Unibail-Rodamco-Westfield : Xaviel Niel ou la tentation du dividende 

Le géant de l’immobilier commercial Unibail-Rodamco est percuté par une guerre entre management et actionnaires menés par X. Niel.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Unibail-Rodamco-Westfield : Xaviel Niel ou la tentation du dividende 

Publié le 6 novembre 2020
- A +

Par Eric Verhaeghe.

L’affaire illustre les questions de fond qui agitent le capitalisme français, entre volonté d’expansion à long terme et logique de rentabilité à court terme.

D’une certaine façon, l’affaire Unibail-Rodamco et le conflit interne autour du plan Reset, qui propose une augmentation de capital, illustre les questions fondamentales qui se posent au capitalisme français aujourd’hui.

D’un côté, le management propose une stratégie d’investissement et de développement à long terme, au détriment d’une logique de rentabilité à court terme. D’un autre côté, des actionnaires minoritaires préfèrent une logique de dividendes et de contrôle du capital. Un dilemme bien connu.

Unibail-Rodamco : une affaire de taille

Ce qui rend ce dossier spectaculaire, c’est évidemment la taille d’Unibail-Rodamco, devenu géant mondial par le rachat de l’australien Westfield en 2017. Avec 3400 salariés, une vingtaine de centres commerciaux en France et une valorisation boursière initiale de plus de 40 milliards d’euros, Unibail est devenu un champion par développement externe de ses activités.

C’est bien cette logique d’expansion qui pose une question de fond au groupe : par temps de coronavirus, il faut des reins très solides pour passer le cap difficile de l’épidémie, de la baisse d’activité et de la tension sur le chiffre d’affaires.

D’où le plan Reset, proposé par le management actuel, qui prévoit une augmentation de capital de 3,5 milliards d’euros pour reconstituer des fonds propres indispensables au maintien de l’activité dans son périmètre actuel.

L’inconvénient de ce plan est le même que tous les plans « défensifs » : il sacrifie le dividende et il dilue l’actionnariat par le seul effet de l’augmentation de capital. Sa logique est celle de tous les chefs d’entreprise qui ne veulent pas rebrousser chemin au milieu du gué : il faut avancer coûte que coûte.

La tentation du dividende

Sans surprise, ces propositions rencontrent l’opposition, voire l’hostilité, des minoritaires qui sont les principaux perdants de l’opération. En l’espèce, Xavier Niel, iconique patron de Free, et Léon Bressler, PDG d’Unibail de 1992 à 2006, ne sont guère enthousiastes à l’idée d’être dilués et de renoncer temporairement aux dividendes que leur récent investissement laisse espérer.

Là encore, on retrouve les arguments bien connus dans ce genre de dossier. Les minoritaires privilégient la rentabilité à court terme qui rémunère leur investissement.

Ils préfèrent aussi conserver leur rôle dans l’actionnariat en évitant une augmentation de capital. Tous les entrepreneurs qui ont dû arbitrer ce genre de décisions retrouvent ici des musiques bien connues, quelle que soit la taille de l’entreprise.

Après tout, pourquoi vouloir conquérir le monde dans la douleur, quand on peut si bien vivre chez soi avec de plus faibles ambitions ?

Jouir ou investir ? Le dilemme est et restera éternellement celui de l’entreprise dans son principe même. Et, pourrions-nous dire, il est affaire d’intérêt sur le moment, de sensibilité personnelle, d’appréciation au vu des circonstances.

La cohérence du plan Reset

On comprend l’argumentation de Niel : vendons ce qui rapporte moins dans l’immédiat (en particulier l’immobilier apporté par Westfield), sacrifions ce qui ne sera pas rentable avant quelques années, et concentrons-nous sur le profit à court terme.

On la comprend, et on en sourit un peu, parce que Niel, lorsqu’il est majoritaire, ne tient pas toujours le même raisonnement. Et il sait parfaitement pourquoi le management actuel propose une solution inverse.

En effet, pour que le rachat de Westfield porte ses fruits, il faut se donner le temps. Ce n’est pas pendant l’épidémie qu’on a les idées claires, dans le domaine immobilier, pour restructurer ses actifs.

Dans deux ou trois ans, lorsque l’épidémie sera mise sous contrôle grâce à la production de vaccins, le sujet se posera d’une autre façon, et une meilleure rentabilité des actifs pourra être mise sur le métier.

D’ici là, il faut tenir. D’autant que, baptisé Refocus, le projet des activistes, s’il propose de céder Westfield d’ici deux à trois ans en lieu et place de l’augmentation de capital suggérée par Reset, parait aventureux : bien malin qui saurait dire aujourd’hui ce que sera le marché en 2022 ou 2023, et donc à quel prix le « W » d’URW sera vendu.

Dans ces conditions, l’augmentation de capital est une stratégie incontournable et constitue la seule solution crédible pour ne pas transformer le rachat de Westfield (antérieur, il est important de le souligner, à l’arrivée de Niel dans le capital, ce dernier étant donc entré en connaissance de cause) en déconfiture.

Il est assez cocasse de voir que les raisonnements et arguments valables pour le géant Unibail sont frappés de cette étrange universalité du capitalisme, qui est au fond une science morale au sens où Bastiat et Molinari, ces libéraux français du XIXe siècle, l’entendaient : c’est affaire de choix et non de théorie.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Je ne connais pas le fond de l’affaire, mais il est « amusant » de voir des milliardaires essayer de sauver leurs dividendes (dont ils n’ont pas besoin pour vivre) au détriment des petits actionnaires pour qui ces dividendes sont parfois un plus appréciable une fois par an.
    Perso, je suis content de toucher quelques milliers d’euro de dividendes tous les ans. La personne qui reçoit disons 100.000 euro de dividende par an n’a certainement pas de soucis à se faire pour finir le mois même avec un crédit sur le dos et les enfants aux études…
    Mais comme dirait l’autre, c’est toudi les p’tis qu’on spotche.

    • Déjà, pour toucher quelques milliers d’euros de dividendes, il faut avoir investi fortement avec de gros risques, en ayant acheté un sacré paquet d’actions de sociétés.

      • ben avec un dividende à 2 ou 3%, on reste dans des sommes raisonnables d’investissement. Et pas forcément avec du risque de fou.

  • Je suis en désaccord complet avec l’analyse de l’auteur, lequel est soit de parti pris soit maîtrise fort mal ce dossier. Aucun investisseur ne peut sérieusement comprendre ni accepter le plan Reset proposé par Cuvillier. Proposer une augmentation de capital, alors que le cours vient de perdre 75% depuis le 1er janvier est totalement inacceptable pour les actuels actionnaires (dilution très forte). Unibail dispose encore d’une trésorerie suffisante, dispose encore d’un accès aux marchés pour se refinancer, il n’y a aucune urgence à effectuer une telle augmentation de capital, on ne peut imaginer pire moment pour une telle opération (-75% depuis le 1er janvier, des centres à moitié fermés avec le 2d confinement…), si une telle AK devait être nécessaire, le bon sens serait d’attendre l’arrivée d’un vaccin courant 2021 et le retour du cours à des niveaux plus acceptables. Ensuite, le plan Reset de Cuvillier prévoit également des cessions d’actifs sans délai et ne se différencie guère du plan Refocus sur ce sujet. Le nom même du plan de Cuvillier « Reset » est un aveu d’échec de l’actuelle directio. Enfin Cuvillier et l’actuelle direction comme souligné par Niel n’ont rien de vrais investisseurs, ils ont personnellement très peu investi dans Unibail et agissent bien plus comme des salariés soucieux de la préservation de leur emploi.

  • Pour le petit actionnaire, il faudrait d’abord rendre le choix neutre vis-à-vis de la fiscalité. Si c’était le cas, qu’on touche des dividendes ou qu’on revende un pourcentage équivalent de ses actions, ce serait pareil quand on se moque de voter aux assemblées générales et du poids de sa voix.

  • A part vendre des immeubles, je ne voit pas comment cette entreprise pourrait éviter la faillite.

  • « c’est affaire de choix et non de théorie » : tellement juste et applicable à presque tout en fait. Beaucoup de gens s’inventent ou adhèrent à des théories fumeuses pour masquer le réel objectif de leurs choix (souvent l’intérêt immédiat ou la flatterie de son narcissisme)

  • Je ne sais pas où vous avez vu cette « obsession du dividende » chez le projet de Niel ? Ce n’est pas ce que j’ai lu. Me suis-je trompé ? Encore un article bien français sur la condamnation des dividendes, même dans le cas où il n’en est pas question.

    • Le plan « Reset » proposé par la direction est rejeté par les actionnaires et Xavier Niel entre au conseil de surveillance.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eddie Willers.

Lorsque je discute avec des amis, revient souvient la réflexion que les riches peuvent rester riches parce que l’argent rapporte naturellement. Malheureusement la valeur ne se crée pas par magie, elle résulte de certains mécanismes qu’il est nécessaire de bien appréhender afin de comprendre pourquoi on gagne ou l’on perd de l’argent.

Dans un monde de déflation, l’argent, entendu comme l’épargne, rapporterait puisqu’avec une même quantité de monnaie vous pourriez acheter davantage de biens ou services. Dans un ... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Les adages boursiers désignent des expressions de « sagesse populaire » dans le domaine boursier. D'un intérêt variable, ils permettent néanmoins souvent de rappeler de manière imagée des vérités sur le fonctionnement de l'économie et des marchés financiers. Tour d'horizon de ceux qu'il faut absolument connaître, et de ceux qu'il faut... absolument oublier !

Les adages boursiers avec une part de vérité « Acheter au son du canon, vendre au son du clairon » Cet adage souligne que les marchés financiers, résulta... Poursuivre la lecture

Par Pascal Hügli. Un article de Mises.org

60 % d'actions, 40 % d'obligations. Ce qui a été considéré comme la règle d'or de la théorie du portefeuille pendant des décennies a de moins en moins de valeur pour les investisseurs aujourd'hui. Parce que les banques centrales ont soutenu presque tous les marchés, imitant essentiellement le créateur de marché de dernier et de premier recours, les rendements ont été faibles, les corrélations ont augmenté et les valorisations sont privées de leur sens.

Pour agir en tant que créateur de m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles