Covid : la démocratie recule partout dans le monde… et en France

Actualité des libertés dans le monde : un rapport rétrograde la France pour en faire une « démocratie défaillante » et la classer 23e sur 167.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Statue de la liberté (Crédits : benonrtherun, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : la démocratie recule partout dans le monde… et en France

Publié le 4 février 2021
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Les effets de la crise sanitaire sur les libertés publiques ont été catastrophiques dans le monde entier, et ont fortement dégradé la réputation démocratique de la France. C’est ce qui ressort du Democracy Index 2020, un rapport du département consacré à la recherche de The Economist, le fameux journal économique britannique.

Selon les rédacteurs du rapport :

« Le score global moyen de l’indice de démocratie 2020 est passé de 5,44 en 2019 à 5,37. C’est de loin le pire score global depuis la création de l’indice en 2006. Le résultat de 2020 représente une détérioration significative et est dû en grande partie – mais pas uniquement – aux restrictions imposées par les gouvernements aux libertés individuelles et civiles qui ont eu lieu dans le monde entier en réponse à la pandémie de coronavirus. »

Si cette détérioration du climat démocratique s’est en particulier traduite par la montée en puissance des régimes autoritaires, en particulier au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne, certains pays d’Europe de l’Ouest comme la France ou le Portugal ont vu leur statut rétrograder de démocratie parfaite à démocratie imparfaite.

En cause, principalement les confinements multiples et le couvre-feu, qui ont entravé la liberté de circuler, de se réunir et de commercer en France.

Le précédent des Gilets jaunes

Rappelons qu’avant même la crise sanitaire, au moment de celle des Gilets jaunes, le gouvernement a eu droit aux remontrances de certains observateurs étrangers quant aux respects des principes démocratiques. Des experts de l’Onu avaient dénoncé les restrictions à la liberté de manifester tout comme l’étendue de la répression policière en novembre 2018.

Un mémorandum de la commissaire aux droits de l’Homme du conseil de l’Europe publié en 2019 en avait même appelé à la suspension de l’usage des LBD par la police française contre les manifestants « afin de mieux respecter les droits de l’Homme. »

L’autoritarisme bureaucratique qui s’est imposé avec l’état d’urgence sanitaire n’est pas un accident politique, mais le visage du déclin d’une monarchie républicaine française déséquilibrée et illibérale.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • La technocratie estime sa domination sur les assistés / infantilisés indispensable et d’utilité publique, elle seule « sait ». Tout prétexte est donc bon pour justifier l’accroissement de son pouvoir. Or ce sont des gens parfois intelligents mais qui tournent à vide entre eux dans leur bureaux dorés. Ils ne peuvent donc que commettre des erreurs et mener le pays à sa ruine : résultat nous sommes les derniers dans tous les classements internationaux, il ne manquait plus que la gestion des masques, des tetsts et des vaccins, eh bien c’est fait…

  • La question est : cette évolution est elle provisoire ou définitive ?
    La tendance générale est de penser que oui, il n’y aura pas de restauration du niveau de libertés qui existait avant la crise.
    Je pense, mais peut-être suis-je trop optimiste voire naïf pour certains, qu’au contraire cette crise est une opportunité pour remettre en question l’évolution naturelle liberticide de nos démocraties.
    On n’a jamais autant qu’en ce moment vu autant de plaidoyers pour les libertés, y compris par des personnalités inattendues sur ce discours.

    • Avant ? De quel niveau de liberté parlez vous ?!
      L’état n’assure plus depuis longtemps ses devoirs régaliens et la spoliation par l’impôt existait déjà.
      Et nous serions 24eme ? Il faudrait voir le détail du calcul de ce classement car il est de toute évidence foireux.

    • Les voix que vous entendez sont celles des collectivistes qui veulent faire les poches des « riches » (comprendre « les gens gagnent un cent de plus qu’eux »). Ces gens là ne sont pas dans le business de la liberté mais dans celui de l’extorsion.

      La France est foutue. Il faut s’y faire. La seule perspective est de partir. La mentalité de la plupart des français est irrémédiablement contaminée par le collectivisme.

      Un exemple parmi tant d’autres : on est interdit les manifestations. Mais pourquoi diable le fait-on ? Parce qu’on refuse de défendre, avec toute la force nécessaire, la propriété privée. Parce que dire qu’on va défendre la propriété privée, c’est pire que du nazisme aux yeux de certains. Cet exemple illustre la lâcheté et la défaillance morale et intellectuelle de la France.

      • Au delà des tentatives grossières de récupération comme celles du mouvement des patriotes, ou des deux extrêmes lors des manifs des gilets jaunes, je pensais en fait à l’attitude actuelle des medias qui prêtent leur tribune à des libéraux que l’on n’aurait jamais imaginé voir auparavant, des sujets abordés lors des débats, de la prise en compte de ces sujets concernant les libertés chez les collectivistes plus modérés, toutes tendances politiques confondues.

  • la crise sanitaire a bon dos …..

  • Je subodore la montée d’une confusion entre liberté et démocratie.
    Les théoriciens l’ont prévu* et l’observation le confirme: la démocratie semble converger irrémédiablement vers le socialisme, donc le dépérissement de la liberté individuelle.
    Alors encore plus de démocratie, très peu pour moi, non merci, je reste libéral.

    * La démocratie c’est deux loups et un agneau qui votent pour décider du repas.

  • La démocratie recule mais pire encore, la liberté recule au prétexte que le gouvernement devrait lutter contre un virus.

  • « L’autoritarisme bureaucratique qui s’est imposé avec l’état d’urgence sanitaire n’est pas un accident politique, mais le visage du déclin d’une monarchie républicaine française déséquilibrée et illibérale. »
    C est une explication. Mais elle reste franco-française. Or le phénomène est mondial. Comment l expliquer ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles