Tout entrepreneuriat est social : l’histoire de Josiah Wedgwood

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Josiah Wedgwood - face By: Futurilla - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tout entrepreneuriat est social : l’histoire de Josiah Wedgwood

Publié le 3 novembre 2020
- A +

Par Philippe Silberzahn.

Lors d’une intervention il y a quelques semaines, j’évoquais le rôle très important joué par les grandes surfaces dans la période de crise de mars-avril et je montrais qu’il était allé bien au-delà du simple rôle économique. « Vendre des carottes, ça a aussi un impact social » évoquant même, horresco referens, la notion d’éthique marchande.

Naturellement, la réaction n’a pas traîné et l’une des participantes s’est exclamée : « Vendre des carottes c’est purement économique ; ce n’est pas motivant en soi ; il faut un supplément d’âme, il faut donner du sens. »

Voilà, une nouvelle fois nous sommes victimes d’un fameux modèle mental qui veut qu’on découpe toujours le monde en deux, ici l’économique et le social, pour les opposer. Le social étant le domaine noble, et l’économique, le domaine ignoble de la simple contingence (nous sommes en France !), incapable de donner un sens en lui-même, avec une stricte séparation entre les deux.

Ce dualisme, cette thèse de la séparation comme l’appellent certains chercheurs, ne correspond pas à la réalité, et surtout est profondément contre-productif. Regardons-le au travers de l’exemple de Josiah Wedgwood, le fondateur de la poterie éponyme.

« L’esprit engourdi s’élève vers le vrai à travers les choses matérielles » — Mots gravés sur les portes de la basilique de Saint-Denis.

Wedgwood, né en 1730 et mort en 1795, était le treizième enfant d’un potier anglais pauvre. Ayant survécu à la variole puis à une amputation, il est devenu le potier officiel de la Reine d’Angleterre et le fondateur en 1759 d’une marque de poterie qui existe toujours aujourd’hui. Capitaliste infatigable, il devait, avec le succès de son entreprise, accumuler une fortune qui lui permit de financer le voyage d’étude de son petit-fils, un certain Charles Darwin.

La faïence synonyme de mobilité sociale

Alors qu’il se remet d’une amputation qui a failli le tuer, on lui présente Thomas Bentley, un philanthrope. Au cours des discussions qui s’ensuivent, les deux hommes nouent un partenariat qualifié parfois du plus important du XVIIIe siècle.

Avec Bentley, Wedgwood décide d’incarner dans ses produits les idées progressistes de son époque en innovant pour produire de la faïence équivalente en qualité à la porcelaine, mais beaucoup moins chère (Wedgewood fut le premier à acheter une machine à vapeur à James Watt).

En rendant ainsi la faïence accessible à tous, en faisant qu’une jeune épouse pouvait acquérir un service constitué de pièces de qualité auparavant accessibles seulement aux plus riches, Wedgwood fait de la faïence un synonyme de mobilité sociale – notion selon laquelle un individu n’est pas destiné à rester prisonnier de la classe dans laquelle il est né.

Comme tous les grands innovateurs, sa contribution a consisté moins en une invention technique qu’en une démocratisation de ce qui existait déjà pour la rendre accessible au plus grand nombre, transformant la vie de millions de gens. Ses poteries étaient profondément chargées de sens individuel et social.

Elles montraient que la mobilité sociale, cette grande révolution qui émerge à partir de cette époque, était possible. En ce sens, en y répondant, Wedgwood fut autant le produit de son époque – il tirait parti d’une aspiration profonde – qu’un de ses grands acteurs.

Wedgwood n’a pas fait que créer une poterie innovante pour son époque. Confronté au manque de peintres pour décorer ses produits, il est amené à créer une école de peinture pour des ouvriers sans qualification. « Nous n’avons pas d’artiste, nous devons les fabriquer. Nous devons faire des artistes à partir de simples gens. » écrit-il à Bentley.

Autre problème crucial : le mauvais état des routes, qui faisait que beaucoup de poteries arrivaient cassées et que le coût du transport était prohibitif, ce qui l’empêchait de baisser ses prix et constituait un obstacle à son projet de démocratisation.

Il entreprit donc de financer la construction d’un canal joignant deux rivières pour permettre le transport de ses produits par bateau. Ni l’école, ni les infrastructures publiques qu’il a créées n’étaient purement altruistes. Le manque d’artisans capables de peindre ses poteries et le mauvais état des routes étaient des freins à ses ambitions et il a agi pour les lever.

Et pourtant, il fut capable de produire une contribution sociale très importante : développement d’infrastructures publiques, formation d’ouvriers pour des métiers mieux qualifiés et donc mieux rémunérés leur permettant une ascension sociale, démocratisation de la poterie de qualité (faïence puis grès) jusque-là réservée aux ménages très riches, et surtout réponses aux aspirations de mobilité sociale de son temps.

Questionner des distinctions contre-productives de l’entrepreneuriat

Au travers de l’exemple de Wedgwood, nous pouvons questionner la pertinence de deux distinctions importantes que nous faisons habituellement dans le domaine de l’entrepreneuriat, mais au-delà, dans la façon dont nous pensons la société. La première distinction est celle qui est faite entre le matériel et le spirituel.

Wedgwood vend de la poterie : quelque chose qui sert à boire du thé et à manger. Rien ne semble plus matériel et Wedgwood le fait pour gagner de l’argent. Mais sa poterie est bien plus que de la poterie ; elle devient un symbole de la mobilité sociale ouverte à tous.

Elle n’est pas plus une simple poterie que la Statue de la Liberté n’est un simple tas de métal ou une robe un simple morceau de tissu. Elle est chargée de sens, un sens que créent ensemble Wedgwood et ceux et surtout celles qui achètent ses produits, avec un impact social considérable.

L’esprit engourdi s’élève en effet vers le vrai à travers les choses matérielles, comme l’avait déjà compris l’Abbé Suger lorsqu’il fit inscrire cette fameuse phrase sur les portes en bronze de la Basilique Saint-Denis il y a 800 ans.

La dualité matériel/spirituel, que l’on retrouve dans la hiérarchisation des besoins illustrée par la malheureuse pyramide de Maslow, et qui nous fait encore aujourd’hui distinguer certains biens dits de « première nécessité » en nous réduisant à des estomacs, traduit une incompréhension profonde de ce à quoi aspirent les individus.

La seconde distinction que l’histoire de Wedgwood questionne est celle entre l’entrepreneuriat lucratif et l’entrepreneuriat social. Si tout entrepreneuriat n’est pas lucratif, il est toujours social d’une certaine façon.

Beaucoup d’entrepreneurs ne font pas de distinction claire entre ces dimensions de leur activité, et la plupart ont un impact sur les deux : certains comme Wedgwood, Henry Ford ou le baron Bich le font de façon délibérée, mais d’autres sans même le vouloir et sans en avoir conscience, comme James Watt, à propos duquel un célèbre éditorialiste de son temps écrivait à sa mort : « Cet homme sans prétentions en réalité a apporté plus au grand public que tous ceux qui depuis des siècles ont fait de leur activité principale le souci du bien public. »

Et donc mon commerçant qui vend des carottes a aussi un impact social car vendre des carottes implique beaucoup plus que simplement mettre quelques légumes dans un sac et obtenir de l’argent en échange. Opposer entrepreneuriat social et entrepreneuriat lucratif traduit un modèle mental contre-productif qui ne correspond pas à la réalité.

Wedgwood, comme beaucoup d’autres entrepreneurs, est au contraire un exemple d’un individu pour lequel l’innovation scientifique, entrepreneuriale et sociale est fusionnée en un tout inséparable.

Ce qui est le plus important en fait, c’est que les mêmes principes de changement du monde sont à l’œuvre dans les dimensions sociales et lucratives. Ce sont eux qui doivent être l’objet d’étude et d’enseignement.

Source pour cet article : Saras Sarasvathy, Effectuation : Elements of entrepreneurial expertise (Edward Elgar, 2018).

Sur les principes utilisés par les entrepreneurs, lire : Effectuation : comment les entrepreneurs pensent et agissent… vraiment.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • L’état en particulier français n’a jamais créé ex-abrupto d’entreprises si ce n’est qu’en copiant, plagiant, réquisitionnant, nationalisant, avec des résultats financiers pitoyables malgré les monopoles qu’il s’octroyait impunément abondant les pertes en augmentant les impôts.

  • bon article.

    l’échange capitaliste libre abaisse toujours les prix et/ou augmente la qualité des biens et services, ce qui, comme l’auteur le montre, bénéficie surtout aux plus pauvres.
    Et cela sans qu’il soit nécessaire d’exproprier Jacques pour donner à Paul en faisant intervenir la violence de l’état.
    Peut-on dès lors comprendre pourquoi, dans le domaine aussi essentiel qu’est la santé, nous sommes-nous privés, au nom d’excuses idéologiques bidons, des effets bénéfiques qu’auraient engendrés la loi de la productivité?
    Peut-on imaginer où nous en serions dans cette épidémie de corona?
    On n’en parlerait même pas!

    Rien ne pourra jamais excuser les gens qui de mauvaise foi, soutiennent, depuis des décennies, la collectivisation forçée des risques de santé.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn.

https://www.youtube.com/watch?v=FyinD6ZDqeg

 

Pourquoi n’y a-t-il pas d’Elon Musk français ? La question agite périodiquement le landerneau politico-journalistique français, et chacun y va de ses explications, mais elle est légitime et importante. Le constat d’un manque d’innovation en France n’est pas nouveau.

Alors qu’il a un passé glorieux dans les arts, les sciences et l’industrie, notre pays n’a réussi à créer aucun leader mondial dans les grands domaines d’innovation actuels : bi... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Chez les Simond[1. Des piolets et des hommes par Denis Pivot, Éditions Paulsen, Collection Guérin-Chamonix, juin 2021.]de Chamonix, on était laboureur de père en fils depuis le XVIIe siècle. Quand son père décède en 1867, Adolphe Simond n'a que 13 ans. Premier garçon d'une fratrie de neuf frères et sœurs, il doit subvenir aux besoins de sa famille, mais étant trop jeune pour remplacer son père dans les champs, il apprend le métier de forgeron. C'est une idée de son oncle Auguste, lui-même guide de montagne et for... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l’Iref-Europe.

Il y a quelques jours, le Conseil d’analyse économique (CAE) affirmait : « la situation de trésorerie des entreprises s’est nettement améliorée pour la quasi‐totalité des secteurs d’activité ». Au même moment, l’assureur-crédit Euler Hermes prédisait « un rebond des défaillances d’entreprises en 2022 ».

Ces informations peuvent paraître paradoxales. Elles constituent pourtant les deux faces d’une même pièce. Explications.

Les entreprises en meilleure forme après la crise qu’a... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles