Les retraites complémentaires du privé menacées et dans les mains de ceux qui ne sont pas concernés !

Mettons nos retraites dans des fonds de pension pour les sauver. Comme dans beaucoup d’autres pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by CDC on Unsplash - https://unsplash.com/photos/F98Mv9O6LfI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les retraites complémentaires du privé menacées et dans les mains de ceux qui ne sont pas concernés !

Publié le 20 octobre 2020
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Pourquoi faut-il que nos retraites complémentaires (celles du privé) soient confiées à des syndicalistes et à des gens qui ont fait leur carrière dans le public et qui ne sont nullement concernés par la retraite complémentaire Agirc-Arrco ?

Dans le régime unique envisagé par Macron, les régimes complémentaires du privé seraient adossés au régime général : la Sécurité sociale bénéficierait ainsi des dizaines de milliards (70 milliards pour Agirc-Arrco) de réserves des caisses de retraite ! Mais est-ce qu’il restera encore de l’argent ?

Car, selon les dernières nouvelles, la situation semble empirer. Le 5 octobre dernier, on a appris que contrairement à ce qui était prévu les pensions de retraite complémentaire des salariés du privé pourraient ne pas être revalorisées le 1er novembre du montant de l’inflation, mais gelées jusqu’à l’année prochaine. C’est la préconisation du bureau de l’Agirc-Arrco qui sera soumise à l’approbation du conseil d’administration du régime de retraite.

Les comptes du régime Agirc-Arrco affichent un déficit qui pourrait se creuser cette année à 6,5 milliards d’euros, après être revenus à l’équilibre l’an dernier. Les réserves baissent au regard des charges à couvrir : alors qu’elles représentaient 81 % des prestations servies en 2019 et encore 73 % en 2020, elles devraient tomber à 67% en 2021 et passer sous la barre des 50 % en 2026.

À cette date, les réserves représenteront donc moins des six mois de prestations prévus dans l’accord de 2019.

Agirc-Arrco, ce sont plus de 23 millions de cotisants et presque 13 millions de retraités du… privé. Ce sont donc eux qui vont souffrir alors que les fonctionnaires et les retraités de la fonction publique n’ont aucun souci à se faire pour leur retraite.

Pour sauver la retraite complémentaire, il faudrait réformer en profondeur le système, et non plus la confier aux « partenaires sociaux » et autres représentants de la sphère publique.

Jean-Claude Barboul, le président CFDT de l’Agirc-Arrco, a fait carrière au sein des Assédic et de Pôle Emploi. Le (nouveau) directeur de cabinet de l’Agirc-Arrco, Frédéric Amar, est administrateur civil, diplômé de l’ENA. Il a débuté à la direction du Budget, au ministère des Finances, et a exercé des fonctions de conseiller dans plusieurs cabinets ministériels entre 2006 et 2009. Il était depuis juin 2017 adjoint au sous-directeur des retraites et de la protection sociale complémentaire, au sein de la direction de la Sécurité sociale (DSS). Il a également occupé pendant six ans, de 2009 à 2015, les fonctions de directeur de cabinet et de secrétaire général de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF).

Pourquoi faut-il que nos retraites complémentaires (celles du privé) soient confiées à des syndicalistes et à des gens qui ont fait leur carrière dans le public et qui ne sont nullement concernés par la retraite complémentaire Agirc-Arrco ? Mettons nos retraites dans des fonds de pension pour les sauver. Comme dans beaucoup d’autres pays.

En contrepoints, lire le droit de réponse de l’Agirc-Arrco

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Pourquoi pourquoi pourquoi, fort simple, avoir le contrôle des retraites du privé avoir le contrôle de la vie des gens libres de leur choix en théorie et qui pourrait décider de cotiser plus pour une meilleure retraite ou adhérer à des fonds de pension m’étant hors jeu l’état, roi de l’emprunt et des déficits. Ce privé pourrait aussi avoir des souhaits de salaires plus confortables, et puis quoi encore !

  • Je crois avoir compris que l’agirc-arcco, pas si mal gérée, n’est pas (encore) en déficit et que ses réserves sont appelées à combler quelque peu le trou abyssal du régime général au nom de la solidarité n’est-ce-pas. Le vrai dilemme pour cette caisse est de savoir que le bénéfice de ses efforts de modération sera confisqué pour aider à renflouer un régime public irresponsable.

    • C’est bien pour cela que les retraites du privé (au moins celles-là) devraient être laissées aux mains du privé, alors que ça lorgne vers l’AGIRC-ARRCO pour, non pas combler les déficits patents du régime général, mais les jeter dedans. On peut faire confiance à ceux qui sont en charge de cette caisse pour appauvrir les retraités du privé. Ils ne se réveilleront (les retraités) que lorsqu’il constateront la baisse de leur pension. Il suffira alors de les réprimer à coup de LBD.

  • Le privé n’est déjà considéré que comme une « pompe à fric » pour alimenter les caisses, avec le record mondial des prélèvements. Le tout dans un mépris non dissimulé de la liberté d’entreprendre (cette haine tenace du patron profiteur) et de la réussite (toujours suspecte). Les pensions de retraite des agents de la fonction publique étant très largement favorables au regard de celles des salariés du privé, il suffit de taper sur les mêmes. D’ailleurs on ne entend pas gueuler. Pensions publiques qui rappelons-le, sont financées par l’impôt. Et là on voit le problème insoluble.

  • Avec un énarque, cela va bien se passer. Préparez la vaseline. En tonneaux, il en faudra de grandes quantités.

  • La vaseline est un produit pétrolier ce n’est pas COP 21 ni convention citoyenne pour le climat du gros sel produit sur nos belles côtes de l’Atlantique ira bien…

  • C’est bien pour cela que Macron insiste fort pour sa réforme des retraites. Non pas sur la durée ou les points (qui sont déjà des embrouilles) mais pour la captation intégrale des réserves de toutes les caisses complémentaires et l’intégration d’icelles dans le giron de l’Etat. What else?

  • oh si il ne s’agissait que de cet argent, l’etat va essayer demettre la main sur tout argent , aller jusqu’au bout de l’argent des autres..

  • Coup de pouce pour les retraités, il était temps !!!
    URGENT !
    FORT INTÉRESSANT ???
    En voilà une nouvelle qu’elle est bonne !!!

    Macron et Lemaire pensent sûrement à 2022 !!!

    Oui personne n’en parle et pourtant, pensez à faire votre demande, moi je l’ai faite, les retraités y ont droit.
    Le gouvernement a mis en place une indemnité de 10 € par jour de confinement pour les retraités !
    Il suffit de compléter le formulaire de l’état pour recevoir l’indemnité de 10 € par jour de confinement.
    Faites circuler car personne n’en parle.
    Pour télécharger le formulaire cliquez sur le lien suivant :
    https://external-preview.redd.it/vxPXEGgL4v8mCGw06IFGsmJNtqWQg-z60xQQ79dHKPY.jpg?auto=webp&s=db7685262e9b352a4888e547f52a244e2ea2cb9f

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, la Commission européenne a annoncé des propositions de révision de la réglementation sur le tabac. Il semblerait que les taxes en vigueur n’aient pas été révisées depuis… 2010, et qu’elles ne prennent donc aucunement en compte ni l’évolution du marché, ni les niveaux d’inflation ces dernières années.

Ce projet de réforme n’est que la pointe de l’iceberg en ce qui concerne les restrictions de consommation à échelle nationale et européenne. Que ce soit en termes d’alimentation, d’alcool ou encore de tabac, ce paternalisme pose... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles