Climat : le référendum de Macron inutile et incertain

Les raisons écologiques, sécuritaires ou sanitaires sont aujourd’hui constamment invoquées pour abaisser les principes du constitutionnalisme libéral et fortifier la concentration monarchique des pouvoirs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat : le référendum de Macron inutile et incertain

Publié le 15 décembre 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Au bout de trois heures et demie d’échange avec les membres de la Convention citoyenne pour le climat lundi, Emmanuel Macron a annoncé sa volonté d’inscrire dans la Constitution la lutte contre le changement climatique (CCC), de l’environnement et de la biodiversité par référendum.

Il est difficile de voir dans le geste du président de la République autre chose qu’une manœuvre communicationnelle désespérée pour redorer son image écolo auprès de l’opinion publique, et cela au détriment de l’idéal libéral du constitutionnalisme.

Macron écolo contre Macron keynésien

Les dernières initiatives prises pour combattre la crise sanitaire ne sont pas climato-compatibles aux yeux des organismes que Macron a lui-même créés. Dans un avis publié ce mardi par le Haut conseil pour le climat, un « organisme indépendant » créé sur décret présidentiel l’année dernière afin d’évaluer la politique environnementale gouvernementale, le plan de relance est encore loin du compte au regard de l’objectif national de la « neutralité carbone ».

« Les mesures dites neutres perpétuent des modes de production et de consommation qui aujourd’hui ne sont pas en ligne avec la trajectoire bas carbone. » peut-on lire dans le dernier communiqué de presse de l’organisme, « Certaines mesures sont qualifiées de favorables par le gouvernement alors qu’elles ne le sont qu’en partie (par exemple, la rénovation des bâtiments publics) et à l’inverse certaines mesures qualifiées de neutres poursuivent en partie un objectif d’atténuation (par exemple, le verdissement des ports). »

Non seulement le gouvernement promet de dépenser un argent qu’il n’a pas, mais il ne respecte même pas les engagements qu’il s’était lui-même fixés. Sans doute étaient-ils intenables ?

Rien de nouveau sous le soleil

Il existe déjà une charte de l’environnement à valeur constitutionnelle qui assure ce rôle de « gardien du climat » depuis le 1er mars 2005. Jacques Chirac avait déjà fait en sorte que les objectifs écolos défendus par Macron aujourd’hui se retrouvent dans le bloc de constitutionnalité, c’est-à-dire dans l’ensemble des lois qui a la même valeur sur le plan juridique que la Constitution elle-même.

On peut y lire dans son article 2 que « Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement » et dans son article 6 que « Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. À cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social. »

Pourquoi empiler les réformes constitutionnelles inutiles ? Pourquoi modifier la Constitution pour y introduire des déclarations de principe qui y sont déjà, si ce n’est pour donner satisfaction aux groupes de pression écolos du moment ? Cette initiative ne va pas dans le sens d’une déflation législative.

L’illusion du référendum

Après l’élection et le tirage au sort, voilà le référendum. L’initiative d’Emmanuel Macron est inédite en tant qu’elle promet de passer par le référendum entendu au sens de l’article 89 de la Constitution. Après la révolte des Gilets jaunes dans la rue, les défaites électorales des européennes et des municipales dans les urnes, la création d’organismes pseudo-démocratiques alimentés par le tirage au sort de citoyens, voilà l’appel au peuple, ou plus exactement, sa contrefaçon plébiscitaire.

Le référendum nous est souvent présenté comme un appel direct au peuple sans passer par la médiation de ses représentants, et donc comme l’instrument démocratique par excellence. Il faut rappeler que le résultat d’un référendum est déterminé par celui qui pose la question, en l’occurrence, Emmanuel Macron.

Celui-ci prend soin de consulter le corps électoral sur un sujet qui fait déjà consensus dans l’opinion.

Il n’y a pas de prise de risque pour l’exécutif, et si blocage il y a, il ne pourra apparaître qu’au stade du Sénat, puisque le texte doit être adopté en termes identiques par les deux chambres. En d’autres termes, en cas de contestation de ce sujet ultra-consensuel, ça sera toujours de la faute de la droite.

Rappelons également que le référendum ne convoque aux urnes que la majorité du corps électoral à un instant T, et non l’unanimité du peuple français dont l’unité n’est qu’une fiction juridique commode pour permettre politiquement à une minorité d’imposer ses vues sur la majorité.

Enfin plusieurs spécialistes observent qu’Emmanuel Macron n’aura probablement pas le temps de mettre en place un tel référendum, qui le condamne donc à rester un effet d’annonce sans lendemain.

De la Constitution monarchique à la constitution pot de fleurs

Modifier la Constitution pour l’adapter aux circonstances du moment n’est pas une nouveauté dans l’histoire de la Cinquième République. Le général de Gaulle lui-même n’envisageait le texte de la Constitution que comme un document technique visant à lui donner le pouvoir de réformer et de mettre un terme aux guerres coloniales.

Ses successeurs ont traité la Constitution avec la même désinvolture, en lui ajoutant ou en lui retirant des passages au gré des modes idéologiques ou politiques du moment. Jacques Chirac y inscrit le sacro-saint principe de précaution, François Hollande avait promis de supprimer le mot « race » de la Constitution. Emmanuel Macron exige désormais que figure la question climatique.

Vers la constitution de la liberté

Pour les libéraux, la Constitution devrait être un document sacré codifiant les droits naturels essentiels à la vie en société, et non un catalogue de mesures politiques prises en fonction de l’opportunité, sous la pression des groupes d’intérêts ou des plébiscites suscitées sous le coup de l’émotion.

Les raisons écologiques, sécuritaires ou sanitaires sont aujourd’hui constamment invoquées pour abaisser les principes du constitutionnalisme libéral et fortifier la concentration monarchique des pouvoirs à la tête de l’État bureaucratique français.

Si aujourd’hui le gouvernement en vient à reprendre les méthodes plébiscitaires de son principal adversaire populiste pour s’imposer, la composante illibérale des institutions républicaines risque de s’imposer définitivement.

Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)
  • C’est très bien ce référendum. L’occasion de dire non. Mais c’est vrai, nous avons la droite la plus bête du monde.

    • Vu le nombre de votants, a part les ecolos personne ne se dérangera pour une telle absurdité, on va vers un oui massif et je n’ose imaginer les conséquences.

      • Moi ! car cela fait maintenant bien longtemps que je n’ai pas voté. Enfin une question à laquelle je peux répondre, et j’espère ne pas être le seul face aux écolos.

      • Il faudra donc bien se bouger et aller voter…

      • oui, le lavage de cerveau verdâtre semble très efficace, on sait depuis longtemps (et cela se vérifie depuis quelques mois) qu’en instillant la peur dans une population on peut lui faire accepter n’importe quoi.

  • Référendum sans aucun intérêt ….Et qui réservera comme tout référendum de grosses surprises..!!!

  • Pour moi c’est juste un bas calcul politicien aux dépends de la France.

    – Il a fait en sorte que l’idée ne vienne pas de lui: l’idée vient de la convention climat et il ne sert donc que de relais en quelque sorte. Comme il n’a pas la paternité de cette idée, si celle-ci est refusée par référendum, ce ne serait pas Macron qui serait « visé » directement. C’est pour ça qu’il ne souhaite pas changer les termes proposés par la bande d’écolos totalitaires ;
    – Si ça passe au référendum, il passe pour un président « ouvert » et conscientisé (je ris en écrivant ces mots) aux yeux de la bourgeoisie écologiste et autres tartuffes politiques internationaux ;
    – Si ca ne passe pas, c’est un revers politique pour les écolos (pour 2022) et non pour lui, vu qu’il se fait « imposer » la proposition.

    Donc dans tous les cas sa petite personne est gagnante.
    Les seuls véritables perdants sont les français (comme d’habitude) et le droit.

    PS: la concentration des pouvoirs n’est pas nécessairement d’essence monarchique. Les républiques (URSS, Chine, Iran…etc.) et les empires (Napoléon par exemple) font ça très bien aussi.

    • C’est surtout une occasion unique de faire passer ses absurdités sur le dos des votants. Il pourra dire ce n’est pas moi ce sont les français qui l’ont voulu. Cette politique s’appelle la Fabiusite: se défausser de ses responsabilités!

      • Exactement, défaut de responsabilité.
        Comme quand il dit qu’il devra prendre des mesures qui l’empêcheront peut-être de se représenter: « Je fous le bordel et je m’en vais »…

      • Il faut l’espérer car l’espoir fait vivre, mais j’ai quand même des doutes!

    • Ce n’est pas comme l’affirme le titre de ce billet le « referendum de Macron » mais celui de la CCCP affublée d’un cadeau qui n’engage pas à grand-chose puisque le Sénat ne le laissera pas passer.
      Et quand bien même la Constitution imposerait de contrôler la température de la planète, je doute fort que le soleil lui obéisse ..☀️

      • Vu le déchainement de l’activité solaire en ce moment : on peut bien arrêter de circuler, de respirer…le réchauffement arrivera !

        • Ouh là! j’ai eu peur! J’avais lu « le déchaînement de l’activité SCOLAIRE! »

          • Celui là aussi… Mon fils est en CM2. Au programme de « science » il y a le réchauffement climatique. Et pas vraiment scientifique, hein. On leur parle des « réfugiés climatiques » et autres fadaises sans le moindre fondement. Je tente d’expliquer et de donner des faits pour équilibrer mais combien de parents le peuvent ? Et si les enfants sont endoctrinés comme ça dès le plus jeune âge, adulte ils voteront pour toutes les bêtises vertes imaginables.

  • Etant lui-même inutile et incertain (en autres choses, tellement le pauvre garçon cumule…), il fait les choses à son image…

  • Bon déjà, je n’ai pas besoin de l’institut machin pour voir que la priorité n° 1 des français, enfin ceux qui bossent et qui n’ont pas le salaire qui tombe automatiquement à la fin du mois qu’ils fassent ou ne fassent pas, c’est de savoir s’ils auront encore un boulot en 2021.
    Ensuite, pour les mal-comprenants qui nous gouvernent :
    – en 2018 une taxe supplémentaire sur le gazole a mis la France à feu et à sang, des citoyens (ceux qui ont besoin d’aller chercher leur salaire) ne supportant pas une n+1ieme taxe sur des produits dont ils ont absolument besoin pour aller bosser.
    – au bout de 2 ans de manifs, bien reprises par l’extreme gauche, on pond une convention de citoyens choisis au hasard, mais parfaitement triés et encadrés : et quelle solution apporte cette convention, censée éclairer le gouvernement sur les désirs des citoyens : taxe, interdiction du diesel, du chauffage au fuel, du chauffage au gaz, du chauffage tout court, de prendre l’avion, de se déplacer, bombes antimoustique, engrais, viande…
    Sans parler de cette ridicule inscription de « lutte contre le dérèglement climatique » dans la constitution : comme si le climat avait un jour été « réglé » Réglé sur quoi ? Le Climat sous Louis XIV, non merci, sous Napoléon non merci, au temps des mamouths à poil laineux, non merci, au moyen age ou époque romaine sans doute. Et cela ne vaut que pour l’europe, en asie peut être préferaient-ils une autre époque, les Touaregs voudraient peut-être revivre les moment ou le Sahara était verdoyant et giboyeux

  • Après Chirac et son principe de précaution voila une stupidité supplémentaire à ajouter à notre constitution :  » la lutte pour le climat  » comme si nous pouvions intervenir sur le climat !!! Si par malheur un oui l’emportait tous les écolos fachos se précipiteraient pour bloquer encore un peu plus le pays !!!! Tout çà parce que 150 pseudos citoyens tirés au sort parmi quelques milliers de militants présélectionnés puis solidement encadrés et formatés par les  » penseurs  » de la cause ont validé le programme écolo le plus totalitaire !!!! Personne ne semble s’étonner de l’unanimité de cette assemblée , situation impossible à obtenir en France et ailleurs sur 150 participants  » repésentatifs  » du pays !!! Le référendum devient la seule façon de s’en sortir à condition que les médias habituellement engagés laissent le citoyen réfléchir seul !!!!

  • un exemple de ce qui se passera si le reférendum passe
    AMÉRIQUE DU NORD 15 DÉCEMBRE 2020
    États-Unis : comment l’État a transformé la Californie en enfer
    https://www.contrepoints.org/2020/12/15/386585-etats-unis-comment-letat-a-transforme-la-californie-en-enfer

    • alors oui et non…
      la Californie c’est l’écologie lubie, non au nucléaire non à la voiture thermique etc… car il ya « mieux « , l’esprit de ce que propose macron est bien pire.. non à l’électricité..non aux displacements.. c’est plutôt l’ecologie décroissante..

  • Je propose que l’on rajoute dans l’article 1 de la constitution :
    – interdiction du chomage, de la pauvreté
    – interdiction de gagner plus que moi
    – interdiction des choux de Bruxelles (c’est pas bon)
    – interdiction des cons
    En route pour un monde meilleur, la France lumière des nations, et la Région Ile de France lumière de l’humanité grace

    • grace aux bons soins de Mme Pulvar, qui l’a dit dans un de ces discours (enfin pas tout à fait comme ça, mais ça voulait dire la même chose)

  • La lutte pour le climat dans la constitution : du grand n’importe quoi.
    Faut-il que nous soyons devenus débiles pour qu’un président de la république puisse envisager sérieusement une telle ineptie?
    La lutte pour le climat est ouverte: allons saboter la chaudière à mazout du voisin et pointons nos missiles sur les centrales à charbon allemandes d’abord et chinoises ensuite. Pas sûr qu’au bout du compte, la température diminue mais le chemin de l’enfer , lui, est assurément pavé de bonnes intentions.

    • en effet, lutter contre le changement climatique signifie bien faire la guerre au reste du monde.. mais sachons choisir nos cibles… à mon opinion il est moins couteux d’empecher un pauvre de s’enrichir, sinon de naitre que de s’en prendre à des riches..

      vite un accord mondial pour interdire le développement économique des pays pauvres!

  • « Il n’y a pas de prise de risque pour l’exécutif, »
    Si, il y a un énorme risque, mais l’ exécutif ne le voit pas, car il ne veut pas le voir.
    Ce risque ce nomme « Vrai Gilet Jaune », cette classe moyenne, rurale et périphérique qui avait déjà montrée son opposition aux taxes « écologiques et carbones ».
    Elle ira voter contre, et je pense, comme la majorité des gens autour de moi, qui vivons dans les petites villes, les villages, que ce référendum sera le tombeau du macronisme !!!

    • Il est clair que j’irai, aussi, voter contre !

      Autant j’ai pu admettre que le droit à ne pas vivre dans un environnement pollué – même s’il y a beaucoup à dire sur le principe de précaution – puisse être inclus dans notre bloc constitutionnel (Charte de l’environnement de 2004) autant je ne vois pas ce que vient y faire la lutte contre le réchauffement climatique.
      Ne serait-ce que parce que celui-ci, s’il est établi, n’affectera pas de la même manière tous les peuples. Certains peuvent en souffrir comme ceux résidant au niveau de la mer. Mais d’autres en tireront bénéfice, par un climat plus doux, ou une végétation plus diverse et plus dense.
      En outre, on conçoit aisément, par expérience passée, que les mesures qui seront prises chez nous, auront une portée très faible au niveau mondial, mais considérables pour notre « way of life ». Nous sommes déjà parmi les nations les plus vertueuses de la planète (cf ratio tonnes CO2/hab), que les autres nous rattrapent d’abord, on en discutera ensuite.

      • tant que l’homme existe vous vivrez TOUJOURS dans un environnement pollué..selon néanmoins la définition que l’on donne à polluer..*

        c’est chose différente que de peser le pour et le contre de toute pollution humaine… et de légiferer…

        * définition qui changent à toute allure en se moment..
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution!!!
        lisez cecei
        Pollution
        La pollution est la destruction ou dégradation d’un écosystème ou de la biosphère par l’introduction, généralement humaine, d’entités (physiques, chimiques ou biologiques), ou de radiations altérant le fonctionnement de cet écosystème1. La pollution a des effets importants sur la santé et la biosphère, comme en témoigne l’exposition aux polluants et le réchauffement climatique qui transforme le climat de la Terre et son écosystème, en entraînant l’apparition de maladies inconnues jusqu’alors dans certaines zones géographiques, des migrations de certaines espèces, voire leur extinction si elles ne peuvent s’adapter à leur nouvel environnement biophysique.

        une destruction ou une dégradation une introduction d’un écosystème…
        ce qui signifie essentiellement un changement…

        vous voyez l’usage de l’ambiguité de le notion d’ecosystème ici..vous ne savez pas si c’est celui qui existe…ou qui devrait exister ou a existé..

        cette définition est un chef d’oeuvre de bourrage de mou et de négationnisme du progrès… elle aurait interdit l’usage du feu ou l’agriculture…

        • aux 17, 18, 19 siècles les grandes villes étaient des dépotoirs a ciel ouvert. comme seuls les chevaux servaient au transport et déplacement, les rues étaient couvertes d’une bouillasse infame de crottin, boue, immondices, les gens marchaient dedans, il suffit de relire les écrits de l’époque. heureusement l’automobile même diesel a supprimé le crottin de cheval, et je ne suis pas certain que la pollution atmosphérique d’aujourd’hui soit plus nocive, dans les grandes villes que celle générée par le crottin, l’éclairage à la bougie et au suif, et le chauffage au charbon.

      • @Jérémy Lapurée : « Nous sommes déjà parmi les nations les plus vertueuses de la planète »… Attention aux chevilles qui enflent ! Notre système de santé est le meilleur du monde, etc. etc.
        Les mesures comme le CO2/par habitant sont une c#~|_^^ @rie inventée pour les besoins de la cause par des soit-disant écologistes déjantés.
        Ceci dit, je suis tout à fait d’accord avec « Il est clair que j’irai, aussi, voter contre ! », surtout si résultat = NON, suivi de Macron démission serait une délivrance.

      • en 1986-88, on nous promettait qu’en 2000,,. à cause du réchauffement climatique causé par le trou dans la couche d’ozone (au fait, où en est-il ce fameux trou ?), les îles Maldives, la zone côtière du Bangladesh et les Pays-Bas seraient totalement sous les eaux…

        • J’ai souvenir d’un « Science et Vie » de cette époque qui annonçait que vers 2010 Paris et Londres seraient en grande partie submergées par les eaux et que la surface habitable des pays côtiers un peu partout aurait déjà sévèrement diminuée… La plupart des gens ont la mémoire courte, mais un rapide rappel suffit. Je ne suis pas sûr du tout du résultat de ce référendum si l’opposition fait bien son travail !

  • Le noyau dur de notre Bloc constitutionnel est évidemment la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Texte éminemment libéral. Et dont on pense qu’il devrait suffire.

    Mais c’est oublier ce à quoi sert fondamentalement une Constitution : graver dans le marbre les droits humains et le fonctionnement apaisé de nos institutions.

    Juste après la deuxième guerre mondiale, au sortir des génocides, et à cause d’eux, on ajoute à la DDHC de 1789 le Préambule de la constitution de 1946, qui rappelle les « droits inaliénables et sacrés » de tout être humain. Ce préambule devient le deuxième élément de notre bloc.

    A la fin des années cinquante, en pleine guerre d’Algérie, face au risque de chaos, la Constitution de 1958 (3ème élément du bloc) doit permettre de consolider le pays et ses institutions.

    Et lorsque, à l’issue des Trente glorieuses, où le pays s’est reconstruit tant bien que mal, on se confronte aux pluies acides, à Seveso, Bhopal, Tchernobyl, à la lutte contre la pollution atmosphérique, les questions d’environnement deviennent prégnantes, alors quand « la maison brûle et que nous serions tentés de regarder ailleurs » la Charte de l’environnement devient le 4ème élément de notre bloc constitutionnel.

    A chaque fois, le scenario est le même. La société se transforme, vacille, un ancien monde disparaît, il faut enforcir les bases des nouvelles constructions, sans abolir pour autant les droits déjà acquis des citoyens.

    Et la DDHC de 1789, alors ? Eh bien, son rôle était identique. Il fallait acter la fin du féodalisme et de l’absolutisme, garantir qu’aucun retour en arrière ne serait possible.

  • Il faudra aussi inscrire dans notre Constitution le droit inaliénable pour les minorités de tabasser les policiers…

  • « la composante illibérale des institutions républicaines risque de s’imposer définitivement »

    L’alerte vient trop tard, c’est déjà fait.

  • Cette proposition me laisse dubitatif…
    Je ne peux pas croire que macron propose vraiment cela sans en avoir analysé les conséquences avant (quoiqu’avec la CCC…).
    Soit il propose cela comme Cameron l’avait fait pour le Brexit et on a vu le résultat, soit il sait très bien que ce référendum sera un désastre quant à son résultat et il pense jouer sur du velours en disant à la CCC, « vous voyez c’est l’expression du peuple »….
    Si je me souviens bien, le résultat du dernier référendum en france pour Maastricht avait été négatif mais les politiques n’en avaient pas tenu compte, alors d’ici à ce que macron le fasse malgré tout adopter par le parlement et le sénat à des fins électoralistes, il n’y a qu’un pas que je franchirais bien volontiers…

    • Les Français avaient voté oui au traité de Maastricht (de peu), c’est le traité constitutionnel européen auquel ils ont dit non. On n’en a tenu aucun compte en effet.

  • Il sera répondu à une question, la « responsabilité « de macron, mais ,si le oui l’emporte restera le doute: les français sont ils majoritairement stupides ou bien veulent il bel et bien sacrifier toutes leurs libertés pour que ni le climat( !) , ni l’environnement (!,) ni la biodiversité(!) ne changent..
    Au fait les gars, l’organistation du machin citoyen a émis du CO2 l ..le referendum émettra du CO2, et si rien ne vous plait dans ce pays .ça signifie de fait que vous voulez changer l’environnement..

    Notez..ce n’est pas vouloir mieux ,c ‘est ne rien changer;..

    Le pire…c’est que je pense qu’une victoire du oui serait possible, n’oubliez pas que macron peut être réélu…et organiser le truc..

  • Cette proposition me laisse dubitatif…
    Je ne peux pas croire que macron propose vraiment cela sans en avoir analysé les conséquences avant (quoiqu’avec la CCC…).
    Soit il propose cela comme Cameron l’avait fait pour le Brexit et on a vu le résultat, soit il sait très bien que ce référendum sera un désastre quant à son résultat et il pense jouer sur du velours en disant à la CCC, « vous voyez c’est l’expression du peuple »….
    Si je me souviens bien, le résultat du dernier référendum en france pour Maastricht avait été négatif mais les politiques n’en avaient pas tenu compte, alors d’ici à ce que macron le fasse malgré tout adopter par le parlement et le sénat à des fins électoralistes, il n’y a qu’un pas que je franchirais…

  • La constitution est le texte juridique fondamental, de référence, pour l’organisation et la survie d’une Nation. Des notions comme le « Climat » ou le « Principe de Précaution ».
    N’ont strictement rien avoir ni a faire dans et avec ce texte.
    Sauf a y ajouter un chapitre principal sur le Big Bang et le mouvement de planètes et des Etoiles.

  • Les Ecolos sont contre le Nucléaire. d’où l’idée du principe de précaution.
    Mais alors, Quand Marie Curie a découvert la Radioactivité, ou Einstein W= mc2, fallait-il les euthanasier en application du principe de précaution?

    Pour comprendre de quoi on parle je propose de partir de ce propos de R Oppenheimer.
     » Extrait de l’allocution prononcée à »1’Université COLUMBIA (Janvier 1955) par Robert OPPENHEIMER.

    L’unité du savoir, là nature des communautés humaine, la notion même de société et de culture se sont si profondément transformées au cours des dernières années que notre monde est, à beaucoup d’égards, un monde nouveau.
    Cette ,transformation n’est pas due seule¬ment à l’introduction d’éléments nouveaux dans notre vie elle est le fait d’un changement dans la qualité de ce qui existait déjà.
    Ce qu’il y a de nouveau, par exemple, c’est le changement de rythme du changement, lui-même – le fait que les années de nôtre vie ne mesurent plus, comme celles de nos pères, de légers rajustements, mais de grands bouleversements.
    Ce qu’il y a de nouveau, c’est qu’en une seule géné¬ration notre connaissance de la nature ait pu intégrer, refondre et dépasser toutes les connaissances accumulées jusque-là.
    Ce qu’il y a de nouveau, c’est que le progrès techni¬que nous permette de connaître les peuples les plus loin¬tains et nous oblige à les considérer comme nos frères.
    Ce qu’il y a de nouveau, c’est le caractère massif de la dissolution et de la corruption de l’autorité spiri¬tuelle et temporelle à l’intérieur de chaque société.
    Nous vivons dans un monde de plus en plus ouvert, de plus en plus éclectique. Nous en savons trop pour qu’un seul homme puisse en savoir beaucoup; nos vies sont trop différentes pour que nous éprouvions réellement notre soli¬darité; nos traditions, nos sciences, nos arts nous sépa¬rent en même temps qu’ils nous unissent. L’irréversibilité du savoir nous interdit de revenir en arrière . Ce que l’homme a une fois appris fait partie de lui-même pour toujours. Il ne nous est plus permis ignorer une découverte, de rester sourd à la voix des peuples étrangers, de parquer les grandes cultures derrière la double barrière, longtemps infranchissable, des océans et de notre re¬fus de comprendre
    Puisqu’il nous faut vivre avec le sentiment permanent d’appartenir à un monde trop grand pour nous, à une humani¬té trop diverse, adoptons du, moins pour critère de notre vertu la sagesse dont nous saurons faire preuve dans le choix d’une vie, d’un travail, d’une beauté…
    Notre vie ne sera pas facile. Il faudra lutter pour apprendre à participer à la vie de notre village sans nous désintéresser de celle du monde; à cultiver notre sens personnel de la beauté tout en restant capables de la per¬cevoir dans ce qui nous est le plus étranger; à protéger les fleurs de nos jardins des grands vents qui balayent la surface d’une terre sans frontières. Mais telle est la condition de l’homme. »

    Inscrire des phrases creuses sur le climat dans la constitution est donc une idée absurde sans aucune rationalité.

    • pas une idée absurde mais une idée folle… une idée qui se retourne contre vous..
      mais de façon général la Veme est d’esprit » libérale MAIS… »

      le principe de précaution en réalité permettrait d’interdire AUSSI les lubies vertes eoliennes panneaux, solaire ou autre..
      les lois contre la haine permettrait aussi de martyriser les minorités..

  • ça c’est la vision optimiste et d’une certaine façon celle qui pense que la vérité se « décide » au vote…

  • Je suis pour la défense raisonnable de la planète mais je ne veux pas que les français soient constamment les principaux punis alors qu’ils abiment beaucoup moins la planète que les autres. Je voterai contre la position du Président Macron car il n’est pas un bon Président… Il est encore plus mauvais que ses prédécesseurs

  • M. Macron cherche-t-il à se refaire une virginité avant sa nouvelle et problématique union avec les électeurs? Il devrait pourtant savoir qu’une fois perdue, sauf opération chirurgicale, elle ne revient pas! Ce n’est pas avec un referendum sans intérêt aucun qu’il peut espérer retisser les fils pour en faire un tissu vierge. D’assaut de prétendue nouveauté en assaut de fausse surprise, il a fini par lasser.

  • Le référendum est un outil politique. Il offre une porte de sortie bien pratique si la situation venait à se dégrader, justifiant une démission dans la journée.

  • A nom avis, on ferait mieux de faire tirer le climat au sort par des gens du peuple. Parce qu’il faut bien reconnaître que ,jusqu’à aujourd’hui et demain tout le monde se trompe et nous trompe pour nous tirer du fric. Il suffit de constater ce qui se passe sur Mars et Vénus, dont l’atmosphère est pour l’essentiel constituée de CO2 dont ont constate qu’il n’a aucune influence particulière sur le climat. De plus la biomasse utilisée en Allemagne contre les méfaits du charbon est encore pire que lui. De qui se moque-ton?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Un mois après sa réélection et à trois semaines des élections législatives, le président de la République (sur proposition du Premier ministre) a choisi son gouvernement. L’attente a été longue, ne serait-ce que par les spéculations sur le nom du successeur de Jean Castex. Sinon, on garde les mêmes et on continue. Deux surprises cependant : le maintien du garde des Sceaux et le nouveau titulaire de la rue de Grenelle.

https://twitter.com/Elysee/status/1527657628540755969

Il faut dire que, soutenu par une coalition hétéroclite qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles