Les dernières heures de la liberté d’expression en France

Dans un assaut de stupidités gouvernementales, la liberté d'expression va encore en prendre un coup en France.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
liberté d'expression By: Taymaz Valley - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dernières heures de la liberté d’expression en France

Publié le 21 octobre 2020
- A +

par h16

L’assassinat fut abominable, et l’exécutif ne devait surtout pas paraître en retrait devant telle horreur. Et comme à la suite des attentats du Bataclan ou de Nice, comme à la suite de ceux sur Charlie Hebdo ou d’autres encore, les ministres se sont dressés, comme un seul homme, pour rappeler que la République ne se laisserait pas marcher dessus, scrogneugneu à la fin.

C’est ainsi que Gérald Darmanin, récemment promu ministre de l’Intérieur, s’est immédiatement empressé d’expulser plus de 200 personnes, zip, zoup, histoire de bien montrer qui commande, non mais des fois… En tout cas, c’est présenté ainsi par certains médias d’une presse dont on ne peut nier le talent pour présenter les faits d’une façon décidément favorable à l’actuel gouvernement.

Tout le monde aura bien évidemment compris que le frétillant ministre de l’Intérieur n’a fait qu’entériner une décision prise depuis un moment (comme en atteste cet article du Figaro daté du 13 octobre dernier) et que présenter cet acte administratif, aboutissement d’une longue, pénible et incertaine procédure, comme une décision musclée et rapide d’une institution au taquet pour faire revenir le calme et l’ordre dans le pays relève d’une de ces fables que plus personne de sensé, en France, n’est prêt à croire.

Soyons clair : l’émotion qui fait suite à ce nouvel acte abominable en France ressemble beaucoup à ces mêmes vagues d’indignations que nous avons connues lors des précédents douloureux ces dix dernières années. Et on ne tente guère le diable en prenant le pari que dans quelques semaines tout au plus, tout ceci sera largement oublié à la faveur des turbulences de l’actualité, depuis les élections américaines jusqu’aux différentes phases d’un reconfinement sanitaire qui se pointe doucement au rythme chaloupé des atermoiements grotesques de notre ministraille républicaine.

Alors oui, en effet, j’accorde sans mal qu’en parallèle de l’émotion suscitée, il semble que certaines langues se délient. Oui, apparemment, certains commencent à comprendre (enfin, serait-on tenté d’écrire !) qu’à l’Éducation nationale, la hiérarchie ne fait globalement pas son job : à force de #PasDeVague, à force de poursuivre des profs pour avoir montré des caricatures de Mahomet, à force de compromis qui tournent à la compromission, puis à la soumission voire à la démission en rase campagne, on a non seulement offert un terreau à l’islamisme mais on a même copieusement arrosé les petites pousses.

Alors oui, en effet, certains admettent enfin comme des soucis de gestion de certaines populations turbulentes en France. Certains comprennent, encore confusément, qu’en ayant pendant si longtemps minimisé les problèmes de police et de justice, qu’en ayant choisi le déni, ça finissait par se retourner contre eux. Il est temps.

Alors oui, en effet, on peut espérer que s’étende ce mouvement dans lequel certains ouvrent enfin les yeux.

Mais voilà : le gouvernement a tout de même d’autres chats à fouetter et il ne faudrait pas que son petit agenda de mise en coupe réglée du peuple français en soit contrarié. C’est bien joli, ces attentats, cet islamisme, ces racailles qui font leur loi, ce communautarisme des uns et ce séparatisme des autres, mais n’oublions pas l’essentiel : si on laisse vraiment le peuple faire ce qu’il veut, cela va très mal se terminer pour toute la coterie de clowns, d’incompétents, de parasites et d’abrutis qui hantent les couloirs dorés de la République, de ses institutions et de ses médias grassement subventionnés.

Et ça, ce n’est pas du tout à l’ordre du jour.

Moyennant quoi, en parallèle du Darmanin qui exhibe la turgescence douteuse de ses petits muscles, on va bien vite faire monter au créneau les habituelles brochettes d’idiots inutiles pour mettre vite fait en place quelques mesures aussi indispensables qu’en rapport direct avec ce qui vient de se passer.

On parle d’incompétence et d’inutilité ? Vite, Bruno Le Maire rapplique et ouvre sa grande jatte alors même que le sang du professeur d’Histoire n’est pas encore nettoyé de la scène de crime pour réclamer… une régulation sur les cryptomonnaies.

Dans l’esprit brumeux de ce clown, le Tchétchène décapiteur aura probablement acheté son couteau avec des bitcoins, c’est aussi évident que stupéfiant de bêtise.

Comme le disait Chirac avec son légendaire sens de la formule, les merdes volent en escadrille. En France, elles forment souvent des gouvernements et c’est donc sans grande surprise qu’on découvre ceci :

Apparemment, quand ce n’est pas Bitcoin qui coupe des têtes, c’est Tweeter ou Facebook. C’est décidément très tranchant, ces petits octets quand on sait s’en servir ! Et puis rien de tel que protéger la liberté d’expression en la supprimant, progressivement, mais inexorablement !

Stratagème aussi grossier que putassier visant essentiellement à ramener la loi Avia sur la table, qui avait pourtant été salement démolie (à raison !) par le Conseil constitutionnel, rappelant que l’écriture de lois ne devrait jamais être confiée à des gastéropodes.

Ceci n’est qu’un échantillon, et on peut d’ores et déjà garantir l’exploitation de l’abomination pour pousser les lois les plus liberticides et au rapport le plus ténu avec l’acte, et ce même au-delà des rangs du gouvernement et des députés de la majorité pourtant amplement dotés de mollusques baveux.

Ainsi, même au sein de ce qui passe pour une opposition en France, on découvre les propositions de Xavier Bertrand, globalement du même acabit consternant que les précédentes : pour notre mammifère élu, cette affaire est l’occasion de demander la fin de l’anonymat sur internet, tant il est vrai que le tueur agissait sous pseudo, que les parents d’élèves aussi, que la mosquée qui a relayé leurs appels haineux était clandestine, que les prédicateurs et autres excités étaient tous inconnus des services de l’État et des réseaux sociaux.

C’est phénoménal, d’autant que parallèlement, ceux qui ont déversé des torrents d’injures et de menaces abominables à l’encontre de Mila sur ces mêmes réseaux sociaux sont connus… et pas poursuivis.

Alors oui, en effet, certains, dans la société, comprennent que nous avons encore franchi un palier. Mais lorsqu’on voit les réactions du gouvernement, des politiciens de différents bords, et finalement, d’encore beaucoup trop de monde face à ce qui devrait relever de la liberté d’expression, on comprend qu’elle n’a jamais été aussi menacée et qu’elle vit vraisemblablement ses dernières heures en France.

Ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Magique, non? Toutes les exactions commises par les gens que l’oligarchie impose au peuple indigène, servent en retour à museler et extorquer davantage le peuple indigène. Je ne dis pas que c’est fait exprès, mais quand tout se passe comme si…

    • Mais si, c’est fait exprès. Il faut considérer que nous sommes un pays occupé par diverses instances supra nationales (sous différentes formes, y compris la compromission d’une partie de l’administration) et que nous avons un gouvernement de collabos.
      Nous sommes en guerre, une guerre contre les peuples et les nations. Croire que cette guerre n’a pas êté planifiée relève de l’ignorance de toute l’hitoire du mondialisme (appelé aussi nouvel ordre mondial, ou révolution mondiale, aujourd’hui « grand reset »)
      A quand la Résistance?

  • tout ça n’empêche pas les pompiers qui continuent à se prendre des mortiers dans la tronche , les policiers à se faire agresser , les rodéos à continuer , bref le merdier continu ; museler la liberté d’expression , certes , ils vont le faire ; stopper la racaille , c’est une autre paire de manche et puis comme dit Marion maréchal  » je pense que c’est trop tard « ….

    • « cela va très mal se terminer pour toute la coterie de clowns, d’incompétents, de parasites et d’abrutis qui hantent les couloirs dorés de la République » Justement, je pense que pour eux, tout va bien et tout continuera d’aller bien. Par contre, pour la piétaille, les gens de terrains, flics, pompiers, profs, soignants, la population, ça ira de mal en pis…

    • Ben oui, mais voyez-vous, une fois que l’expression sera totalement muselée, nous n’entendrons plus parler de pompiers caillassés, de policiers agressés et d’honnêtes citoyens décapités. C’est-y pas magique ?

    • Et que dire des pompiers-gouvernementaux bouteurs de feu (pyromanes en diable)

  • Dard.mais.nain, aux petits bras, alias Darmananix, fils de Abraracourcix.
    Il peut peut, mais en même temps son pouvoir est grand. Allez comprendre…

  • Cela fait longtemps que la liberté d’expression est bafouée avec l’omerta qui règne dans la presse,sans même parler des radios d’Etat comme France inter,culture…qui se fout de notre gueule à longueur d’émission avec notre fric et qui se complaît dans l’islamogauchisme depuis des années .
    L’Education Nationale ,coeur historique de la gauche permissive ,pédagogique,déconstructive est touchée de façon abominable ,remet en avant la liberté d’expression alors qu’elle fait tout pour la bafouer dans les établissements ou le couvercle est mis sur chaque incident,les enseignants étant pris entre 2 feux ,celui des parents et celui de leur hiérarchie .
    Même Patrick Cohen découvre la liberté d’expression en ayant fait une déclaration à l’encontre de tous ses propos précédents,on a du lui prêter une paire de couilles,attention à minuit elles se transforment en citrouille ou plutôt en melon qu’il a d’habitude dans ses assertions bien pensantes.

  • Les gesticulations des politiques, des médias et de la bien-pensance en général augmentent l’anxiété générale et d’eux mêmes en particulier au point d’augmenter en retour leurs symptômes de la danse de Saint Guy.

    Quand on voit les bavards sur les chaînes info en coupant le son, on se croirait sur la RAI.

    Au delà du spectacle navrant de l’incompétence et la stupidité, cela me donne franchement le tournis.

  • Il est piquant de voir que la presse officielle dans son ensemble se lance dans une croisade sur « la liberté d’expression », alors que depuis des semaines cette même presse a été activement partie prenante d’une opération de censure d’ampleur inégalée vis-à-vis de tous ceux qui mettaient en cause la gestion gouvernementale de « l’affaire Covid ».
    Chacun a bien compris que, sous couvert de défendre la liberté, l’objectif du pouvoir est de réduire au silence tous ceux qui ne sont pas le petit doigt sur la couture du pantalon.

  • La liberté d’expression en France n’est pas en danger, les journaux expriment toujours ce qu’ils veulent exprimer et sans censure… pour les français c’est autre chose mais en dehors des urnes ce qu’ils pensent n’a pas d’intérêt pour une presse libre de ses choix tant qu’elle sert ses maîtres, l’état et deux ou trois milliardaires… Dont on se demande quelle est leur motivation., ils sont tous en deficit!
    Je ne vois comment on pourrait changer cela, faut s’y faire, mais il y a des abonnés donc, ça doit plaire.

    • on peut déjà commencer par interdire toute subvention directe ou indirecte aux médias.
      ca ne réglera pas le problème , mais c’est un début, et aussi du fric gaspillé en moins

    • La motivation des « milliardaires » est simple. Pour vivre heureux quand on a de l’argent dans un pays socialiste il faut vivre caché, et le camarade journaliste est moins enclin à se rappeler au bon souvenir de celui qui signe sa fiche de paie.

  • Ça n’aura pas été long avant que la petite coterie au pouvoir ne lance une diversion avec un joli coup double: éviter les questions qui fâchent et raffermir encore son pouvoir.

  • Je vois la vague « scélérate » se former en s’alimentant de la grogne et de la colère concentré des «  indigènes » et qui avance résolument vers le navire commandé par un exécutif aux abois. Ne sachant plus comment parer le phénomène il manœuvre avec « l’énergie du désespoir » espérant limiter les dégâts en poussant les manettes: en avant toute. Mais rendu à ce stade d’imprévision il y aura obligatoirement des dégâts voir un naufrage. Le problème est que nous sommes dans le navire…

  • Quand un gouvernement remplace la gouvernance par la communication, il suffit d’exploiter n’importe quel fait divers…
    200 expulsions feront l’affaire, on oubliera les milliers de non reconduites à la frontière.
    Et comme tout problème a sa solution du moment qu’elle vient de l’Etat bienfaiteur (par postulat), restreindre les libertés une fois de plus apparaîtra comme nécessaire.
    La population aveuglee, tétanisée, stressée depuis des mois, n’y verra que du feu.
    Une vieille histoire de grenouille… le réveil sera difficile.

  • La liberté d’expression ???
    Quelle mascarade !! liberté, égalité, fraternité. Cherchez l’erreur !!
    La bien-pensance, le politiquement correct sont les seules règles imposées et acceptées par les dirigeants.

  • Gérald Darmanin : « Le capitalisme français, mondial, a une responsabilité dans le communautarisme »

    Gabriel Attal : « les réseaux sociaux ont une responsabilité »

    Le gouvernement, en choeur : « c’est la faute aux autres »

  • J’imagine qu’à Contrepoints, beaucoup de ses membres sont favorables à la liberté d’expression complète et opposés aux lois mémorielles.

    Pourtant, sauf erreur de ma part, je n’ai lu nulle part que vous aviez évoqué l’incarcération de l’écrivain Hervé Ryssen (pour deux ans au moins). Ce dernier a été condamné à plusieurs reprises pour ses critiques du judaïsme religieux et culturel. Que l’on soit d’accord ou non avec le contenu de ses livres, la liberté d’expression ne sert-elle pas justement à défendre celle de son ennemi (a fortiori la sienne) ?

    Et pour terminer sur une pensée de Noam Chomsky, juif lui-même, qui a préfacé Faurisson : « Si l’on ne croit pas à la liberté d’expression pour les gens qu’on méprise, on n’y croit pas du tout. »

    La « question juive » est-elle une limite à la liberté d’expression, alors même que celles de l’islam et du christianisme ne le sont pas ?

    • Pour ma part, je suis favorable à une notion extensive de la liberté d’expression (limitée aux seuls faits d’injure ou de diffamation, constatés judiciairement). Pour le reste, chacun devrait être libre de déblatérer toutes les âneries qui lui plaisent, même les plus absurdes ou contraires à des faits pourtant bien établis. Car seul le dialogue (ou plutôt l’expression d’une idée, d’une conception, aussi absurde soit-elle), permet de faire ressortir le vrai du faux (du moins lorsqu’on évoque des faits). De ce point de vue, les lois mémorielles sont une infamie : il est des faits dont on ne discute plus, car réputés irréfragables, et dont l’acceptation est rendue obligatoire par la loi. Non pas que ces faits soient faux, ils sont démontrés et bien documentés. Mais leur traitement législatif leur incorpore une dose de suspicion.

      Parce qu’ensuite, ce n’est pas parce que l’on interdit aux gens de diffuser une idée que celle-ci n’existe plus. Bien au contraire.

      Et surtout et enfin, parce qu’édicter par la loi ce qui doit être pensé, cru ou dit – sous couvert de bonnes intentions (protéger X ou Y) – ouvre la voie à la même attitude de la part d’autres congrégations, une fois celles-ci arrivées au pouvoir : pourrait-on alors reprocher à telle ou telle structure dirigeante d’édicter ses propres lois mémorielles ou ses propres faits historiques protégés par la loi, alors que d’autres avant en avait fait de même auparavant ?

      • Tout vrais libéral est forcément pour une totale liberté d’expression limitée seulement par les appels à la violence et la diffamation.
        Nous avons bien des partis communistes malgré les 100 millions de morts, il serait normal d’autoriser aussi des partis nazis et de plus un ennemi est beaucoup plus visible en pleine lumière.

    • J’ai pour ma part défendu Dieudonné en son temps alors que je ne peux pas le blairer et je ne suis pas au courant de toute l’actualité. Emprisonner quelqu’un pour un délit d’expression est un non-absolu pour tout libéral, sauf appel au meurtre évidemment.
      Cela dit, j’ai effectivement, je le confesse des priorités dans ma consultation de l’actualité et dans ma liste des dangers et les Juifs ne tuent personne et fuient plutôt la France ce qui n’a jamais été une bonne nouvelle pour aucun pays dans l’histoire alors que les musulmans et les socialistes se multiplient et multiplient les graves atteintes aux droits et libertés.

  • D’après vous a quoi sert le chomage partiel qui est total au final jusqu »en juillet a quoi sert les primes pour les non actifs .
    Imaginé 3 millions de chomeurs non payé , vous l’avez

  • Avec Moussa Darmanin comme Ministre de la Police et Dupont (avec un grand C) Moretti à la justice, les délinquants, trafiquants et entres terroristes peuvent dormir tranquilles !

  • La gauche n’a cure de la liberté, donc de la liberté d’expression.
    Cette semaine, le 18 octobre 2020, à San Francisco, Californie, ville et états démocrates, a eu lieu un rassemblement pour la liberté d’expression « free speech rally ». Rassemblement autorisé par la ville de San Francisco. Les antifa ne l’ont pas entendu de cette oreille et ont monté une contre-manifestation.
    L’organisateur du rally, Philip Anderson, a reçu deux coups de poing avant qu’il ne monte sur scène pour animer son rally. Il a perdu ses deux incisives supérieures. Les antifa ont jeté des bouteilles au contenu suspect sur les animateurs et sur les policiers.
    Le rassemblement pour la liberté d’expression a été purement et simplement annulé sous les applaudissements des antifa.

  • Macron a annoncé qu’un vaccin était en phase 3.
    Il y a comme un air de vaccin miracle, qui fera baisser le nombre de cas testés, de cas positifs, d’infectés et de morts. On criera alors : « Hourra pour Macron ! ».

    Macron et les autres ne prononcent plus « pandémie ». Ils utilisent « épidémie ». Tout ça pour une épidémie !?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas pensé au film Demolition Man, jusqu'à récemment lorsque j'ai appris qu'il avait maintenant presque 30 ans.

Réalisé par le cinéaste Marco Brambilla à ses débuts, Demolition Man est l'un de ces films qui réussit à être à la fois loufoque et ingénieux. Avec un casting de stars comprenant Sylvester Stallone, Wesley Snipes et Sandra Bullock - sans oublier des jeunes talents comme Denis Leary et Benjamin Bratt, ainsi que l'acteur de théâtre Nigel Hawthorne et B... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

« Pour moi l’anonymat pratiqué sur les réseaux sociaux est une régression » déclarait Emmanuel de Wasqueriel, sur France Inter, précisant « qu’une démocratie, c’est avancer à visage découvert… » et « plutôt que de restreindre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux, il faudrait obliger à la suppression de l’anonymat » ajoutant ainsi sa voix à un faux débat régulièrement relancé : la fin de l’usage du pseudonyme.

Pour rappel, cette thématique avait resurgi en octobre 2020  portée par des élus de pre... Poursuivre la lecture

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles