Transition énergétique : mission impossible

L’objectif de la transition énergétique est de multiplier par trois la production en éolien, et par cinq en solaire. Voyons cela.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by m h on Unsplash - https://unsplash.com/photos/reWrNwCzIUU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : mission impossible

Publié le 13 janvier 2021
- A +

Par Michel Negynas.

Rappel : il est normal que les industriels de l’énergie éolienne défendent leur secteur, qu’on leur donne la parole, et qu’on les écoute. Il est moins normal que ces gens prennent les Français pour des imbéciles.

Les responsables des syndicats d’énergie renouvelable (Solaire et éolien, pas biomasse et hydraulique, qui servent souvent à noyer le poisson dans les chiffres de production) sont des adeptes de la vérité alternative. Nous en avons déjà parlé ici.

Après la semaine difficile que nous venons de passer (Contrepoints s’en est fait largement l’écho) par suite d’une absence quasi-totale de vent, on aurait pu penser que cette corporation se fasse discrète. Il n’en n’est rien. Ils en rajoutent. BFM TV aussi.

« Les énergies renouvelables ne se sont pas développées aussi vite que prévu. On paye le développement trop long de certains projets. Il y aurait moins de tension sur le réseau si on avait respecté nos objectifs » estime Alexandre Roesch, délégué général du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

L’objectif de la transition énergétique est de multiplier par trois la puissance installée en éolien, et par cinq en solaire.

Voyons ce que cela donne.

Ci-dessous la courbe de production de la semaine, selon le site ECO2 mix.

Source : https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere

Pendant toute la semaine, l’éolien a fourni une puissance ridicule : 1 à 2 GW, avec 17 GW installés. Le vent s’est mis à souffler en week-end, alors qu’on en avait moins besoin.

Le solaire a été lui aussi négligeable, de très brèves pointes à 3,5 GW maximum à la pointe de midi, et évidemment zéro à la pointe du soir. Ceci pour 10 GW de puissance installée.

L’ensemble des énergies intermittentes a donc fourni au maximum 2 GW à la pointe du soir, pour 27 GW installés (soit 15 EPR). Même avec 90 GW installés (ce qui est l’objectif) on aurait eu un peu plus de 6GW… Ce qui relativise quand même pas mal le discours de M Roesh ! En fait, il nous prend vraiment pour des débiles… ou peut-être est-il sûr de ses arrières, il peut dire n’importe quoi en toute quiétude, pour une raison qui nous dépasse… ou pas.

L’hydraulique a pu être exceptionnellement haute, à 17 GW : elle ne dépasse généralement pas 15 GW. Merci aux dernières pluies et chutes de neige.

Le GAZ, 12 GW installés, a fourni 8 GW, c’est probablement le maximum disponible, surtout qu’il doit en garder sous le pied pour accompagner de brusques sautes de vent. Il est possible aussi que les équipements de cogénération ne soient pas forcément disponibles.

Le nucléaire a fourni 52 GW. C’est un taux de disponibilité de 85 %, ce n’est pas si mal.

Charbon et fuel étaient au taquet, c’est-à-dire de l’ordre de 2,5 GW au maximum : un peu plus que les réacteurs arrêtés de Fessenheim… Et la biomasse apporte à peine 1 GW.

Par ailleurs, toute la semaine on a fait jouer la clause contractuelle d’EJP (effacement des jours de pointe) pour ceux qui ont encore ce type de contrats.

Pendant les pointes, on a importé jusqu’à 8 GW, une partie étant redirigée vers l’Angleterre, paradis de l’éolien, et l’Espagne, paradis du solaire. Les deux étaient comme nous en mauvaise posture. C’est l’Allemagne, comme d’habitude, qui nous sauve la mise, avec son double langage.

Le cas du nucléaire

Le consultant de BFM l’admet :

« Même si ce n’est pas le coeur du problème, la centrale de Fessenheim a sans aucun doute été fermée trop tôt. L’urgence était politique, pas industrielle. Fermer des centrales au charbon, c’est bien pour le climat, mais il faut que d’autres prennent le relais », juge Nicolas Goldberg.

C’est sûr, il y avait urgence politique ! Mais 1600 MW en moins, ce n’est pas grave…

La « faible » disponibilité des centrales nucléaires (85 %, contre 8 % pour les énergies intermittentes) est expliquée par les confinements Covid.

En réalité, on commence à avoir des problèmes de programmation de la maintenance des centrales car elles produisent moins, puisqu’on donne la priorité aux ENR. Il est ainsi plus difficile de synchroniser le calendrier des rechargements en combustible. Et nous n’avons pas connu le pire : février s’annonce plus critique de ce point de vue, si nous subissons à nouveau un anticyclone et un froid de canard. Heureusement, les équipements en compteurs Linky avancent bien !

Et l’Allemagne dans tout ça ?

On peut consulter ses données sur le site de l’institut Fraunhofer Energy Charts

L’Allemagne a 62 GW d’éolien dont 8 en mer, et 52 GW de solaire, soit 114 GW d’ENR intermittentes.

Mais elle a aussi 77 GW de fossiles (fioul, gaz, charbon, lignite), encore 8 GW de nucléaire, 8 GW de biomasse et 4 GW d’hydraulique, soit 97 GW de production pilotable. Sa consommation max est plutôt de 70 GW. (En Allemagne, on se chauffe au gaz). Elle prévoit d’arrêter nucléaire et charbon, soit 29 GW et installera sans doute quelques centrales à gaz. Mais elle ne sera plus excédentaire sans soleil et sans vent. Alors voyons comment s’est passé la semaine.

Pendant les jours les plus critiques, mercredi et jeudi, les 115 GW sont tombés à 5 GW à la point du soir… pas de quoi exporter du renouvelable. Par contre, le lignite et le nucléaire étaient au maxi !

Les performances de l’off shore rendent le bilan allemand des ENR un peu meilleur, mais l’off shore varie exactement comme le on shore. Que ce soit dans un pays, ou entre pays, ou entre on shore et off shore, contrairement aux arguments cent fois entendus, il n’y a pas foisonnement dans la situation d’anticyclone sur toute l’Europe. Et la roue de secours allemande risque bien d’être supprimée.

Et selon l’association EIKE  nous avons eu une chute brutale de fréquence, près de la limite de premier niveau de sécurité, le 8 janvier à 13 h 14. (Pointe de la mi journée). C’est la plus grosse alerte depuis 2006. Les causes ne sont pas claires, mais on peut craindre une fragilité du réseau causée par l’absence d’inertie des ENR intermittentes.

Conclusion de BFM TV

Le risque, en attendant, c’est que l’on reporte la fermeture de ces centrales au charbon. La fermeture du site de Cordemais, en Loire-Atlantique, est conditionnée à la mise en service de l’EPR de Flamanville et de la centrale au gaz de Landivisiau. Pour l’instant, sa fermeture a été repoussée en 2024, voire en 2026.

Un risque, ou une chance in extremis ?

Prions pour un mois de février obéissant au changement climatique.

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • De même que Hollande avait annoncé en 2012 la fermeture de Fessenheim pour se rallier les écologistes, Macron a annoncé en 2017 la fermeture des centrales à charbon.
    Ces promesses électoralistes prises à la légère bien que lourdes de conséquences et leurs irresponsables auteurs sont hautement méprisables.
    Les 4 centrales à charbon encore en service sont plus que jamais nécessaires, on vient d’en avoir la démonstration. Tout juste peut on accepter la fermeture de celle du Havre quand l’EPR de Flamanville sera enfin opérationnel.
    Le projet Ecocombust d’EDF (remplacement du charbon par un mix bois-charbon) doit être mis en oeuvre pour maintenir ces centrales qui sont indispensables en hiver.
    En ce qui concerne nos petits soucis de la semaine passée, j’ai été surpris de constater que les centrales au Fioul ne semblaient pas avoir très sollicitées, je n’ai pas vu que leur production ait dépassé 1GW alors que leur puissance totale est proche de 3GW selon les données RTE. Des infos sur ce sujet ?

    • les écologistes l’avaient confortable en position de critique du système..

      Les gens que je rencontre dans mon entourage , milieu modeste, voient parfaitement l’incohérence entre fermeture de fessenheim et menace de coupure.. et même si ils ne sont pas pronucléaires.. même si ils peuvent abonder à une « vision » du futur sans nucleaire…

      les agriculteurs n’ont pas cette chance..ça se « voit » moins…

      • Fessenheim était illegal depuis deux ans n’ayant pas fait les mises à niveau qui lui aurait permis de passer le contrôle de la 4e visite décennal.
        La faute en revient à Levy en raison des retards cachés de L’EPR qui devait remplacer Fessenheim et qui a mis le gouvernement devant le fait accompli. S’il avait fallu attendre 2024 pour arrêter Fessenheim cela aurait été 7 ans d’illegalité avec les risques….

  • Il faut absolument relancer la consommation de tabac !

    Si 70.000.000 de Français fument tous ensemble, le chauffage est assuré et on peut se passer de l’EPR.

    Il faudra bien sûr préférer la pipe à la cigarette, trop intermittente.

    Et produire le tabac localement.

    Pas de pétrole, mais des idées, qu’ils disaient …

    • et on diminue l’espérance de vie or les vieux sont ceux qui chauffent le plus.. les cendres de tabacs accélèrent la fonte des neiges et hop, moins de ski.. Le problème est que le français se refuse au bon sens.

  • Si j’ai bien compris on nous impose du renouvelable….. Pour permettre à l’Allemagne d’exporter son surplus et sans doute qu’avec le doublement d’importation de gaz russe les centrales vont y fleurir.

    • On ne nous impose rien du tout.. La majorité vote pour ces conneries.

      • On, c’est moi ou vous, la majorite, elle fait ce que quelqu’un lui dit de faire, le lobbying sans doute d’entreprises geantes, la majorité n’est pas payée pour réfléchir mais obéir.

        • je suis désolé mais si « quelqu’un » a trouvé un moyen de faire en sorte que la majorité fasse que qu’il lui dit.. sans l’y contraindre..ben alors on est TOUJOURS dans la liberté..

          vous usez de pirouettes pour vous dire pas ma faute..ou pas une conséquence normale de la démocratie qui se mêle de ce qui ne la regarde pas..

          Où est le crime? ils ont menti certes mais l’action politique repose en général sur le mensonge.. j’agis dans l’interet général..
          Si il y a un crime il est institutionnel, de ne pas fixer les limites à l’interventionnsime politique, le reste en découle et le conséquences proportionnelles aux absurdités idéologiques.

          ce que fait un ministre de l’énergie pose TOUJOURS problème..cela change selon les majorités mais c’est toujours justifié au nom de la justice ou de l’interet général..

        • a voir tous ceux qui ont voté Kmehr Vert dans les grandes villes, effectivement ils en redemandent des taxes, des contraintes, et des raisons de désindustrialiser la France. Encore 10 ans et on sera un pays du tiers monde, obligé d’aller quêter auprès du FMI

    • Non on nous impose le nucléaire depuis 60 ans qui prends très mal qu’un concurrent vienne marcher sur ses plates bandes

      • Du coup, on détruit tout et on remplace par des éoliennes ? Tiens, on pourrait faire pareil avec les logements en béton de années 1970… On rase tout et on reconstruit tout en bois eco responsable 😀
        En tout cas, le nucléaire nous sort de biens des problèmes… Et le nier montre bien que l’idéologie à pris le dessus de la logique… Mais on est en 2021 après tout, l’année de la cancel culture et du progressisme…

      • Surtout que Rochain est actionnaire dans les renouvelables. Il défend ses intérêts et ses croyances.

  • Sauf votre respect il serait temps de rétablir la vérité, le problème est le consommateur qu’i n’a toujours pas compris, H16 l’a brillamment rappelé, la nucléosphère tente de saboter la transition en consommant systématiquement aux heures de pointe! et en hiver! Ce qui ne fait aucun sens en terme d’équilibre consommation/production.
    Si la consommation de chauffage était mieux répartie au cours de l’année, si les confinements étaient mieux organisés, le système tiendrait parfaitement la route.
    Nous avons en outre raté l’opportunité des routes solaires, qui , si leur mise en place avait été accompagnée d’une interdiction immédiate des véhicules thermiques; auraient parfaitement tenu leur rôle. Est ce que vos centrales marcheraient aussi bien si des camions rouleraient dessus?
    Si les routes solaires n’autorisaient que la circulation des véhicules thermiques qu’elles peuvent alimenter le système marcherait très bien!
    L’égoîsme nous tuera. Que je sois obligé de réduire mon chauffage car des gens s’amusent à surchauffer me révolte.. Quand ces gens seront ils punis!!!

    • roulaient..

    • Quant à l’argent….la ficelle est un peu grosse, curieusement, les gens achètent moins cher l’electricité produite par le vent.. plus cher par les sources sales…sabotage capitaliste de la filière?

    • Que fumez-vous ?

    • Route solaire ? Vous parlez de mettre des panneaux sous une couche de colle à la place du bitume ? Loin de moi l’idée de briser un mythe mais étant donné que des pistes cyclables ont été réalisées sur ce principe et ont prouvé une inefficacité inhérente:
      -les panneaux sont à plat (là où un panneau sur toiture ou en centrale aura un angle compris entre 20 et 65°)
      -la couche de résine protectrice, quoi que suffisamment transparente pour ne pas trop plomber le rendement global est un gouffre financier et écologique (consommer plus d’énergie pour produire un protection que ledit moyen d’énergie produit peut sembler paradoxal vu de l’extérieur)
      -l’usure est bien violente. Même sans parler de camion, un simple vélo freinant avec un caillou coincé dans le pneu suffira à rayer la résine, créant un point d’attaque pour les intempéries. Si à cela, on ajoute des véhicules lourds ou roulant à haute vitesse, on obtient l’autoroute solaire chinoise qui a eu une belle durée de vie qui se chiffre en mois.
      Quitte à jeter de l’argent par les fenêtres, autant mettre un panneau solaire sur un toit. Il doublera la production instantanée et multipliera la durée de vie par 15…

      Après, je suis d’accord avec vous, étaler le chauffage sur toute l’année est la solution. Il est aberrant de chauffer en février et pas en août. Lisser tout ça faciliterait le travail des coordinateurs…

      Enfin, n’oublions pas que le chauffage électrique va diminuer prochainement. Avec des centaines d’incendies/explosions grâce à la production d’hydrogène non concentrée, il sera inutile de chauffer, il suffira d’enfiler un casque et de ramasser la lance à incendie le temps d’un apero avec les pompiers autour du barbecue improvisé (bon, l’humain grillé, ça doit pas être trop différent qu’une pièce de porc).

      Sinon, on pourrait éduquer les gens pour qu’ils se sortent le doigts et fassent le boulot à la place des politiques (ça marche, regardez le recyclage, ils sont arrivés à nous le faire faire gratuitement). Suffit de pousser un peu la logique du sur poids et on aura quelques millions de connards sur des vélos. Un alternateur et voilà.

      • En fait, ça serait pas mal que ça soit l’état qui gère tout ça pour nous, comme ça on a plus besoin d’allumer le chauffage, l’état le fera pour nous et gèrera la puissance pour nous et les heures d’utilisations ! 😀

      • On va réinventer le moteur à explosion. On aura des véhicules géants 😉

  • on a fermé Fessenheim, mais gardé les centrales à charbon…

    • cohérent avec l’objectif politique, satisfaire les écologistes qui sont en général de gros hypocrites. Vous croyez qu’hidalgo va demander que les touristes chinois viennent à paris en vélo cargo?

      • On pourrait aller les chercher en pousse-pousse, avec tout nos chômeurs il y a de quoi pédaler.

      • Les écologistes ont surtout de la suite dans les idées (surtout si elles sont stupides). Ils ont obtenus la fermeture de Fessenheim avec Hollande, celles des centrales à charbon avec Macron (Cordemais et peut-être Gardanne voire St-Avold seront peut-être maintenues si le projet Ecocombust est validé). Ensuite on peut compter sur eux pour maintenir la pression sur le respect de l’objectif de baisse du nucléaire à 50% de la production électrique, ce qui implique en principe une fermeture d’une dizaine de réacteurs.

      • En ce qui concerne les touristes chinois, il me semble qu’il ne doit plus y en avoir depuis bientôt un an et que ça ne doit absolument pas déranger l’âne hidalgo, au contraire.

  • « Il y aurait moins de tension sur le réseau si on avait respecté nos objectifs » . Alexandre Roesch, délégué général du Syndicat des énergies renouvelables (SER) est un grand comique.
    La baisse de tension en Volts qui s’annonce est bien le résultat des objectifs débiles des écolos qui se « renouvellent » tel des Virus

    • C. Est vous le grand comique… Ou sont les 6 GW d’eolien offshore d’engagement de la cop21 pour 2020 ? Résultat zéro !
      Quant à l’Allemagne dans le mix électrique c’est 24,6% d’eolien, 9.3% de solaire, 3,8% d’hydro, et 8’7 % de bioénergie… Le charbon et derrière les renouvelable depuis maintenant 3 ans

      • La baisse de tension n’est très certainement pas du à une baisse de production du nucléaire hein…

      • Et dès que le vent chute, le charbon et le gaz repartent plein pot ! Le charbon se trouve derrière les renouvelables mais encore bien vaillant. Plus de 100 millions de tonnes chaque année pour plus de 200 millions de tonnes de CO2 émises (an Allemagne). Quelle honte d’en être encore là parce qu’on refuse le nucléaire !

  • Mission impossible ? Pas du tout… Et même pas besoin de s’appeler Tom Cruise pour y parvenir.
    En Allemagne, plus de 25 % de l’électricité est produite par de l’éolien et du solaire. En France, environ 6 %. On a une sacré marge, probablement encore plus grande que pour la vaccination anti-covid !
    Hé hé hé !…

    • Alors je vais expliquer 2 ou 3 petites choses. Les 25% de renouvelable en Allemagne, c’est du flanc. Quand ces énergies renouvelables ne fonctionnent pas, vous devez avoir la même puissance nominale installée pour remplacer les renouvelables. Ça veut dire des centrales aux charbons et au gaz qui sont les seules à pouvoir être mises en ligne avec un préavis très cours.

      Ça veut qu’en fait on paye deux fois pour la même chose. On paye en plus pour avoir des centrales à l’arrêt environ 25% du temps. Parce que bien sure ça coute du pognon. Il faut les entretenir.

      Voilà, les renouvelables sont une escroquerie monumentale.

  • Faut il être stupide pour faire des extrapolations avec un échantillon de 8000 éoliennes dont 60% sont concentrées sur deux seules régions de France, en Grand Est et Haut de France (Région parmi les moins ventées du pays) et ne totalisant que 16% de la surface du pays ! !

    • Donc vous avouez qu’en fait, ces 8000 éoliennes n’auraient jamais du voir le jour, étant donné qu’elles sont situées dans des zones sans vents ? Je n’étais pas au courant, et si c’est vrai, la fraude en est d’autant plus grosse !

    • Et en Allemagne, dès qu’il fait froid alors que la demande explose, les 17 GW d’éolien se retrouvent à n’en produire que 0,8 à 0,9 GW.

  • La fermeture de Fessenheim qui avait atteint 40 ans était conditionnée à l’arrivée de L’EPR…MAIS L’EPR N’EST TOUJOURS PAS LÀ !
    Attendre sa toujours hypothétique arrivée pour 3034 aurait conduit Fessenheim à être dans l’illégalité depuis durant 7 ans pour ne pas avoir été mis au niveau des exigences de la 4em visite décennale.
    Avoir outrepassé la loi deux années était déjà limite et il a fallu trancher… Pas de complaisance entre socialos et ecolos en l’occurrence.
    Simple application des mesures de sécurité… Pas de mise aux normes, pas de certificat de complaisance de L’ASN…. PAS D’AUTORISATION D’EXPLOITER !

  • Le lecteur aura corrigé 2024 et non 3034
    Qui donc a rapproché les touches 2 et 3 sur mon smartphone ?

    • Ce n’est vraiment pas grave un kmer vert à toute notre…. Le mot ne vient pas …. En gros, ce n’est pas de ta faute, des années d’endoctinement, ça pèse !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel modèle de croissance pour demain ? C'est pour répondre à cette question que Philippe Charlez sort ce mois-ci aux éditions Jacques-Marie Laffont L'utopie de la croissance verte. Les lois de la thermodynamique sociale. Philippe Charlez est ingénieur des mines (Faculté polytechnique de Mons, Belgique), docteur en physique et spécialiste de l'énergie internationalement reconnu. Il écrit pour Contrepoints, Atlantico, Valeurs actuelles et Opinion Internationale. Il est expert des questions énergétiques de l'Institut Sapiens.

Votre livre... Poursuivre la lecture

Par Sebastien Richet.

Pour installer 1000 MW de cellules photovoltaïques, les professionnels de la subvention à tout-va n’hésitent pas à sacrifier 1000 hectares de forêts (oui, vous avez bien lu, soit 10 km2 de forêts) pour la modique somme d’un milliard d’euros par Engie et Neoen.

On compare ce champ de cellules à un réacteur nucléaire de puissance équivalente qui tourne à plein régime 90 % du temps. Sachant que l’efficacité de fonctionnement du solaire dans cette région est en moyenne de 25 %, la production est donc du quart. ... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Richet.

Il est grand temps que les discours écologistes évoluent pour prendre enfin conscience que l’urgence climatique est le premier souci à traiter, bien avant les querelles de clocher habituelles.

Or qu’en est-il en termes d'énergie ?

On nous parle de l’énergie perpétuelle du vent ou du soleil sans se préoccuper des conditions dans lesquelles elles sont collectées (qui ne sont pas perpétuelles et qui génèrent des déchets à vie longue) ni même ce qui les remplace en cas d’absence (80 % du temps tout de même en m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles