Covid : la démocratie recule partout dans le monde… et en France

Actualité des libertés dans le monde : un rapport rétrograde la France pour en faire une « démocratie défaillante » et la classer 23e sur 167.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Statue de la liberté (Crédits : benonrtherun, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : la démocratie recule partout dans le monde… et en France

Publié le 4 février 2021
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Les effets de la crise sanitaire sur les libertés publiques ont été catastrophiques dans le monde entier, et ont fortement dégradé la réputation démocratique de la France. C’est ce qui ressort du Democracy Index 2020, un rapport du département consacré à la recherche de The Economist, le fameux journal économique britannique.

Selon les rédacteurs du rapport :

« Le score global moyen de l’indice de démocratie 2020 est passé de 5,44 en 2019 à 5,37. C’est de loin le pire score global depuis la création de l’indice en 2006. Le résultat de 2020 représente une détérioration significative et est dû en grande partie – mais pas uniquement – aux restrictions imposées par les gouvernements aux libertés individuelles et civiles qui ont eu lieu dans le monde entier en réponse à la pandémie de coronavirus. »

Si cette détérioration du climat démocratique s’est en particulier traduite par la montée en puissance des régimes autoritaires, en particulier au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne, certains pays d’Europe de l’Ouest comme la France ou le Portugal ont vu leur statut rétrograder de démocratie parfaite à démocratie imparfaite.

En cause, principalement les confinements multiples et le couvre-feu, qui ont entravé la liberté de circuler, de se réunir et de commercer en France.

Le précédent des Gilets jaunes

Rappelons qu’avant même la crise sanitaire, au moment de celle des Gilets jaunes, le gouvernement a eu droit aux remontrances de certains observateurs étrangers quant aux respects des principes démocratiques. Des experts de l’Onu avaient dénoncé les restrictions à la liberté de manifester tout comme l’étendue de la répression policière en novembre 2018.

Un mémorandum de la commissaire aux droits de l’Homme du conseil de l’Europe publié en 2019 en avait même appelé à la suspension de l’usage des LBD par la police française contre les manifestants « afin de mieux respecter les droits de l’Homme. »

L’autoritarisme bureaucratique qui s’est imposé avec l’état d’urgence sanitaire n’est pas un accident politique, mais le visage du déclin d’une monarchie républicaine française déséquilibrée et illibérale.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • La technocratie estime sa domination sur les assistés / infantilisés indispensable et d’utilité publique, elle seule « sait ». Tout prétexte est donc bon pour justifier l’accroissement de son pouvoir. Or ce sont des gens parfois intelligents mais qui tournent à vide entre eux dans leur bureaux dorés. Ils ne peuvent donc que commettre des erreurs et mener le pays à sa ruine : résultat nous sommes les derniers dans tous les classements internationaux, il ne manquait plus que la gestion des masques, des tetsts et des vaccins, eh bien c’est fait…

  • La question est : cette évolution est elle provisoire ou définitive ?
    La tendance générale est de penser que oui, il n’y aura pas de restauration du niveau de libertés qui existait avant la crise.
    Je pense, mais peut-être suis-je trop optimiste voire naïf pour certains, qu’au contraire cette crise est une opportunité pour remettre en question l’évolution naturelle liberticide de nos démocraties.
    On n’a jamais autant qu’en ce moment vu autant de plaidoyers pour les libertés, y compris par des personnalités inattendues sur ce discours.

    • Avant ? De quel niveau de liberté parlez vous ?!
      L’état n’assure plus depuis longtemps ses devoirs régaliens et la spoliation par l’impôt existait déjà.
      Et nous serions 24eme ? Il faudrait voir le détail du calcul de ce classement car il est de toute évidence foireux.

    • Les voix que vous entendez sont celles des collectivistes qui veulent faire les poches des « riches » (comprendre « les gens gagnent un cent de plus qu’eux »). Ces gens là ne sont pas dans le business de la liberté mais dans celui de l’extorsion.

      La France est foutue. Il faut s’y faire. La seule perspective est de partir. La mentalité de la plupart des français est irrémédiablement contaminée par le collectivisme.

      Un exemple parmi tant d’autres : on est interdit les manifestations. Mais pourquoi diable le fait-on ? Parce qu’on refuse de défendre, avec toute la force nécessaire, la propriété privée. Parce que dire qu’on va défendre la propriété privée, c’est pire que du nazisme aux yeux de certains. Cet exemple illustre la lâcheté et la défaillance morale et intellectuelle de la France.

      • Au delà des tentatives grossières de récupération comme celles du mouvement des patriotes, ou des deux extrêmes lors des manifs des gilets jaunes, je pensais en fait à l’attitude actuelle des medias qui prêtent leur tribune à des libéraux que l’on n’aurait jamais imaginé voir auparavant, des sujets abordés lors des débats, de la prise en compte de ces sujets concernant les libertés chez les collectivistes plus modérés, toutes tendances politiques confondues.

  • la crise sanitaire a bon dos …..

  • Je subodore la montée d’une confusion entre liberté et démocratie.
    Les théoriciens l’ont prévu* et l’observation le confirme: la démocratie semble converger irrémédiablement vers le socialisme, donc le dépérissement de la liberté individuelle.
    Alors encore plus de démocratie, très peu pour moi, non merci, je reste libéral.

    * La démocratie c’est deux loups et un agneau qui votent pour décider du repas.

  • La démocratie recule mais pire encore, la liberté recule au prétexte que le gouvernement devrait lutter contre un virus.

  • « L’autoritarisme bureaucratique qui s’est imposé avec l’état d’urgence sanitaire n’est pas un accident politique, mais le visage du déclin d’une monarchie républicaine française déséquilibrée et illibérale. »
    C est une explication. Mais elle reste franco-française. Or le phénomène est mondial. Comment l expliquer ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Illustration de personne portant un masque anti covid
10
Sauvegarder cet article

The Atlantic, vénérable mensuel fondé au XIXe siècle, a récemment fait paraître un article d’Emily Oster qui a largement défrayé la chronique : dans « Let’s declare a pandemic amnestie » (déclarons une amnistie pour la pandémie), l’auteur tente d’aligner quelques arguments en faveur d’un pardon général pour tous ceux qui, pendant la pandémie, ont pris les décisions – y compris les plus farfelues  – au motif essentiel que chacun a cru faire du mieux qu’il a pu avec le peu d’informations dont il disposait.

L’article, sobrement chapeauté ... Poursuivre la lecture

la liberté
5
Sauvegarder cet article

La guerre russe en Ukraine place une fois de plus le monde occidental, le monde des démocraties libérales, face à ses renoncements et ses douloureuses contradictions.

Comme dans les années 1930 face à l'Allemagne, l'Italie et l'URSS, on le voit se lever au nom de ses principes face à l'autoritarisme brutal d'un Vladimir Poutine, mais on le voit aussi se braquer dans des certitudes sociales et/ou climatiques qui lui font imposer ses jolies politiques d'en haut en oubliant qu'il tient ses pouvoirs des individus. Exemple typique, les zone... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles