Brexit : ce que contient l’accord entre le Royaume-Uni et l’UE

La majorité parlementaire de Boris Johnson est suffisante pour surmonter l’opposition interne. Mais il pourrait aussi simplement rejeter la faute sur Theresa May, pour avoir déclenché le Brexit sans plan.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Franz Wender on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brexit : ce que contient l’accord entre le Royaume-Uni et l’UE

Publié le 28 décembre 2020
- A +

Par Andrew Glencross1
Un article de The Conversation

Pour citer Shakespeare, les négociations sur le Brexit sont maintenant terminées. Les discusssions tumultueuses n’ont pas conduit à une voie sans issue, même si le gouvernement britannique a parfois donné l’impression qu’il s’agissait d’une querelle digne des Montaigu contre les Capulet.

Les négociateurs ont ignoré le bruit de fond et ont réussi à rédiger un document juridique dense sur lequel repose désormais l’avenir des relations entre le Royaume-Uni et l’UE.

Le Brexit et comment l’accord est intervenu

Tout au long des négociations, le Royaume-Uni a insisté sur le fait qu’il devait être traité comme un égal souverain de l’UE et que son indépendance devait être respectée. Cela a été particulièrement important en ce qui concerne les droits de pêche, l’une des dernières questions à résoudre.

Il y a toujours eu deux problèmes avec cet argument. Premièrement, comme l’a expliqué le ministre espagnol des Affaires étrangères – un négociateur commercial chevronné – un accord commercial est conçu pour établir l’interdépendance plutôt que d’être un exercice d’affirmation d’indépendance.

Deuxièmement, l’UE est tout simplement une puissance plus importante économiquement parlant que le Royaume-Uni. Cela signifie que Bruxelles est convaincue qu’elle peut mieux résister que le Royaume-Uni à une séparation sans accord.

En refusant de prolonger la période de transition malgré la pandémie, le Premier ministre Boris Johnson a fait en sorte que les deux parties soient confrontées à la même pression temporelle. Mais elles n’étaient pas confrontées au même niveau de risque si aucun accord n’était conclu. C’est pourquoi le véritable maître d’œuvre de l’accord Brexit était le temps, et non Johnson ou Angela Merkel, comme l’ont souvent rapporté les journaux britanniques.

Néanmoins, il semble que le gouvernement britannique va crier victoire en faisant valoir qu’il est désormais en mesure d’échapper à la juridiction de la Cour européenne de justice tout en obtenant un accès en franchise de droits et de contingents pour les marchandises exportées vers l’UE.

C’est exactement ce qu’a fait Downing Street dans une déclaration faite immédiatement après l’annonce de l’accord :

L’accord… garantit que nous ne sommes plus dans la zone d’attraction lunaire de l’UE, que nous ne sommes pas liés par les règles de l’UE, que la Cour de justice européenne n’a aucun rôle à jouer et que toutes nos principales lignes rouges concernant le retour de la souveraineté ont été respectées. Cela signifie que nous aurons une indépendance politique et économique totale le 1er janvier 2021.

Mais la réalité – comme pour tout ce qui concerne le Brexit depuis 2016 – est bien plus complexe.

Ce que contient l’accord

Le négociateur de Boris Johnson, David Frost, a fait valoir que le Royaume-Uni voulait simplement un accord de libre-échange standard comme celui entre le Canada et l’UE. En réalité, le Royaume-Uni demandait d’autres mesures, telles que la reconnaissance mutuelle de l’évaluation de la conformité des marchandises et la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles. L’UE ne semble pas avoir bougé sur ces points.

Bruxelles a également insisté sur le fait que l’accord exigeait des garanties juridiques pour empêcher le Royaume-Uni de décoter le marché unique en utilisant sa nouvelle autonomie pour abaisser les normes environnementales ou les droits du travail. M. Johnson a donné son accord de principe à cette idée de conditions équitables dans la déclaration politique qui accompagnait l’accord de retrait de 2019 alors adopté par le Parlement. Puis, plus tard dans les négociations, il a tenté de revenir sur cette promesse. Finalement, il a fait volte-face. L’accord stipule que toute divergence par rapport aux normes européennes entraînerait une restriction potentielle de l’accès au marché unique.

Lors d’une conférence de presse, Boris Johnson a rassuré les « fanatiques de poisson » en leur disant qu’il y aurait de quoi remplir leur assiette, mais l’accord signifie que pendant les cinq ans et demi à venir, les navires basés dans l’UE continueront à bénéficier d’un accès important aux eaux britanniques, pendant la période de transition vers un accord final.

Il est clair que la libre circulation des personnes a pris fin, tandis que les marchandises seront soumises à des contrôles douaniers et réglementaires. Le chaos dans les transports autour du port de Douvres est donc toujours possible après le 1er janvier si les exportateurs ne disposent pas des documents nécessaires pour traverser la Manche.

Comme ils ne l’ont pas fait depuis une génération, il y aura forcément des difficultés. Les transporteurs basés dans l’UE pourraient également opter pour la prudence et, à court terme, éviter le risque de voir leurs camions bloqués au Royaume-Uni. Le Royaume-Uni quittera également le programme d’échange Erasmus pour l’enseignement supérieur, ce qui portera un coup à de nombreux étudiants – bien que le Royaume-Uni envisage maintenant de lancer son propre programme « Turing » pour offrir des stages dans des universités du monde entier.

L’avenir du secteur clé des exportations britanniques, à savoir les services financiers, est beaucoup moins clair. En dehors du marché unique, la City de Londres compte sur l’Union européenne pour obtenir l’autorisation de servir les clients basés dans l’UE et de leur vendre des produits bancaires, comptables et juridiques associés. Cet accord d’« équivalence » est réexaminé en permanence, en fonction de l’approche britannique en matière de réglementation financière et de protection des données. Cela place le secteur sur une base beaucoup moins solide que, par exemple, l’industrie manufacturière.

Vendre l’accord

La danse est terminée, mais il faut maintenant vendre la marchandise. Les demandes de crédit et l’évitement des reproches seront les deux priorités du gouvernement britannique. Johnson ne manquera pas de mettre l’accent sur la souveraineté en soulignant la capacité à éviter l’intrusion du droit communautaire.

Le jeu des reproches à venir pourrait d’ailleurs devenir intéressant. En effet, l’accord exige un dialogue constant avec l’UE sur des questions qui peuvent évoluer, telles que les subventions gouvernementales. C’est la position dans laquelle se trouve constamment la Suisse. L’accord sur le Brexit exige que les deux parties se soumettent à un examen général au bout de quatre ans pour s’assurer qu’elles remplissent les conditions requises. Les députés conservateurs eurosceptiques, qui ont fait pression en faveur d’un non-accord, peuvent considérer cela comme une concession de trop.

Que peut faire Boris Johnson pour surmonter l’opposition interne ? Sa majorité parlementaire est suffisante pour surmonter tout ce qui n’est pas une révolte majeure. Mais sa carte la plus forte pourrait être de simplement rejeter la faute sur sa prédécesseure, Theresa May, pour avoir déclenché le Brexit sans plan.

Pendant ce temps, la première ministre écossaise Nicola Sturgeon a tweeté, immédiatement après l’annonce de l’accord, qu’« aucun accord ne compensera jamais ce que Brexit nous enlève. Il est temps de tracer notre propre avenir en tant que nation européenne indépendante ».

Ainsi, si un épisode de ce long drame touche à sa fin, il semble que d’autres, concernant l’avenir même du Royaume-Uni, soient loin d’être terminés.

Sur le webThe Conversation

  1. Senior Lecturer in Politics and International Relations, Aston University.
Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Pour l’Ecosse ce sera compliquée mais elle pourrait quitter l’Union
    Jack…Quant aux anglais ils traverseront une période délicate mais je ne me fais aucun souci pour eux dans trois ou quatre ans ils redresseront la barre comme ils l’ont toujours fait.. Le commerce ils connaissent et depuis des siècles…

    • Exact. Si commercer avec l’UE est trop entravé par la règlementation européenne l’UK se tournera vers le grand large comme elle a déjà commencé avec le Canada et l’Australie. En ce qui concerne la finance on pourrait voir émerger un axe Zürich-Londres.

  • On peut compter sur le UK pour interpréter toute imprécision au fil de ses intérêts. Ils vont jouer l’usure et le temps sans cesse. L’opiniâtreté et l’opportunisme ,ils connaissent. L’UE doit veiller à une pas aboutir à une situation où le UK a le beurre, son argent et notre sourire au risque de donner des idées déjà bien ancrées chez certains , membres de l’UE par pur opportunisme ….suivez mon regard…

    • L’UK achetait plus à l’UE qu’elle n’y vendait. Elle contribuait plus au budget de l’UE qu’elle n’en retirait en aides ou subventions.
      Donc, quoi qu’essayent de faire croire certains politiques français, l’UK n’avait ni le beurre ni l’argent du beurre. Par contre, elle subissait (comme les autres) des oukases et réglementations de l’UE pas forcement adaptées à sa situation. Et l’UE n’a eu de cesse de réglementer et de limiter les échanges de l’UK avec le commonwealth vu par l’UE comme un concurrent dangereux à ses productions agricoles subventionnées (en particulier la France).
      Il ne faut pas s’étonner du départ de l’UK.

      « chez certains , membres de l’UE par pur opportunisme  »
      Parce que vous pensez que les pays ont rejoint l’UE par adhésion idéologique au « beau projet » d’une Europe unie sous la même bannière et non parce qu’ils y voyaient un avantage pour leur propres intérêts économiques?? Combien auraient rejoint l’UE s’il n’y avait pas un avantage économique certain (échanges sur un marché protégé, aides et subventions diverses…etc).

      Les avantages qu’en ont tirés certains pays commencent à être de plus en plus maigres par rapport aux inconvénients. Le gros problème de l’UE serait un UK qui réussi et devient plus prospère en étant sorti de l’UE . Cela pourrait effectivement donner des idées à d’autres… 🙂

      • le vrai stress est pour la commission européenne : si le RU s’en sort (trop) bien, cela démontrera que cette commission européenne n’est plus qu’un parasite… ce qui fait peur à tous ceux qui en vivent très grassement (et sans impôt).

    • Les pays qui ont rejoins l’UE par pur opportunismes ont dans la grosse majorité super bien utilisés les aides pour développer leurs infrastructures et surpasser les membres mammouths fondateurs.
      L’UE a mis la charrue avant les boeufs et maintenant, elle ne sait pas s’en dépatouiller, et c’est bien fait pour elle (pas pour nous par contre…). Mais en aucun cas c’est la faute de ces pays « opportunistes » !

  • Concernant les points de « concession » indiqués dans l’article,
    – garantis juridiques sur la qualité :
    C’est totalement standard dans un accord de libre-échange ; les règles du pays importateur s’appliquent toujours ou alors il y a déséquilibre dans le traité, cqfd
    – la pêche :
    A voir comment l’UE va s’organiser pour que dans 5 ans elle arrive à pêcher autant, au même coup… En espérant qu’elle ne déroge pas à sa règle écologique imposée aux autres 😉
    – libre échange des marchandises avec chaos à la douane :
    Pourquoi ne seraient-ils pas capable de s’adapter et s’organiser rapidement ?
    Dès que l’Etat a « autorisé » le peuple à porter des masques, les entreprises se sont adaptées dans les jours/semaines qui suivirent ! Et si les routiers UE ne sont pas capables d’avoir les bons documents, ça en dira long sur la capacité d’adaptation de l’UE… Donc pas de problème là dessus.
    – Erasmus :
    LOL ! Erasmus, le programme universitaire d’échange le plus pourri qui existe en 2020.
    La majorité des vraies universités ont déjà des programmes d’échanges beaucoup plus valorisantes qu’Erasmus… Donc pas de problème à ce niveau non plus.
    – la City :
    A eux de s’adapter, et en tout bon anglais, ils vont le faire avec une possibilité très très intéressante pour l’Angleterre (et qui fait peur à l’UE) : Devenir le Singapour de la zone Europe 😉

    Bref, toutes les « concessions » supposées ne le sont pas vraiment et à priori, l’accord correspond à un accord standard d’échange entre 2 zones.
    D’ailleurs, je ne vois pas en quoi « interdépendance  » et « respect de l’indépendance » ne seraient pas compatible. Je trouve personnellement logique les propos de Boris Johnson.
    Enfin je souhaite bon courage aux anglais, et j’espère qu’ils montreront au monde que leur choix était le bon, ils ont en tout cas toutes les cartes en mains pour y arriver ! 🙂

  • quid de la contribution du Royaume Uni au budget de l’UE ? il me semble que c’était 39 G€ ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles