français en 70 ans.
    Mais il est vrai qu’à cette époque, il n’y avait que 20% d’une classe d’âge dans les lycées et qu’on ne « donnait » pas le baccalauréat. L’éducation était de qualité, le silence régnait dans les classes. C’est cette génération qui a reconstruit la France, construit le programme nucléaire, l’industrie aéronautique, etc.
    Aujourd’hui, les étudiants fuient les sciences. Il font « histoire de l’art » tout en étant incapable de reconnaitre un Franz Hals.

  • L’enseignement privé à encore de beaux jours devant lui : il est l’alternative a un enseignement public de plus en plus défaillant. Pour l’essentiel les familles qui s’adressent à l’enseignement privé ne le font plus pour des raisons de choix religieux mais plutôt pour limiter la casse pour leur enfant. Parfois ils se saignent pour financer le surcoût. D’ailleurs nombre de nos dirigeants ne s’y trompent pas puisque discrètement ils inscrivent leurs enfants dans le privé. ( Je pourrais donner des noms !!!)
    Les derniers résultats de la France au classement PISA disent bien la chute de la France résultant de l’incompétence de l’actuel ministre de l’EN et de sa longue lignée de ses prédécesseurs. Incompétence doublée d’une paralysie résultant de leur manque de courage face aux syndicats.
    Quand on regarde combien nous coûte l’EN ( nos impôts) c’est sûr que le rapport prix/qualité n’y est pas.
    Que la Chine soit en tête ainsi que trois autres pays asiatiques ne me surprend pas. J’ai eu des étudiants chinois pendant plusieurs années : des travailleurs discrets et acharnés quand nombre de leurs camarades français se perdaient en beuveries et absentéisme.
    C’est comme cela qu’une civilisation s’écroule puis disparaît. RIP

    • Même un ancien ministre de l’Education Nationale dont la fille était à l’Ecole Alsacienne (laîque certes mais privée) etc … Ca en dit long sur le décalage entre les discours et la pratique.

    • Le nombre d’école privées est contrôlé par l’état, ce n’est pas une solution car il n’y en aura pas assez, l’état s’en assure!
      Je rappelle que les enseignants du privés sont fonctionnaires tout autant que ceux du public, et l’état décide de leur nombre.

  • Le dernier commentaire est hilarant en fait !
    Accueillir tout le monde sans distinction : oui, enfin pas trop ceux qui ont des bonnes notes et qui n’acceptent pas les dealers et les violences… Le bon deux poids deux mesures ! 😀

  • Un enfant normal a la naissance ne l’est plus après quelques années d’élevage abrutissant selon une idéologie totalitaire mortifère.
    L’école n’y est pour rien, elle est faite pour des individus aptes a une vie civilisée.

  • Bientôt dans nos écoles un modérateur analysera les propos du prof , comme ici, avant de les livrer a l’élève.

  • En Argentine les élèves vont à l’école armer d’une arme de poing pour être certain d’être diplômé

  • On peut aussi parler des écoles privées hors contrat qui, pour certaines, permettent à des familles pauvres d’y inscrire leurs enfants, et pour bien moins cher que le public.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Stade de France Darmanin délinquants
5
Sauvegarder cet article

Gérard Darmanin nous refait le coup : il ne fait rien, envoie des policiers au casse-pipe pour arrêter des gens qui vendent des choses que personne ne vous force à acheter, et il vous explique que grâce à ça, et donc implicitement grâce à lui, vous vivez dans une société plus sûre.

Mais la société est-elle plus sûre quand on pourchasse les dealers ? Rien ne le prouve mais Darmanin ne le sait pas. Et que puis que ne ferait-on pas pour chasser sur les terres électorales de Marine Le Pen et de LR ? En ce moment il semble qu’il y ait beauc... Poursuivre la lecture

Héros en 2015 suite aux attentats terroristes, zéros depuis 2019 avec les manifestations des Gilets jaunes, depuis 7 ans la police fait le yoyo dans le cœur des Français. Journées décalées, rappels à répétition pendant les jours de congés, désordres dans le commandement, lieux de travail vétustes, moyens matériels inadaptés, absence de soutien de la hiérarchie, le malaise de la police est palpable. Pourtant la sécurité publique, avec l’affaire dite « des piqures » est au cœur de la population.

Le phénomène des piqûres en soirée, toujou... Poursuivre la lecture

 

Pessimistes, anti-capitalistes, conservateurs et verts, prenez note : nous sommes beaucoup plus paisibles maintenant que nous ne l'avons jamais été.

Steven Pinker est un vulgarisateur scientifique, spécialiste de la psychologie expérimentale et des sciences cognitives. Il vient tout juste de publier aux USA un nouveau livre portant sur l'histoire des violences humaines (meurtres, massacres, génocides, etc.), et leur déclin relatif. Dans un article sur New Scientist, il veut frapper les esprits en nous annonçant que nous n... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles