Transformer un échec : l’exemple de Ford

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transformer un échec : l’exemple de Ford

Publié le 15 décembre 2019
- A +

Par Alain Goetzmann.

En 1955, Ford crée une nouvelle gamme pour tenter de prendre le leadership sur son cœur du marché, celui des voitures moyennes. La jeune équipe de direction, composée d’anciens officiers, recrutée par Henry Ford II, et surnommée les « Whiz kids » (les petits génies), avec notamment Robert McNamara, futur secrétaire d’État à la défense de John Kennedy, décide de procéder scientifiquement et lance préalablement une impressionnante série d’études de marché…

Le projet Edsel se veut l’incarnation de la voiture du futur, bourrée de gadgets, d’innovations, bien décidée à casser les codes, y compris les canons esthétiques de l’époque… Mais la gamme est immédiatement descendue en flammes par la critique et le public… Bref, c’est un désastre, et en 1960, Ford renonce.

Mais en définitive, l’était-ce véritablement ? Un échec peut être considéré comme tel uniquement si on renonce définitivement, pas si on passe simplement à côté du succès. Or Ford ne renonça pas, bien au contraire…

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Mouais…

    Faut vraiment faire le grand écart pour faire le lien entre Edsel et Mustang.

    La première, basée sur un ensemble chassis/coque classique à l’époque, a été soutenue par Mc Namara qui la faisait fabriquer sur les chaines Mercury/Ford.

    Ce n’est qu’après le départ de Mc Namara vers la politique que Lee Iacocca a fait développer la Mustang, modèle monocoque dérivé de la Falcon.

    Il n’y a a, a part le groupe Ford, aucune filiation entre les deux modèles, ni parmi les concepteurs, ni sur le plan technique.

    Mais il y a une morale: il faut virer le vieux pour faire du neuf et apprendre de ses erreurs; dans le cas présent l’échec des uns a été compensé par le succès d’autres…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Xavier Fontanet.

Vingt millions d’euros sont demandés à Ford pour réindustrialiser dans le cadre du plan de fermeture de son usine de Blanquefort. Ford paiera. Mais notons au passage que la somme est significative, surtout quand on sait que les assurances chômage ont été dûment acquittées. Certes, ces 20 millions faciliteront le reclassement des salariés. Mais en réaction, les groupes internationaux qui pensent investir en France auront ces chiffres en tête et réfléchiront à deux fois avant d’appuyer sur le bouton. Ils iront évidem... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

Vous ne vous en souvenez probablement pas mais en 1957, le lancement de la marque Edsel par la Ford Motor Company, constitua l’un des désastres les plus marquants de l’industrie automobile américaine. Des dizaines de millions de dollars furent engloutis et la presse et le grand public firent des gorges chaudes de cet échec.

Mais en définitive, était-ce véritablement un échec ?

Un échec peut être considéré comme tel uniquement si on renonce définitivement et certainement pas lorsqu’on ne rencontre tout... Poursuivre la lecture

Si la mauvaise gestion des élus du Michigan et de Détroit n’est plus à prouver, on parle peu des raisons qui ont mené GM, Chrysler et Ford dans l’ornière.

Par K.

[caption id="attachment_131984" align="aligncenter" width="620"] Le siège mondial de General Motors peine à briller au cœur de Detroit.[/caption]

Jeudi 18 Juillet 2013, Détroit, ancien fer de lance de l’industrie automobile américaine, se déclarait en faillite laissant une ardoise d’un peu plus de 18,5 milliards de dollars. Sous domination démocrate depuis 1962,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles