Face à la violence, la modération démocratique garantit la liberté

La violence politique semble croître dans nos démocraties. Mais le pouvoir politique n’a-t-il pas toujours utilisé la violence ? Ne sommes-nous pas victimes d’une illusion en ce début de la deuxième décennie du XXIe siècle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Charl Folscher on Unsplash - https://unsplash.com/photos/0d3sN22lH0c

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face à la violence, la modération démocratique garantit la liberté

Publié le 7 janvier 2021
- A +

Par Patrick Aulnas.

La violence semble s’être emparée de l’action politique depuis quelques années. La violence verbale devient plus massive du fait de l’anonymat sur les réseaux sociaux. La violence physique ne disparaît pas.

Elle est le mode de conquête du pouvoir le plus ancien. À partir du XIXe siècle les démocraties avaient tenté de gérer pacifiquement les rapports sociaux par l’élection et le dialogue. Et voici que des minorités (Gilets jaunes, black blocs, terroristes) recourent à nouveau à la violence.

La violence politique augmente-t-elle ou, au contraire, n’a-t-elle pas toujours existé ? Ne sommes-nous pas victimes d’une illusion en ce début de la deuxième décennie du XXIe siècle ?

Depuis toujours, le pouvoir se conjugue avec la violence

Les violences verbales ou physiques auxquelles nous assistons n’ont rien de fondamentalement nouveau. La violence politique jalonne toute l’Histoire et elle est consubstantielle au pouvoir politique, qui est domination au prétexte d’organiser la société. Les dérives de la volonté de puissance conduisent à la violence pour des motifs multiples. Le premier est la haine de la liberté qu’éprouvent tous les pouvoirs autoritaires et qui les amène à la répression sanglante.

Les révolutions, autre forme de violence, proviennent de l’opposition entre groupes sociaux rivaux cherchant à conserver ou à conquérir le pouvoir. Les guerres résultent de la volonté d’expansion territoriale ou de la recherche d’avantages géopolitiques ou économiques. Voici quelques illustrations bien connues de ces phénomènes violents.

Dans l’Empire romain, les assassinats étaient courants afin d’accéder au pouvoir. Le plus célèbre est celui de Jules César au Sénat, en 44 avant J.-C, par des conjurés qui lui assènent 23 coups de poignard. Après de multiples péripéties, Octave s’emparera du pouvoir et deviendra l’empereur Auguste. La République était morte.

Dans la Rome antique, les révoltes d’esclaves, parfois de très grande ampleur, étaient noyées dans le sang. Au Ier siècle avant J.-C., une véritable armée de plus de 100 000 esclaves avait pu être constituée sous la direction de gladiateurs, dont le célèbre Spartacus. Cette révolte fut anéantie sans ménagement par l’armée de la République romaine.

La constitution des États-nations contemporains n’a fait qu’accroître la puissance du pouvoir politique et par suite la dimension des violences politiques. La guerre de 1914-1918 a fait dix millions de morts et huit millions d’invalides. Le système concentrationnaire soviétique a concerné 18 millions de prisonniers avec un taux de mortalité très élevé.

Les atrocités des détenteurs du pouvoir politique restent évidemment d’actualité. En Syrie, depuis 2011, la guerre a causé plus de 380 000 morts. Le Venezuela est sous la coupe d’un dictateur qui l’a ruiné et la sous-alimentation augmente la mortalité. Le Sahel s’égare dans la guérilla permanente.

La volonté de puissance

En vérité, il faut le dire, les États-nations proviennent davantage de la volonté de domination que de l’altruisme. Diriger un groupe humain intégré disposant d’une culture commune, d’une économie prospère et d’une armée puissante, voilà bien le rêve de tous les dictateurs. « Le Pape, combien de divisions ? » disait Staline à ses interlocuteurs évoquant les libertés religieuses.

La coalition d’un État et d’une religion ou d’une idéologie représente le danger le plus important pour la liberté. Pour des raisons presque évidentes : l’État est par nature un instrument de coercition, une religion défend une croyance en une vérité révélée, une idéologie prétend détenir l’explication ultime. Lorsqu’un pouvoir politique combat au nom d’une religion ou d’une idéologie, la violence se déchaîne car elle est présentée comme juste. Deux exemples historiques permettront d’éclairer le propos.

Par l’édit de Nantes de 1598, Henri IV, d’origine protestante, avait accordé une certaine liberté aux protestants de France. La révocation de cet édit par Louis XIV en 1685 vise à interdire le culte protestant. Une grande majorité de catholiques approuve cette politique car ils perçoivent l’Église réformée comme une hérésie. S’ensuivra la destruction des temples, l’exode des protestants vers l’étranger et la persécution de ceux qui ne se convertissent pas au catholicisme.

La Shoah, extermination planifiée des Juifs par l’État allemand aux mains des nazis, constitue l’exemple le plus extrême. Cinq à six millions de Juifs ont trouvé la mort dans les camps entre 1939 et 1945. L’objectif était la disparition du peuple juif pour une raison idéologique.

Les nationaux-socialistes considéraient en effet les Aryens comme la race supérieure, les Juifs représentant une menace pour la pureté de la race aryenne. Cet épouvantable pathos a servi de prétexte à l’extermination massive, qui suppose évidemment des moyens considérables dont seuls disposent les États.

Tout pouvoir est violence, mais plus ou moins

Il faut certainement généraliser le raisonnement. Tout pouvoir est violence puisqu’il s’exerce sur l’autre. Qu’il soit politique, économique, sociologique, familial, le pouvoir suppose la domination sur autrui. Il faut donc canaliser et limiter cette domination pour qu’existe la liberté.

La liberté est fondamentalement individuelle. Elle suppose que l’individu soit détenteur de droits préexistant à toute construction sociale. Si nous ne reconnaissons pas à chaque Homme, seulement parce qu’il est Homme, une autonomie inaliénable, alors le pouvoir et sa violence n’ont plus de limites.

De ce point de vue, nos imparfaites démocraties occidentales constituent de rarissimes havres de paix et de bien-être, aussi bien historiquement que géographiquement. Mais nous n’échappons pas pour autant à la malédiction de la politique et de ses enjeux et donc aux violences inhérentes. Les insultes ordurières et les mensonges ou fake news abondent sur les réseaux sociaux.

La cancel culture vise à anéantir une personne pensant différemment. Elle consiste à ostraciser nominativement et massivement cette personne sur tout média disponible en la présentant comme l’émanation du mal.

Les manifestations de rue sont instrumentalisées par des activistes comme les black-blocs pour présenter à l’opinion une image de radicalité révolutionnaire. Le totalitarisme islamiste utilise le terrorisme pour assouvir sa haine de la liberté et affaiblir les démocraties.

Pa rapport aux violences historiques citées précédemment en exemples, tout cela reste bien modeste. Mais si ces violences venaient à dépasser le niveau compatible avec une société démocratique, une évolution vers l’autoritarisme étatique apparaîtrait. Il en est toujours ainsi.

Voilà une règle générale toute simple. Que les libéraux n’oublient jamais que les extrémistes de tout poil ne rêvent que de radicaliser les affrontements pour enclencher ce processus pervers.

Que ces extrémistes soient de gauche ou de droite, peu importe. Qu’ils se présentent comme communistes, écologistes, nationalistes, souverainistes, fascistes, peu importe. Ils refusent le dialogue paisible, le respect de l’autre. Ils ne craignent pas la domination mais la recherchent pour eux-mêmes parce qu’ils font de la politique leur raison de vivre.

Seule la modération politique garantit la liberté de tous. La modération consiste à admettre les évolutions lentes, consensuelles, obtenues par le dialogue et la coopération. Cela s’appelle la démocratie. La démocratie est fragile car elle cherche simplement, presque naïvement, à cantonner le pouvoir politique par le droit. Cette fragilité fait aussi sa grandeur.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  •  » communistes , écologistes, souverainiste , nationaliste , fasciste « , z’avez oublié socialiste , ceux là aussi ils nous les brisent menu….

  • Je suis presque totalement d’accord avec ce que vous énoncez.
    Un bémol tout de même. Sur la lecture que vous avez du mouvement des gilets jaunes.
    Ce n’est d’ailleurs pas pour rentrer dans une querelle de fond sur ce mouvement, que je dis cela.
    Mais sur le plan scripturaire de l’orthodoxie « démocrate » vous avez assassiné par vos parenthèses,
    je cite : (Gilets jaunes, black blocs, terroristes)
    Un mouvement qui fondamentalement a une légitimité sociale. Elle ne peut en aucun cas être confondu avec l’idéologie
    Black-Bloc qui est une forme d’anarchisme ultra-violente qui attaque par idéologie les « vitrines » du capitalisme monopolistique, et non le marchand, même si celui-ci devient bien sûr une victime collatérale de cette violence.
    Je ne m’attarderai pas sur l’islam, et l’islamisme, et le terrorisme, c’est inutile.
    Le mouvement des gilets jaunes pose en cela ce que vous avez évoqué. à savoir, que l’état (de droit) dispose seul de la violence (légitime).
    Or, nous savons que concernant les gilets jaunes, cet exercice de contrôle a été dévoyé. Profondément dévoyé.
    La France a d’ailleurs été rappelée à l’ordre par l’ONU. Elle partage avec le Venezuela, le triste record d’éborgnés au tir de LBD. Un des représentants les plus connus en la personne de Jerôme Rodrigues en a fait les frais, avec une grenade de désencerclement. Les nasses, le fait d’encercler un groupe de manifestant pour les gazer avec de la lacrymo, pour mieux les disperser est un phénomène connu. Le droit fondamental de manifester pacifiquement a ainsi progressivement, par l’usure, été circonscrit à un face à face, devenu de semaines en semaines effectivement violent, entre gilets jaunes et policiers (CRS – BAC – Police dont les méthodes et la formation de terrain diffère) un match de foot ou le préfet Didier Lallemant, entre autre à Paris, (Dixit : Nous ne sommes pas dans le même camp) en bon arbitre, siffle à la tombée de la nuit, la fin de la récréation, avec un carton rouge, et l’expulsion immédiate, des gilets jaunes, en leur attribuant d’emblée, la défaite morale, psychologique, et le monopole de la provocation et de l’ultra-violence à laquelle il feint d’être contraint de répliquer.
    Or dans ce mouvement, fondamentalement imparfait qu’est et la démocratie, et le droit de manifester et ou de faire entendre pacifiquement son mécontentement démocratique en dehors de l’accomodement dit du vote et du « choix » dans les urnes en fait partie, j’ai pu constater, et je ne dois pas être le seul, une forme de surenchère autoritaire de la part du pouvoir en place. Dans cette affaire, c’est bien la démocratie imparfaite qui a été très malmenée, puisque c’est le peuple qui en a fait les frais.
    Cela n’a donc rien à voir, avec et le terrorisme (qui est la pratique de la terreur contre un peuple, et une démocratie), bien sûr, et aussi avec les black-bloc (qui est la pratique de la terreur contre des symboles du capitalisme)

    • Et quand on se promène avec la tête du président au bout d’une pique, c’est pacifique ?
      Et quand on se dirige vers l’Elysée pour chercher le président, c’est pacifique ?

    • Et oui, quand on a pas d’autorité on fait de la surenchère autoritaire pour compenser. Sauf que ça se voit et ça affaiblit encore plus.

  • La révocation de l’édit de Nantes a d’autres raisons qui ne sont pas évoquées ici. Cela nous paraît aujourd’hui une aberration, car 1) elle a vidé la France de gens utiles qui sont allés enrichir nos voisins, parfois ennemis, et 2) parce que la tolérance est maintenant une valeur partagée et qu’on ne comprend pas cette intolérance. Mais on est avant les Lumières, on est encore au XVIIe.
    A l’époque les choses et les mentalités étaient différentes, il faut se replacer dans les conceptions d’alors pour éviter de faire un anachronisme :

    Les gens du XVIIe étaient hantés par le passé et surtout les guerres de religion qui avaient ravagé la France à la fin du siècle précédent. Un peu comme nous nous sommes encore hantés par les deux guerres mondiales et les atrocités qui les ont accompagnées.
    Ainsi dans l’esprit des gens du XVIIe, et donc des responsables autour de Louis XIV, avoir une seule religion dans le royaume était le seul moyen de maintenir la paix et d’éviter le retour des tueries. Ce n’est donc pas le fait « qu’ils prenaient le protestantisme pour une hérésie » qui était la première motivation de la révocation, cette erreur majeure, mais bien la volonté de ne pas retomber dans un bain de sang.

    • Et puis si je ne me trompe pas il me semble que le traité d’Alès sous Louis XIII avait déjà remis en cause certains aspects de l’édit de Nantes: la fin de la possession de places fortes et d’une armée autonome par les huguenots.
      Comme vous l’avez très justement dit, on ne peut pas comprendre une époque à la lueur de son siècle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles