L’austérité fiscale, un mal français coûteux

Contrairement à une idée reçue, la France n’a pas souffert d’une austérité budgétaire, mais d’une austérité fiscale lors de la période de reprise économique ayant pris fin avec la Covid-19.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
taxes by GotCredit (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’austérité fiscale, un mal français coûteux

Publié le 18 novembre 2020
- A +

Par Nicolas Marques.
Un article de l’Institut économique Molinari

Les dépenses publiques sont passées de 45,2 % du PIB en 1978 à 55,6 % en 2019 (Figure 1). Cela représente une hausse de 10,4 points. Cette augmentation a été concentrée sur 3 périodes de crises : 1978-1985 (+7,1 points), 1989-1993 (+5,7 points), 2007-2009 (+4,6 points). Sur la longue période, elles augmentent significativement de façon tendancielle, ce qui bat en brèche l’idée d’une austérité budgétaire française.

En parallèle, les recettes publiques ont augmenté significativement par rapport au PIB. Elles sont passées de 43,4 % du PIB en 1978 à 52,6 % en 2018. Cela représente une hausse de 9,2 points. Cette augmentation a été concentrée sur 3 périodes : 1978-1985 (+5,9 points), 1992-1996 (+3 points) et 2010-2016 (+3,2 points).

austérité fiscale

Les épisodes précédents de crise avaient été soldés pour partie par un envol de la fiscalité et, pour partie, par une décrue des dépenses post-crise. C’est ce qui avait permis de retrouver des déficits de l’ordre de 1,8 % en 1989 et de 1,3 % en 2000. Mais le dernier épisode, consécutif à la crise de 2007-2008, est différent.

Les dépenses publiques ont de façon classique augmenté brusquement entre 2007 et 2009 (+4,6 points de PIB en 2 ans). Mais elles sont restées à un niveau très élevé depuis. Elles ont diminué bien moins vite que ce qu’on observait dans les précédents cycles français, ce qui là encore bat en brèche l’idée d’une austérité budgétaire française.

Pour éviter que cette augmentation durable des dépenses ne génère des déficits au-delà des normes européennes, les pouvoirs publics ont augmenté massivement la fiscalité en 2011, 2012 et 2013 avec un point de plus par an. Cet épisode est à l’origine du sentiment de ras le bol fiscal, largement répandu dans la population française depuis.

L’analyse comparée par rapport à l’UE confirme le choix atypique de la France.

Nos voisins n’ont pas fait le choix d’une augmentation des dépenses publiques aussi significative et durable que la France. Ils ont réduit significativement leur fiscalité dans la période récente.

Depuis le creux de la crise, les dépenses publiques ont baissé 3 fois moins vite en France que dans l’UE. Elles ont peu reflué lors de la reprise de 2009 à 2019 (-1,6 %), alors qu’elles baissaient significativement dans l’UE (-4,4 %).

austérité fiscale

La France a fait l’impasse sur la traditionnelle phase post-crise de réduction des dépenses publiques (Figure 2). Elle a tenté de résorber ses déséquilibres en augmentant les prélèvements obligatoires. Les recettes publiques ont augmenté deux fois plus vite en France que dans l’UE (+2,6 % vs +1,4 %).

L’ajustement post-crise français a reposé aux deux-tiers sur des hausses de fiscalité, la baisse des dépenses ne comptant que pour un tiers.

L’UE a fait dans son ensemble une démarche diamétralement inverse, avec un ajustement reposant aux trois-quarts sur la baisse des dépenses publiques et pour un quart  sur la hausse de fiscalité.

Plus de chômage et de déficits, le choix français est loin d’être gagnant.

Avant même que la crise de la Covid-19 n’éclate, la France avait moins bien récupéré ses marges de manœuvre financière que le reste de l’UE. Fin 2019, le déficit public était de 3 points de PIB, contre 0,8 point en moyenne dans l’UE.

Un autre effet pervers du mauvais choix de politique publique français est que la création d’emplois n’est jamais repartie à la hausse significativement. En France, entre 2009 et 2019 le chômage n’a reculé que de 7 %, en passant de 9,1 % à 8,5 %. Dans le même temps, le chômage reculait de 29 % dans l’Europe, en passant de 8,9 % à 6,3 %.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Il y a maldonne sur le titre,je dirai plutôt frénésie fiscale!

  • la France et son système social que le monde entier nous envie…..il faut bien que le dit système soit payé par les uns pour que les autres en bénéficie ;

  • Pourquoi choisir un titre qui induit en erreur ? Dire que l’austérité fiscale est un mal, cela revient à faire croire que si l’Etat avait fortement accru la fiscalité, les choses iraient mieux. J’espère que ce n’est pas ce que l’auteur veut nous faire croire.

  • Et encore, on sait que les stats du chômage sont bidouillées puisque les emplois aidés et stages de formation ne sont pas comptés. Le chômage est plus élevé que les 8,5% annoncés! Il faut compter le nombre d’emplois par rapport à la population!

  • on peut ajouter que l’évaluation du PIB est largement sujet à caution, puisqu’elle inclue les dépenses de l’Etat…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La crise de la dette n’est pas certaine. Il semblerait que la Rassemblement national renie déjà ses promesses de « pouvoir d’achat ».

 

Dimanche 9 juin, les Français ont « mal voté ».

Pour les punir, Emmanuel Macron a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale.

Nous voilà donc à nouveau en campagne électorale, une période d’incertitude, ce que n’apprécient pas les investisseurs.

Les taux d’emprunt de notre pays se sont nettement relevés. Ils atteignaient 3,07 % le 7 juin au moment de l’annonce de la dég... Poursuivre la lecture

Le Rassemblement national (RN) est un parti profondément interventionniste, même socialiste, condamné à l’échec. Ses politiques perpétuent des mesures inefficaces et coûteuses, loin des principes de liberté économique qui ont fondé la prospérité française. Cet article dévoile les contradictions internes du RN en particulier en matière d’immigration et appelle à un renouveau libéral pour revitaliser l’économie et la société françaises.

Le RN propose de nombreuses mesures interventionnistes, mais concentrons-nous sur sa mesure phare : la... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Parmi les mille et une façons que les Français ont trouvées pour s’auto-appauvrir à grande vitesse (avec un succès maintenant mesurable par tous), il y a bien sûr l’incroyable empilement de cotisations et autres prélèvements automatiques (automagiques devrait-on écrire tant il s’agit de vaudou) sur les salaires et émoluments de revenu. Il existe cependant d’autres méthodes, plus subtiles, pour aboutir au même résultat. L’une d’elles occupe ces jours-ci l’actualité : les tickets restaurant.

C’est à la suite d’un ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles